AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Adam Mayers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam Mayers
avatar
Nombre de messages : 110
Age : 24
Date d'inscription : 10/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Lycanthrope
Karma:
90/200  (90/200)

MessageSujet: Adam Mayers   Mar 10 Avr - 17:08




Adam Mayers
«Ne fais jamais quelque chose que tu ne voudrais pas subir...

NOM - Mayers | PRENOM - Adam | AGE - 22 ans | RACE -Lycanthrope | STATUT - Elève | ORIGINE - Irlande | OBJECTIF(S) - Trouver un endroit "à lui"

▪DESCRIPTIONS▪


    « Physique

"Je ne suis pas sûre de tout ce que j'ai pu voir ce soir-là. Mais je me rappellerai toujours de ses yeux."

Dans une petite pièce exigüe, une jeune fille serre son sac à main contre elle. Elle est assise sur une chaise en bois, bancale, et dont les pieds vétustes témoignent de l'état de richesse général du lieu. Les murs couverts de tapisserie partent en lambeaux. Un vieux tapis rongé lui sert de cortège de bienvenue. Derrière son bureau, un homme la toise, les doigts en position pour taper sur sa machine à écrire. Un journaliste pour un canard miteux sur le paranormal. Cette petite femme, aux boucles soyeuses, prétend avoir été attaquée par un homme fou. Un homme aux crocs plus acérés qu'un rasoir de barbier.

"Ou plutôt... son oeil. Un oeil unique, fou, qui luisait d'une ambre envoûtante. Sa pupille qui se dilatait, alors qu'il pensait au festin que je pouvais être..."

Ses mains tremblent, elle déglutit avec peine et boit la pisse d'âne qui lui sert de café, troublée.

"Il était... grand. Il devait faire un mètre quatre-vingt-cinq au moins. Fin, mais à la musculature avérée. Il avait une telle force... son visage était jeune, très jeune. Et ses cheveux longs, flamboyants, n'arrangeaient rien à l'impression de me trouver face à un adolescent.
- Flamboyants dites-vous...
- Oui. Ils étaient... raides. Emmêlés par la précipitation de ses gestes, mais suffisamment soyeux pour témoigner d'un soin particulier. Roux, ou peut-être rouges. Il les cachait partiellement sous une capuche. Il était habillé comme vous, et moi. Comme un jeune."

Le silence retombe, uniquement interrompu par le cliquetis de la machine du journaliste. Il se racle doucement la gorge, cherchant à tirer autre chose qu'un fantasme d'adolescent.

"Parlez-moi de son oeil.
- L'autre ? Il était sous un cache-oeil. Comme celui des pirates ! J'ai bien vu que la peau y était plissée, sans doute une cicatrice. Il avait les lèvres pleines, et des dents blanches, même si son visage était déformé par la... faim.
- La faim vous dites ?
- J'ai failli... failli être dévorée ! Et ç'aurait été par un junkie roux avec un cache-oeil !
- Je... comprends. Rien d'autre qui puisse m'éclairer ?
- Si. Il emportait avec lui une très légère odeur, de plantes. De la sève. Ou des épines de pin."

Le journaliste fronce les sourcils, et se tient l'arrête du nez avec un air fatigué. Un jeune, roux, aux cheveux longs, avec un cache-oeil, plutôt grand, moyennement musclé et qui sent l'épine de pin.

Merveilleux.


    « Lycanthrope

Adam n'est pas né lycanthrope. Il l'est devenu dans un âge proche de l'adolescence, ce qui a transformé son être en une série houleuse et compliquée de remises en question. Le principal trait d'Adam est son agilité, et sa rapidité. Il adore les arbres, car il est capable de passer de l'un à l'autre d'une manière certes bruyante mais invisible pour un être humain normalement constitué.

Sa force est moyenne, bien que supérieure à celle d'un "simple" être humain. Sa course, sa capacité à se contorsionner et faire des acrobaties est en revanche bien plus puissante. Son point faible le plus marquant est sa capacité à se contrôler. En période de grande faim, il devient extrêmement agressif. Il a besoin d'espace, et ne supporte pas d'être enfermé plus de quelques jours. Pour cela, il lui arrive de partir, souvent en pleine nuit, pour chercher un coin ou courir, ou bien une cuisse à croquer. Ne tentez pas de l'en empêcher, il deviendrait de mauvaise humeur, et ça ne vous plairait pas... du tout.  »

La forme de loup d'Adam est somme toutes très classique. Un loup d'un mètre trente de haut, aux grosses paluches et plutôt mince. Très rapide, il n'est en revanche pas très discret, car sa fourrure est d'une couleur fauve très visible dans les environnements boisés ou neigeux. Adam n'aime pas particulièrement cette forme, mais il l'utilise lorsqu'il veut être tranquille, ou sûr de posséder la proie visée. Enfin, la mutation en loup étant encore très douloureuse, si vous le voyez en train de faire, fuyez. Il considère ça comme un moment d'intimité extrême. Sa pire crainte, d'ailleurs, est de mourir de cette façon. Pas homme. Ni loup. Juste créature en mutation.

Points faibles :
♦ Sa force physique, inférieure à celle d'autres races
♦ Les endroits exigus, placards et autres cagibis
♦ L'argent, bien sûr =)
♦ Son odorat sur-développé et son ouïe très fine.
Points forts :
♦ Sa rapidité, essayez donc de l'attraper
♦ Son agilité, essayez donc de le suivre en terrain boisé
♦ Son odorat sur-développé, et son ouïe très fine

Caractère

Voici la liste de plusieurs choses à savoir sur Adam, il est...

Fort et sûr de lui


S'il y a bien une chose dont est conscient Adam, c'est de sa puissance physique. Il dégage une aura de charisme et de force tranquille. Il agit en connaissance de cause, et affiche un air sûr de lui en quasi permanence. Rares sont les personnes à l'avoir vu perdre ses moyens, et plus rares encore celles qui supportent de s'en souvenir. Très calme, Adam donne une image de zen absolu. Aussi, quand il en vient à se laisser aller...

