AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mizore Shirayuki
avatar
Nombre de messages : 359
Age : 25
Localisation : Auvergne
Humeur : Perverse.
Date d'inscription : 08/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Yuki Onna
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Mer 12 Sep - 8:45

    Tout blanc, tout noir, puis re tout blanc. Mizore ouvrit les yeux. Elle cracha deux trois gorgées d’eau salée, encore allongée sur le sable clair. Elle mit un moment avant de retrouver une vision correcte, et elle put observer à loisir les alentours. Résumé de la situation ?

    C’était la merde.

    Son embarcation de glace, qu’elle maintenait à flot inconsciemment, s’était mis d’un seul coup à fondre, et elle, dans l’incapacité totale de se servir du moindre de ses pouvoirs. Et ça, c’était, ma foi, assez problématique. La jeune femme des glaces avait sombrée dans l’inconscience en même temps que dans les flots, après avoir nagé jusqu’à épuisement dans les eaux encore agités. La chance lui avait souri, puisqu’elle avait survécu là où elle pensait succomber, regrettant d’être parti sur cette croisière, repensant à sa famille, son pays… Echouée sur la grève, la marée basse lui avait permis de sécher, dans le petit soleil matinal. Oh, elle n’avait plus de sucette. Et ça, c’’était grave, et limiterait énormément ses mouvements. Elle imaginait toujours le pire sans sucette.

    Il lui fallut longtemps pour se relever. Complétement ankylosée, elle prit son temps pour mobiliser un à un chaque muscle de son corps et d’en retrouver un bon contrôle. Elle grimaça en se levant, la douleur irradiant tout de même dans tout son corps. Un bref coup d’œil lui indiqua qu’elle était actuellement sur une île, et apparemment seule sur place. L’île était jolie, et Mizore s’y serait surement plu si elle ne ressentait pas ce sentiment d’oppression dû à la neutralisation de ses pouvoirs. Et l’étrange impression d’une présence malsaine et invisible autour d’elle.

    « Pitié, Akuma ! Pitié ! »

    Mizore se retourna d’un bloc. Elle ne pouvait pas les distinguer, mais elle devinait les formes sombres, et pourant luminescente qui erraient autour d’elle. Il y en avait plein, qui poussaient gémissements, sanglots et cris d’angoisses. Le truc qui rassure.

    « Laisse-moi sortir ! Libère moi ! »

    Un ricanement terrifiant et quelques autres suppliques plus tard, les formes s’enfuirent en hurlant. D’instinct, et malgré son malaise et son incompréhension grandissante, elle les suivit, prenant elle aussi ses jambes à son cou. Idée salvatrice, ou non, car elle ne savait ce qu'elle fuyait, et ne préféra pas se retourner pour savoir. Mais les bruits qui la suivaient ne lui disaient rien qui vaille. Heureusement, son avance permit à la Reine des Glaces (magnum) d’atteindre la forêt jungle qui s’étendait de son côté des terres. Par précaution, et de par la peur qui étreignait son cœur et son esprit, elle poursuivit sa course un peu plus longtemps, avant de trébucher en s’embourbant dans une masse de terre humide. Un marécage, trop cool.

    Le cœur battant encore la chamade, la panique toujours en elle, Mizore reprit son souffle. Les autochtones n’étaient pas amicaux. Du tout. Elle voulut se relever, mais s’effondra immédiatement. Sa cheville, gonflée, était au moins foulée.

    Là, c’était carrément la merde.

    Trifouillant aux alentours, elle trouva un bâton assez grand pour lui servir d’appui, et quelques bout de bois. Déchirant son haut, maintenant à moitié à poil, elle banda et plaça une attelle sur son pied blessé. Le zénith battait son plein et filtrait à travers les feuillages de la mangrove qui recouvrait le marécage. Pour éviter de mourir de surchauffe, elle se trouve une souche creuse, dans laquelle elle s’allongea, bien cachée à l’intérieur, près de la fraicheur d’une peu d’eau relativement claire. Des bruits de pas se firent entendre. Elle se serra contre le tronc du mieux qu'elle pu, espérant ne pas se faire repérer.

    La peur au ventre.

Revenir en haut Aller en bas
Imogen H. Jellyka
avatar
Nombre de messages : 287
Age : 23
Localisation : Dans une forêt...
Humeur : Je suis une princesse !
Date d'inscription : 28/08/2009

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Elémentaire de la Feuille o/
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Jeu 13 Sep - 8:49

Day 15 - 404 Not Found.


Etape 1 - Paradis ?


Un peu sonnée, princesse ?

C'était très confortable, cet espèce de lit chaud et reposant. Le soleil embaumait le visage de la demoiselle, elle ne pouvait s'empêcher de sourire dans son sommeil paisible. Son rêve devait être agréable, lui aussi. Mais lorsqu'un léger vent frotta ses épaules, la jeune fille chercha la couverture, douce comme de la soie, pour se recouvrir. A gauche, rien. A droite, rien. C'était obligé. Ce léger froid la réveilla.
Imogen ouvrit les yeux, pas trop car le soleil l'éblouissait. Ça alors, encore une nuit à la belle étoile ? Pourtant, elle n'était pas sur un des balcons du Calypso. Ah ça non ! Sur du sable ? Elle ne se rappelait pas que le navire avait fait une escale par la terre. Et d'ailleurs, il était où, le Calypso ? Pourquoi la dame de services ne l'avait-elle pas encore réveillée avec un doux café au lait ?

