AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bolyzet-Niniaka Somawi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bolyzet-Niniaka Somawi
avatar
Nombre de messages : 25
Age : 67
Date d'inscription : 18/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: B+
Race de Monstre: Loup Garou
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Bolyzet-Niniaka Somawi   Jeu 19 Avr - 4:08


SOMAWI Bolyzet-Niniaka
« That's a f*ckin' shaggy dog story ! »
NOM - SOMAWI | PRENOM - Bolyzet-Niniaka. Ah mais c'est trop long hein, elle vous dira juste qu'elle s'appelle Bolyzet. Ou Boly. Mais certainement pas Niniaka! Non, personne n'a e droit de l'appeler ainsi. Pourquoi? Oh, attendez, il faut qu'elle s'en souvienne... | AGE - Boly a 18 ans, en vrai, en apparence, en tout! | RACE - Loup-Garou | STATUT - Elève. Si, si, elle ira en cours. Je crois... | ORIGINE - Japon | OBJECTIF(S) - Boly n'arrive pas au lycée Yokai. Non, elle y fait son grand retour! "Grand"... Bon d'accord, elle fait juste son retour.
▪DESCRIPTIONS▪
    « Physique
Boly, ça faisait longtemps qu’on ne l’avait pas vue. Les gens la prennent pour une folle. Oubliez les longs cheveux noirs, soigneux et doux. Elle est revenue avec les cheveux très courts, et il semblerait même qu’ils soient un peu plus clairs. Un teint pâle et des yeux bleus ou violets, globuleux. Mais qu’est-ce qu’elle a fait pendant tout ce temps ? On croirait que sont instinct d’animal ressort encore plus qu’avant. On dirait une demeurée.
Des blessures décorent tout son corps. Des coups de griffe sur les bras et le ventre, des bleus sur les jambes. Oh, ça va bien finir par s’estomper avec le temps. A part peut-être cette cicatrice au niveau des lèvres… C’est un peu comme si elle venait de faire la guerre, contre un ennemi apparemment assez puissant, tout de même. Allez savoir si elle a gagné ou perdu.
Pendant son absence mystérieuse, Boly a perdu du poids. Ben elle était déjà assez maigre, mais là, on dirait qu’elle n’a pas mangé depuis des jours et des semaines.
Pourtant, son visage a plutôt bien résisté à cette drôle de bataille contre l’inconnu. L’expression de ses traits ne trompent pas, oui c’est exactement comme avant. Boly ne saura jamais mentir, tant qu’on voit son visage. Ses yeux sont un peu cernés mais ils brillent toujours autant lorsqu’une émotion trop forte transporte son cœur. Sa peau est toujours pure, douce, son nez fin. Mais ses joues se creusent. Et globalement, tout se creuse. Ses mains sont trop fines, ses jambes aussi. Et sa tête, elle s’est vidée pendant tout ce temps ou quoi ?!
Boly s’est coupé les cheveux. Pourquoi ? Bande de curieux, vous le saurez plus tard. Quoi qu’il en soit, ils repoussent doucement mais sûrement. Ca lui donne un air de garçonne, et en plus, comme rien n’a changé (ou presque), elle n’a toujours pas pris l’habitude de se coiffer. Ses cheveux partent toujours un peu dans tous les sens…

La trouverait-on attirante, comme jadis ? Ah mais bien sûr, ça n'était qu'une question de goût. Parce que Boly n'avait rien de particulier, et on peut bien dire qu'il y avait des filles beaucoup plus jolies qu'elle. Mais elle pouvait avoir son charme. Avant, elle avait quand même de jolies formes, et ses cheveux étaient beaux, sombres, soyeux, et surtout longs. Ses joues étaient rosies parfois, et son sourire, bien que rare, pouvait être resplendissant selon les goûts. Mais qu’a-t-elle de féminin aujourd’hui ? Qu’a-t-elle d’élégant ? Son corps ne signifie plus rien, elle sort du gouffre comme si elle avait été séquestrée pendant des années. Si on ne regarde pas ses yeux, alors plus rien n’est attirant chez Boly. On se demande juste ce qui lui est passé par la tête. »
    « Loup Garou
Lorsque Boly se transforme en louve, elle est trois fois plus grande et un monstrueux corps prend la place de sa fine apparence humaine. Sa pelure est grise, très foncée, ses crocs sont dangereux et ses griffes font de sacrés dégâts. Ses yeux sont tout ce qui ne change pas. Bleus, globuleux et intenses.
Boly ne maîtrise pas du tout le loup qui sommeille en elle. Lorsqu’elle se transforme, elle devient dangereuse et dévastatrice. Le fait d’avoir vécu sauvagement dans la forêt pendant un an n’a pas du tout arrangé la chose. Le loup est tellement fou et énergique que lorsque Boly reprend sa forme humaine, elle est exténuée.
Oh, le loup n’est pas du tout le monstre le plus fort du monde, pour autant. Un vampire peut éliminer Boly très facilement, comme dans la normale. Seulement, n’étant pas maîtresse d’elle-même, on ne sait pas de quoi est capable de loup. A ses propres risques et périls.
Le loup n’a donc pas de pouvoir en particulier. Il a bien la force et la vitesse de tous les loups-garous, bien sûr. Néanmoins, la Boly humaine possède un pouvoir qu’elle ne sait gérer que lorsqu’elle est humaine. Un champ de force. Son efficacité varie de l’état dans lequel elle se trouve.
»

