AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Andrew C. Hatfield
avatar
Nombre de messages : 214
Age : 22
Localisation : Infirmerie
Humeur : Pouf.
Date d'inscription : 14/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Polymorphe
Karma:
105/200  (105/200)

MessageSujet: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Sam 2 Fév - 15:07




Un samedi matin. Un jour tout ce qu'il y a de plus banal. Il pleuvait, le ciel était gris et le vent fouettait la gueule des immondes mortels qui grouillaient dans la ville. Mais qu'est ce que foutait notre taciturne nécromancienne parmi les humains ? Retrouvailles en famille.. Enfin pour le peu qu'il lui reste. Bien que la branche des Corvus Hatfiled restait encore bien fleurit par rapport à celle des Wanajima.

Bref, c'était une sorte de réunion de famille en somme.. Entre nécromant dans la maison de son oncle, Seth. Elle était assez spacieuse pour accueillir une vingtaine de personne. La nécromante avait rencontré des grands oncles et tantes, grands pères et grands mères.. Et même arrière. Tous nécromants, à l'exception de son oncle et deux ancêtres dont elle n'avait pas prit la peine de retenir les noms, qui lui étaient les seules Liches encore vivantes de la famille.

Ils étaient tous présents, nécromants et nécromantes, accompagnés de leurs esprits gardiens respectifs. Autant dire que ça faisait un beau petit monde.. Mais il manquait une personne.. Qui répondait au nom de Swann Corvus Hatfield. Cousin et ainé de Luka, de deux ans tout au plus. Étrangement, elle n'en avait jamais entendu parlé.. Apparemment, il avait la même puissance, mise à part que lui maitrisait bien mieux la polymorphie que notre androgyne.

En bref, ce brave homme n'était pas là. Et c'est qui qui qu'on a collé pour aller le chercher par la peau du cul ? Bah.. C'est notre bonne vieille Luka. FORCEMENT ! C'était elle, et pas quelqu'un d'autre ! Parce que ses putains d'ainés n'avaient pas à bouger leur putain d'cul de feignasse et que les cadets étaient trop jeunes pour gambader SEULS dans les rues.

EH SHIIIIIIIIIIIT !

Ainsi donc, notre nécromancienne obéit à son oncle, et quitta la maison familiale pour aller ramener le vilain petit canard, où plutôt corbeau, qui n'avait pas pointé le bout de son bec. Une petite pointe de curiosité titilla l'esprit de l'androgyne.. A quoi pouvait-il ressembler ce cousin dont-elle ignorait existence ? C'était le fils de sa tante Angela Corvus Hatfield, elle était morte, de la même manière que la mère de Luka.. Swann avait prit le pouvoir de sa génitrice en naissant. Ils avaient donc tout deux pas mal de points en commun.. Était-il aussi tordu et dégénéré que sa cousine ? La question restait sans réponse pour le moment, mais l'androgyne n'aillait sans doute pas tarder à le savoir.

Après une bonne heure de transport en commun, nous retrouvons donc la nécromante dans la banlieue.. La jeune femme à la peau blanche resta planté un long moment dans ces immenses bâtisses qui touchaient presque le ciel. Perplexe, elle observa ces immondes bâtiments qui étaient entassés les uns sur les autres. Hideux. En ruine. Délabré. Qui menaçaient de s'écrouler à chaque instant. Comment un Hatfield, descendant d'une lignée de pure aristocrate, pouvait vivre dans ce taudis, remplit d'immondices humaines ?

La nécromancienne s'avança d'un pas peu rassuré.. Ça avait l'air d'être un endroit malfamé. Elle devait donc faire attention à ne pas faire mauvaise rencontre, et donc ne pas faire de vague. Elle ne voulait pas usé son pouvoir contre de vulgaire pantins humains. L'androgyne farfouilla dans une de ses poches et en sortit un petit papier blanc, légèrement froissé. Son oncle lui avait écrit quelques notes : "Bâtiment B. Troisième étage. Appartement B6." Un coup d’œil, à gauche. Un coup d’œil à droite. Personne. Luka chercha le fameux bâtiment..

Une fois devant la porte l'appart de son cousin. La belle aux yeux vairons frappa à la porte.. pas la peine d'essayer de sonner vu l'état pitoyable de la sonnette.. Aucune réponse. Elle frappa à nouveau contre le bois dégueulasse de la porte, plus fermement et plus fortement cette fois ci.

...

Toujours rien.


Il devait être absent.. Ne voulant pas rentrer sans lui chez son oncle, elle décida d'attendre dans un coin ou elle pourrait se poser et fumer sans qu'on l'emmerde et sans qu'elle ait à redescendre les marches qu'elle venait de gravir. Direction le toit. La nécromante n'avait rencontré aucun humain.. Visiblement, ils étaient tous cloitré chez eux. Elle avait juste entendu des bruits. Des cris, des hurlements, des pleurs. C'était donc ici que vivait les plus misérables de l'espèce humaine. La carne. La partie la plus miséreuse, la plus insignifiante de ce peuple. Si insignifiante, qu'eux même se faisait abandonné par leur propre société ? Des va-nu-pieds, des clochards, des drogués, des prostitués, des marginaux, des infortunés, des pouilleux, des crèves- la faim.. Et j'en passe.. Est-ce que son cousin se complaisait à vivre dans le malheur des ces êtres pitoyables ? Est-ce que cela l'amusait ? L'enchantait ? Ou avait-il pitié d'eux ? S'il tenait vraiment des Hatfields, il devait être un sacré salaud et enfoncé ces minables ou jour le jour.. Sinon.. Dieu sait ce qu'il pouvait bien foutre ici.

L'androgyne s'alluma une cigarette alors que l'astre solaire se couchait peu à peu. Ses pensées divaguèrent dans tout les sens, songeant à ses rencontres qui s'étaient multipliées ces derniers temps.. Alice, Kira, Yukio, Akane.. Au fil des pensées, Luka sentit qu'elle commençait à somnolait.. Elle s'installa à terre et s'endormit peu à peu.

Nuit.

Et merde. L'androgyne se le va et s'étira longuement en regardant le ciel. Noir. Pas une étoile, pas même la lune n'ornait le ciel. Noir. Une fuckin' de nuit noire. C'est so DAAAAAAAAAAAAAAAARK ! Soupire. Machinalement, elle chercha une cigarette, petit rite du réveil. La nécromante s'installa vers le bord de l'immeuble, assise, ses fines jambes blanches battaient librement dans le vide.. Le vent caressait sa peau. Minute. Qu'est ce qu'elle foutait ici déjà ? Ah oui. Swann. Elle irait le voir après sa clopinette. Soudain, elle eut envie de chanter.. C'était rare. Mais c'était comme ça, venu comme une de pisser. Alors, elle se mit à chanter.. Une mélopée qu'elle avait entendu des lèvres de sa douce Alice.

♫ Sorano kanatae demo yobasuyo
Chineni nokana tani chisumu yuuiga
Sonotemo kurenaini sometemo
Kasanetekita kimi tonoibi
Stuudekita seuchitachino chikabane
Sono itadakima istunomani ka
Mestachiteita tosuramo koetekane ♫

________________________________

Paroles en #00CC66 || Rien ne m'importe tant que tu restes à mes côtes



Dernière édition par Andrew C. Hatfield le Ven 21 Fév - 3:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Greg Ogramann
avatar
Nombre de messages : 357
Age : 30
Localisation : Devant Mon Clavier
Humeur : Atrabilaire
Date d'inscription : 02/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Reflet ambulant
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Lun 18 Fév - 10:00

Greg avait grandi au rythme des nuits. Bien obligé, par sécurité.

Ses parents lui avaient donné l'habitude de sortir une fois l'obscurité tombée, aux heures sombres où les noctambules étaient rentrés cuver et les lève-tôts en train de se profiter de leurs dernières heures de sommeil. Hors de question qu'il ne connaisse rien du monde extérieur, il suffisait de s'adapter.

L'adaptation s'était bien faite. Trop bien faite.

Les balades en familles s'étaient transformées très vite en fugues solitaires, le plaisir de se débrouiller seul prévalant sur la compagnie de ses parents. Il ne pouvait pas se passer de ces instants de calme où il était libre de se déplacer à sa guise, sans rendre de compte à personne - à part peut-être aux quelques chats de gouttière qui le suivaient du regard lors de ses explorations nocturnes. L'adolescent efflanqué avait passé des heures à jouer dans les zones d'ombre, esquivant les quelques insomniaques, et à explorer les mines de trésors que les adultes appelaient "détritus". Les briques délabrées qui lui permettaient d'accéder aux toits, les gouttières qui par temps de pluie se transformaient en fontaine démentielles, les maigres coins où la verdure reprenait le dessus sur le béton glacé... Tant de choses invisibles de jour. Dans l'obscurité, tout se transformait sauf lui.

Et puis, il y'avait eu l'hôpital psychiatriques et ses horaires strictes, ses quatres murs pastel et ses mignonnes camisoles pharmaceutiques. Plus de sortie sans surveillance, et exclusivement de jour.
Jamais seul, jamais libre.

Autant dire que quand il avait entendu parler d'une ville humaine toute proche, il n'avait pu résister à la tentation. La nuit était-elle à la hauteur de ses souvenirs ? Ou n'était-ce qu'une illusion de plus ?

Il avait sauté dans le dernier bus du kekkai, ignorant les commentaires sarcastiques du conducteur, jusqu'à aboutir à la ville.
Une ville de béton, faite de parallèpipédes grossiers entassés selon un ordre géométriquement parfait et humainement insensé. Quelques maigres arbres tendaient leurs branches décharnés vers le ciel nuageux, semblant prier pour le retour de la lune. Les seules traces de présence humaines étaient les innombrables lumières multicolores qui filtraient à travers les fenêtres, échos lumineux des boites à bêtises cathodiques en activité.
Une ville, la nuit.

-Terminus, banlieue. Cela convient-il à monsieur ? Lança le conducteur d'une voix grinçante.

Greg lui lança un sourire sincère : "Vous n'imaginez même pas à quel point". Il sortit alors que le conducteur se renfrognait, visiblement vexé de l'attitude joyeuse de son passager.

Le bus redémarra derrière aussitôt, moteur pétaradant. Il ne repasserait pas avant le lendemain matin; Greg avait toute la nuit pour lui.

Il enfila la capuche de son imperméable pour éviter que la bruine n'imprégne ses ses cheveux ébouriffés. Il n'avait pas l'intention de tomber malade pour si peu. Serrant les sangles de son sac à dos, il partit à l'assaut des fortins de béton, bien décidé à en explorer les recoins.

Il commença par un tour de reconnaissance, essayant de repérer les zones les plus délabrées et tranquilles. Là où il aurait le plus de chances d'être en paix cette nuit.
De ce coté ci, un bloc dont le crépi s'écaillait, laissant les briques et le béton à nu. De son oeil exercé, il essaya machinalement de repérer les prises possibles. Aurait-il était plus fort qu'il aurait peut-être tenté l'ascension, au moins sur quelques mètres.
De l'autre coté, les cages d'escaliers se serraient comme deux grand-mères devant un punk à colerette, communiquant par de minces rambardes de béton. Très pratique pour s'enfuir en cas de poursuite. La place avait été remarquée par une bande d'adultes qui, en cercle, étaient très occupés à discuter en tirant machinalement sur une taffe. Greg se replia prudemment dans l'ombre.
Par là, sous cette rangées de lampadaires aux ampoules clignotantes, le béton fissuré laissait apparaitre de maigres tiges de pissenlit, veinés de rouge par la lumière. Le crachin remplissaient les craquelures du sol, leur assurant de quoi survivre encore quelques jours.
Et de ce coté-ci...Une chanson.