Oh, non. Alors ça n'était pas un rêve.
Tous les maléfiques souvenirs revinrent à l'esprit de la jeune élémentaire. Les verres brisés, les glissades sur le parquet penché, le cuisinier. Imogen se leva d'un coup. La terreur... Comment était-elle arrivée là ? Après le sourire de son vieil ami, il n'y avait plus que du noir dans sa tête. Où étaient tous les gens ? Une peur intenable envahit alors la demoiselle. Et si elle s'était perdue ? Et si personne ne l'avait retrouvée ? Et si les survivants de l'accident étaient repartis, sans elle...?
Elle était toute seule sur ce...
Mais d'abord, où es-tu bon sang, princesse ?

Imogen courait. Mais il n'y avait que du sable, du sable, du sable. Autrefois, elle aurait prêté attention à ce merveilleux paysage qui s'embellissait à chacun de ses pas. Cette vue était si fantastique qu'elle aurait pu en devenir aveugle ! Non, non, car au lycée Yokai elle s'était habituée à la présence de beaucoup de monde autour d'elle. C'était rassurant. Là, il n'y avait plus personne. Et elle se souvenait avec peine de ses quelques amis.
Il y avait des arbres aussi. Énormément d'arbres. La princesse hésitait à se diriger vers ces forêts sans doute pleines de mystère, parce que c'était comme si quelque chose de dramatique se passait par là. Elle entendait... Mais elle ne savait plus si c'était réel, ou si seulement son esprit lui faisait une mauvaise blague. Le soleil avait trop tapé sur sa tête. Un peu comme ce gros bleu qu'elle avait reçu sur le front en s'y cognant, dans sa chute. D'ailleurs elle regarda ses bras : d'où venaient ces égratignures, ces bleus ? Ça ne faisait pas très mal. Pour l'instant.

La princesse d'émeraude tomba. Assez de courir, assez de chercher. Les larmes coulaient sur ses joues et ne s'arrêtaient plus. Elle avait mal à la tête. Et elle était seule.

« Aux secours... »

Imogen n'avait même plus la force de crier. Les deux mots sortirent de sa bouche comme des murmures, mais voyons princesse, qui entendra te détresse ?

Et soudain, alors que la jeune fille avait fermé les yeux, elle entendit :

« Ne reste pas là ! Fuis ! »

Elle se redressa immédiatement. Quelqu'un ? Les yeux de diamants fouillèrent les alentours. Mais personne. Et sa tête lançait encore plus. Un soupir.
Pourtant, elle avait le sentiment que cette voix était réelle, peut-être même qu'elle la connaissait. Une lueur d'espoir, peut-être, mais elle s'était bien rendue compte que dans cet espace, elle était vraisemblablement abandonnée à elle-même. Pour l'instant. « Ne reste pas là ! Fuis ! » Encore une fois ? Imogen se leva. Et cette phrase se répétait alors sans cesse. Mais qui est là ? « Ne reste pas là ! Fuis ! » Bon. D'accord !

Ses pas s'accélérèrent. Et la phrase se répétait, tellement qu'elle se superposait elle-même. Et de l'écho arrivait aussi. Ceci devenait incompréhensible. Et c'était trop fort. On ne peut pas baisser le volume ? Surtout qu'il n'y avait personne autour d'elle, et c'était pourtant comme si ils étaient cent.

« J'ai compris ! »

Imogen hurla, et des oiseaux d'une race inconnue s'envolèrent. Mais au même moment, elle se souvint. C'était le cuisinier. Est-ce qu'il était là ? En y pensant, la demoiselle entendit son ventre gargouiller. Elle avait soif aussi. Terriblement soif. Elle courait, rien n'avait réagi à son cri. Mais ses pas étaient de moins en moins rapides, et sa vue devenait floue. Elle persistait, elle appelait le cuisinier d'une voix faible. Et si il était là ? Elle pouvait peut-être retrouver un ami.

Boum. Un pied dans quelque chose de mou, et...

Tombée. Yeux clos. Aux pieds d'une autre princesse.
Toutes les fleurs fanent-elles ?


Dernière édition par Imogen H. Jellyka le Mar 18 Sep - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mizore Shirayuki
avatar
Nombre de messages : 359
Age : 25
Localisation : Auvergne
Humeur : Perverse.
Date d'inscription : 08/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Yuki Onna
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Jeu 13 Sep - 9:20

    Surprise. Mizore, totalement paniquée, leva les yeux sur ce qui avait fait un bruit mat juste devant elle. Le sourire qui illumina son visage fut à la hauteur de la peur qui s'était emparé d'elle juste avant.

    « Imogen? »


    La femme des neiges ne savait même pas que la petite élémentaire participait à la croisière. La savoir encore en vie l'emplit de joie. Avec de la chance, ses autres amis s'en seront tirés aussi. Déjà qu'elle en chiait pour en trouver, si en plus ils mouraient tous dans un naufrage, ce serait ma foi, plutôt dommage. Elle répéta le nom encore une fois, pleine d'enthousiasme.

    « Imogen !»

    Pour un peu, elle l'aurait serré dans ses bras, mais à moitié nue, elle risquerait de la congeler plus qu'autre chose, puisque la température de Mizore était toujours basse, malgré la restriction des pouvoirs.