Points faibles : Boly ne sait pas du tout se contrôler. On dirait qu'elle est folle, lorsqu'elle se transforme. Elle est sauvage et ne sait pas se défendre. En plus, elle ne sait pas nager. Et son esprit d'aventurière refoulée fait d'elle un animal, même quand elle est humaine... Boly a perdu la raison.
Points forts :Boly est un loup-garou. C'est sans doute un point fort, parce qu'il s'agit d'une créature puissante. De la force elle en a, c'est le moins qu'on puisse dire. Du moins, lorsqu'elle se transforme. De plus, elle a un pouvoir étrange qui lui permet de se créer une bulle de protection assez résistante. Elle ne le maîtrise pas parfaitement, mais ça aide. Enfin, ayant vécu pendant plus d'un an dans la nature, telle un animale, Boly connaît tout de la vie sauvage, elle sait plus ou moins communiquer avec les animaux et sait comment ne pas mourir si toutefois elle se retrouve perdue en forêt...
Caractère

Mais qui est Boly ? Est-elle devenue folle ? Est-elle restée la même ?
Oui, non, peut-être. Un peu de tout. C'est très vague ! Boly est partie il y a quelques temps déjà, sans crier gare, sans prévenir personne du lycée Yokai. De toute façon elle était persuadée que le monde entier se foutait royalement de son absence. Il s'en foutait, oui, sans doute. Et elle a toujours eu ce côté égoïste et insouciante des autres. Mais elle se disait que le monde était largement capable de se passer d’elle. Quel est son rôle ici, après tout ? Euh, ben aucun, en fait…
Alors elle est partie. Parce que tout empirait, plus rien n’allait. Alaric l’avait délibérément et définitivement laissée tomber, et elle ne trouvait plus ce qu’elle avait eu, ce qui lui avait plu lors de son année passée au lycée Yokai. Elle souffrait et avait besoin de changer d’air.
C’est ce qu’elle a fait. Radicalement.
Mais voilà, elle revient. Parce que là-bas aussi, tout devenait fou, tout partait en n’importe quoi. Elle doit revenir à la réalité. Fini, le pays des fausses merveilles. Elle ne se contrôlait plus. Etait-ce si grave que ça, après tout ?
Qui est-elle aujourd’hui ? Elle est toujours Boly. Fidèle à elle-même, arrogante, incrédule mais son cœur est toujours là. Nouveau, peut-être. Passé outre ces douleurs. Sauf que la vie qu’elle a menée pendant une année à l’écart de la civilisation l’a rendue folle. Elle n’a plus la notion de la sécurité et du danger, et des différences ou des affinités. Elle est devenue une réelle animale. Plus rien n’a de sens et tout se contredit dans son esprit. Elle va vous adorer peut-être, mais dans la minute qui suit elle va vous sauter dessus et vous dévorer. Tout cru !
La vie sauvage a apporté à Boly un bon gros lavage de cerveau. Elle a oublié sa vie au lycée Yokai, elle a oublié ses amours perdus. Mais elle a oublié le moindre contact humain. Ses connaissances, et même jusqu'au toucher d'une peau humaine, ou semi-humaine. On dirait une tarée qui débarque dans un autre monde de fous.
Mais à nouveau, elle revient. Elle essaie de ne pas oublier qui elle a été, qui elle est. Elle n’a plus de peine de cœur, mais c’est sa tête qui en a pris un coup. Et c’est pour ça qu’elle est revenue. Pour retrouver son esprit humain, s’il en reste encore un…