Il leva la tête, cherchant d'où venait cette voix. Essayant tant bien que mal de se protéger les yeux de la pluie, il parvint à distinguer une forme sur le toit de l'immeuble. Un être humain debout, bravant les élèments, lançant sa chanson à la face de la pluie comme si elle pouvait la vaincre rien qu'en la défiant.
Mais le plus bizarre était que cette voix éveillait quelque chose en lui. Il connaissait cette sensation ; en arrière-fond, dans sa tête, quelqu'un hurlait. Il ressentait au loin de l'horreur, de la terreur.

Mais pourquoi ? Pourquoi ces sentiments pour une simple voix ?

La chanson s'arrêta subitement.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew C. Hatfield
avatar
Nombre de messages : 214
Age : 22
Localisation : Infirmerie
Humeur : Pouf.
Date d'inscription : 14/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Polymorphe
Karma:
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Jeu 21 Fév - 6:29


Luka continuait son chant toujours plus haut, toujours plus fort, comme si sa voix percerait ce ciel si noir .. Des corbeaux, virent tenir compagnie à la mortuaire chanteuse qui les attiraient de sa voix cristalline.. Ils lui offraient un ballet majestueusement sombre, accordant leur croassement si inquiétant à la douce mélopée. C'était un tableau d'une rareté improbable.. Où le monstre sanguinaire perdait sa fougue imprévisible, pour revêtir un manteau plus serein et calme. Comme si.. Pendant l'espace d'un instant, le monstre s'en était allé. La cage ? Éclatée. Les crocs ? Effacés. La haine ? Dissipée. Les souvenirs ? Envolés. Sa noirceur ? Dissipée.. Mais ce n'était juste qu'une illusion ! Juste une sensation ! Hum hum. Ce n'était qu'un moment de quiétude éphémère, coulant paisiblement sur l'âme noircit et ronger par la Folie de la nécromante.. Le petit monstre était bien là, derrière ses barreaux d'acier, les crocs grinçant sinistrement, impatient de pouvoir trancher de la chair et broyer des os.. Il était là. Et jamais, il ne disparaitrait.

Goute. Goute. Goute..? Tiens, voilà la pluie. Cela ne dérageait pas vraiment l'androgyne, qui préférait les températures hivernales, basses et glaciales, à l'air sec et chaud d'un été insupportable.. Bref, revenons à nos corbacs. Luka aurait presque été heureuse.. Presque. Comme lorsqu'elle accomplit ses actes barbares et sanguinaires. Les perles de pluie ruisselaient sur son visage et descendait sur le long de cette enveloppe charnelle qu'elle haïssait tant pour sa fragilité, et qu'elle adorait pourtant. Narcissisme oblige. L'androgyne tendit ses bras vers les cieux pour achever son chant.

♫ Piruno sukimani kakurete itafuyumo
Kaseni o sanete
Yuna kuyo
… ♫


Présence.

Le chant cessa.. L'androgyne était trempée jusqu'aux os. Mais ce n'est pas ça qui l'a dérangeait.. C'était cet individu, qui la regardait, là, plus bas. Vous voyez ? Ce minuscule insecte. Ce bipède qui pointait son nez en direction de la jeune prêtresse mortuaire. Si, extérieurement, son visage semblait aussi doux et calme qu'un brise chaude d'été, l'intérieur, se préparait à une tempête des plus chaotique. Il ne suffisait que d'un petit élément déclencheur pour qu'elle se laisse gagner par son envie de tuer. Il était là. Elle était folle. Et son envie de tuer arrivait au galop. Parviendrait-elle à garder son sang-froid ? Ou laisserait-elle la bête se déchainer et se repaitre de la chair de ce misérable ? Il était là. Ils étaient seuls. Seuls.

La jeune nécromante resta planter sur son perchoir encore un long moment, continuant d'observer, ce qui serait sans doute.. Sa future proie. Une langue gourmande glissa sur ses lèvres carmins.. Aurait-il bon goût ? Était-il faible ? Ou au contraire, fort comme un bœuf, plus virile qu'un taureau bourré de testostérone ? Serait-il facile à briser ? … Ses pensées cessèrent. Elle eut envie de se baffer, et son oncle l'aurait surement fait à sa place. Ne pas se frotter à plus fort que soit. C'était la règle numéro une. Pourquoi ? A cause de son corps si faiblard. La nécromante aurait eut l'intelligence de se pencher sur sa polymorphie la question ne se poserait plus.. Mais ce n'était pas le cas. Pas pour l'instant.

Inspiration.
Expiration..

L'androgyne aliénée ferma les yeux l'espace d'une micro-seconde, les ré ouvrant presque instantanément, ses yeux vairons brillaient légèrement comme deux gemmes. Son pouvoir était activé, celui de pouvoir voir l'aura des êtres vivants -ou non. Ses deux pierres éclatantes se posèrent sur le jeunot et la.. Surprise. Impossible de pouvoir décrypter son aura, son âme, sa race, sa puissance.. Que dalle. C'était comme une page ou l'on avait écrit une histoire dessus.. Puis une autre par dessus.. Et une autre.. Et encore une autre.. etc. Étrange, la nécromante fut surprise.. Mais ne se laissa pas déstabiliser pour autant. Il n'était pas humain.. C'était déjà chose dite, et sure. Curiosité, vint gratter l'esprit confus de la belle à la chevelure océan. Elle fronça les sourcils, cherchant toujours à percer cette aura si peu commune.. Vainement.

Luka enleva la fine veste qui couvrait ses maigres épaules, laissant ses affaires sur le toit, elle s'avança au plus prêt du rebord. Elle devait le voir.. Pour assouvir cette singulière envie de comprendre ce que pouvait bien être ce monstre. N'ayant pas spécialement envie de se retaper tout les escaliers à descendre pour rejoindre l'autre coco, elle décida d'user de sa polymorphie.. Tant pis s'il s'enfuyait.. Elle le rattraperait facilement. Et une partie de chasse s'engagerait. La chair de son dos se craquela légèrement en deux points distinct, où deux bosses se formèrent et percèrent sa peau.. De là, partir deux immenses ailes blanches, légèrement entaché par son sang, se déployant dans le ciel noir, offrant un contraste magnifique entre ces deux derniers. La nécromancienne se jeta alors dans le vide, se laissant planer paisiblement jusqu'au jeune homme. Plus elle se rapprochait, plus ses traits étaient visibles.. Mais toujours impossible de connaître sa race.. Elle se mordilla la lèvre, restant à un mètre de distance de lui.

Carte de l'imbécile heureuse et naïve activée ! L'androgyne pencha sa tête sur le côté en le regardant. Son battement d'ailes étaient régulier, avec un peu de chance, elle passerait pour un ange ou un animorphe. Elle avait prit soin de camoufler son aura qui puait la mort.. En même temps valait mieux dans le monde des humains pour passer discretos parmi eux. Luka lui souriait.. Et ça paressait si vrai.. Attention aux fausses notes jeune fille.

-Bonsoir toi.. L'androgyne tournait autour de lui, l'observant comme une enfant. Tu es étrange.. Que fais-tu ici ? Parmi les humains ? Tu t'es perdu ? Elle lâche un petit rire enfantin. Désolé, je suis peut être trop curieuse.. Mais c'est rare de voir des yokais trainer par ici..

________________________________

Paroles en #00CC66 || Rien ne m'importe tant que tu restes à mes côtes

Revenir en haut Aller en bas
Greg Ogramann
avatar
Nombre de messages : 357
Age : 30
Localisation : Devant Mon Clavier
Humeur : Atrabilaire
Date d'inscription : 02/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Reflet ambulant
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Dim 3 Mar - 7:03

La chanson s'arrêta, subitement.

Le cri continua dans sa tête, enflant désespérement. Dans le même temps, Greg sentit son coeur enfler de plaisir. Plaisir malsain, odieux, proportionnelle à la douleur contenue dans ce hurlement. Joie odieuse, sadique.

Merde, de qui ça venait ça ?

Il porta une main à sa gorge dans un geste réflexe, se concentrant sur son pouls, ses battements de coeur. Son coeur, ses émotions, ses sentiments. Il ne connaissait pas cette voix, il n'avait pas à réagir. Pas de réaction, pas de plaisir. Il était froid, neutre, non concerné. Il était lui.
Son coeur ralentit... un peu.

Plus haut, la silhouette se redressa, une horde de corbeaux s'envolant à tire-d'aile. Sous les coassements désordonnés, il vit la chanteuse se tordre un bref instant, son dos se déformant jusqu'à laisser apparaitre deux gigantesques ailes. Le spectacle était à couper le souffle, cette silhouette angélique trempée sur fond de nuage gris de désespoir. Ange surveillant son domaine. Ou démon cherchant sa proie ?

Elle sauta. Une chute effrayante qui se transforma vite en vol lent, maitrisé, sous l'impulsion de ces deux gigantesques ailes d'un blanc pur. Non, pas blanc pur. Rouge sang ? Noir d'encre ? La lumière jaunâtre des réverbères n'étaient pas suffisante pour le savoir.
Elle vola jusqu'à lui, s'arrêtant à un mètre devant lui en vol stationnaire. Il la distinguait mieux, voyait même les filets de sang – oui, il croyait en sentir l'odeur dans l'air - sur ses ailes, qui ruisselaient et s'égouttaient lentement, rubis liquides s'écrasant sur l'asphalte.

Hurlement en force.

Cheveux bleu océan dégoulinant de pluie qu'elle rejeta d'un coup de tête en arrière, révélant deux yeux disparates dans leur couleur, mais animés de la même petite lueur affamée et sadique.

Une bulle de souvenir remonta, le submergea par surprise.

Une matinée classique. Les dingues lisaient, comataient ou regardaient le vide en bavant, tous shootés jusqu'à la moelle.

Lui était dans son coin, à regarder ces abutis tourner en rond. Des poissons rouges dans leur bocal, trop cons pour comprendre qu'ils créveront la bouche ouverte sans jamais sortir. Trop cons même pour essayer de se casser.

Enfin, presque. Il en avait repéré deux ou trois qui avaient l'air moins paumées que les autres. L'une d'elles était d'ailleurs assise sur le canapé, là bas, joliment serrée dans une camisole qui lui faisait ressortir les seins – une des raisons pour laquelle il aimait les asiles : bandante, la camisole douloureuse et humiliante, ravalant la punie au rang de poupée sexuelle -, à coté d'une infirmière midinette. Surveillance et calmants en intra veineuse : la gosse aux cheveux bleus avait parait-il étranglé un patient à son arrivée. Elle aurait dû être shootée, mais ses yeux disaient le contraire. Quand elle voyait que l'autre greluche ne regardait, l'oeil bleu et l'oeil rouge brillaient bizarrement, l'estimant comme on vérifierait un quartier de boeur chez le boucher. Et dès que la fille en blouse blache revenait vers elle, hop ! Bave aux coins des lèvres et regard de limace des autres foldingues.
Il aurait pu intervenir, mais... pourquoi faire ? Il était gardien, pas nounou. Il était là pour profiter des à-cotés du boulot, pas apprendre aux connasses diplomées à surveiller les patients. A vrai dire, il espérait même que l'adolescente lui saute dessus, histoire de faire plus ample connaissance. Connaissance du genre douloureuse, si possible.