    « Viens la. J'ai une cheville mal en point, si j'pouvais éviter de la bouger, ce serait pas mal. Tu es la depuis longtemps? Il ne t'es rien arrivé de grave j'espère? »

    Maintenant plus inquiète pour la petite Imogen que pour elle même, Mizore canalisait son désespoir et sa peur dans cette responsabilité qui lui tombait sur le coin du nez. Et elle n'était plus seule dans ce qui ressemblait de près ou de loin à l'enfer. Un ricanement sournois se fit entendre au loin, comme pour lui faire comprendre qu'avec Imo ou non, elle n'était pas sortie de l'auberge, et qu'elle allait en baver. Mizore soupira en se tassant contre le fond de la souche, pour laisser de la place à son amie. Celle-ci haletait et il lui sembla, que, tout comme elle, elle avait fuit quelque chose. Et Mizore espérait très fort que ce quelque chose ne l'avait pas suivi. Parce que sinon, c'était la caca.
Revenir en haut Aller en bas
Imogen H. Jellyka
avatar
Nombre de messages : 287
Age : 23
Localisation : Dans une forêt...
Humeur : Je suis une princesse !
Date d'inscription : 28/08/2009

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Elémentaire de la Feuille o/
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Mar 18 Sep - 10:45

Etape 2 - Réconfort.


La deuxième fois que la princesse entendit son prénom dans une voix non méconnue, elle sursauta. Il y avait trop de voix par ici, pour réussir à cerner le vrai du faux. Si ça continuait, la demoiselle allait finir par être tarée, comme dans les films avec des cernes horribles et une mine terrible ! Ah ça non, elle ne voulait pas devenir comme ça. Cette méchante pensée sortit rapidement de sa tête lorsque Imogen aperçut une silhouette, une personne. Et là, grand sourire. Elle ne tremblait plus de peur.

Oui, oui, c'était bien la princesse de glace. La jeune fille ne put s'empêcher de soupirer de joie, elle était heureuse d'avoir enfin un visage familier à ses côtés. Au moins, ils n'étaient pas partis sans elle ! Ils ne l'avaient pas abandonnée.

« Où est le cuisinier ? » demanda la jeune fille en regardant à droite et à gauche, un peu perdue.

Sa tête tournait encore un peu, lui faisait extrêmement mal et elle était légèrement sonnée. Ses yeux avaient du mal à s'ouvrir entièrement. Elle avait oublié une partie de l'histoire. Imogen pensait alors que le cuisinier avait sans doute survécu, lui aussi. Pourquoi pas ? La princesse avait oublié qu'elle était la seule d'eux deux à avoir échappé à la tentacule. Elle finirait peut-être par s'en souvenir...
Et il y avait là un autre problème : il semblait que Mizore était assez mal en point. La jeune élémentaire de la feuille, elle, avait échappé aux dangers des lieux. Pour le moment... Parce que là, son pied était justement en train de se faire aspirer par un drôle de marécage. Elle tira sa jambe vers elle, c'était assez difficile, mais son dégoût pour cette espèce de flaque tout à fait repoussante redoublait sa petite force. En plus, on aurait dit qu'il y avait du mouvement, là-dedans, et Imogen ne souhaitait franchement pas découvrir quelles horreurs pouvaient bien se cacher dans ce tas de boue.

Oh non, Imogen n'était pas du tout blessée. Juste ce gros bleu au milieu de son front, et quelques uns sur ses bras. Il fallait juste éviter qu'elle se cogne partout, quoi. Mais vu comme elle était à l'ouest, c'était assez mal parti pour une simple promenade se santé.

« Je n'ai pas mal », déclara-t-elle avec un grand sourire, en montrant ses petits bleus. « Mais toi, que t'est-il arrivé ? J'aimerais pouvoir t'aider... »

Imogen s'approcha de son amie princesse, elle s'installa là où Mizore lui avait gentiment offert une place. Cependant, elle prit soin de ne pas l'encombrer ; elle ne voulait pas la gêner, surtout là où elle s'était blessée. La demoiselle prit sa tête entre ses mains : la présence de Mizore était vraiment rassurante, elle se sentait un peu plus chez elle, dans cette souche ; mais elle était en train de vivre un cauchemar éveillé. Elle ne cessait de fermer et d'ouvrir les yeux, mais toujours elle se retrouvait au même endroit. Un lieu repoussant, plein de voix mystérieuses dans la tête, des mouvements étranges et suspects ça et là.

« J'ai tellement peur, Mizore... J'ai l'impression d'être folle... »

Oh, ceci n'était pas totalement faux. On ne pouvait pas dire que Imogen était la personne la plus normale au monde. Mais ici, c'était une autre sorte de folie... Tout était négatif, et seules les larmes qui coulaient sur ses joues semblaient être le liquide le plus pur de cet environnement.
Revenir en haut Aller en bas
Mizore Shirayuki
avatar
Nombre de messages : 359
Age : 25
Localisation : Auvergne
Humeur : Perverse.
Date d'inscription : 08/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Yuki Onna
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Mar 18 Sep - 12:55

    Soulagement. Elle n'avait rien. Mizore était contente maintenant. bon, après tout, elles n'étaient que deux naufragées perdues sur une île déserte remplie de trucs bizarres pas très sympathique, avec un environnement plus hostile que Moundir en rut. La routine quoi.

    « Le cuisinier? Je ne sais pas trop. Peut-être qu'on le retrouvera. Peut-être que non. La kraken a du faire des victimes. Et avec de la chance, il n'est peut-être pas arrivé sur cette île. »


    Elle l’espérait pour lui. Pour un humain de base, survivre ici devait tenir de l'exploit. Mais Mizore était loin d'être une humaine de base, et elle avait bien l'intention de survivre à ce petit bout d'enfer. Et en ramenant aussi Imogen en vie. La petite princesse s'était juste cognée un peu partout, enfoncée une jambe dans la boue et elle semblait un peu effrayée. Enfin, qui ne le serait pas?