Histoire

13 Octobre 2003
Voilà, j’ai dix ans. Dix ans, un âge à deux chiffres, comme Alaric. C’était trop bien, aujourd’hui. Tout le monde est venu à la maison. Enfin, tout le monde, sauf Papa, bien sûr. Il n’est plus à la maison depuis longtemps et je ne sais pas vraiment pourquoi. C’est sans doute des problèmes d’adultes. Tant que je vois Papa quand je veux, ça me va.
Mais il y avait Alaric. Et ça, c’est le principal. Ca n’aurait vraiment pas été pareil sans lui. Il m’a regardée dans les yeux et il m’a dit : « Ca y est, tu grandis… » Il avait presque l’air déçu, je me demande pourquoi. Mais après on s’est trop bien amusés, et j’ai oublié de me poser la question.
Sauf qu’à un moment, j’ai entendu une conversation intéressante dans la cuisine, dont la porte était fermée. J’ai tendu l’oreille et j’ai reconnu les voix de maman et mamie.
« Il faudrait penser à lui dire… » a dit mamie.
« Hors de question. Je ne dis rien tant qu’il ne me donne pas ce que je veux. » a répondu maman.
« Mais ça peut devenir dangereux ! »
« Je m’en fiche. J’ai ce qu’il faut pour calmer la situation, si jamais ça dégénère. »
« Maman ! Bolynulle écoute tes conversations ! » Keylana, ma petite sœur, a tout gâché. J’étais sur le point de savoir de quoi elles parlaient, mais elle a vraiment tout cassé. Je la déteste.




20 Octobre 2003
C’est bizarre, je n’ai pas eu de nouvelles d’Alaric depuis mon anniversaire. Pourtant, d’habitude on est toujours ensemble, pour embêter les autres. J’espère qu’il n’est pas en train de grandir. Les grandes personnes disent ne plus avoir le temps de s’amuser. Mais moi je n’ai que lui. Je ne peux pas le perdre, n’est-ce pas ? Non, il ne m’abandonnera pas.



29 Octobre 2003
Je m’inquiète. Pas une trace de vie d’Alaric, et maman ne veut pas que j’aille le voir moi-même. De toute façon, le jour où elle acceptera que je fasse quelque chose… Il n’y en a que pour Keylana. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas ce qu’elle a. C’est une gamine pourtant, mais ça se voit bien que maman la préfère. Oh et puis moi, je m’en fiche. Ce qui m’importe, c’est que je ne trouve pas Alaric. Oui. Ca c’est grave.
Et le pire, c’est que je n’ai toujours pas vu papa non plus ! Alors qu’il m’avait promis qu’on se verrait pour mon anniversaire. Ca fait plus de deux semaines. Je ne veux pas qu’il m’abandonne, lui aussi. Comment je vais faire moi, avec maman et Keylana ?



20 Novembre 2003
Toujours pas de nouvelles. Je n’ai que Papa et Alaric en tête, mais eux, où sont-ils ? Est-ce qu’ils ont oublié que j’existe encore ? Je croyais que j’étais le centre du monde pour eux. C’est ce qu’ils disaient. Je déteste qu’on m’oublie ! Ca me fait tellement mal…



28 Novembre 2003
Je suis perdue.



1 Décembre 2003
Revenez ! C’est trop dur… Je n’ai rien d’autre à dire.



5 Décembre 2003
J’ai peur. Que sont-ils devenus ? Je voudrais m’enfuir. Mais parfois, maman me fait tellement peur… Je ne peux même pas écrire ce que je vis, tellement ma main tremble.



13 Décembre 2003
Deux mois que j’a dix ans. Relire les pages précédentes me fait pleurer et on dirait qu’il n’y a pas de fond à ma boîte à larmes. J’abandonne ce journal. Je vais le cacher. Je ne veux plus jamais en entendre parler. Mon cœur est brisé, à tel point que je me demande s’il est encore dans mon corps.