Tatillon sur les histoires de famille


Si vous voulez le mettre en colère, parlez-lui de sa famille. Si vous voulez le voir souffrir, placez-le face à la votre. Plusieurs fois il a renoncé à une petite amie car son frère ne l'appréciait pas, et qu'il ne voulait pas venir à se battre pour lui faire accepter sa supériorité. Oui, la violence est la seule manière de prouver son pouvoir qu'il connaisse. Pour cette raison, il méprise ceux qui se plaignent de leur famille, ceux qui l'ignorent ou ceux encore qui trouvent tellement plus libre de ne plus en avoir...

Respectueux de la hiérarchie


Même s'il est parfois "grande gueule" Adam ne se retournera pas, a priori, contre un professeur. Il respecte l'ordre établi, et patiente paisiblement pour pouvoir gagner sa place. Opportuniste sur les bords, sachez qu'il défend chèrement toute chose acquise, conquête amoureuse, chambre individuelle ou même jean neuf. Il ne volera jamais dans l'assiette de l'autre, de la même manière qu'il ne tentera pas de séduire la conquête d'un autre de son plein gré. Veillez à ne pas jouer sur ce trait de caractère assez... naïf. Si vous trahissez sa confiance jamais plus il ne vous l'accordera.

Protecteur et plutôt discret


Ses amis, même s'ils ne font partie de sa "meute" sont ses biens les plus précieux. Il les protègera au péril de sa courte vie, et s'amuse à les suivre lorsqu'il les sait seuls et vulnérables. De cette manière, il assista plusieurs fois à des demandes de rendez-vous malgré lui. Des ventes de photos cochonnes, et autres objets interdits. Il se considère comme plus mature que les autres personnes de son âge. A demi à raison, car il veille sur son entourage, mais peut être une véritable plaie si on se le met à dos.

Libre d'esprit et de mouvement


Ne l'entravez pas, c'est sa phobie la plus profonde. Être dans une impasse le place dans un embarras des plus profonds. Devoir faire un choix contre sa volonté le met mal à l'aise. Et être enfermé dans une pièce petite et sans air sa plus grande crainte. Adam est une créature de l'extérieur, ayant besoin de respirer, de voir le large et de prendre le grand air. De la même manière, il évitera les débats à tous prix, et les disputes amoureuses. Il n'aime pas avoir à remettre en question ses idées, et vous laissera débattre seul. Voyez-y un bon côté. Jamais il ne tentera de vous enfoncer une idée dans le crâne.

Sérieux, pas à prendre à la légère...


Du fait de sa tendance à toujours aller vers l'autre, et se glisser comme un cheveu dans la soupe au bon moment, les gens ont tendance à prendre Adam pour un crétin. Plus d'un s'y est cassé les dents. Au delà du fait d'être trompé, ce qui l'énerve vraiment c'est d'être pris pour une buse. Adam est un chasseur, et ne supporte pas d'être rabaissé au rang de proie. Bien mal en prendra à celui qui voudra abuser de sa gentillesse. S'il vous menace, ce n'est jamais à la légère. Il pense chaque mot qu'il vous dit, et applique ses promesses. En un sens les menaces... sont promesses de représailles. »

Histoire

Chapitre 1 : Les loups noirs


"On raconte que dans ce bois vivent des loups. Pas de faux loups comme dans les parcs d'attraction hein. De vrais loups... humains. Autrefois, sur ces terres, un campement de bandits détrousseurs de mouton s'était établi. Ils sévissaient depuis des années en toute impunité. Quand un jour, l'un d'eux eut l'idée de s'attaquer au plus gros troupeau de la région. Celui de Maureen, la Sorcière du Lac...

- Hé mais Adam ! Dans l'histoire d'avant c'était une fey !"

Le préadolescent roux toisa son petit frère de toute sa hauteur. Son nez retroussé lui donnait un air légèrement hautain. Le feu de camp brûlait encore à l'orée des bois des Blacksheeps. Un nom local, donné  à l'endroit car les Mayers, propriétaires des lieux, filaient de la laine de mouton noir.

"Et ben, cette fois, ce sera une Sorcière ! Les feys sont des créatures trop sournoises pour faire ce que cette sorcière a fait !

- Tu nous racontes du barratin.

- Chut, laissez-le finir !"

Le petit Mayers secoua la tête, faisant valser ses cheveux roux coupés aux épaules de gauche à droite. Il fronça les sourcils, posa son index sur ses lèvres closes pour faire taire la foule, et reprit.

"Les moutons de Maureen étaient réputés pour leur fourrure épaisse et douce. La plus tendre à filer, et la plus chère à vendre. Elle accrochait les couleurs comme le fait l'eau en été. Comme le fait l'aile d'un ange. Une nuit, ils se réunirent... et capturèrent trois gros mâles, pensant que cela passerait inaperçue. Mais Maureen s'en rendit compte, et entra dans une rage terrible. On raconte que le ciel se déchira. Que l'air s'embrasa et que dans une pluie torrentielle, elle se jeta sur les bandits."

"Loup tu es né, en loup tu t'es comporté, loup tu deviendras."

Le regard ambré du jeune Mayers passa de son frère à ses camarades de classe.

"Elle alla trouver le chef des bandits, et arracha son coeur, d'un seul sort. Elle jeta ensuite une malédiction sur les autres de la bande. Elle les transforma...en loup-humain. Des lycanthropes. Pour ériger un exemple, elle accrocha le coeur du chef de la bande dans une grande cage magique, qui ne s'use pas avec le temps. Aujourd'hui encore, des loups rodent dans ce bois, condamnés à ne pouvoir en sortir, car ils sont liés au coeur de leur maître. On raconte que celui qui décrochera ce coeur... deviendra l'un d'eux."

Mesurant ses effets, le jeune Mayers tendit sa main à ses amis.

"Jurez, sur votre âme, que jamais vous ne tenterez de décrocher ce coeur. Il est celui qui sauvegarde la paix de nos familles, et leur vie également...
- Je le jure ! " Son petit frère posa sa main dans la sienne.
" Je le jure... " La petite Mary joignit sa main.
"Je le jure." Billy, vaguement convaincu, ajouta la sienne.

"Je le jure."

Adam serra fort, et jeta un regard inquiet vers le bois.