    « Montre moi ta jambe. On sait jamais ce qui pourrait se trouver dans cette boue, et je te conseille de l'enlever au plus vite.»


    Après avoir serré la petite dans ses bras, elle entreprit d'enlever la boue de sa jambe. La tourbière, c'est pas drôle, et avec pas mal de malchance, remplie de parasite. Des sangsues ou on ne sait quoi pouvait s'être posée sur la douce peau de sa jeune amie. Heureusement, rien d'anormal ne semblait se trouver sur la donzelle.

    « Ne t'en fais pas pour moi va. J'ai connu bien pire. Et puis, avec mon attelle, je devrais pouvoir bouger normalement d'ici peu. Viens donc contre moi, ma fraicheur devrait soulager tes bleus. »

    Mais, et c'était compréhensible, la petite pleurait. Mizore se tourna vers elle, se redressant en grimaçant, et lui prit la main. De l'autre, elle essuya la larme qui coulait doucement le long de sa joue. Plantant son regard dans le sien, elle parla d'un air grave et determiné.


    « De toute les situations que j'ai pu vivre à présent, celle-ci est sans doute la pire. c'est surement de même pour toi. Ici, et en n'importes quel lieux que nous exploreront ici, je doute que nous soyons en sécurité. Oui, nous croyons devenir folles, nous entendons et voyons des choses que nous ne devront pas voir, mais regarde, je suis une Yuki Ona et toi tu peux parler et maîtriser la végétation. Peut-être que cette folie qui est actuellement la notre est le quotidien de certain. »


    Elle reprit une grand inspiration, souriante et bienveillante.


    « Nous sommes suffisamment maline pour faire la part des choses. Nos retrouvailles ne sont pas le fruit du hasard, et je sais qu'il existera d'une manière ou d'un autre, la possibilité de rentrer chez nous. Ensemble. Car, je ne permettrais pas que quoique ce soit sur cette île ne te fasse du mal. Alors, haut les coeurs moussaillons ! Le petit malin qui parviendra à me mettre hors course n'est pas encore né, et avec toi à mes côtés, je n'ai plus peur de rien. Maintenant, repose toi un peu, et attendons les heures plus fraîches de la journée.»


    Mizore savait que des pires choses qui pouvaient leur arriver, la solitude était la pire. Se retrouver leur redonnait l'espoir, la combativité. Bref, de quoi survivre. Car tel était l'objectif.

Revenir en haut Aller en bas
Imogen H. Jellyka
avatar
Nombre de messages : 287
Age : 23
Localisation : Dans une forêt...
Humeur : Je suis une princesse !
Date d'inscription : 28/08/2009

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Elémentaire de la Feuille o/
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Lun 24 Sep - 11:32

Etape 3 - Illusion.


Lunatique, Imogen passait des rires aux pleurs. Des pleurs aux rires. C'était ça qui la rendait folle, aussi ? Elle n'arrivait plus à se contrôler et ses émotions prenaient le dessus, puisque sa conscience avait du mal à gérer la situation, et sa tête tournait, tournait. La princesse avait atterri sur une terre inconnue peuplée de fous, à en entendre ces voix mystérieuses qui se plaignaient, qui soupiraient. Imogen se sentait sale et fatiguée. Elle était loin de tout ce à quoi elle avait appris à s'habituer. Oh, et loin du Calypso, le royaume féérique flottant, aussi. Oui, tout ça la rendait affreusement triste. La princesse qui avait oublié de scintiller.

Mais les images négatives s'envolèrent presque lorsque Mizore commençait à parler. Elle prenait soin de la jeune élémentaire, et cette dernière l'admirait particulièrement car elle avait réussi à garder toute sa lucidité et son courage. Elle pensait à tout. La preuve : elle s'était soignée elle-même ! Ça c'est clair, Imogen n'en aurait jamais été capable.
La demoiselle s'était blottie contre la princesse des glaces, ce qui la réconforta. C'est vrai, il faisait froid par là ! Mais ça n'était vraiment pas grave, parce qu'elle était heureuse d'avoir une amie à proximité.

La princesse des feuilles ne put s'empêcher de sourire en entendant le discours de Mizore. C'était un sourire sincère, qui avait oublié toutes les ondes négatives qui régnaient sur cette drôle d'île. Lunatique, oui. Mais son amie lui promettait de ne pas l'abandonner, et ça c'était vraiment encourageant. Imogen ne voulait surtout pas qu'on reparte sans elle. Elle l'ignorait dans sa conscience, mais elle avait constamment besoin d'être entourée. Surtout depuis qu'elle était arrivée dans le lycée Yokai. La jeune fille hochait la tête au fur et à mesure que Mizore parlait. Les copines allaient y arriver !

Imogen s'allongea, elle fermait déjà les yeux. Bon, ça n'était peut-être pas aussi confortable que son lit de soie du Calypso, mais c'était 100% naturel pour le coup, et c'était bien loin de la gêner. Si on oubliait la détresse et les étrangetés, Imogen était chez elle. Si elle avait eu plus de motivation, elle aurait essayé de faire pousser des fleurs colorées, elle aurait viré toute cette boue. Enfin, elle ignorait pour l'instant que ça n'allait pas fonctionner sur cette île. Elle avait encore des choses à découvrir ici. Des choses à vaincre. Mais oublie ça, princesse. On y pensera plus tard.