13 Octobre 2006
Trois ans. Trois ans !
J’ai cherché ce journal pendant toute la nuit. On aurait dit que j’étais folle. J’ai retourné ma chambre et c’est comme si un ouragan était passé par là. Mais ça y est. Je l’ai entre les mains. Je dois écrire ce qu’il vient de m’arriver…
C’est le jour de mon anniversaire. J’ai treize ans, et depuis mes dix ans, je n’ai pas revu mon père, ni Alaric. C’est horrible. Je vis dans le monotone, toute seule, et je n’ai qu’une envie : partir. Mais je ne peux pas. A cause de maman. Elle est tellement… Terrifiante…
Je suis restée toute la journée à la maison. Dans ma chambre, plutôt. Et ce soir, en voulant fermer mon volet, j’ai aperçu dehors quelqu’un qui regardait vers ma chambre. Un grand garçon aux cheveux blonds. Ses yeux bleus ressortaient dans la soirée obscure. Je n’ai aucun doute. C’était Alaric. Je n’ai pas pu bouger parce que j’étais sous le choc. Et lui, il est resté planté là pendant quelques secondes mais il est parti très rapidement, en courant, comme s’il venait de réaliser que je l’avais vu. Pourquoi est-il parti ?
J’ai ouvert la fenêtre et j’ai crié son prénom. Je ne pouvais pas sortir. Et il n’est pas revenu.
Voilà. Je vais fermer ce journal et pleurer pendant tout le reste de la nuit.



1 Novembre 2006
J’AI BESOIN D’AIDE !



1 Décembre 2006
Je veux mourir.



10 Décembre 2006
Le monde entier me déteste. Personne ne m’aime, personne ne fait attention à moi, personne ne me croit quand je dis que j’ai mal. Ils sont tous bêtes ou quoi ? Les gens pensent en plus qu’ils peuvent avoir de l’autorité sur moi. Quelle blague ! Alaric m’a appris à déjouer les règles, je n’oublie rien. Et la seule personne qui arrive à me faire peur, c’est maman. Dès que j’entends ses pas qui se rapprochent, je frissonne. Ils pensent tous qu’elle est gentille, ils pensent tous que je suis folle. Je vais vraiment le devenir si ça continue comme ça. Papa disparaît, Alaric disparaît. Moi aussi je veux ! Pourquoi j’ai pas le droit ? Pourquoi ils ne reviennent pas ?



25 Février 2007
Papa, Alaric, venez me chercher !!!



30 Avril 2007
J’ai essayé. J’ai essayé de me cacher partout. Dans ma chambre, j’ai déjà fait toutes les cachettes. Je me suis pliée en quatre pour entrer dans un tiroir de mon armoire ! J’ai tout fait. Elle me retrouve toujours… Il faut que j’arrive à m’enfuir. Mais tout est… Barricadé…
Mon corps est cassé en mille morceaux, mon cœur est détruit, mon âme est souillée. Pourquoi j’existe ?



27 Septembre 2007
Qui suis-je ?



10 Octobre 2009
J’avais cessé de me poser tant de questions. Je vivais sans but, je ne signifiais plus rien, je ne parlais à personne. Et je m’y étais presque habituée, à cette vie silencieuse et morose. Mais ma vie a décidé d’être pourrie, jusqu’au bout.
J’ai seize ans. Et ça fait six ans que je n’ai pas revu Papa ni Alaric. Oh, il y a toujours cette silhouette mystérieuse qui apparaît au loin, je la vois depuis ma fenêtre, tous les ans. Tous les ans, je reste immobile parce que mon souffle se coupe dès que je vois quelqu’un qui ressemble à Alaric. Je me demande si elle sera là cette année. Dans trois jours. Je suis impatiente, malgré tout…
Ah mais ce qui s’est passé hier, c’est la pire des blagues. Je suis toujours en train de croire que je rêve éveillée.

Hier soir, j’étais dans mon lit, parce que de toutes mes journées je n’ai rien d’autre à faire que dormir. Mon genou me grattait. J’ai l’air stupide à raconter ça, parce que c’est une chose tellement banale ! Mais non, parce que j’ai gratté mon genou, et j’ai commencé à saigner. Parce que des griffes avaient apparu sur mes mains. Et après… Trou noir.
Maman dit depuis ce matin que je suis un monstre. Elle crie des insultes et des menaces à tout va derrière la porte de ma chambre, comme si elle n’osait pas l’ouvrir. En même temps, tant mieux… Il vaut mieux qu’elle ne voie pas l’état de ma chambre. Tout est saccagé ! Il n’y a plus de tapisserie, les meubles sont en miettes. Seul mon journal est resté intact, avec la photo d’Alaric le jour de mon anniversaire…
Mais qui a fait ça ?! Moi… ? Comment ?