Chapitre 2 : L'homme au cœur doré



Les yeux emplis de rage, le garçon passa l'orée des bois à grandes enjambées. Arthur Mayers venait d'avoir 10 ans, et non contents d'oublier son anniversaire, ses parents l'avaient en prime envoyer voir ailleurs. Arthur était le cadet de la famille. Il n'était pas aussi grand qu'Adam. Il n'était pas non plus aussi fort. En conséquence de quoi, ses parents avaient toujours tendance à négliger sa présence, et confier les tâches les plus difficiles à Adam. "Tu vas te faire mal" riait son père, grattant sa barbe courte. "Laisse-nous faire pour cette fois" disait sa mère, prenant une panière bien trop lourde pour elle. Les Mayers étaient une famille assez rustique. A l'ère des MP3 et d'internet, ils n'avaient que la télévision et faisaient encore le travail à l'ancienne.

Arthur voulait devenir plus fort. Beaucoup plus fort.

Il marcha tout droit à travers Blacksheep, le nez rivé sur ses baskets. Il s'assit sur un tronc à demi pourri et enfonça la tête dans ses bras, croisés sur ses genoux. Il ferait... du kung-fu. Ou de l'escrime. Ou de la boxe. Il deviendrait champion, et montrerait, à tous, qu'il était fort, très fort.

Perdu dans ses rêveries, il ne s'aperçut même pas qu'il s'était endormi.

***


"Il est dangereux de s'aventurer dans une forêt aussi lugubre à la nuit tombée, jeune homme."

Athur ouvrit les deux yeux d'un coup, et redressa la tête. Face à lui, un homme grand, aux cheveux longs et sales, lui souriait de toutes ses dents. Une bouffée de peur s'empara du jeune Mayers, qui tomba à la renverse en hurlant.

Rapide, l'homme se plaça derrière lui et le retint, se fendant d'un rire chaleureux et plein d'encouragements.

"Tu veux déjà retourner dormir ? Tu viens à peine de te réveiller..."

Arthur, blanc comme un linge, entendit un couinement aigu sortir de sa bouche.

"QUIIIIII...Qui êtes-vous ?"

L'homme se redressa, et frappa doucement sur son ventre dur, réfléchissant visiblement. Il avait la musculature d'un colosse, mais le visage d'un affamé. Ses cheveux, ou plutôt ses dreadlocks, atteignaient la mesure de celles qui n'avaient pas vu un coiffeur depuis des années. Enfin, ses ongles, son visage et ses cheveux étaient sales. Ses pieds, nus, recouverts de boue. On aurait dit un homme des cavernes doté d'un pantalon, et d'un regard malin.

"Cela fait longtemps qu'on ne m'a pas posé la question. Je suis Dehvi, le maître de ces lieux. Et également, son prisonnier."

Arthur sentit son sang se glacer dans ses veines. Le prisonnier de la forêt de Blacksheep... Maureen et les loups !

"Oh, euh, désolé de vous avoir dérangé, je... je m'en vais !"

Il se leva en toute hâte et commença à courir. Deux mètres plus loin une grosse main s'abattit sur son épaule, et le plaqua contre un arbre. Le gamin gémit de douleur et sentit la pression se relâcher. Dehvi était revenu à sa place d'origine, et semblait le narguer de son regard.

"Co...comment vous avez fait ça ?"

L'homme gratta le bleu de sa barbe et plia légèrement les genoux. En une seconde, il se déplaça si vite qu'Arthur crut qu'il faisait un malaise. Dehvi le siffla, assis dans l'arbre au dessus de lui.

"Tu veux dire ça ?"

Il se pencha en arrière, comme pour tomber, et Arthur sentit son souffle acide près de sa joue.

"Ou bien ça ?"

Tout aussi effrayé que fasciné, Arthur se dégagea de sa prise, et manqua de trébucher. Il n'osa pas bouger ensuite, son hôte visiblement très excité à l'idée de voir un nouveau venu dans ces bois.

"Êtes-vous...
- Un loup maudit de Maureen ? Oui je le suis.
- Alors pourquoi...
- Je ne te saute pas à la gorge ? Je ne suis pas des premiers. Les bandits de Maureen ont fréquenté ces lieux il y a de cela 300 ans, même nous ne vivons pas aussi longtemps. Moi je suis un de leurs descendants. Le dernier, qui plus est.
- Vous allez mourir ici ?
- Si personne ne brise cette fichue cage, oui. Je n'ai pas mangé depuis des jours. J'ai de l'endurance, mais je commence sérieusement à avoir faim."

Le jeune Mayers devint blanc comme un linge. Dehvi éclata de rire, à nouveau.

"Rassure-toi gamin. Tu as tellement peu de chair que tu ne serais bon qu'une fraction de seconde. Non, il me faut autre chose. Un animal, une biche. Mais je les ai tous mangés dans ce bois, je n'ai plus rien à me mettre sous la dent.
- Que puis-je faire pour vous aider ?"

Dehvi haussa un sourcil, visiblement surpris de la proposition, et réfléchit une seconde.

"Nous autres loups de Maureen ne pouvons pas voir cette cage, elle brouille nos sens lorsque nous l'approchons. En revanche toi tu pourrais l'attraper, et même la détruire.
- Qu'est-ce qui me dit que quand vous pourrez sortir d'ici vous n'irez pas me dévorer puis dévorer tout mon troupeau ?
- Je te promets que je ne toucherai ni à ton troupeau ni à toi. Les promesses se tiennent toujours chez les loups.
- Comment puis-je voir votre bonne foi?"

Le loup gratta une nouvelle fois le bleu de sa barbe - visiblement un signe de réflexion intense.

"Si je ne mange pas d'ici deux jours, je ne pourrai plus rien te prouver du tout." En guise d'illustration son ventre émit un gargouillis plus que significatif. "Si tu ne veux pas me laisser sortir, amène-moi quelque chose à manger, et je t'enseignerai à devenir... fort ?
- C'est VRAI ? Vous allez m'apprendrez à faire votre truc ?"

Dehvi gloussa de moquerie, et s'approcha si près que le gamin vit les marques d'écorce, qu'il avait utilisé pour épiler son visage.