La demoiselle aux yeux d'émeraude ne dormait pas vraiment, elle somnolait. Mais c'était encore plus agréable. Parce que le soleil qui passait entre les feuilles chauffait son visage, et elle était consciente pour le sentir ; c'était merveilleux. Un sourire se dessinait sur ses lèvres. Imogen avait gardé la main de Mizore, cela lui certifiait qu'elle était encore là, près d'elle. Elle n'allait pas partir.

« Merci, Mizore. », dit-elle d'une voix lente et endormie, mais détendue. Ah ça, elle était zen. Elle ne se doutait pas du tout qu'autour d'elle, il y avait des choses affreuses. Ah non, pas des choses affreuses genre comme elle aimait bien. Pas des choses affreuses mais fascinantes. Plutôt des trucs vraiment moches, dégoulinants, dangereux et cauchemardesques. Oui, elle allait encore changer d'humeur. Mais attendons encore un peu ! Ce moment de détente est si agréable...
Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar
Nombre de messages : 767
Age : 26
Humeur : Toujours Bonne =D
Date d'inscription : 01/04/2008

†Fiche Personnage†
Level: S+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Lun 24 Sep - 12:00

/!\ Intervention PNJ /!\

→ Lancer de dès, Role play
Number : 7 et 3 = 10

Vous trouvez un Couteau Suisse & une Trousse de soin


Revenir en haut Aller en bas
http://rosario-vampire-rpg.forumactif.biz
Mizore Shirayuki
avatar
Nombre de messages : 359
Age : 25
Localisation : Auvergne
Humeur : Perverse.
Date d'inscription : 08/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Yuki Onna
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Lun 24 Sep - 13:16

    Inaction. Cela ne réussissait pas trop àa Mizore, mais elle devait s'y faire. Le manque de fraîcheur serait son fléau, et elle devait s'y plier. Elle resta longtemps aux côtés d'Imogen, qui dormait à côté d'elle. Elle même ne s'autorisa pas à fermer l'oeil. Elle manquait encore beaucoup trop d'information pour manquer aux règles primaires de prudence. Quand elle fut sure qu'Imogen dormait suffisamment profondément pour pouvoir se permettre de bouge, la Yuki Onna l'allongea sur le lit de mousse du mieux qu'elle put, déposa un petit baiser sur sa joue et murmura "je reviens, je ne suis pas loin."

    Elle fit quelque pas hors de sa cachette, se tendit et écouta. Pour le moment, rien d'hostile n'était audible ou perceptible. Tant mieux. Elle s'autorisa donc à faire du repérage autour de leur petit oasis, plantant des bâtons autour des tourbières, pour éviter de se jeter dedans lors d'une possible fuite. Prévoir, c'est survivre. Et Mizore voulait survivre. Parce que bon, c'était quand même cool, la vie.


    « Bon, il faudra aussi trouver plus accueillant que les marécages. »


    Elle parlait tout haut, mais aussi tout as à la fois, pour se rassurer. Elle était loin d'être très tranquille. Un souffle de vent vint caresser sou visage, et elle leva le nez pour en apprécier la douceur. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle découvrit, suspendue à la branche d'arbre au dessus d'elle, une sacoche blanche, ornée d'une belle croix rouge. jour de chance? Surement. A l'aide d'une liane qui traînait au sol, un peu plus loin, elle ramena la branche à elle, et s'empara de la sacoche. Elle ignorait ce qu'elle faisait la, surement tomber d'un avion qui s'était écrasé, ou quelque chose comme cela. Toujours est-il qu'elle pu se faire une attelle digne de ce nom, et pourrait s'occuper de leurs petits bobos futur. De plus, un couteau suisse se trouvait dans une des poches, et dieu sait ce qu'elle avait besoin d'un truc comme ça. Elle fit plusieurs allez et retour à la petite souche, rapportant tas de bois, lianes, feuilles des pierres et compagnies, histoire de ce faire un truc digne de ce nom, jusqu'à ce que sa cheville la lance un peu.

    Elle travailla ensuite à la confection de lance, a l'aide des bâtons les plus droit et long qu'elle avait pu trouver, dont elle tailla la pointe. Elle améliora l'abri en en cachant l'entrée à l'aide d'un tressage de bâton et de liane, qui couperait un peu le vent, et devrait les dissimuler un peu plus qu'une ouverture béante. Elle planta les lances tout autour de l'entrée, pour dissuader d'éventuels "passant". Quand elle eut terminé, il faisait presque nuit. L'estomac gargouillant, elle reveilla Imogen.



    « Je suis désolée, j'ai rien trouvé que je pensais comestibles. C'est trop hostiles ici pour nous risquer à manger n'importe quoi. Demain matin, nous partirons d'ici, et chercherons un coin un peu plus accueillant. Normalement, la nuit devrait bien se passer.»


    Elle se rallongea, après avoir ajouter des tas de feuilles sur ce qui leur serviraient de couche. C'était pas le luxe, mais c'était déjà mieux.



Revenir en haut Aller en bas
Imogen H. Jellyka
avatar
Nombre de messages : 287
Age : 23
Localisation : Dans une forêt...
Humeur : Je suis une princesse !
Date d'inscription : 28/08/2009

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Elémentaire de la Feuille o/
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Lun 8 Oct - 13:04

Etape 4 - Attente.


Les rêves sont si paisibles lorsque le sommeil est agréable. Morphée avait emmené la princesse dans un tout autre univers... Et elle dormait à présent à poings fermés. Il pouvait se passer n'importe quoi, Imogen n'allait pas bouger d'un cil. Malgré les dangers cachés du lieu, elle se sentait en sécurité grâce à Mizore. Elle n'allait pas être très utile dans une course à la survie, c'était certain ! Mais fort heureusement pour elle, elle était tombée sur son amie débrouillarde et très maligne. Je n'ose même pas imaginer ce que ça aurait pu donner si la princesse d'émeraude s'était retrouvée seule...