Mais l'heure s'écoulait lentement et difficilement. Il écoutait d'une oreille ses collègues déblatérer sur leur femme, leur voiture, leur gosse, la taille de leur pénis – que des conneries pré machées, quoi – en cherchant de quoi se divertir dans la salle. Il y avait bien l'autre suicidaire là bas qui tentait de s'enfoncer un crayola dans la main, mais passé cinq minutes ça lassait. Un début de bagarre au rami quand un joueur avait voulu manger le roi de l'adversaire, mais un collègue avait laissé tomber la description de sa mercedes neuve rouge métallisé – un truc à compenser c't'abruti, c'est sûr- avant que le sang coule. Connard.
Et finalement, c'est la gamine aux cheveux bleus qui lui avait donné une occasion de s'amuser.

L'infirmière regarda sa montre et entreprit de se relever, rajustant sa blouse pour qu'on ne voie pas trop ses jambes – comme si elle avait un cul à mater. La patiente ouvrit la bouche, elle se pencha pour mieux entendre.

Et là, la morveuse s'était avancé, avait ouvert la bouche et chopé l'oreille d'un coup de dents.

L'autre gueula comme un veau, essayant de l'écarter, mais la môme était bien accrochée. Elle avait planté ses crocs profondément et ne voulait pas lâcher, pit-bull humain en train de mâcher son steak quotidien.
Les autres gardiens bondirent sur les deux, tentant de les séparer. Leurs cris de menace égalaient presque les beuglements de la blessée, mais sans effet : l'ado relâcha un instant la pression... pour replanter ses crocs plus haut, dans la joue, viande tendre et solide. Le sang se répandait partout, sur les gens, le sol, le plafond, partout, monde repeint en rouge. Les autres patients reculaient en gémissant : attaque, sang, problème. Des moutons à l'abattoir.

Du sang, de la peur, de la violence. Des cris et des gémissements. Putain de boulot, ce qu'il aimait ça. C'était bon.
Lui aussi voulait avoir sa dose.

Il se mit à avancer bousculant les autres connards censés régler le problème. Attrapa la gorge de la forcenée, serra juste ce qu'il fallait  pour qu'elle ne puisse plus respirer. Ses doigts glissaient sur le sang carmin, mais il sentait les veines palpiter et ce petit coeur qui s'accélérait, s'accélérait, petit corbac volant à tire d'aile. Elle se raidissait – tout comme lui, bordel - cherchant à échapper à l'étreinte. Hors de question qu'elle se casse, son petit plaisir avant tout. Rien d'autre ne comptait que sa résistance futile et sa toute-puissance, et cette odeur cuivrée et rouge dans l'air. Il était LE maitre.
Les machoires cédérent, sa folie sanglante dépassée par le réflexe de survie. Il l'éloigna, abandonnant l'autre hurleuse à son sort, et la plaqua au sol, violemment. Elle hoqueta, toussa : elle aurait mal les prochains jours, fallait pas le prendre pour un tendre. Mais la  douleur ne l'empêcha pas de lui adresser un sourire de requin, étrangement séduisant sur cette gueule barbouillée de sang, tandis qu'une lueur sadique trépignait dans ses yeux.

Saleté. Salope. Démon. Connasse. Elle recommencerait sans aucun doute.

-Vous m'aurez pas comme ça.

Il allait devoir sévir... Plusieurs fois.

Un collègue approchait en courant, une seringue à la main.
Il assura sa prise sur son cou et s'avança pour lui sussurer au creux de l'oreille : "J'espère bien. Je vais bien m'amuser avec toi..."

Le regard  vairon ne broncha pas, certain de sa victoire.

Crois le, petite. Tiens bon, lutte. Essaye de résister. Il aimait la résistance, surtout futile. Il prendrait son pied à la regarder résister et cacher sa douleur, à la voir se mordre les lèvres pour ne pas le supplier. Peut-être même qu'il arrêterait, une fois ou deux, pour la faire espérer. Peut-être que non. Ca dépendra de son envie de l'instant. Mais à la fin... A la fin, il gagnerait. Comme toujours.

Et là, alors il la laisserait tranquille. Une proie qui agonise et ne lutte plus n'a pas d'intêret. Elle peut crever dans son coin, seule.

Mais en attendant...
Greg eut un haut-le-coeur qui le fit revenir à lui.
C'était ignoble. Odieux. Immonde. Et il avait aimé ça une seconde... Envie de vomir, de s'écrouler.
Non, pas ça. Pas devant elle. Ne pas montrer de faiblesse. Risque de contact sinon. Pas besoin d'une psychopathe en plus en lui.

Il resta debout, se contentant de mettre ses mains dans ses poches. S'il devait se faire mal pour rester lui-même, il ne voulait pas qu'elle le voie. Poings serrés et ongles sortis, dans les poches.
Rester stoïque, droit. Ne pas montrer ses faiblesses. Et ne pas le laisser revenir non plus.

L'adolescent releva la tête, la refixant. Elle voletait toujours, tête penchée sur le coté comme un moineau. Sa petite absence avait dû passer inaperçue. Dans ses yeux, plus de trace de violence, juste une curiosité infantile... semblait-il.
Bave aux lèvres et regard de limace...
Il crispa le poing droit, renvoyant la réflexion le plus loin possible.

-Bonsoir toi... reprit-elle d'une voie puérile -trop puérile. Tu es étrange.. Que fais-tu ici ? Parmi les humains ? Tu t'es perdu ?

Elle lâcha un petit rire innocent, limpide, qui le fit frissonner. Il sentait autre chose remonter en écho, une autre horreur. Et ce rire qui lui emplissait le cerveau, la folie en émergeant comme un aileron de requin sortant d'une mer calme.

Ongles qui s'enfoncent dans les paumes, douleur salvatrice, personnelle. Souvenir en recul. Mais la voix continuait : "Désolé, je suis peut être trop curieuse.. Mais c'est rare de voir des yokais trainer par ici.. "

Il fallait lui répondre. Être logique. Rester froid, rester lui.
Elle savait qu'il n'était pas humain. Comment ? Aucune id-
Ses yeux -
Non. Ongles enfoncés dans sa paume, le sang perlant presque. Ne pas demander, ne pas savoir.
Répondre, puis partir vite. Sans fuir, garder l'ascendant, ou la chasse serait lancée.
Il devait répondre fermement.

Tu es curieuse, oui, répondit-il sur un ton amusé – qui, à son grand soulagement, ne tremblait pas. Disons juste que je profite de la nuit pour mener mes petites affaires. Le genre d'affaires qu'on ne mène pas devant tout le monde, comme toi j'imagine...

Si elle était là, ce ne devait pas être pour une banale promenade nocturne. Il ne tenait pas du tout à savoir pourquoi.
Greg sortit la main droite de la poche de son imperméable, détournant le regard un court instant pour jeter un oeil à sa montre. Pas trop longtemps, mais pas trop rapidement non plus, pour ne pas la laisser croire qu'il la craignait. Les requins sentaient la peur et mordaient d'autant plus fort.

D'ailleurs, je ferai mieux d'y aller, ou on va m'attendre. Juste un soupçon d'inquiétude dans la voix, celle du type pressé par le temps. Nous continuerons cette discussion plus tard, si tu le veux. Après tout, nous étudions au même endroit, non ?

Conversation qui n'aurait jamais lieu, s'il le pouvait. Ou devant témoins nombreux et puissants.


Dernière édition par Greg Ogramann le Lun 10 Fév - 15:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andrew C. Hatfield
avatar
Nombre de messages : 214
Age : 22
Localisation : Infirmerie
Humeur : Pouf.
Date d'inscription : 14/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Polymorphe
Karma:
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Dim 7 Avr - 14:23

-Tu es curieuse, oui. Disons juste que je profite de la nuit pour mener mes petites affaires. Le genre d'affaires qu'on ne mène pas devant tout le monde, comme toi j'imagine...

La nécromancienne souriait faiblement, presque d'un air bêta, histoire de jouer l'imbécile heureusement encore quelque temps. Elle trouvait ça marrant.. Mais il avait l'air.. Perturbé. Quelque chose clochait.. Luka n'y prêta pas vraiment attention.. Préférant s'imaginer dans une course folle ou le jeune homme finirait démembrer.. Owiiiii alors !

Immonde.
Immonde Luka.
Tu es Immonde.

Retire donc ce masque qui te sied si mal. Idiote. Tu lui as fait peur. T'as comédie était donc tant emplit de fausses notes ? Un regard. Une odeur. Du Sang ? Non. Pas maintenant. Tiens toi. Calme. Résiste.. Tu as envie de planter tes crocs hein ? Mais oui.. Ton envie de tuer empeste à des kilomètres. Reprends toi. De suite. Inspiration. Expiration. Douce. Lente. Comme un zéphyr. Comme une brise d'été. Voilà qui est mieux. Tout doux. Tout.. Et Puis Fuck You Motherfucker.

-D'ailleurs, je ferai mieux d'y aller, ou on va m'attendre. Nous continuerons cette discussion plus tard, si tu le veux. Après tout, nous étudions au même endroit, non ?


Partir ? Maintenant ? Alors que la fête n'avait même pas commencé ?
Luka arrêta de tournoyer comme une idiote pour se poser à terre. Son pas n'était pas léger et aérien comme celui d'une princesse. Mais lourd. Comme si elle avait le gabarie d'un géant près à vous écraser sous son énorme pied puant. L'androgyne féminisé baissa la tête, fixant bêtement l'affreux bitume qui recouvrait la terre. La voilà qui partait dans d'atroces songes. La nécromancienne s'imaginait bien le donner en pâture à goules zombifiées.. Hihi.. Et profané le reste de sa carcasse . Le violer. Puis le bruler. Et vice et versa. Avec sa gueule de déprimé, on aurait pu croire qu'elle sanglotait. Et ça aurait pu, si ce n'était pas, cette demeurée psychopathe nécrophile, qui était planté face au pauvre gars qui n'avait rien demandé. Elle parlait dans sa barbe.. Murmurant d'incompréhensibles paroles.

-Pourquoi..? Je veux juste jouer.. Juste un peu.. Je suis si seule ici.. T'es le premier yokai que je rencontre.. Le premier qui ne fuit pas.. Enfin jusque maintenant.. Je veux juste jouer.. Les sanglots de petite fille se transformèrent en rire de dément. Elle s'en arracha même la peau de la lèvre qui s'ouvrit, laissant couler un peu de liquide rouge le long de son menton. Je ne vais pas te faire de mal, je te le promets ! Bref.. Tu préfères que je te fist avec du verre pilé ou des clous rouillés ?

________________________________

Paroles en #00CC66 || Rien ne m'importe tant que tu restes à mes côtes

Revenir en haut Aller en bas
Greg Ogramann
avatar
Nombre de messages : 357
Age : 30
Localisation : Devant Mon Clavier
Humeur : Atrabilaire
Date d'inscription : 02/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Reflet ambulant
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Lun 8 Avr - 4:30

La lueur dans ses yeux clignota puis s'éteignit, laissant place un bref instant à une vacuité absolue.
Crise de folie.
Greg recula d'un pas, enfilant précipitamment ses gants. Se couvrir, ne pas la laisser l'approcher, le toucher. Pas elle.
Le battement d'ailes s'arrêta et la jeune fille se posa au sol d'un geste disgracieux, lourd, se laissant tomber plus qu'autre chose. Sa tête était baissée, son regard inexpressif fixé au sol. Une marionnette dont on aurait coupé les fils et qui girait dans un coin, attendant que son maitre revienne lui donner un ordre et la manipuler.
Ton maitre est là, pantin.
L'adolescent sentit son coeur se mettre à battre plus fort, de terreur et de désir mêlés. La terreur était la sienne, mais l'autre... Ce n'était même pas du vrai désir, non. De la possession. La volonté de casser, briser, d'avilir. Le besoin de goûter ses larmes, son sang, sa peur. Une fierté devant ce jouet mal en point mais plein de possibilités. Un amour noir, malsain, qui avait pour unique but de démolir l'autre
Pas un, mais deux monstres. L'un dehors, l'autre en lui. Et les deux se rapprochaient.
Il déglutit. Putain de soirée. Putain de vie.