"Pour cela, il faudrait que tu deviennes comme moi. Et nous serions alors tous les deux bloqués ici. Pour le moment, je peux t'apprendre à combattre plus fort que toi. Et si, un jour, tu détruis cette cage, je ferai de toi l'un des nôtres. Cela te convient-il?"

Arthur recula, légèrement effrayé, et hocha la tête.

"Jurez que vous le ferez !
- Je le jure, petit homme. Je le jure..."

Chapitre 3 :  Chose promise, chose due.



"Donne-moi ça Arthur, c'est beaucoup trop lourd pour toi."

Adam se pencha sur son frère, lui prit la panière de laine des mains, et la posa sur son dos, se courbant en deux sous l'effort. Le regard noir de son frère lui répondit, tandis que le gamin en attrapait une seconde.

"Hey. Qu'est-ce que tu fiches ? Je te dis que c'est beaucoup trop lourd pour toi !
- Laisse-moi faire ! Je suis fort maintenant !"

Adam haussa un sourcil, puis se détourna.

"Si tu veux te casser le dos en deux, libre à toi..."

La pente jusqu'à l'atelier de filage était abrupte, et les kilos de laines fraîches paraissaient des tonnes pour Adam. On était en plein milieu des vacances d'été. Arthur et lui profitaient d'avoir du temps libre pour aider leurs parent. Mais son petit frère, qui avait atteint ses onze ans à présent, s'absentait régulièrement. Leurs parents étaient trop débordés de travail pour s'en rendre compte. Mais Adam, du haut de ses treize ans, n'était pas dupe.

Les journées se passaient paisiblement. Arthur développait une agressivité étrange, et une force toute aussi étrange. Aucun des deux frères ne prenait le temps de s’entraîner à un quelconque art martial. Et pourtant, à plusieurs reprises, Arthur avait littéralement cassé la gueule de certains camarades de classe. Adam attendit ce soir-là, de voir son frère partir, pour lui suivre discrètement.

Il prétexta un rendez-vous chez un ami pour la soirée pour s'absenter, et le plus discrètement possible, se  glissa dans l'ombre de son frère cadet. Avec crainte, il passa l'entrée de la forêt de Blacksheep, et se souvint des légendes qui courraient sur ce lieux. Une chose était sûre. Arthur était trop jeune pour affronter seul ses peurs. Et trop jeune pour jouer aux apprentis sorciers avec un endroit pareil. Il devait l'empêcher de... de quoi au juste ?

Un moment, il le perdit de vue. Cet instant suffit à Arthur pour s'éclipser. Exaspéré, le jeune garçon se cacha derrière un gros rocher, et attendit qu'il revienne.

***


Le jour peinant à se lever lorsqu'il ouvrit les yeux. Ce qui, en plein été, voulait dire qu'il ne devait pas être loin de quatre heures du matin. Ce ne fut pas la lumière, mais le son d'éclats de voix qui le réveilla. L'une, aigüe, et encore jeune, sans doute celle de son frère. L'autre, bien plus grave, chaleureuse, celle d'un parfait inconnu.

"Tu t'es bien débrouillé cette nuit. Mais tu n'en veux pas encore assez Arthur. Sache-le. Quand tu auras à combattre pour ta vie, ce sera ta détermination plus que ta force qui fera la différence.
- Je ne veux pas te tuer. Et puis, tu as repris des forces depuis ce temps, c'est plus difficile de me mesurer à toi."

Un rire profond envahit le bois, Adam se ratatina sur place. Qu'est-ce qui passait par la tête de son frère ?

"N'oublie pas ce que je t'ai dit. Je t'entraînerai autant que faire ce peut. Mais je ne peux t'offrir une véritable puissance...
- ... Tant que la malédiction de Maureen te retient ici. Je sais. J'ai beau eu la chercher pendant un an, je ne l'ai pas trouvée. Je suppose qu'elle l'a mis en hauteur, dans un coin reculé, pour que même les alliés des loups aient du mal à la trouver.
- Je ne m'en plains pas. Tu m'apportes de quoi manger, et les ragoûts de ta chère mère sont un délice."

Adam blémit. Arthur avait passé un pacte avec le loup. Un pacte avec le loup de Maureen. Et il était prêt à décrocher la cage et détruire le cœur du premier maudit pour laisser sortir un de ses descendants. Il avait totalement perdu l'esprit.

"Il se fait tard", lâcha la voix adulte, "tu devrais rentrer, et dormir quelques heures.
- Je reviendrai dans deux jours, sans faute. Et je trouverai cette cage.
- Ne soit pas trop précipité, chaque chose en son temps..."

Adam entendit le bruit de deux mains qui se frappent, et vit son frère courir à toutes jambes pour rentrer à la maison. Il était sale, mais semblait on ne peut plus heureux. L'ainé Mayers recula, incrédule , et se leva à son tour.

"Tu sais, il ne t'a peut-être pas entendu, mais j'ai une ouïe plus fine."

L'ainé sursauta, mais ne cria pas, tournant doucement pour affronter sa peur. Deux yeux d'un bleu limpide, un visage carré, une musculature témoignant de nombreux combats, et un sourire d'acier. Il ne supposa pas même un instant qu'il pouvait s'agir d'autre chose que d'un loup de Maureen.

"Laissez mon frère tranquille. Il est encore jeune et trop influençable. Il prend ce que vous lui dites pour acquis et parole d'évangile."

Le loup esquissa un sourire, marquant la satisfaction d'un esprit si vif. Adam pinça les lèvres, et serra les poings.

"Que vous a-t-il promis ?"

Le maudit eut un rire profond, et donna une grande frappe sur l'épaule d'Adam.

"Quel vif petit garçon. Bien plus vif que l'autre.
- Que-vous-a-t-il-promis ?" Insista Adam, toute trace de peur ayant déserté son visage.

"Je lui ai promis que quand cette cage serait détruite, je ferai de lui l'un des nôtres.
- Vous a-t-il promis de briser cette cage  ?
- Non. Il ne l'a pas fait. Il m'a promis de m'apporter de quoi me sustenter jusqu'à ce que ce jour arrive.
- Lui avez-vous promis protection ?"