La demoiselle ne s'était donc même pas rendue compte que la princesse des glaces s'était échappée de la souche pour aller veiller les environs. Coup de bol, il ne se passa rien pendant les aventures de Mizore. Celle-ci réveilla d'ailleurs Imogen pour lui annoncer une mauvaise nouvelle... Ça commençait à être creux à l'intérieur et la jeune fille était triste de ne rien avoir à se mettre sous la dent. Mais elle offrit un petit sourire à Mizore, ce qui voulait dire quelque chose du genre : c'est pas grave, on finira bien par trouver. La jeune fille pensait qu'elle allait pouvoir repérer des éléments comestibles ici, elle avait plus ou moins l'habitude de la nature et de ses pièges. Mais cette île était-elle commune aux autres ? Imogen leva les yeux et regarda autour d'elle, son amie avait presque construit une maison. Cette inventivité et cette intelligence la fit sourire. Elle en était presque jalouse, mais pour le moment elle était trop occupée à s'émerveiller face au travail de Mizore. Elle était un peu déçue de devoir quitter ce lieu fraichement confectionné. Mais la princesse des glaces avait raison ; les deux amies ne pouvaient pas rester dans cet endroit plein de cachettes qui devaient certainement leur réserver bien des surprises. Et pas les plus jolies.

Les yeux d'Imogen tombèrent sur la trousse à pharmacie et elle s'aventura à l'ouvrir. Elle fut bien satisfaite du résultat et il y avait même un couteau suisse. La demoiselle ne savait pas vraiment à quoi cela servait, mais si son amie l'avait gardé, c'est que cela devait être utile. Elle referma la boîte et sourit à Mizore.
« Tu es trop intelligente, Mizore. Tu es en train de nous sauver la vie ! J'aimerais être aussi futée que toi. J'essaierai de trouver des choses à manger lorsque nous trouverons un autre endroit. J'ai l'habitude de la nature... »
Elle regarda alors la jambe de la demoiselle : elle s'était fabriqué un nouveau bandage qui avait l'air de tenir la route (hihi).

Imogen laissa de la place à sa topine dans la petite cachette. C'était elle qui avait besoin de sommeil. La princesse des plantes avait bien dormi.
« A ton tour de dormir ! La nuit arrive et je ne suis plus fatiguée... »
En fait, elle avait surtout peur qu'il se passe quelque chose et qu'elles ne s'en rendent pas compte, dans ce noir qui s'imposait doucement. Imogen resta assise et jetait quelques coups d’œils autour de la construction. Il n'y a pas de danger, il n'y a pas de danger...
La nuit était un phénomène qui ne la rassurait pas et qui avait aussi tendance à réveiller de vilains cauchemars qui de cachaient au fond d'elle. Ils n'avaient pas le droit de revenir. Elle allait lutter, ce soir. Parfois, elle fermait les yeux pour soupirer doucement, mais elle ne se laissait pas emporter par la fainéantise. Oui parce que sa fatigue s'était un peu envolée. La princesse resta éveillée pendant toute la nuit. Elle espérait que Mizore, elle, dormait. Il fallait qu'elle se repose, puisqu'elle n'avait pas dormi du tout en fait, pendant qu'elle était occupée à faire la sieste. Chacun son tour.

Heureusement c'était l'été, et le jour se leva rapidement. Ce ne fut qu'à la venue du soleil qu'Imogen accepta de fermer les yeux... En espérant que ce n'était pas l'heure de réveil des méchants de ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Mizore Shirayuki
avatar
Nombre de messages : 359
Age : 25
Localisation : Auvergne
Humeur : Perverse.
Date d'inscription : 08/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Yuki Onna
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Ven 12 Oct - 12:27

    La faim est l'une des sensations les plus désagréables que l'on puisse ressentir. Une douleur oppressante, permanente de l'estomac qui crie famine. Mizore n'était même pas sur qu'elle pourrait dormir correctement. Alors, elle s'occupa histoire de se fatiguer un peu plus. Elle tendit un petit caillou à Imogen, qu'elle avait nettoyé dans l'un des rares petits trous d'eau claire qu'elle eut pu trouver. Un petit, pas un gros, histoire de pas se faire attaquer par n'importe quoi s'y trouvant. Elle lui en montra un autre qu'elle fourra dans sa bouche.

    « J'ai toujours trouvé ça stupide, mais si tu suce ce caillou, tu vas saliver, et ça te coupera la faim. C'est tout ce que j'ai pour essayer de calmer ça. Après, je compte sur toi pour nous dégoter un truc, quand on sera parti de cet endroit puant ! »


    Elle soupira, désolée, malgré les encouragements de son amie. Elle attrapa l'aiguille et le fil dans la trousse de secours, et, se servant dans le tas de feuille qu'elle avait ramenée, se confectionna une tunique en feuille, attachant cet étrange matériau. Et oui, depuis tout à l'heure, elle n'était pas trop couverte, s'étant servi de son haut pour se soigner, et elle ne voulait pas attraper froid, ni exposer sa peau àux trucs étranges qui pouvait vous toucher. Alors si elle pouver eviter de mourir empoisoner par un contact direct grace à deux trois feuilles, cela en valait la peine. Sa tunique verte terminée, elle l'enfila, tentant d'oublier que cela la gratterait affreusement en permanence. Mais la fin justifie les moyens, et Mizore était une pragmatique.