La fille ailée commença à murmurer quelque chose d'un ton sanglotant, remuant doucement la tête comme pour chasser une pensée absurde. Ses traits se déformaient peu à peu en un masque d'Halloween, émotions figées et mélangées jusqu'à aboutir à une impression d'étrangeté mortelle.

-Pourquoi..? Je veux juste jouer.. Juste un peu.. Je suis si seule ici.. T'es le premier yokai que je rencontre.. Le premier qui ne fuit pas.. Enfin jusque maintenant.. Je veux juste jouer..

Jouet...
Connasse. C'est toi la marionnette ici. Toi le jouet.
C'est moi, l'enfant qui te détruirai encore un peu plus.
J'espère que tu es plus forte, Luka. Plus amusante. Plus pervertie.
Délicieuse proie...

Greg se sentir partir, attiré en arrière par deux mains impitoyables. A lui. Pas à Greg. Rien qu'à lui, à personne d'autre. La petite fille allait se rappeler qu'à jouer avec le feu, on se brûle.
Rire de fillette qui montait dans les aigus, devant un rire de requin humain, en dents de scies stridentes.
Charybde et Scylla.
Tenir bon. Reculer loin de l'une, repousser l'autre. Il se mordit la lèvre inférieure, fort, essayant de se concentrer sur la douleur, sur son corps, ses mouvements. L'autre tenait bon, s'accrochait de la force de tout son sadisme. Plus fort, la douleur.
Ses dents firent craquer la fine couche de peau protégeant sa lèvre au moment même où l'autre lui adressa son sourire écarlate.
Sang dans l'air. Sang dans sa bouche. Saveur unique pour le prédateur.
Passage en force.

Je ne vais pas te faire de mal, je te le promets ! Bref.. Tu préfères que je te fist avec du verre pilé ou des clous rouillés ?


Il lécha le sang sur ses lèvres, l'observant. Putain. Toujours cette face d'ange, ce cul d'enfer. Ca valait le coup d'avoir survécu aussi longtemps dans la tête de ce petit con.  Un sourire carnassier aux lèvres, il commenta d'un "Toujours aussi grande gueule, connasse !" avant de frapper d'un coup de pied au ventre. La grosse semelle heurta de plein fouet la chair trendre, expédiant Luka au tapis. Sans perdre une seconde, il se rua vers elle, savourant distraitement le son des os brisés lorsqu'il posa brutalement le pied sur une des foutues ailes qu'elle avait gagnés depuis son passage à l'asile. Il avait toujours su qu'elle était un monstre, un vrai. Encore une chose que lui seul savait sur elle, sa Luka.
Il la mit face contre terre d'un geste fluide et posa son genou sur sa colonne vertébrale, appuyant ainsi sur son ventre pour lui couper toute possibilité de respirer. Ce n'était pas son corps d'origine, mais ses réflexes suffisaient largement à compenser le peu de force de ce Gregory. Profitant de sa temporaire impossibilité de bouger, il lui attrapa les deux poignets et lui fit une clef de bras, remontant haut sur son dos. Un poil de plus et les os casseraient comme deux fétus de paille, avec juste un bruit de carcasse de poulet qu'on écrase. Il le savait, il l'avait déjà fait.
En l'espace de cinq secondes, la forcenée avait été mise au tapis et ceinturée. Putain, il était toujours aussi bon. Ca allait être jouissif. Il reporta un peu son poids en arrière afin de lui permettre de respirer de nouveau. Souffle court, haché, bruyant, celui d'un animal qui vient de trouver son maitre. Pas encore les gémissements sourds de la proie blessée, mais c'était bien assez proche pour le satisfaire. Pour le moment.

Quelque chose clochait néanmoins. Il sentait sa douleur, sa peur, mais rien de la terreur irraisonnée qu'il suscitait auparavant chez elle. L'avait-elle oublié ou était-elle devenue bien plus maitresse d'elle-même ?
Continuant à maintenir ses poignets d'une main, il attrapa de l'autre sa tignasse océan et tira brusquement sa tête en arrière, l'obligeant à le regarder dans les yeux. Ses yeux présentement bruns se fixérent à son regard bleu et rouge, la forçant à soutenir son regard un instant.

-Me dis pas que tu m'as oublié ?


Avec un grognement, il la repoussa fortement, sa tête cognant contre le béton avec un bruit mat. Putain. Cette morveuse avait été sa chasse gardée, son jouet personnel pendant des mois et des mois. Et elle osait ne pas le reconnaitre ?
Elle allait le regretter. Il allait le lui rappeler de la manière forte. Très forte.

-Tu me déçois... on a partagé tellement de moments particuliers, tous les deux. On était si proches. Si intimes. Et t'as même oublié ce que je t'ai appris, pauvre conne. Mais t'as de la chance, je suis prêt à te faire un petit rappel. Alors note bien dans un coin de ta tête de cinglée. Leçon du jour : à la première occasion, fais à ton adversaire ce qu'il avait promis de te faire.

Il lui laissa un moment pour mesurer la portée de ses paroles, laissant monter sa peur. Sa main libre glissa sur la robe de Luka, lourde, moite, descendant de plus en plus bas, rampant comme un asticot géant. Il venait de dépasser les hanches quand elle se mit à tressauter et à véritablement paniquer, à comprendre ce dont il voulait parler. "Fist avec du verre pilé ou des clous rouillés" ? Amatrice. Une main suffisait à faire souffrir quand on savait comment faire.
Elle se tortilla, essayant de lui échapper. Oui mademoiselle, tu as bien compris. Vas-y, haléte plus fort, essaie de te dégager, de te relever. Vas-y. Et échoue.Souviens toi de comme tu es faible. Souviens toi de moi. De toute façon, tu n'as aucune chance.
Ses doigts parvinrent plus bas, aux fesses : il tira sur le tissu jusqu'à pouvoir toucher directement sa culotte. Il joua un court moment avec l'élastique, hésitant : passer à l'acte de suite ou continuer à la faire languir encore un peu ?
Elle rua à ce moment là, tentant de le déséquilibrer ; il serra sa prise autour des poignets, les releva d'un chouia. L'os était à son point de tension maximale, il le sentait vibrer entre ses doigts.
Encore un peu... Que ses souvenirs aient le temps de remonter. Qu'elle tremble d'avance d'horreur et de douleur en pensant à ce qu'il pouvait lui faire. Qu'elle tente de supplier son maitre de l'épargner.
Rah, ce gamin portait vraiment des slips trop serrés...
Ses doigts allérent finir leur course encore plus bas, caressant le coton de son sous-vêtement, le pinçant légérement puis appuyant carrément dessus . Il connaissait ses points sensibles, savait exactement où s'arrêter pour que son malaise augmente. Ses doigts s'attardèrent à un endroit particulier, appliquant juste ce qu'il fallait comme pression pour qu'elle comprenne la promesse sous-jacente.

-Alors dis-moi, maintenant, tu huiles la porte arrière régulièrement ? Ou tu gueules toujours comme une truie ?

Il la sentit se crisper et se mettre à trembler. Ah. On y était. Elle le remettait. Son odeur avait changé, et son corps s'était entiérement contracté, tétanisé. Luka, son jouet, était de retour.
Oui. C'était bien lui. Celui qui avait transformé sa vie en cauchemar pour son simple plaisir.
Son coeur se mit à battre plus fort. Maintenant il allait vraiment pouvoir s'amuser, savourer le moment.
Il fit descendre ses doigts un peu plus, palpant à travers le tissu jusqu'à trouver ce qu'il cherchait. Juste un petit bout de chair en particulier.

"Mais tu me diras, y'a aussi des trucs intéressants à faire à l'avant..." sussura-t-il.

Il serra les doigts, pinçant la chair tendre de son jouet de toutes se forces.
Elle allait gueuler, maintenant.


Dernière édition par Greg Ogramann le Lun 10 Fév - 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andrew C. Hatfield
avatar
Nombre de messages : 214
Age : 22
Localisation : Infirmerie
Humeur : Pouf.
Date d'inscription : 14/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Polymorphe
Karma:
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Dim 14 Avr - 15:09

Changement..

La nécromancienne tiqua. Ce petit quelque chose qui clochait s’amplifiait au fil des minutes. Oui. Elle en était sur. Ce n'était plus ce vermisseau craintif qu'elle avait en face d'elle. Mais un putain de prédateur. Shit. Shit. Shit. Sa raison lui criait de partir vite. Sa fierté lui hurlait de rester pour lui faire face. Et encore plus après que cet enfoiré l'est traité de connasse. Minute. Comment ça "toujours"..? Comme s'ils se connaissaient depuis longtemps.. Alors que non ! Ça devait faire dix minutes à tout cassé que les deux ados s'étaient rencontrés.

Cours Luka ! Vole putain ! Reste pas là !

Et puis quoi encore satané chat !? Elle allait pas se défiler comme ça ! Oh que non ! Rien à foutre ! Même si c'est un combat à mort.. Dans ce cas là, elle aurait plus de chance de s'en sortir.. Ahaha. Coup de pied dans le bide, tu tombas par terre et tu t'fais éclater sur le sol. Ça t'apprendra à faire la maline. Luka poussa un râle de douleur. Quelques os étaient brisés.. Et merde. Elle tentait bien de se débattre, de lui foutre des poings dans la gueule, mais rien n'y faisait. Il était plus fort, et trop surprise, elle n'arrivait pas à anticiper et contrer. C'était inutile de toute manière. Face au sol. Les poumons compressés. N'arrive plus à bouger. Petite nécromante souffre. Elle s'est foutu dans la merde, et commence tout juste à le comprendre. Elle le sent. Il est là. Non. Impossible.

-Me dis pas que tu m'as oublié ?

Non. Pas lui. C'est pas possible. Pas possible. Impossible. Ce n'est pas lui. Ce n'est pas son visage. Pas son corps. Et pourtant.. Pourtant c'est bien son regard. Cet éclat vicieux. Luka ne le connaissait que trop bien. Ses yeux brillants de sadisme qui l'avait observer sous toutes ses coutures. Non. Ce n'est pas possible bordel de dieu ! Luka sentit un frisson désagréable lui piquer la nuque, descendant dans le bas de son dos.La nécromancienne voulait vomir tellement elle se sentait mal, son estomac retourner par la peur ne demandait que ça. Impact. Sa tête claqua contre le sol. Le sang coulait un peu, glissant sur sa tempe qui palpitait sous le coup donné.

-Tu me déçois... on a partagé tellement de moments particuliers, tous les deux. On était si proches. Si intimes. Et t'as même oublié ce que je t'ai appris, pauvre conne. Mais t'as de la chance, je suis prêt à te faire un petit rappel. Alors note bien dans un coin de ta tête de cinglée. Leçon du jour : à la première occasion, fais à ton adversaire ce qu'il avait promis de te faire.

Plus de doute. C'était lui. Anju. Il portait mal son nom.. -ce dernier signifiant Ange. Luka secoua la tête. Elle se sentait bloqué, autant dans le sens propre que figuré. Ses paroles résonnaient dans sa petite tête sanguinolente. "Fais à ton adversaire ce qu'il t'avait promis de te faire". Il.. Il parlait quand même pas de.. Merde. Putain de bordel de merde. Elle essaya de se dégager.. Mais elle savait que c'était peine perdu. Elle se faisait plus mal qu'autre chose.. La nécromancienne était dans un état de panique profond. Souffle saccadé et frissons d'horreurs bonjour. La nécromante sentait.. Ses mains descendre.. Toujours plus bas.. NON PUTAIN ! Dégage connard ! pas encore ! C'est finit tout ça ! L'androgyne se mordit la lèvre une nouvelle fois.. Le sang coulait une nouvelle fois, aggravant la plaie qu'elle s'était fait précédemment. Mal. Il appuyait l'enfoiré. Comme un bourrin, forcené. Son corps était tendu. Elle allait craquer, se mettre à chialer..