Une trace de sourire apparut furtivement sur le visage du loup. Adam se remémora toutes les légendes sur ces créatures. Légendes qui se résumaient en une seule phrase : Ne passe pas d'accord avec un loup.

"Lui avez-vous promis protection ?
- Tu sais sans doute petit homme que les loups de Maureen ont pour coutume de ne pas mentir. Oui, je lui ai accordé protection, ainsi qu'au troupeau de votre famille. Je lui ai également promis de l'aider à combattre plus fort que lui."

Adam devint blême. Sa propre protection, et celle de son troupeau. Cela voulait dire qu'il n'avait rien promis sur sa famille. Lui compris.

"Je vous propose un autre marché."

Le loup ramena en arrière ses dreadlocks, son regard infiniment intéressé par l'ainé Mayers.

"Je trouverai cette cage, et je la détruirai. En échange de quoi, non seulement vous laisserez Arthur tranquille, mais également la totalité de ma famille, vivante ou à venir. Vous ne toucherez pas la moindre parcelle de leur paraître ou être profond, de quelque manière que ce soit, indirectement, directement, psychologiquement, physiquement ou même magiquement."

Le loup regagna son sérieux, fronçant les sourcils. Il n'aimait pas vraiment que quelqu'un soit si clair en terme de contrats.

"Je regrette, mais je ne peux le faire. Le marché avec ton frère a été conclu. En revanche, si tu détruis cette cage, je te promets que je ne toucherai jamais à un membre de ta famille, et que je ne tenterai pas de nuire non plus à Arthur.
- Jurez-le !"

Le loup leva les yeux au ciel.

"Je le jure."

Chapitre 4 :  Comme un oiseau en cage



"Gardiens de tous les maux
Côtoyant un Ruisseau
Cherche entre les ronces
Tu trouveras la réponse."

Ces quatre vers étaient tout ce qu'Adam avait pu trouver pour indiquer l'emplacement de la cage. Le jeune garçon, plus adepte des travaux manuels que des manuels scolaires, maudit intérieurement les prophètes des anciens temps. Pourquoi devaient-ils toujours parler en termes métaphoriques incompréhensibles ?

N'importe qui aurait conclu qu'il suffisait de chercher un gardien quelconque autours du ruisseau de Blacksheep. Sauf que la forêt de Blacksheep n'avait jamais été traversée par un ruisseau. Et que cela le rendait totalement dingue. De rage, le préadolescent claqua son livre de contes et descendit au salon pour allumer la télévision. Une vieille télévision, tout juste en couleurs, qui ne captait que deux chaînes. La chaîne d'informations et la chaîne de débats et autres documentaires.  

Le jeune irlandais se donna une heure. Une heure pour se vider la tête et repartir en chasse de cette cage. Il n'était pas loin de onze heures du soir, et ses parents dormaient depuis un moment. Arthur était parti, et il ne lui restait plus beaucoup de temps avant qu'il ne devienne d'une violence insurmontable. C'était de sa faute. S'il n'avait pas ignoré son frère, ou s'il ne l'avait pas tout simplement materné, rien de tout cela ne serait arrivé. Il fallait qu'il arrête de penser. Ou il deviendrait fou.

"Il paraît que les français ont des noms de famille en rapport avec le métier de leurs ancêtres, qu'en dites-vous ?
- Oui, il n'était pas rare de voir un boucher se faire nommer Duboeuf. Ou un boulanger Baguet.
- Et ici, en Irlande, retrouve-t-on cette tendance ?
- Pas exactement. En Irlande les gens portent parfois le nom de l'endroit où ils sont nés. J'ai rencontré une fois toute une famille Wexford. Ce sont des noms qui ont évolué depuis, mais à l'époque il n'était pas rare de rencontrer un "Stonewell" ou encore un "Sainthillbrook". Dans le premier cas, cela pouvait se rapporter simplement au puits à côté duquel il avait vu le jour. Dans le second, c'était plutôt une marque de territoire. Ceux qui vivent à côté du ruisseau de Saint Hill..."

Adam écarquilla les yeux si fort qu'il se fit mal au crâne. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt ?
Il se jeta sur son livre de contes, éteignant la télévision avec l'orteil. "Côtoyant un Ruisseau."

Avec une majuscule.

C'était un nom de famille.

Se tournant et retournant dans son lit, il passa la nuit à chercher qui pouvait bien être ce "Ruisseau". La question le tortura des semaines entières. Jusqu'à ce que... il se souvienne. Plusieurs années auparavant, il avait appris à l'école une comptine. Une comptine moqueuse sur le sorts des ermites. Elle racontait l'histoire d'un homme qui, comme Diogène avant lui, ne supportait plus ses semblables. Il s'était alors isolé, seul, dans la forêt du mouton noir. La forêt de Blacksheep. Il se pouvait que cet homme soit Ruisseau.

A vrai dire, Adam l'espérait de tout son cœur. Il n'avait jamais entendu parler de quelqu'un d'autre côtoyant ces lieux. Personne à part le loup.

Il prit ses clics, ses clacs, s'assura que Arthur était bien parti, et s'enfonça à son tour dans la forêt. Il en fit le tour plusieurs fois, se cachant dès qu'Arthur était un peu trop près. Bien sûr, le loup -Dehvi s'il avait bien compris son nom- l'avait repéré. Il n'en fit en revanche rien savoir, et se battit contre Arthur avec une force qui mit mal à l'aise son frère. Ruisseau. Où avait-on pu enterrer Ruisseau ? Ou alors, où avait-il pu vivre ? Il tourna, retourna et s'enfonça jusqu'au plus profond de Blacksheep. Gardiens de milles maux, côtoyant un Ruisseau.

Il fallait qu'il cherche le gardien de mille maux. Comment pouvait-il savoir ? Est-ce qu'il s'agissait d'un gros arbre ? D'une grotte ? D'un trou ?

"Comme-euh Diogène-euh, l'ermite vit dans un tonneau ~♫"

Un tonneau... où allait-il trouver un tonneau ?