    « Bon, ça devrait faire l'affaire. Ne t'en fais pas, je dors toujours que d'un oeil. Réflexe conditionné. Qui aurait cru que mes déboires du lycée allaient me sauver la vie ici? Courage, et dors si tu fatigues trop, demain sera une rude journée.»


    Elle rit doucement, déposa un énorme baisers sur la joue de son amie, puis se tassa dans un coin de la souche. Il faisait chaud, pour elle, même pas besoin de couverture. Cela avait son avantage d'être une Yuki Onna pour dormir à la belle étoile. Elle passa une nuit agitée, dans ses rêves en tout cas. Mais elle était reposée quand elle se leva aux premières lueurs du jour. Elle se leva doucement, s'étira et sourit à Imogen. elle n'avait pas dormi. Mizore était impressionnée de sa force de volonté, mais espérait qu'elle ne fatiguerait pas trop par la suite tant qu'elles ne trouveront pas de quoi manger.



    « Bonjour Imogen. Nous sommes vivante, donc j'imagine que rien ne s'est passé cette nuit ! Tant mieux. Bref, partons, profitons du jour naissant, on va s'enfoncer dans les terres en esperant trouver quelques chose de plus solide qu'un marécage puant. Et qui sait, ptet qu'on trouvera d'autre trucs utile, et à manger, en chemin. Allez, en route moussaillon !»


    Elle se leva, mit la trousse de secours en bandoulière, attrapa deux lance, en tendit une à Imogen, une petit qu'elle avait taillée exprès, et pris la direction de l'est sud est.




    « Aide toi du bâton pour marcher. Le sol est pas tip top, dans les tourbières. Cela t’évitera de t'enfoncer n'importe où, vu que tu sonde le sol devant toi avec le bâton. Si quelque chose bouge, ou surgit, surtout, essaye de ne pas crier. Faire du bruit serait surement une mauvaise idée.»


    Et c'est ainsi qu'elles partirent des marécages.





Marécages Oniriques → Zone sans nom, en rose sur la carte, entre les marécages et le desert de Suna. (Et si on peut pas y aller encore, Maelstrom D'arès.

Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar
Nombre de messages : 767
Age : 26
Humeur : Toujours Bonne =D
Date d'inscription : 01/04/2008

†Fiche Personnage†
Level: S+
Race de Monstre:
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Mar 16 Oct - 15:37

/!\ Intervention PNJ /!\

→ Déplacement vers Zone inconnue non titrée sur la carte.
Intervention d'Akuma → Champ de force barrage vers la zone indiquée. Les survivants sont téléportés

Lancer de dès → 4
Déportation sur la zone Aerith






/!\ Intervention AKUMA /!\

Akuma n'avait pas gardé l'œil sur la situation et ignorait que deux simples mortels avaient décidé de se diriger vers la zone inconnue. Aussi pour sauver sa peau, il décida d'intervenir afin de montrer à ses humains qu'on ne se moque pas impunément de lui. Furieux de cet empressement, il les déporta à Aerith, village d'outre tombe ou l'on entend parler de marcheurs morts.

Lancer de dès, monstre → 3 Marcheurs maudits

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Faiblesse → Feu
Résistance → Attaque physiques
Atouts → Odorat très développé, Ouie très fine, Quasi-immortel

Revenir en haut Aller en bas
http://rosario-vampire-rpg.forumactif.biz
Mizore Shirayuki
avatar
Nombre de messages : 359
Age : 25
Localisation : Auvergne
Humeur : Perverse.
Date d'inscription : 08/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Yuki Onna
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   Jeu 18 Oct - 4:19

    Les enfoirés. Pourtant, tout ce passait plutôt bien. En quittant les marécages, Imogen et elle avaient pu trouver de quoi manger, et s'était ma foi bien remise de leur mauvais départ. Deux princesses guerrières prête à partir à l'assaut du monde entier. Sauf si le monde entier n'a pas envie. La téléportation fut subtile. Non, j'deconne. Mizore, puis Imogen crurent avoir heurtés un mur, et en l'espace de deux secondes l'environnement avait changé. Une ville. Okay, déjà, ça pouvait être une bonne nouvelle, si on oublie que quelqu'un ou quelque chose ne voulait pas les voir avancer dans la direction qu'elles avaient prise, c'était peut-être une bonne nouvelle. Mizore garda en tête la zone "protégée", si y'avais un truc à aller fouiller, c'était surement la bas, et Mizore aimait bien fouiner.

    « Bon, super. C'est quoi ce bordel? J'espère que ça arrive pas souvent. Tant qu'on a pas plus d'info, on se fait discrète, et silence radio. »


    Elle se plaqua contre un mur, et s'accroupit. De ce qu'elle voyait, petite ruelle donnant sur une place fleurie, il n'y avait pas âme qui vive. Ce qui était, il faut l'avouer, fort déroutant pour une zone d'habitation. Et Mizore n'aimait pas trop les trucs fort déroutant. La prudence était donc de mise. Serrant sa prise sur sa lance, elle décida d'eviter la place. Trop exposé. Restant courbée, elle fit signe à Imogen de la suivre, s'éloignant du centre. C'est au détour d'une ruelle qu'elle le vit.