-Mais tu me diras, y a aussi des trucs intéressants à faire à l'avant...

Luka poussa un cri.
Un seul.
Son cœur implosa.
Sa mâchoire resta grande ouverte.
Ses paupières ne se fermaient plus.

Non, stop. Elle résisterait. Ce n'était plus une enfant faible. Son souffle se fit plus lent. Évacuant sa peur dans un long soupire. Ses muscles ses détendirent. Voilà. Calme. Il ne peut rien contre toi. C'est un monstre, mais il reste humain. Toi. Tu es une nécromancienne. Tu peux faire ce que tu veux de lui. Tu es forte. Forte. Retiens le. N'oublies pas. Ta promesse. Plus personne ne t'écraseras. Plus personne. Et surtout pas lui. Luka se concentra, tentant de reprendre tout ses esprits. Un rire retentit. Faible d'abbord.

-Apporte moi.. Mes cachets.. Serre bien ma camisole.. Accélère.. Encore le son de ta voix.. chantonna la nécromante dès à présent calmer de ses craintes. Non, je t'ai pas oublié Anju. Le problème pour toi, vois-tu. C'est que j'ai grandi.

Luka usa de son pouvoir du contrôle des corps sur le jeune homme possédé par Anju. Elle le laissa se tenir debout, se donnant un peu de temps pour se relever elle même, avec difficulté. C'était presque un supplice de lever.. Il n'y avait pas été de main morte. La prêtresse mortuaire fixa Anju d'un regard noir. Sa bouche grimaçait entre douleur et colère. Six ailes blanches firent leur apparition dans un cri rageur pousser par la nécromancienne. Elle attrapa le possédé sous son emprise par les épaules, plantant ses griffes acérées dans ces dernières, l'emmenant vers le haut de l'immeuble, manquant de le lâcher plusieurs fois. Mais il ne fallait pas. Ils n'étaient pas assez haut. Pas assez pour qu'elle puisse le jeter et le voir s'écraser à terre. Une fois le hauteur voulu atteinte. Luka murmura.

-T'inquiètes pas Anju. Je serais avec toi tout le long de ta chute. Je veux voir ta peur. Je veux te voir te pisser dessus comme une petit merde. Je te voir d’exploser sur le sol, te voir pourrir comme un déchet. Je veux.. T'entendre crier ♥

Puis d'un seul coup, sans prévenir, elle le lâcha. Le suivant de près dans d'affreux petits rires moqueurs.. Luka était remplit d'une joie indescriptible. Elle en aurait presque jouit sur place. Mais il ne fallait pas. Pas maintenant. Il fallait attendre la fin. Lorsque son pauvre corps serait réduit en miettes. La nécromancienne le rattrapa à mi chemin de sa chute, se laissant chuter avec lui, posant un baiser sur ses lèvres sans manquer de lui en arracher un bout au passage.

Spoiler:
 

________________________________

Paroles en #00CC66 || Rien ne m'importe tant que tu restes à mes côtes

Revenir en haut Aller en bas
Greg Ogramann
avatar
Nombre de messages : 357
Age : 30
Localisation : Devant Mon Clavier
Humeur : Atrabilaire
Date d'inscription : 02/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Reflet ambulant
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Mar 16 Avr - 9:57

Un hurlement, un seul, s'élevant dans la nuit. Mélodie stridente de douleur et de panique.
Impossible de se défendre, d'agir, de se protéger, Elle était entièrement à sa merci. A lui, totalement à lui, chacun de ses nerfs, de ses muscles hurlait son nom, implorait sa pitié.
Putain, que c'était bon ! Il sentait le cri se propager dans tout son corps, le son passant par ses tympans et les vibrations par ses os alors que Luka continuait d'hurler, cri qui atteignait son coeur et le gonflait jusqu'à exploser. Jouissif.

Le cri s'arrêta alors qu'elle se laissait retomber, poupée de chiffon inanimée, et son coeur repartit. Plus fort, plus violent. Plus grand, plus avide. Encore...
Sa tête s'était vidée, ses souvenirs s'effilochaient alors que les autres essayaient de le mettre hors circuit mais ils ne pourraient lui enlever ce qu'il ressentait pour Luka qu'à la toute fin, à la dernière seconde. Il lui restait encore un peu de temps avant de disparaitre. Encore quelques minutes juste entre lui et elle, de quoi la marquer à jamais et lui laisser un souvenir inoubliable.
Il ramena sa main vers lui, ôtant la sueur qui perlait sur son front et engluaient la chevelure de son corps d'emprunt. Une marque...
Sa bouche se figea en un sourire carnassier en la voyant, effondrée sur le macadam. Ses traits étaient tordus par la douleur, quelques gouttes de sang ayant formé un ruisselet écarlate sur la joue qui était entrée en contact avec le macadam. Mais sa gorge... Blanche, pure, délicate... Un morceau de choix. Tout avait commencé entre eux avec une morsure, quel meilleur moyen de boucler la boucle ?
Il fronça les sourcils. Une morsure ? Vraiment ? Ou est-ce qu'il confondait avec ... avec ... l'autre, là, comment c'était ?
Mémoire qui s'en allait. Peu importe. L'idée de partir avec pour dernière sensation la saveur cuivrée et chaude de son sang en bouche, ses soubresauts désespérés alors qu'il l'étranglait de ses dents, ses hurlements étouffés... Boucle ou non, il était prêt à disparaitre dans ses conditions.

Il se pencha, sa main libre en avant, prête à tirer sur ses cheveux pour mettre son cou à portée. Dés que ce serait fait, il lâcherait ses bras, lui laissant la possibilité de se défendre. La possibilité de se rendre compte encore une fois combien elle était faible.


Luka se mit à chantonner doucement alors que sa main gantée passait dans ses cheveux, presque tendrement.

-Apporte moi.. Mes cachets.. Serre bien ma camisole.. Accélère.. Encore le son de ta voix..

Régression. Il l'avait déjà vue se prostrer en position foetale et babiller tout bas comme un bébé quand elle sentait qu'elle ne pourrait plus rien faire. Une once de déception parvint jusqu'à son coeur ; était-elle donc devenue si faible pour céder au bout de quelques minutes à peine de jeu ? Triste pour un adieu... Elle promettait tellement, aurait pu devenir tellement plus. Ne t'en fais pas, marionnette pervertie et pitoyable, au moins tu auras une fin digne de ton potentiel, de ta folie.
Ses doigts se crispérent sur une mèche, l'amenant vers lui... Il se pencha, prêt à lui rendre son sourire de requin si particulier, à l'incruster dans sa peau. Quelques secondes, quelques centimètres.


Non, je t'ai pas oublié Anju. Le problème pour toi, vois-tu. C'est que
j'ai grandi.


Ses doigts se détendirent, arrêtèrent de tirer, la libérant. Sa bouche se referma d'un coup sec, manquant trancher sa langue.
Qu'est-ce que ... ?
Luka. Elle était un monstre, il l'avait toujours su. Et maintenant, elle le prouvait.
Le corps qu'il utilisait se releva tout seul, gauchement, pantin dirigé par un maitre débutant. Il ne contrôlait plus rien. Plus rien. Impossible. C'était à lui de diriger, de mener, à personne d'autre ! Personne ne le dominait !

Elle se releva péniblement alors qu'il tentait de sortir de cette transe. Ses épaules craquèrent distinctement lorsqu'elle essaya de se redresser la première fois, lui arrachant un gémissement de douleur tandis qu'elle forçait encore sur ses articulations. Courbaturée et battue tout court, elle devait souffrir de partout ; il fallait pas le prendre pour un tendre, même dans le corps d'un autre. Dans leur lutte, sa robe s'était à moitié déchirée, dévoilant par intermittence le vêtement de coton avec lequel il avait joué. Malgré son état de panique, il ne put s'empêcher de ressentir une bouffée de chaleur en repensant à ses réactions lorsqu'il avait usé de ses doigts.
Elle lui décocha un regard noir alors qu'elle finissait de se mettre d'aplomb. Haine et peur, oui, comme il s'y attendait. Souffrance aigue, comme il l'espérait. Mais il y trouva quelque chose de nouveau, quelque chose qu'il n'espérait plus.
Un calme factice qui dissimulait une tempête de rage, un ouragan de revanche. La soif de sang, le besoin de souffrance, le plaisir de blesser.
Fasciné, il vit ce qu'il voyait chaque matin dans son miroir du temps où il avait encore un corps. Le regard d'un monstre humain, d'un dominateur sadique. Son regard.
La marionnette - comment s'appelait-elle déjà ? Un autre souvenir oublié, évacué .... La marionnette avait rejoint son maitre. Peut-être même dépassé.

Un ultime cri de rage, et la marionnette se transforma en ange vengeur sous ses yeux. Elle s'approcha de lui d'un pas lourd et lui planta ses griffes dans les épaules, profondément à en faire perler le sang. Il n'essaya même pas de réagir, obsédé par cette image de son jouet enfin devenu marionnettiste.
Il allait mourir. Il le savait. Mais putain, quelle mort ! C'était mieux qu'une cicatrice sur une gorge ou que les souvenirs traumatisants d'une gamine ; lui lâcherait sur le monde un monstre prêt à reprendre son oeuvre ! Son monstre, sa... sa chose.
Plus haut, toujours plus haut, encore plus haut. Il se sentit glisser plusieurs fois, puis rattraper. Encore plus haut, au dessus de la ville, au dessus de tout, assez haut pour que l'ange déchue puisse fracasser son pantin de chair au sol. Pourquoi, il ne savait plus, mais l'idée l'enchantait.

Enfin, un murmure alors qu'elle le serrait un peu plus près d'elle, pour la toute dernière fois :


-T'inquiètes pas Anju. Je serais avec toi tout le long de ta chute. Je veux voir ta peur. Je veux te voir te pisser dessus comme une petit merde. Je te voir d’exploser sur le sol, te voir pourrir comme un déchet. Je veux.. T'entendre crier ♥

Anju ? Qui était Anju ?
Chute libre.
Il tomba de plus en plus vite, de plus en plus bas, sans comprendre mais sans s'inquiéter. Devant lui, un visage d'ange le collait, visage qu'il haissait/aimait en même temps, visage qui riait, riait...
Visage qui le collait, l'embrassait, le mordait


Visage qui la collait, l'embrassait, la mordait, l'empêchant de rire de la chute de l'autre.
Le sang envahissait sa bouche alors qu'on lui arrachait un bout de lèvre.
Luka saignait au lieu de mordre.
Luka tombait au lieu de voler.
Luka mourait au lieu de vivre.
Luka se retrouvait embrassée par elle-même, de plus en plus proche du sol, de plus en plus proche de la mort.

Putain c'était quoi ce merdier ?

Elle tenta de faire pousser ses ailes, mais sans aucune réaction. Rien ne bougea. Paralysée dedans, paralysée dehors, totalement impuissante. Son sentiment de joie sadique s'évanouit, devenant panique qu'elle ne pouvait pas montrer.
Elle allait crever.
Non !
Elle jeta ses bras en avant, rompant son immobilité forcée et attrapa par les épaules celle qui avait osé la copier et prendre sa place. Connasse. Elle s'accrocha à son cou, enfonçant ses ongles dans son dos juste au dessus de ses ailes.
Survivre. Ne pas crever. Pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew C. Hatfield
avatar
Nombre de messages : 214
Age : 22
Localisation : Infirmerie
Humeur : Pouf.
Date d'inscription : 14/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Polymorphe
Karma:
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Dim 5 Mai - 3:47

This is the end.. ~

Ou pas.