« Tu vas me le payer, monstre ! Ton père ne m’aura pas si facilement ! Vous êtes tous fous, dans cette famille ! Des horreurs ! Demeurée ! »

Merci, maman.



10 Octobre 2009, un peu plus tard…
Keylana est entrée dans ma chambre tout à l’heure. Je la déteste !

« Salut, vieux chien. Tu t’es vue ? T’es toute sèche, maigre comme un cure-dent. T’es horrible, et ça pue le chien mouillé, ici ! Tu savais, toi, que t’étais un monstre ? Ouais, comme Alaric, parce que dans ta famille, vous êtes tous des timbrés. Moi j’ai rien à voir avec ça ! Moi je suis belle, tu vois. Moi je suis pas un loup, ma vieille. J’ai hâte que tu déguerpisses d’ici, parce que maman devient folle à cause de toi. Je me tire, moi. Y’a trop de mauvaises ondes, par ici. »

Est-ce que je dois la croire ?
D’où je suis un monstre ?
D’où je suis un loup-garou ?
D’où ça existe, les loups garous ?!



10 Octobre, dans la nuit.
Je n’arrive pas à dormir. J’ai reçu des attaques morales pendant toute la journée, je n’en peux plus, je sature. Dans ma chambre, je ne peux pas m’empêcher de frapper sur les murs, de casser tout ce que je peux. Maman me traite encore de folle, mais je commence à croire comme elle… J’attends les griffes, j’attends l’animal, j’attends le monstre. J’attends le trou noir. Mais rien. Rien, depuis des heures, déjà.


11 Octobre 2009
Les attaques recommencent. C’est comme si j’arrivais à m’y faire. Je n’ai pas dormi de la nuit, alors je crois que je vais me rattraper aujourd’hui. Leurs voix de poules affamées me berceront peut-être. Il est 14h30. Bonne nuit.



13 Octobre 2009, dans la nuit.
Alors là.
Alors là !
ALORS LA !

J’ai revu Papa. Je n’en reviens toujours pas. Il est venu me chercher la nuit dernière, à la maison ! Il était… Loup. Enragé, rapide et agile, effrayant. Il m’a capturée. Mais bizarrement, je me sens beaucoup plus libre en était kidnappée, moi. Je crois que je me suis évanouie. Et puis je me suis réveillée chez lui. Quand je l’ai vu, mon sang n’a fait qu’un tour. Mais lui, il a souri.