"Est-ce qu'il écrit sur les murs de sa grotte-euh ?
L'ermite de Blacksheep-euh déteste-euh les hommes-euh ~♪"

Adam se figea, et leva la tête. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt ?
Juste au dessus de lui se tenait un renfoncement naturel. Idéal pour cacher un homme, et résistant à toute intempérie. Il n'y avait pas mis les pieds, car le terrain était plein de mauvaises herbes et sans doutes de serpents et autres créatures dégoûtantes. Entre les ronces tu trouveras la réponse.

Grimpant à une vitesse proche de celle du désespoir, il mit la main en plein dans les ronces. Sa main rencontra un objet long, et friable. Il tira dessus avec un large sourire de victoire et... rencontra un pied.

Humain.

Cédant à la panique, le garçon jeta la relique le plus loin possible. Comment quelqu'un mort depuis des centaines d'années pouvait encore posséder des os dans cet état ? Le loup avait menti, il avait tué son frère, ou quelqu'un d'autre, et il était le suivant.  Adam devant en avoir le cœur net. N'écoutant pas la douleur ni la peur, il fourragea dans les ronces, et mit la main... sur un barreau. N'en croyant pas sa chance, il se hissa jusqu'à la cavité, et remarqua que les plantes y étaient en pleine croissance, alors que leurs soeurs dépérissaient à l'extérieur. Un corps, mort, mais encore bien conservé, se décomposait à lenteur d'escargot tétraplégique. Accroché au plafond de cette petite grotte, la cage qu'il tenait à bouts de doigts. Cage simple, d'argent, contenant un cœur encore saignant.

Sans rien connaître de la magie, il sut que le temps s'arrêtait pour tout ce qui prenait place dans cette grotte. Et que s'il voulait supprimer cette cage, il devait la sortir. Avec d'infimes précautions, il entreprit de défaire le noeud de la corde la reliant à la pierre, et sortit avec, hésitant.

Il avait promis de ne jamais détruire cette cage.

Mais le loup, lui, avait promis de ne jamais nuire à son frère, et d'épargner sa famille.

"Jure que tu ne remettras plus jamais les pieds ici." lança-t-il à haute voix.

Il attrapa une grosse pierre, posa la cage sur un tronc arraché, et dégluttit.

"Je le jure."

Il abattit son arme, brisant la cage en éclats.

Chapitre 5 : Coïncidences


Un hurlement déchirant traversa la forêt de Blacksheep. Un hurlement de douleur, bien trop aigu pour appartenir à un adulte. Adam cessa de respirer, écoutant la suite. La forêt était d'un calme plat. Quelque chose n'allait pas. Il se leva, un morceau de la cage encore entre les mains, et se mit à courir. Le contrat avec le loup avait été rempli.

Il déboula, à toutes jambes, dans la clairière où il avait vu Arthur et Dehvi pour la dernière fois. Celui-ci avait le visage barbouillé de sang. Arthur, lui, se convulsait à même le sol. Adam, horrifié, laissa tomber sa cage, et s'effondra le cul par terre. Son frère cessa soudain de se débattre, et poussa un nouveau hurlement... lupin. Devant les yeux hallucinés de l'ainé des Mayers, sa peau se couvrit de poils hirsutes, son visage muta en museau, ses dents en crocs, ses ongles en griffes. Dehvi étira ses lèvres d'un sourire, jeta un regard satisfait à Adam... et disparut.

"NON !"

D'un bon, Arthur fut sur son frère, qui posa ses deux mains sur sa gueule grande ouverte pour l'empêcher de le dévorer d'une traite. Il s'écorcha les doigts, et son sang affola la bête. D'un coup de pied bien placé, Adam fit reculer la créature. Tout loup qu'il était, il n'en était pas moins mâle, et son petit frère. Couinant, le loup se mit à grogner, et le chargea. Adam vit un coussinet neuf, accompagné d'une lignée de griffes. Une douleur intense lui vrilla le crâne. Il fut balancé au sol par la force du choc, et porta la main à son œil droit. Dans une douleur insupportable, il vit le pelage brun du loup disparaître...en direction de sa ferme.

Puis, il ne vit plus rien.

***


Un sifflement aigu le fit revenir à lui. Il ouvrit les yeux, et les referma aussitôt, manquant de s'évanouir de douleur. Il sentit qu'on le soulevait de terre, et qu'on le portait sur une épaule. Complètement groggy, l'adolescent ne distingua plus le haut du bas, et grogna avant de recracher ses tripes, provoquant un juron chez celui qui le portait. Souillé, exténué, il sentit l'air lui fouetter le visage, comme si son porteur courait très vite. Il n'entendit plus que d'une oreille, et eut soudain très froid. Puis, il sentit qu'on l'allongeait sur une surface plus moelleuse, et qu'on le réchauffait.

"Ce n'est pas aujourd'hui que ta dernière heure a sonné Adam..."

Dans un faible hochement de tête, il sombra dans l'inconscience, à nouveau.

***


Les semaines, les mois passèrent. Adam se rétablissait doucement. Dehvi, qui lui avait sauvé la vie, l'avait ramené dans une ancienne planque des bandits de Blacksheep. Groggy les premiers jours, l'adolescent était devenu incontrôlable en apprenant ce qu'il s'était passé. Le loup avait, platement, respecté les règles de son contrat. Il avait transformé Arthur lorsque la cage avait été brisée. Arthur, trop jeune pour subir un tel sort, était devenu fou. Il avait attaqué et décimé les membres de la famille Mayers jusqu'au dernier, avant de se faire froidement abattre. Adam avait eu une chance inouïe d'en réchapper. Le croyant mort, il l'avait laissé, seul.

"Vous aviez PROMIS." Hurlait-il, bardé de chaînes au fond de la planque. "VOUS AVIEZ PROMIS QUE VOUS NE LEUR FERIEZ PAS DE MAL !"