Pourtant. Il tombait. Sans réaction. La fin était si proche. Si proche.. Le cauchemar allait enfin se terminer, en beauté. Un dernier baiser en guise d'Adieu. Un baiser fourbe qui trahit la nécromancienne, celui ci s'était retourner contre elle. La paralysie de l'homme fut rompu, Dieu sait comment, et le voilà qui se débattait et s'accrochait à la vie comme une tique sur la peau d'un animal. Shit. Le Game Over n'était pas pour maintenant on dirait.. Mais ce n'était que partie remise.

Une douleur aigu la traversa de part en part. Il s'accrochait bien l'enfoiré. Luka sentait son sang chaud couler le long de sa peau glacial. Serre les crocs. Essaye de le repousser. mais c'est trop tard. Son poids vous entraine dans une chute inévitable mais amorcer par les impulsions de tes ailes. Impact. Les deux corps se retrouvèrent à terre, l'un au dessus de l'autre. Il s'était bien accroché ce petit connard. La nécromancienne n'arrivait pas à bouger, son corps était douloureux, ses ailes étaient sans doute brisées à plusieurs endroit.. Celles ci disparurent d'elle même, mais la douleur était toujours présente.

Bordel.

Les deux corps ensanglantés semblaient inertes.. Il fallut de longue minute avant que Luka puisse s'extirper de l'autre, il devait être sonné lui aussi.. Elle lui avait foutu un sacré coup de boule alors qu'il se débattait comme un lion. La nécromante se traina un peu plus loin, s'appuyant contre un réverbère pour tenir debout.. Bon. On pouvait oublier le combat rapprocher. Son corps était bien trop amoché. Putain. Elle relâcha son attention quelques minutes, regardant à gauche puis à droite. Personne. Juste eux. Et cette lumière artificielle. Même Midnight n'était pas là. Pourtant elle était persuadée qu'il l'avait suivit en ville.. Passons. Son regard s'attarda sur le jeune homme qui était toujours à terre. Putain de bordel à queue. Comment il avait pu passer d'un simple lycéen pétochard à.. A Anju bordel ! De plus. Ce n'était pas Anju. Anju était humain. Anju atteignait les deux mètres. Anju était un fuckin' mastodonte. Lui, ce n'était qu'un gringalet sans intérêt à côté.. Putain, putain, putain.. Réfléchit Luka. Elle toussota légèrement, crachant une gerbe de sang légèrement noirâtre.

Dégueulasse.

Ça puait vraiment le sang.. Mais autre chose aussi. Oui, la Mort. Mais.. Ce n'était pas son odeur. Ça ne provenait pas d'elle. Ça.. Ça venait.. Naaaaan. L'odeur venait du jeunot. Luka usa de son pouvoir pour voir l'aura de la bestiole.. What da fuuuuck. Elle était identique à celle de Luka, enfin presque, y avait toujours son aura de base indescriptible, mais celle de la nécromancienne était bien plus prononcé, comme si elle avait prit le dessus.. Qu'une partie d'elle était enfermée dans ce corps ci.. Alors elle comprit. Tout lui paraissait logique maintenant.. Luka resta interdite et silencieuse.. Elle avait déjà vu ce genre de bestiaux dans ses bouquins.. Mais jamais elle n'en avait vu un vrai de vrai. La nécromancienne s'approcha peu de son double, sa crainte faisant place à l'intrigue.. Restant à un bon mètre de distance, elle continuait de l'observer, ses yeux et son propre corps brillait d'une lumière bleuté. C'était un doppelgänger.

-Tu es.. Moi ?

________________________________

Paroles en #00CC66 || Rien ne m'importe tant que tu restes à mes côtes

Revenir en haut Aller en bas
Greg Ogramann
avatar
Nombre de messages : 357
Age : 30
Localisation : Devant Mon Clavier
Humeur : Atrabilaire
Date d'inscription : 02/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Reflet ambulant
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Mar 18 Juin - 13:05

This is the end.. ~

Ou pas.

Chute, tourbillonne, petite Luka, brindille dans la tornade. Essaie de ne pas t'écraser au sol comme une merde. Reste accrochée à l'autre, là, et si tu ne survis pas... arrange toi pour qu'elle crève en même temps. Ongles plantés plus profond alors que la peur s'amplifie. Et la haine. Le colère. Etreinte qui pourrait passer pour celle d'une amante. Juste un peu trop serrée. Un peu trop étouffante. Et les ailes qui battent dans le vide, l'impression de chute, le coup dans la tronche, le monde qui devient rouge, renversé, flou. Impact. Douleur.

Vivante. L'autre est coincée sous elle, mais Luka est incapable de bouger. Pas d'ensorcellement à la con, cette fois-ci, non. Juste une bonne vieille souffrance des familles. De celle qui vous donne l'impression qu'un sadique armé d'un marteau a consciencement tapé sur tous vos petits os délicats. Les a fracturés, tordus. Les a rassemblés de force malgré vos hurlements, vous immobilisant dans une mare de sang et de sueur. De celle qui s'entretient, le sel de vos larmes vous ravageant un peu plus la peau à chaque fois qu'elles coulent. Des lames de rasoir qui vous ruissellent des yeux. Bref une bonne vieille souffrance à la Anju.

Bordel.

L'autre entreprit de s'extirper de sous elle. Elle le sentait malgré ses yeux fermés. Balancée à terre comme un sac de patates. Onde de choc qui se répercute dans tout son corps, repassage du malade au marteau. Elle réprima un cri. Se mordre les lèvres, le sang en suintant toujours. Ne pas montrer qu'elle a mal. Pas encore. Plus jamais. Mal partout pourtant. Putain. Impossible de se défendre. Si Anju réattaquait... Elle rouvrit les yeux précipitamment. Anju. Où est Anju ?!
Calme. Anju ne doit pas être loin. Et puis ce ne pouvait pas être Anju. Anju était un humain. Anju atteignait les deux mètres. Anju était un fuckin' mastodonte. Pas un adolescent trouillard épais comme une allumette. Mais alors où était le gringalet ? Elle entreprit de fouiller du regard la ruelle glauque où elle gisait. Du coté droit, rien d'autre que l'espèce de conne qui a failli la tuer. Et la lumière blafarde du lampadaire. Du coté gauche elle voyait... Elle voyait ?  Elle cilla, fixa le haut de l'immeuble. Oeil droit fermé, oeil gauche ouvert. Puis oeil droit ouvert, oeil gauche fermé. Pas de changement. Nada. Elle n'était plus aveugle du coté gauche.

Putain de merde, c'était quoi ce bordel ? Blessée, polymorphie HS et maintenant elle avait deux yeux valides. Y se passait quoi, merde ?!

L'autre se racla la gorge et cracha une bouillie sanglante sur le sol. Dégueulasse. Tu peux froncer du nez, va, tu pues. Tu shlingues. Pire qu'un corbillard pourri. Tu sens le sang à 3 bornes. Le sang et... Naaaan ? Elle puait le
cadavre. Le maccabée. La mort. C'était son odeur, ça. Comment c'était possible ? Elle activa son pouvoir de perception des auras pour essayer de comprendre, et resta interdite. C'était pas possible. Ce qu'elle avait en face d'elle, c'était elle. Tout concordait. Tout. Même les traces laissées par les sceaux de son père quand elle était môme, tout ! Impossible. Elle pétait les plombs, ça devait être ça. Complétement folle, comme ils le disaient. Ca devait être ça. Pas d'autre possibilité. Elle ne voulait même pas penser à une autre solution. Hors de question. Parce que si l'autre était elle, alors... qui était "JE", putain ?!

L'autre se rapprocha peu à peu d'elle,  une lueur de curiosité scintillant au fond de ces yeux vairons qu'elle connaissait si bien. Ses cheveux océan qu'elle prenait tant de soin à coiffer. Sa peau de cadavre froide comme celle d'un cadavre. Ces imperceptibles c
icatrices, repérables uniquement si on savait quoi chercher. Son corps, chéri et détesté. Elle n'était pas folle, c'était bien son corps, elle reconnaissait même l'odeur de sa sueur, l'odeur de son sang. La voleuse s'immobilisa près d'elle. Si Luka avait pu bouger, elle lui aurait sauté dessus pour lui arracher la gorge. Jamais elle n'avait autant voulu faire du mal à quelqu'un. Même à Anju. Même aux succubes. Même à son père... Nan, quand même pas. Autant qu'à son père. Parce que si l'autre connard l'avait privé de sa liberté et de ces pouvoirs, cette connasse-ci voulait lui arracher toute sa vie.

-Tu es.. Moi ?

Même pas en rêve. C'est toi qui est moi, c'est moi qui suis la vraie, moi qui aie noyé mon frangin, moi qui ai survécu à Anju, moi qui fume clope sur clope jusqu'à me bitumer les poumons, moi qui étais à cette saloperie de réunion familiale il y a quelques heures. C'est moi qui ai souffert, moi qui ai hurlé, moi qui ai fait mal. C'est moi ! Toi, tout ce que tu as fait, c'est me voler mon corps, prendre ma vie et essayer de me tuer.
Si tu étais vraiment moi, tu ne resterais pas là. Tu saurais que je te hais du plus profond de mon être. Tu m'achéverais tout de suite. Parce que je t'aurai, enculée, je t'aurai, même si je dois crever pour ça. Surtout si je dois crever pour ça, puisque après tout tu m'as piqué mon corps.


JE NE SUIS PAS TOI !

Gorge séche, tremblements de rage, haine, douleur. Luka cracha plus qu'elle ne prononça quelques mots.

-T'avise.... jamais... de dire... que t'es moi !

La haine l'envahit, brulante et en même temps calmant ses blessures. Lâcher prise, se laisser envahir, perdre le contrôle. Quel contrôle ? de toute façon, elle n'avait plus rien. Elle sentait les os se remettre en place, l'entendait même, les craquements infimes lui rappelant ceux des zombies qu'elle ramenait à la vie pour s'amuser quant elle... pour s'amuser avant. Oh, elle allait s'amuser là. Punir l'autre. Sévir. L'étriper. Les ténèbres se coulèrent le long de sa peau, fin manteau de néant prêt à découper en fines tranches tout ce qu'il eftleurerait. Cape de ténèbres, cagoule d'obscurité, nécromante maudite par la vie. Bientôt maudite par la mort, alors que ce sort drainait son essence vitale, la transformant peu à peu en créature morte-vivante, puissante mais sans âme ou contrôle. Tant pis.

Plutôt crever en nécromante et l'emmener en enfer avec elle que de devoir lui céder sa place.  
Revenir en haut Aller en bas
Andrew C. Hatfield
avatar
Nombre de messages : 214
Age : 22
Localisation : Infirmerie
Humeur : Pouf.
Date d'inscription : 14/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Polymorphe
Karma:
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Jeu 4 Juil - 6:49

-T'avise.... jamais... de dire... que t'es moi !