« Assieds-toi, Bolyzet. »
J’ai obéi. La cuisine était jolie. Il y avait des confiseries.
« Pas trop sous le choc ? »
« Vraiment, vraiment, vraiment trop en dessous, oui. »
Il a ri.
« Je m’en doutais. »
Je n’arrivais pas à être souriante, comme lui. Je le regardais d’un air stupéfait.
« Tu comptes m’expliquer, ou juste me donner des gâteaux… ? »
Il est redevenu sérieux.
« Je crois que tu as le droit à des explications, oui. »
Moi je ne crois pas. Non, j’en suis certaine !
« Je suis désolé, Bolyzet, de tout ce que je vais te raconter. »
Il a marqué une longue pose, pensant peut-être que j’allais lui dire « oh, allez, c’est pas grave, j’te pardonne, tapes m’en cinq ! »
« Depuis le divorce, Bolyzet, tu vis chez des gens qui… Ne sont pas ta famille. »
Encore une pause. Il me fixait avec un petit regard coupable.
« Quoi ? »
« Olana n’es pas ta mère. Keylana n’est même pas ta demi-sœur. Elles ne sont rien pour toi. Mais je t’ai laissée là-bas. Je n’aurais pas du, mais tu sais… »
« Attends une minute. Si ce n’est pas ma mère, alors QUI est ma mère ? Qui est ma famille, Jutyilo ? »
« Oh s’il te plaît, ne m’appelle pas par mon prénom, moi je suis quand même ton père. »
« Ah bon, en fait je me demandais si j’avais un père, tu vois, parce que ça fait six ans que j’appelle à l’aide, et il ne vient jamais à mon secours ! »
« Laisse-moi expliquer, Bolyzet. S’il te plaît.
Tu le sais, Bolyzet, tu es un loup-garou. Je sais, c’est étrange d’apprendre ça comme ça, subitement. Mais il y a deux jours, tu as eu un trou noir. Et oui, tu t’es bien transformée. C’est le début, Bolyzet. Ces gènes de monstres te viennent de ta vraie mère, et de moi. Nous sommes tous les trois des loups-garous. A ta naissance, je me suis rendu compte que ta mère était trop dangereuse. Elle voulait te manger. Son instinct animal avait pris le dessus, malheureusement. Je suis parti, loin, avec toi. J’ai rencontré Olana. Nous ne sommes pas restés ensemble longtemps parce que quand elle a su ce que nous étions, elle a pris peur. Mais elle t’a gardé, par force, parce qu’elle voulait que je lui rembourse de l’argent qu’elle m’avait prêté, quand nous sommes arrivés, toi et moi. Mais je n’avais pas d’argent. Et elle était dangereuse. Elle avait des armes. Je ne voulais pas qu’elle te fasse de mal. Il fallait que je trouve de l’argent.
Mais je n’ai pas réussi à la rembourser, même en six ans. Il a fallu que j’utilise la partie la plus sombre de moi-même. Donc tu n’as pas rêvé, chérie. C’est bien un monstre qui est venu te chercher chez toi, cette nuit. »
Je suis restée silencieuse. C’était du gros n’importe quoi.
« Bon, ça va, là. Elles sont où, les caméras ? »
« Ce n’est pas une blague, Bolyzet. »
« Je refuse de croire ça ! C’est faux ! C’est impossible ! Tu es fou, Jutyilo. Tu es fou ! Olana est ma mère, même si on se déteste. Tu racontes n’importe quoi ! »
Mais alors que j’exposais toute la folie qui était contenue en moi pendant tout ce temps, Papa déposa un papier sur la table. Un papier que j’avais déjà vu. Le jour de mes dix ans.
« J’ai déjà vu ça. Je n’ai jamais pu lire ce courrier, maman… Enfin, Olana… L’a jeté dès que j’ai ouvert l’enveloppe. Qu’est-ce que ‘est ? »
« Lis. »
« Lycée Yokai. »
« Yokai. Tu sais ce que c’est, un Yokai, quand même. Tu parles encore ta langue, je crois. »
« Yokai… »
« J’ai pris quelques vêtements en t’emmenant. Tu pars dans cinq minutes. »
« Attends ! Je… J’aurais aimé passé du temps avec toi. Tu m’as manqué… »
« Je sais. Mais c’est impossible. Je m’enfuis, moi aussi. Le cauchemar est terminé. »
« Attends ! Et Alaric… ? »
« Alaric. »
« Oui ! Mon cousin ! Tu l’as oublié, lui aussi ?! »
« Certainement pas. »
« Alors dis-moi où il est ! »
« Je ne peux pas. »
« Qu’est-ce que c’est encore cette histoire ?! Vous avez disparu de ma vie en même temps ! Je suis certaine que vous avez trafiqué un truc ensemble ! C’est pas possible. Vous voulez ma mort ! Je ne peux pas continuer sans lui, Jutyilo ! »
« Je ne peux pas t’en dire plus, Bolyzet. »
« Mais pourquoi, bon sang, POURQUOI ?! »
« Parce qu’à l’heure actuelle, je ne sais pas où il est. »
C’est la dernière phrase qu’il m’a dite. Après il m’a emmené à un arrêt de bus. Et c’est tout. Bye-bye Jutyilo.
Et maintenant, je suis dans une chambre qui ressemble à un antichambre de manoir hanté. Génialissime. Moi qui croyais que le cauchemar avait pris fin. Bienvenue chez les fous. Il paraît que j’ai cours.


15 Octobre 2009
C’est vraiment bizarre ici. J’ai l’impression de faire un rêve qui dure plusieurs jours. Enfin, c’est pas très féérique. Je ne rencontre que des créatures abominables. Je suis pas chez moi ici ! Je suis chez des monstres. C’est n’importe quoi, moi je ne suis pas des leurs ! J’ai envie de partir.


16 Octobre 2009
Je m’ennuie à mourir. J’ai rencontré un surveillant. Dante. Il m’a dit de lire le règlement intérieur du lycée. Bien sûr ! Il doit ressembler à un simple règlement, avec des tas d’interdictions stupides qui sont faites pour être déjouées. On va s’amuser !
Mais Alaric, où es-tu ?