Le loup avait promis. Il ne leur avait pas fait de mal. C'était Arthur qui leur en avait fait. Il avait accepté sa part du contrat. C'était Adam qui avait mal formulé sa demande. L'adolescent en pleine croissance crut devenir fou à plusieurs reprises. La salive qu'Arthur avait injecté dans les paumes de sa main avaient fait leur petit effet. Il était en manque. En manque de chair. La haine qui le rongeait de l'intérieur provoquait une irrésistible envie de déchiqueter Dehvi chaque fois qu'il le voyait passer. Le loup de Maureen se sentait responsable de ce qu'il était devenu, alors il subissait ses insultes sans broncher. Attendant simplement qu'il s’apaise. Mais Adam souffrait.

Par sa faute, son frère était mort. Sa mère et son père avaient été déchiquetés. Et lui-même souffrait comme un martyr. Il mutait, dangereusement, chaque fois que sa colère devenait trop grande. Ses insultes se transformaient alors en hurlements. Et Dehvi avait bien du mal, même sous sa forme lupine, à le faire revenir à la raison. Cependant, Adam était encore en partie humain. Et sa rage s'épuisa, tout simplement, au bout de six mois. Dehvi le détacha alors, et entreprit de le former.

Adam, profondément traumatisé, apprenait d'autant mieux qu'il ne voulait penser ni au passé ni au lendemain. Rapidement, il apprit à chasser, sans âme. A parcourir les arbres sans se faire repérer. A courir aussi vite que le vent. A dissocier les odeurs. Et enfin, il digéra, froidement, l'existence d'autres comme lui.

Il avait l'impression d'être dans un autre monde. Qu'il avait fait une mauvaise chute dans ce bois, et qu'il était dans un long rêve. Il ne fut même pas étonné de découvrir que vampires, sorciers, goules et autres phénix coexistaient avec  les humains, se dissimulant parmi eux. Il était... simplement vide.

Son seul refuge était la forêt. Quand il ressentait le besoin d'être seul, il allait courir, prenant bien garde à ne pas se faire repérer. Sa seule liberté était sa vitesse, et cette sensation que, du haut de ses arbres, il était le maître des lieux. Adam grandit, aux côtés de son père d'adoption, et atteignit ses quinze ans. Plus fort, et psychologiquement blindé, il le rejoignait dans sa quête de liberté. Dehvi n'avait pas quitté Blacksheep depuis plus de cinquante ans.

Une nuit, alors qu'ils étaient attablés autours d'une biche, il osa enfin lui poser la question.

"Savais-tu ce qui allait se passer en donnant ta salive à Arthur ?"

Dehvi essuya sa bouche, et le fixa dans les yeux.

"Je le savais."

Le jeune loup inspira profondément, et passa une main sur son cache-oeil.

"Pourquoi alors l'avoir laissé faire ?
- Une parole est une parole. Il voulait devenir comme moi.
- Contre quoi lui as-tu accordé de mourir et massacrer toute sa famille ?"

La tension d'Adam était palpable. Ses mains avaient entamé le bois de la table improvisée, et ses pupilles s'étaient légèrement dilatées.

"J'allais mourir. Il m'apportait à manger. En échange, dès que je pouvais sortir des bois, j'en ferais un loup de Maureen.
- Et j'ai brisé cette cage.
- Oui. Je pensais vous laisser, mais je n'avais pas prévu qu'il t'attaquerait, et qu'il te manquerait."

Adam se leva, furibond, et sentit un grognement lui monter dans la poitrine.

"Mon garçon, calme-toi. Tu ne voudrais pas retrouver quelques chaînes au fond de la planque.
- Va te faire foutre avec tes conseils à la con. Tu viens de me dire que tu m'aurais préféré mort !"

Ce fut au tour de Dehvi de s'énerver. Il renversa la table, et fut sur Adam en une fraction de seconde, le plaquant contre la paroi de pierre. Le louveteau se débattit comme un diable, et réussit à le pousser. Dehvi muta du visage uniquement, et approcha ses crocs si près qu'ils lui éraflèrent le front. Adam se força à se calmer, et n'osa même pas déglutir. Son maître recula, doucement.

"Ne contredis pas ton alpha, Adam. Tu le regretterais." Le grognement d'outre-tombe se transforma à mesure que son visage reprenait forme humaine. "Je sais que ce que j'ai fait est mal. J'étais désespéré. Je devais sortir de cet endroit. Je croyais que tu trépasserais avec les autres et oui, cela m'aurait arrangé. Cependant, tu es devenu un des nôtres. Il est de mon devoir de prendre soin de toi. De mon devoir de t'enseigner les erreurs  à ne pas commettre. Mon propre Alpha est mort avant d'avoir terminé mon apprentissage. Nous crevions de faim  dans cette putain de forêt. Alors, pauvre petite fille de riche, à partir de maintenant tu cesseras de te plaindre, et tu me suivras, jusqu'à ce que je te libère de tes obligations. Tu m'as bien compris ?"

Adam détourna son unique oeil. Dehvi poussa un grognement et arracha son bandeau.

"EST-CE QUE TU M'AS COMPRIS ?"

Le louveteau déglutit avec peine, et souffla, doucement.

"Je t'obéirai... Je le jure."

Chapitre 6 :  Renouveau



La lune était pleine, et Adam en pleine forme. Les toits de Tokyo ne vaudraient jamais les arbres de Tyrone, mais ils étaient toujours plus agréables que le deux pièces miteux où Dehvi et lui s'étaient entassés. Ils avaient migré deux ans plus tôt, juste après leur dispute, et depuis le louveteau n'avait cessé de devoir s'affirmer. Dehvi, qui passait pour son père, avait trouvé un travail. N'ayant jamais de sa vie vu le monde évoluer, Adam avait dû lui enseigner les coutumes qu'il connaissait, c'est à dire bien peu. Mais l'alpha était plein de ressources, et il s'était fait engager comme cuisinier dans un restaurant de viandes. Après tout, s'il savait quelque chose de la cuisine, c'était comment bien préparer et cuire un animal, quel qu'il soit.