Luka recula d'un pas en voyant son double se changer en une espèce de masse noirâtre.. Forme de sorcier. Elle même ne l'avait pas beaucoup expérimenté.. Mais la n'était pas la question. Elle fronça les sourcils, essayant de rassembler ses données sur les doppelgängers. Bon, déjà elle était dans la merde, il devait être plus puissant qu'elle, de pas beaucoup, mais ça pouvait faire la différence. Deuxième point important, il ne semblait pas pouvoir user de sa polymorphie, puisque lors de leur chute il n'avait même pas tenté une transformation et s'était accroché à elle comme une sangsue, donc, ça lui donnait un avantage -mal maitrisé- par rapport à lui. Troisièmement, l’hôte principal ne semblait pas contrôler la copie créée, donc Luka avait à faire à elle même, ça aller s'avérer être une partie de rigolade franchement sanglante.. Soit dit en passant, puissant ou pas, cette forme allait vite l'épuiser. Il fallait gagner du temps, et jouer sur la corde qu'il ne pouvait pas user. Quatrièmement... EN AVANT POUR TE PÉTER LA GUEULE CONNARD. Mais avant ça, parce que faut pas déconner quand même ils viennent un peu de se crasher du haut d'un immeuble.. Avant ça, il fallait se soigner.. Réparer les os brisés en grande partie.. Bref, un grand nettoyage de printemps, sauf que c'est pas vraiment du nettoyage. Passons, une fois les soins administrés, c'est une Luka en pleine forme -ou presque- que nous retrouvons face à son adversaire, enfin à elle, à lui.. OH MERDE HEIN ! A L’ENFOIRÉ QUI L'AVAIT COPIÉ ! Stop. Fallait pas commencer à s'emballer et s'énerver pour un rien. La folie lui ferait faire n'importe quoi, et notre nécromancienne avait besoin de garder l'esprit clair.. Elle l'écraserait, quitte à en mourir.


-Pour sur, je le redirai plus jamais.. Petit enfoiré.. Ce soir, tu vas crever.

Rien à faire. Le petit requin était bien trop excité à l'idée de le bouffer. Sac à merde. Comment avait-il osé. Osé LA copier. Lui prendre.. Non lui voler ses pensées, sa façon d'être, son passé, sa vie, ses pouvoirs. T'es qu'une copie merdique. Tu vas crever. Te faire maraver la gueule, et pourrira à terre ta sale tronche écraser sur le bitume. Ton insolence, tu vas pouvoir te la foutre au cul. Ce n'était qu'une question de temps, de minutes, de secondes, avant que tu te vides de tes pouvoirs, ou que ton hôte reprenne sa place en bon maitre. Tu vas te faire bouffer. T'es qu'un petit poisson face à un requin enragé. T'aurais pas du sortir le bout de ton nez. T'aurais pas du lui adresser la parole. T'aurais du t'enfuir avant. T'aurais du rester chez toi. Crevard. Connard. TU VAS CREVER.

La nécromante recula de quelques pas une nouvelle fois, se mettant en retrait dans l'ombre pour fuir cette lumière artificielle qui l'aveuglait légèrement. Elle vérifia que chacun de ses membres refonctionnaient correctement pour être sur d'être au top de ses capacités lors du combat.. Et en prévention des transformations que son corps allait subir. Inspiration, expiration. On se fixe un objectif. Dragon. Image en tête. On commence par la surface. Pas d'armures, alors on en fabrique une.. Sa peau devenait verdâtre, comme couverte d'écailles avec des marques rougeâtres semblable à des sceaux magiques.. Bon, c'était pas encore au point pour les couleurs, mais c'était pas ça le plus important. Ces écailles s'étendent jusqu'au visage, vers le front lui pousse deux cornes prédominantes.. Jusque la on dirait plus un démon. Mais passons, même sa crinière océan se modifie, plus longue et sombre, elle lui tombe à mi-dos.. Visiblement, ce n'était pas quelque chose de voulu. Deux grandes ailes écailleuses font aussi leur apparition, tandis que plus bas on aperçoit une queue reptilienne descendre le long de jambe. La mâchoire est agrandie, les crocs plus nombreux comme dans la gueule d'un requin, et les ongles.. On aurait cru à des griffes de harpie. [Ce qui donne à peu de chose près ça => Ici]

La nécromancienne prit son envol, restant à une bonne distance de son vilain double qui, lui aussi ne songeait qu'à une chose: Avoir sa peau. Et la métamorphose de Luka l'avait visiblement encore plus irrité.. Elle le nargua de la où elle était en lançant un petit "Bah alors? On est cloué au sol comme une pauvre merde ?" dans un sourire narquois.

________________________________

Paroles en #00CC66 || Rien ne m'importe tant que tu restes à mes côtes

Revenir en haut Aller en bas
Greg Ogramann
avatar
Nombre de messages : 357
Age : 30
Localisation : Devant Mon Clavier
Humeur : Atrabilaire
Date d'inscription : 02/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Reflet ambulant
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Sam 6 Juil - 8:28

Lueur dans les yeux de l'autre. Etonnement, puis compréhension. Et haine, joie sadique. Vas y. Baisse le regard, connasse. Bientôt tu ne seras plus qu'un amas de viande sanguinolente, une grosse tâche de graisse sur le trottoir. Rien qu'un détritus, qu'une merde de plus dans cette ville d'ordures. Fallait pas m'arracher ma place. Fallait pas rester là à t'exhiber. Fallait pas croire que j'aurai pitié de toi. Je vais te montrer ce que c'est, qu'une vraie nécromante. Te ronger les os encore vivante et te cracher la moelle à la figure. T'arracher ton coeur encore battant et te le faire bouffer de force. Je sais tout de toi. Toutes tes faiblesses, toutes tes forces. Toi, tu ne sais plus rien de moi, enfoirée. Tu crois que je suis toi, mais t'as tout faux. Je suis bien plus, bien pire que toi. Tu vas crever. Ici et maintenant. Enfin, pas exactement maintenant. Ca te ferait trop plaisir. Tu ne mérites pas ça, non, je veux que t'en chies avant. Tu chialeras pour que je t'achève plus vite. Oh oui. Des larmes de sang quand je t'aurai arraché mes tes yeux.

-Pour sur, je le redirai plus jamais.. Petit enfoiré.. Ce soir, tu vas crever.

Sourire amer devant la  le l'autre empaffée, là. Leçon du jour : à la première occasion, fais à ton adversaire ce qu'il avait promis de te faire. Elle s'était fait avoir une fois, en beauté. Pas deux. Certainement pas deux. Oh non. Plus jamais. Plus jamais Le flux de magie agmenta encore, véritable torrent. La pression était douloureuse, les ténébres pressant son corps de se changer, de se métamorphoser, de prendre forme. Des dents plus longues, des membres plus forts, des griffesplus tranchantes... Tout plus. Tout pire. Mais le corps résistait, se contentant de tressailler quand la douleur se faisait trop forte. Putain, ça fait mal. Polymorphie de merde, jamais là quand y'a besoin.


Et l'autre qui se foutait d'elle. Changeait son corps, utilisait SA polymorphie. La narguait un peu plus. Tu te crois maline avec tes membres qui s'allongent, s'étirent, craquent et se reforment ? Et tes ailes pitoyables, tes cornes mal poussées , tes griffes rabougries, et même ... même une FUCKING QUEUE. Si, carrément. Un gros membre de plus, pendue mollement à son cul comme un boudin écorché. Pas un truc de tapette style succube, non. Un genre de dragon mal fini, qui s'élevait, s'envolait, planait au dessus d'elle. Et qui se marrait en la regardant. Bah alors? On est cloué au sol comme une pauvre merde ?


Fous toi de moi. Vas-y, rigole. Marre toi bien en me regardant clouée au sol. Profite. Parce que bientôt, tu ne pourras plus sourire. Juste beugler comme la bête que tu es. Dents éclatées et lèvres arrachées, t'aurais du mal à faire autre chose. Et ces yeux. Ses yeux. Mes yeux. Je vais les récupérer. Un petit souvenir, juste pour la route. Deux billes rondes dans ma main, azur et écarlate terne comme trace de ce que t'étais pauvre cloche. C'est bien la seule chose d'appréciable dans ton nouveau corps, espèce de merde. La seule chose qui était à moi. Le reste, tu l'as pourri, massacré. Je vais te crever. Tu vas crever. CREVER.

]Tête remuée par la haine, douloureuse. Corps subissant la pression de la magie, palpitant. Et flux de magie augmentant. Se différenciant. Les ténébres qui l'entourent se moirent de reflets colos, vacillants. Ténébres qui s'entrelacent avec autre chose. Avec le sol, la pluie, l'air, elle, sait plus. La pression change, s'atténue, mais uniquement dehors. Dedans, plus que de la rage pure, pensées tombant en miettes. Des murs internes qui s'effondrent, comme des cris à l'intérieur. Comme des morts dedans, grattant son crâne pour sortir. Mal. Peu importe.
Crever. L'autre. Par tout moyen. C'tout.


Sourire sur lèvres. Plus pensées, réagir. Atteindre. Blesser. Tuer. Peut plus parler. Pas grave.
Bras en l'air. Vers elle. Vise. Pense. A ce qui pourrait lui faire le plus mal. Feu ? Vent ? Ténébres ? Eau ?
Eau....


Projection de volonté. Voile rouge sur son oeil droit, vaisseau eXplOsé. Cascade en l'air. Hurlement de peur, panique, souffrance de l'autre. Tombe au sol. Bras toujours tendu, énergie qui fuit, eau qui coule, remplit, noie. Gargouillis. Pas de pitié.
Mais plus de force. Stop. Torrent devient pluie fine. S'approche, pas, plouf, ploc, plouf, ploc, plaf, devant chose au sol. Inerte. Faible. Pas elle. Qui ouvre les yeux. Bleu, rouge, à elle, à moi, pour moi, à t'enlever.

Bras qui avance, doigts en serre. Yeux à moi. Donne. DONNE.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew C. Hatfield
avatar
Nombre de messages : 214
Age : 22
Localisation : Infirmerie
Humeur : Pouf.
Date d'inscription : 14/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Polymorphe
Karma:
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Lun 19 Aoû - 4:20

De l'eau.

De l'eau.

UNE PUTAIN DE CASCADE BORDEL.

D'où ça venait ça ? Pas d'elle en tout cas.. Justement. Pas d'elle. La pétasse avait appelé du renfort ?Merde merde merde. C'était mauvais. Ferme les yeux. Le "tsunami" s'écrasa sur son corps qui stagnait dans les airs. Pas le temps de réagir, pas le tant de fuir d'esquiver. Putain. Comment ? Pourquoi ? Ta gueule, te pose pas de questions ! Comme si c'était le moment imbécile. Luka s'échoua inévitablement au sol comme une pauvre merde. Elle a pas pensé, pas anticiper. Chute humiliante. Elle, Il, allait lui payé. C'était la goutte de trop. L'allumette dans un tas d'explosifs. Recroqueviller à terre, les ailes formaient un cocon d'écailles protecteurs le temps que l'autre connard s'arrête. La peur au ventre. L'eau. Stop. Se concentrer. Ne pas se laisser abattre face à cette pâle copie.

Le semi dragon resta à terre, bien caché dans son armure d'écailles vertes. Elle attendait patiemment. Q-u-e-s-t-i-o-n d-e t-e-m-p-s se répétait elle. Ploc, ploc, ploc. Le jet s'était arrêté, et l'autre enfoiré marchait vers elle. Tant mieux. Elle ne bougea pas d'un poil de cul, si ce n'est qu'elle simulait des tremblements. LA ! C'était le bon moment, tout près, trop près. Luka lui donna un habile coup de queue (vous remarquerez que je n'ai pas dit avec sa grosse queue histoire qu'il la sente /pan/) pour faire tomber son "double".. Gueule à terre, saute lui dessus, attrapa ses cheveux et fait claquer son crâne contre le bitume. Ses poings se défoulent sur son torse, les crocs mordent, les griffes se plantent et s'enfoncent. Le visage ensanglanté, un rire fOu sortant de la bouche écarlate, elle lui crache son sang à la figure. Petite pute. Toi. Tu vas savoir, tu vas connaitre, tu vas sentir.. La Folie de Luka se défouler sur toi. Que vas-tu faire maintenant que tu es sous ses griffes..?