17 Octobre 2009
Reviens…


19 Octobre 2009
Il s’est passé un truc étrange. Mais de toute façon, tout est bizarre ici ! Tout est anormal ! C’est un monde de fous.
Je voulais m’inscrire au club de combat à mains nues. Et bon sang, ça fait du bien de se défouler. Mais il y avait un concours, ou que sais-je. Et là, un vampire m’a défiée. Seth. N’importe quoi, j’ai abusé de mon égocentrisme et j’ai voulu le réduire en miettes. Un vampire ! Ces monstres étonnamment forts, contre un minuscule loup que suis-je. Il m’a provoqué en buvant mon sang. J’ai été tellement outrée que je me suis vengée, pas très poliment. Forcément, j’ai été abattue. Je suis totalement ridicule ! Mais je crois que ce type est tombé amoureux de moi. Il m’a défendue lorsqu’un orque s’est attaqué à moi. Il a failli mourir. On s’est perdus dans la forêt et je ne pensais pas qu’il allait se passer de telles… choses… entre lui et moi.
On est rentrés au lycée dans un état piteux, les surveillants nous ont regardé d’un œil méprisant et surtout, très curieux. C’était drôle, ils avaient l’air de paparazzis.
Seth a disparu.


20 Octobre 2009
Une présence me manque. Laquelle ?


29 Octobre 2009
Je ne pensais pas que j’allais me faire des amis par ici. Oui bon des amis… Des personnes sympathiques, quoi. Kira, Nanako, Moka. Cette dernière est… fantastique. Tout le monde parle d’elle comme si c’était une déesse. Mais je ne serais pas étonnée, si on me disait que c’était vrai.
Il paraît que c’est la fête, dans deux jours. Halloween.


01 Novembre 2009
J’ai vécu un truc de dingue, encore une fois !
Halloween, c’est la fête de l’horreur. La fête des monstres. J’ai été impliquée dans une course contre la montre sans le savoir ! Je ne m’étais inscrite nulle part. A croire que quelqu’un l’a fait pour moi…
Je me suis retrouvée attachée à Kira. Il y avait 4 équipes. Nous avons du parcourir un terrain douteux dans une ambiance trop sombre. Je crois qu’on n’est pas arrivés derniers. En fait je n’ai pas fait la fête. Quand Kira et moi sommes arrivés à la fin de la course, je me suis enfuie. Et perdue dans la forêt. J’y suis restée toute la nuit, mais j’avais l’impression que quelqu’un me cherchait, ou rôdait dans les parages. Je voyais juste une silhouette, de temps à autre. Et de longs cheveux blonds. Mais je me suis endormie. Je suis rentrée ce matin, encore dans un état lamentable. Je vais peut-être me faire virer si je continue comme ça.


01 Décembre 2009
Il neige.
Alaric n’a toujours pas montré de trace de vie. Est-il ici ?
Seth a vraiment disparu. Même les autres élèves me disent qu’ils ne l’ont pas vu depuis un mois.
Les gens me reconnaissent parfois, parce qu’ils savent que j’ai participé à la course d’Halloween. C’est amusant. J’aime bien être au centre des attentions !
J’ai rencontré Eikichi. Un être fascinant. Il sait lire dans les pensées ; c’est gênant. Mais il est un peu comme une boîte à souvenirs, qu’on peut ouvrir et fermer quand on veut.
Je ne me lasse pas de passer du temps avec lui, et il a tellement de choses à raconter, lui aussi…


15 Janvier 2010
Eikichi.
Eikichi.
Eikichi.
Eikichi.
Il m’a embrassée.
Pardon, Alaric.


12 Juin 2010

Qu’est-ce qui m’arrive ?
Le temps passe à une vitesse impressionnante. Peut-être parce que je ne m’ennuie pas ? Je n’ai pas énormément d’amis, c’est vrai. Mais Eikichi est là, alors ça me va. On dirait que je n’ai pas besoin de plus. Je m’amuse avec lui.
Je pense encore à Alaric, parfois. Parce qu’Eikichi lui ressemble. C’est vrai, et je n’avais pas réalisé ça auparavant. Ils ont la même coupe de cheveux. La même envie de me taquiner, parfois. J’ai remplacé Alaric. Je me suis peut-être fait ma petite illusion de pauvre tarée. Eikichi = Alaric, Alaric = Eikichi. Ouais, ok. Pourquoi pas, après tout ?