    C'était... à vomir. Un genre de cadavre ambulant, modifié par magie, qui transpirait la noirceur et la malveillance. Okay, maintenant, elle savait où étaient les habitants, et Mizore n'avait pas envie d'en voir beaucoup, tout compte fait. Imogen et elle avaient beaucoup de chance. Elles sortaient des marécages, et puaient donc plus qu'un rat crevé. Elles ne le savaient pas, mais c'est surement ce qui leur sauva la vie, car elles sentaient tout, sauf la viande fraiche. Mizore montra du doigt la créature, et chuchota à l'oreille d'Imogen:



    « A mon avis, c'est pas très sympathique. La ville entière n'a pas l'air sympathique. Je propose qu'on se barre d'ici fissa. »


    Elle montra l'ouest du doigt, vers une des sorties de la ville. Maintenant, il s'agissait de le faire sans mourir. Et ça partait mal. En se redressant, Mizore buta sur une canette qui trainait au sol. Le son clair du métal du se repercuter aux alentours comme le toccin d'une alarme. Bon, pour s'echapper tranquillou, c'était mort.



    « Cours !»



    Elle aussi prit les jambes à son cou, trotinnant tant bien que mal avec sa cheville blessée. L'attelle empechait la fluidité de sa course, et lui arrachait une grimace à chaque foulée. Elle jeta un coup d'oeil derrière elle, il la suivait. Silencieux, une demarche pantelante, mais suffisament assurée pour vous faire comprendre qu'il comptait bien vous suivre jusqu'à ce que l'un des deux meurt. Enfin, que l'un meurt, et que l'autre remeurt. Mizore lacha une injûre qu'il ne vaudrait mieux pas retranscrire, et redoubla d'effort, s'aidant de son baton. Imogen avait la bonté de l'attendre, jusqu'à ce que...



    « Derrière toi ! Prends la ruelle la, je vais les attirer de l'autre côté, je devrais m'en tirer. Cache toi dans une maison, pose ton baton devant la porte, va sur le toit, et n'en bouge plus. Je te rejoins.»


    Tu parles. Un autre marcheur se tenait juste derrière Imogen qui s'était retournée pour voir comment la fille des glaces s'en tirait. Et un troisième s'approchait dangereusement par un côté. C'était par la qu'elle irait. Elle pointa du doigt une ruelle vide à Imogen, esperant que la petite parviendrait à s'enfuir et n'en croiserait pas d'autre.

    Elle, elle se rua sur le troisième. Alors qu'il tendait une main griffue vers elle, elle se baissa et lui faucha les jambes de son baton, le faisant s'ecrouler sur le côté. Bon, au moins c'était ça de pris, elle pouvait les immobiliser. Pas longtemps, car il commençait déjà à se relever comme s'il n'avait rien senti. Elle reprit sa fuite. Pas assez vite pour les semer, mais suffisamment pour ne pas avoir à se battre, pour le moment. Et Mizore n'en avait aucune envie sans ses pouvoirs. Ses cris avaient alertés un nombre impressionnant de monstre, et elle devait maintenant bifurquer à chaque ruelle pour esquiver les nouveaux arrivants. Elle avait maintenant une sacrée troupe derrière elle, et ce n'était pas pour avoir son autographe.

    C'était la merde en somme. Mais pas assez pour desesperer Mizore. Enfin, jusqu'à ce qu'elle soit complétement encerclée. Elle cracha, et se rua dans une maison. Dedans, rien de très utile, mais elle était déjà un peu plus en "sécurité". Elle ferma la porte, et la barricada avec un meuble qui trainait par la. Piêtre protection. Elle explora le plus rapidemment possible la maison, trouva ce qu'elle charchait. Une fenêtre. Si son sens de l'orientation ne lui jouait pas des tours, elle n'était pas loin d'Imogen, mais avec toute cette armée à ses trousses, elle ne pouvait pas retourner le chercher. Elle attrapa alors l'objet le plus improbablement utile qu'elle voyait. Un bol en métal. De la pointe de son couteau, elle s'entailla un doigt, et fit couler un peu de sang dedans, avant d'essuyer la blessure. Ils avaient l'air d'avoir faim, elle allait leur donner de quoi. Elle se faufila par la fenêtre, puis grimpa sur le toit, s'aidant de la gouttière non loin de la. Les monstres étaient tout autour de la maison. Elle prit alors le bol, et le jeta dans une ruelle dans la direction opposée à la position d'Imogen. Mizore esperait que le bruit et l'odeur de son sang suffirait à les dévier de sa petite personne, et que cela ferait suffisamment diversion pour s'enfuir. Elle comptait rester sur les toits. Des genre de guirlandes, qui devaient surement être luminescentes il y a fort longtemps formaient des passerelles correctes entre les toits, et, telle une Lara Croft, elle s'y suspendit, avançant au dessus des mortelles rues, et de ses occupants.

    Elle était épuisée quand elle parvint à rejoindre Imogen, mais il était hors de question de s'arrêter la.





Hrp : y'a des fautes que jcorrigerais vite (pas de correcteur à ma chère fac). Je te laisse écrire la fuite comme tu l'entends, et je propose qu'on se casse pour la Baie D'Onyxia. Ca devrait te plaire, y'a un arbre géant la bas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les marécages? Pourquoi faut-il toujours qu'il y ait des marécages?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi faut-il toujours séparer le gâteau avec l'opposition?
» Pourquoi c'est toujours à moi qu'arrive ce genre de choses? (demande de RP)
» [Théorie] Pourquoi Sacha a-t-il toujours 10 ans ?
» Pourquoi tombe t-elle toujours au mauvais moment ( pv : Kayla) END
» Des inspecteurs forestiers pour proteger les parcs nationaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Hors RPG :: Partie 3 : L'île d'Akuma-