Il avait hésité longtemps avant de mettre Adam à l'école. Mais le garçon avait d'une part raté six ans de pupitres, et d'autre part parlait japonais comme une vache espagnole. S'il voulait survivre dans un monde d'humain, il s'adapterait. Il choisirait lui-même ce qu'il voudrait faire, et adviendrait que pourra. Pour cette raison, depuis plusieurs mois, Adam faisait la joie des enfants en tant que remplaçant bibliothécaire dans une école primaire. Il avait menti sur son âge, mais sa taille l'avait conforté dans son mensonge. Pour travailler, il avait dû s'attacher strictement les cheveux,  et c'était au cours d'une bataille féroce de détermination qu'il avait réussi à faire accepter au directeur qu'il les garderait roux. Il le considérait encore comme un junkie à cache-oeil, mais il connaissait tant sur les légendes outre-pacifique qu'il ne trouvait jamais quoi d'autre lui reprocher.

Ce soir-là, Adam n'était pas parvenu à s'endormir. La lune l'avait fait se tourner et retourner sur son tapis. Tant et si bien que Dehvi, à bouts de nerfs lui aussi, l'avait mis dehors. Comme un chiot qui a pissé sur le canapé. Profitant de cette liberté, il avait bondi sur le toit le plus proche, et parcouru la ville de part en part. Se ravissant les narines d'odeurs de nourriture. S'amusant à prendre en filature l'une d'elles. Poursuivant une fille seule jusqu'à ce qu'elle rentre chez elle. Et puis, il avait eu faim.

Ce soir, comme les sept précédents, il n'avait su se retenir.

La faim, dévorante, le pire ennemi du loup, s'était emparée de ses sens. Sans réfléchir, il avait sauté sur cette jeune femme, qui hurla si fort qu'elle lui fit peur. Au prix d'un effort titanesque, il avait planté ses crocs dans une gouttière, plutôt que la chair de son épaule, si tendre. "FUYEZ" avait-il hurlé. "FUYEZ !"

Dehvi, habitué à la faim depuis bien plus longtemps que lui, ne subissait presque plus ses effets. Mais Adam, encore inexpérimenté, avait besoin d'aide. A l'aube de ses 18 ans, il prit contact avec une école "spécialisée". Lui qui avait vécu seul plus d'un demi-siècle eut du mal à se détacher de son apprenti. Mais laisser Adam en pleine nature était une erreur. Son fils spirituel le comprit, et ne tenta pas de l'en empêcher. Il fut accueilli à la Yokaï School, un établissement de "monstres" tels que lui. Avant de partir, il passa voir une dernière fois Dehvi, plus ému par la situation que ce qu'il aurait pu espérer.

Adam avait grandi à ses côtés. Il s'était forgé une personnalité droite, et inflexible. Il avait trouvé en cet homme à dreadlocks la réponse aux nombreuses questions qu'il n'osait pas poser. Il avait appris à chasser. A devenir prédateur. A entourer ceux qui comptaient pour lui. A respecter son prochain, sa hiérarchie, à prendre les opportunités. Il avait connu les méandres du désespoir, de la haine féroce et du désir douloureux. Dehvis lui avait tout appris, et à la cinquième année qu'ils passèrent ensemble, il le libéra.

Il repartirait en Irlande, à la recherche d'autres, tels que lui, prisonniers d'un lieux ancestral. Adam, pour sa part, devait être formé pour ne pas se laisser submerger par ses besoins...ni par les êtres humains.

"Promet-moi que quoi qu'il advienne, jamais tu ne laisseras le désir des autres te submerger. Que jamais tu ne deviendras proie. Que jamais tu ne chercheras à nuire à tes amis.
- Que jamais je ne ferai les mêmes erreurs que toi. Que jamais je ne deviendrai aveugle, même si c'est à moitié fait. Et que jamais je n'agirai par pure méchanceté.
- Jure-le, fils."

Adam esquissa un sourire, et étreignit Dehvi avec force, manquant de l'assommer avec son sac de voyage.

"Je le jure..."


Chapitre 7 :  Grandir, mûrir


[en cours]

    POUR FINIR ϟ
    PSEUDO - Et bien... Adam =) | COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? - Par une connaissance | AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? - Code ✔ by Patrol | DES IDES POUR AMÉLIORER LE FORUM ? - Là tout de suite maintenant, non ^^ | PRÉSENCE - Autant que faire se peut | D'AUTRES COMPTES ? - Nop


Dernière édition par Adam Mayers le Mar 1 Déc - 7:26, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adam Mayers
avatar
Nombre de messages : 110
Age : 24
Date d'inscription : 10/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Lycanthrope
Karma:
90/200  (90/200)

MessageSujet: Re: Adam Mayers   Jeu 12 Avr - 10:24

Juste un petit 'up' pour signaler que j'ai terminé ma fiche =)
Revenir en haut Aller en bas
Merlin Sylvestris
avatar
Nombre de messages : 108
Age : 21
Localisation : Sous Terre
Humeur : Flasque ?
Date d'inscription : 02/03/2011

†Fiche Personnage†
Level: B+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Adam Mayers   Jeu 12 Avr - 12:17

Très belle fiche, j'ai adoré lire l'histoire ; première validation donée mon loup ! Code ✔
Revenir en haut Aller en bas
Rozen Mahler
avatar
Nombre de messages : 60
Age : 22
Localisation : Dans un coin tranquille, à boire une tasse de Earl Grey ~
Humeur : Rêveur...
Date d'inscription : 01/03/2011

†Fiche Personnage†
Level: S+
Race de Monstre: Vampire
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Adam Mayers   Dim 15 Avr - 13:03

Très belle fiche, je te donne donc ta deuxième validation! Bon jeu parmi nous ;)

Au fait, je vais te mettre rang B+, ça te convient? Je vais attendre ta réponse avant de déplacer.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Mayers
avatar
Nombre de messages : 110
Age : 24
Date d'inscription : 10/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Lycanthrope
Karma:
90/200  (90/200)

MessageSujet: Re: Adam Mayers   Dim 15 Avr - 14:30

Oui ça m'ira parfaitement merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Adam Mayers   

Revenir en haut Aller en bas
 

Adam Mayers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» I'm PERFECT. [Adam Carter]
» Ewen Mac Adam
» Luke Adam L UFA 22 875000 0 D- C C D C- C- D C- C- C D C C- C- C
» NOAH LAYTON AMBROSE ? Adam Levine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Il y a un début :: Fiches Suspendues-