21 Juillet 2010
Je cherche Eikichi depuis une semaine. Je me demande où il est, parce qu’il ne m’avait pas dit qu’il partait. Demain il sera là. Parce qu’il n’a pas le droit de me faire du mal. Personne n’a le droit de me faire du mal !
Mais tout le monde le fait.


01 Aout 2010
Toujours pas là.


15 Aout 2010
Je suis perdue. Je me rends compte que ma vie est pourrie ici, en fait, sans Eikichi. J’ai l’impression que je viens d’arriver, quoi. C’est nul.


30 Aout 2010
Eikichi ! Reviens !
Ne fais pas comme eux…
Comme Jutyilo…
Comme Alaric…


18 Septembre 2010
Ma vie est incroyablement longue.


07 Novembre 2010
Je suis partie pendant trois jours. J'ai cherché Eikichi partout dans le monde des monstres. J'ai marché pendant des heures, des heures… Impossible de le trouver. Je ne sais pas ce qu'il est devenu. C'est grave. J'ai l'impression d'être malade depuis quatre mois.


15 Avril 2011
Je ne dors plus, je ne mange plus, j’ai peur la nuit. J’ai pas d’amis, je ne vais plus en cours, je glande toute la journée. Je déteste tout le monde et tout le monde me déteste. J’ai envie de mourir.

Je me casse.


26 Juin 2012, nouveau journal
C’était dingue.
C’était dingue !

La forêt, les loups, le froid, les renards, les insectes, la pluie, le vent, la chasse, le soleil, les feuilles, la peur, la neige, la chaleur, les chasseurs.
Je suis un animal.
Je ne suis pas un être humain !
Je suis un monstre.

Je n’ai pas parlé depuis un an. Je n’ai pas dormi dans un lit, je n’ai pas mangé dans une assiette depuis un an. Je n’ai pas changé de vêtements. Depuis un an.
Mais je suis en vie. Qu’est-ce que ça veut dire ? Je suis bonne qu’à vivre comme une sauvage ? Puisque la vie me réussissait là-bas, j’aurais du rester ouais. J’aurais jamais du revenir ! J’aurais du crever en forêt !
Qui m’attend, au lycée Yokai ? Personne. Non, personne ne m’attend ! Et j’attends personne !
Qui y avait-il au lycée Yokai ?
J’ai…
J’ai…
J’ai oublié.

Pourquoi je reviens ? Vais-je finir par être normale ?
J’ai pas envie de mourir !
J’ai peur.
J’ai peur.
J’ai peur.
J’ai peur.
J’ai peur.



    POUR FINIR ϟ
    PSEUDO - Maite | COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? - Mouarf! | AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? - Okay by Imo | DES IDES POUR AMÉLIORER LE FORUM ? - - | PRÉSENCE - 4/7 | D'AUTRES COMPTES ? - Imogen H. Jellyka | ANCIENNEMENT ? - Kumiko Kooji, Bolyzet-Niniaka Somawi |


Dernière édition par Bolyzet-Niniaka Somawi le Dim 3 Juin - 7:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bolyzet-Niniaka Somawi
avatar
Nombre de messages : 25
Age : 67
Date d'inscription : 18/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: B+
Race de Monstre: Loup Garou
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Bolyzet-Niniaka Somawi   Mar 8 Mai - 12:40

J'arrive aux trois semaines et j'aurais besoin d'un peu plus de temps pour finir ma fiche... Surtout l'histoire!
Merci♥
Revenir en haut Aller en bas
Merlin Sylvestris
avatar
Nombre de messages : 108
Age : 21
Localisation : Sous Terre
Humeur : Flasque ?
Date d'inscription : 02/03/2011

†Fiche Personnage†
Level: B+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Bolyzet-Niniaka Somawi   Mer 9 Mai - 14:10


Eh bah non, tant pis pour toi !!! Je supprime ton compte nah ! è___é

Naon, je rigoule. ♥ Etant donné que tu es administratrice tu n'as pas tellement de date butoir, on considère que tu as plus de travail qu'un simple membre pour accepter du retard pour la fiche. =) *exemple même, n'a pas fini sa fiche*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bolyzet-Niniaka Somawi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bolyzet-Niniaka Somawi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Il y a un début :: Fiches Suspendues-