-C'est humiliant heiiiiiin ? Je t'avais dit que je te crèverais.

Ce que Luka ne savait pas, c'est qu'on l'observait.. Un jeune homme à la crinière blanche s'approcha l'air serein, les mains dans les poches, sourire aux lèvres et yeux plissés. Ni une, ni deux, il lui décrocha un puissant coup avec sa jambe dans la tête. La nécromancienne se retrouva projeté quelques mètres plus loin de sa proie. Luka un peu sonné et à terre, le reconnu direct à son aura. C'était le fameux cousin.. Il se pencha en avant pour regarder le corps amoché de la copie. Le choppant par le col. La nécromante hors d'elle se jeta furieusement sur son cousin, elle en avait rien à foutre. C'était SA PROIE. Mais le requin écarlate fut vite renvoyé à terre par un coup de poing.. Qui l’assomma.

-Que de désordre..

~~~~~~~~~~~~~~

Quelques heures plus tard, vers les alentours de quatre heures du matin. Swann avait enfin pu se reposer dans un coin de son appartement. Il avait passé son temps à réparer les dégâts que Luka et le doppelgänger avait causé, puis s'était appliqué à les soigner tout deux. Ce fut vite réglé, il n'était pas nécromant de rang A+ pour rien. Il attendait, veillant sur les deux corps endormis, près à intervenir si jamais une nouvelle discorde éclatait..

________________________________

Paroles en #00CC66 || Rien ne m'importe tant que tu restes à mes côtes

Revenir en haut Aller en bas
Greg Ogramann
avatar
Nombre de messages : 357
Age : 30
Localisation : Devant Mon Clavier
Humeur : Atrabilaire
Date d'inscription : 02/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Reflet ambulant
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Mar 17 Sep - 8:39

Mes tes ces nos yeux. DONNE.

CHUUUUUUTE...

Sol gluant, sur le dur. De l'eau, du sang ? De la merde. Sa tête cogne, dedans dehors. Yeux qui se rouvrent le monde est rouge, rouge sang, rouge feu, rouge mort. Sauf deux billes. Souffle chaud, la bête est là. Ses cheveux, tirés. Sa tête qui rebondit contre le sol, rebondit, bille folle, brisure dedans. Craquement odieux. Os de poulet qui se brise. Vieux souvenirs, mauvais souvenirs. Folie. Anju encore. Changement de corps, réattaque ?

Rouge
. Deux billes entièrement rouges alors que le sang la noie.

Elle a mal. Mais laquelle de elle ? Elle-elle, elle-pas elle ? Elle-Luka, Elle-pas Luka ? Elle-Victime, Elle-Bourreau ?
Deux billes rouges au loin.
Sais pas. Sais plus. s'en fout.

Crève. Crève. Crève.

A mal et fait mal. Les dents qui s'enfoncent res[/size[size=9]]sortent en même temps. Hurlement de rage colère souffrance. Sang qui coule, ruisselle. Plic, ploc, pas d'eau, pas de pluie, non, niagara d'hémoglobine. Ce qui sort rentre. Ou l'inverse ? Plus de différence, juste faire mal. Faire souffrir. Elle et Pas Elle, ne change rien. N'entend plus, n'écoute plus, ne fait que griffer. Mordre. Arracher. Tordre. Bouffer. Fais voir tes entrailles, fais goûter. Se défendre. Attaquer. Le monde est rouge de mort, de souffrance, de douleur. Envie de vomir. C'est sa gueule. C'est sa souffrance. Pluie de sang sur sa tronche, elle y noie l'autre. Comme un telfer reflet atroce, ce qui fait à l'un fait à l'autre. Ecorchée vive, écorchée morte. Pile et face ? Salope !

Feu dans son corps qui ruissellllllllllllle dehors sous l'eau et attaque l'autre pour revenir vers elle lui l'autre. S'accrocher, s'agripper, tenir. Cracher le sang, respirer encore un peu. Lancer les bras, poids mords, les lancer , pour arracher. Les deux billes rouges. Si elle les a tout sera clair.

Eclair. Le monde n'est plus rouge. Le monde est feu, est souffrance, est mort, mais n'est plus rouge. Le monde est noir.
Le monde la tue.

~~~~~~~~~~~~~~

Greg se releva d'un coup sur le lit, un cri remontant le long de sa gorge. Rouge. Le monde avait tourné rouge, soudainement. Rouge sang. Rouge...

Gris. Ce qu'il avait sous les yeux était gris. Gris béton.

Un cauchemar. Juste un cauchemar. Il soupira de soulagement. Il était juste lui. Pas un autre, pas une autre. Pas un monstre assoiffé de sang. Il s'essuya les yeux du revers de la main, otant les larmes qui y étaient nichées... et s'interrompit. Froid. Sa peau était froide. Gelée, comme si de la neige venait d'y tomber et de fondre.

Il remonta les manches de son tee-shit - tee-shirt ? Ou était son manteau ? Ses gants ? Et ne portait il pas un autre haut en prenant le bus. Des marbrures blanches plein les bras. Longilignes ou déchiquetées, cicatrices récentes et pourtant anciennes. Et froides, comme la peau d'un cadavre.
Estime toi heureux d'avoir encore de la peau sur les os, tocard
La voix grinça dans sa tête, ton d'enfant boudeur et narquois.

- Putain... lâcha-t-il d'un souffle. Ce n'était pas un cauchemar. C'était la réalité.

Il releva la tête, cherchant à comprendre. Il était dans un appartement, gris, miteux. Un clapier à lapin. Quelques chaises dépareillées se battaient en duel dans un coin de la pièce.Sur l'une d'elle, un gaillard dégingandé était assis, à l'envers. Coude sur le dossier, il toisait Greg sans ciller, comme un médecin observerait son patient. Ses yeux, à moitié cachés par sa chevelure blanche libre, affichaient une étincelle de concentration.

-Qui...
Fils de pute !
Mouvement de rage alors que Luka éructait des jurons contre ce putain de cousin qui l'avait empêché d'arracher les yeux de l'autre pouffiasse.

- Swann... ?
Revenir en haut Aller en bas
Andrew C. Hatfield
avatar
Nombre de messages : 214
Age : 22
Localisation : Infirmerie
Humeur : Pouf.
Date d'inscription : 14/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Polymorphe
Karma:
105/200  (105/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Mar 21 Jan - 4:34

Le nécromant à la crinière blanche ne soufflait pas un mot. Le silence le plus totale régnait dans son appartement, m'enfin, ça changeait pas à d'habitude. Luka dormait en boule par terre. Oui, par terre, elle tombait systématiquement du lit et Swann en avait marre de la remettre sur le matela à chaque fois qu'elle chutait.. Et puis. Elle avait tellement mieux sur le sol. Autant ne plus prendre de risque de la réveiller. A l'opposé sommeillait tranquillement le doppelgänger. Tout ce que Saww espèrait, c'est que sa cousine ne se réveille pas avant lui.. Il n'aurait probablement pas l'envie de sauver ce pauvre gringalet une deuxième fois. Car oui, même si Swann avait fait acte de bonté en épargnant la vie du doppel' des griffes de sa cousine, il ne fallait pas en attendre plus de sa part. C'était ça BA de la journée et basta.

- Putain...

Ah. Ça bouge par là. Le nécromancien resta immobile, gardant son rôle d'observateur dans un coin de la pièce. Le gamin avait complètement désorienté et cela pouvait se comprendre.. Après tout, même Swann n'aurait pas aimé devenir Luka, pas même une seule petite minute. Aller savoir pourquoi.. Ahaha. Swann toujours impassible, ne répondit pas lorsque le brun l'appela par son prénom. Oh, non pas parce qu'il ne voulait pas lui parler, mais un gémissement de Luka l'avait poussé à garder le silence jusqu'à que celle ci ne fasse plus aucuns bruits.

- Bonjour ..? Content de voir que tu as retrouvé le contrôle petit doppelgänger. Comment te sens tu ? Je suis désolée pour les cicatrices, mais c'était soit ça. Soit je te laissais pourrir sur le trottoir. Tu te demandes surement pourquoi je t'ai "sauvé".. Et bien je te répondrais que tout les Nécromanciens ne sont pas comme ma chère cousine.

Silence.

Le nécromant murmura quelques mots dans une langue probablement étrangère aux oreilles du jeune homme, à moins qu'il ne parlait italien, mais ça, Swann en doutait. Un petit être apparu de nul part. Comme ça, pouf ! On aurait su dire si il s'agissait d'un garçon où d'une petite fille -et ça, malgré les tresses qui entouraient son visage angélique. Gabriel(le) [Clique].Le nécromancien ne savait même pas comment son prénom s’orthographiait. Il(le) ne voulait pas le dire, un gardien taquin qui malgré sa petitesse n'en n'était pas moins puissant.

-Je pense, qu'il est préférable que tu reparte au plus vite avant qu'elle ne te voit. Si tu le souhaites, je peux te faire raccompagner par mon esprit gardien.. Gab ici présent. Qu'en dis-tu ? Dans tout les cas, tu ne peux rester ici, et je doute que tu le veuilles.




HJ/ C'est court, mais c'est pour vite finir, depuis le temps que ça traine :3.

________________________________

Paroles en #00CC66 || Rien ne m'importe tant que tu restes à mes côtes

Revenir en haut Aller en bas
Greg Ogramann
avatar
Nombre de messages : 357
Age : 30
Localisation : Devant Mon Clavier
Humeur : Atrabilaire
Date d'inscription : 02/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: S
Race de Monstre: Reflet ambulant
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   Mer 19 Fév - 8:33

Swann n'eut pas le temps de réagir qu'un gémissement se fit entendre. Qu'est-ce que ... ? Il se pencha lentement par dessus le lit pour voir qui avait ainsi gémi.

Un gémissement d'enfant, mi-cri mi-pleur, étouffé par les cauchemars qui le submergeaient.
Un corps à terre, en position foetale.
J'espère qu'elle souffre la salope.
Des cheveux azur éparpillés, cachant le visage pâle et torturé.
Ces deux putains de billes rouge et bleu....
Je vais les lui ARRACHER !

Greg se rejeta en arrière instinctivement, avant que son corps n'ait le temps de se jeter sur l'autre- non pas l'autre, Luka, elle s'appelait Luka
C'est moi Luka connard !
Il ne fallait pas s'approcher d'elle. Plus jamais. Serrer les mains l'une contre l'autre, serrer fort, très fort, pour ne pas serrer son cou de pimbêche. Ses ongles s'enfoncèrent dans sa peau ; l'un d'entre eux perça la peau blanche et froide. Pas de douleur. Mais rouge. Rouge.

Putain.

Il enfouit la tête dans ses genoux. Plus voir, plus entendre, plus sentir. Plus bouger. Plus jamais. Que
La pédale
Swann fasse ce qu'il veule. Il ne pouvait plus bouger. Sa voix même lui donnait envie de lui sauter au cou et d'enfoncer ses dents dans la chair tendre qui devait y affleurer, que le sang noir et puant des nécromanciens qu'il offensait en agissant comme un gentil boy-scout se répande sur le sol. Non, plus bouger du tout. Pas tant qu'il ne se controlerait pas.

Les souvenirs remontaient en flash de sensations et d'émotions, le rendant gluant de sang et sale de sadisme. Englué de noir. Et derrière le noir, le vide, un affreux abysse plein de serpents, de chimères, de kraken. Il y avait eu quelque chose avec la nécromancienne, il le savait. Quelque chose de malsain... Quelque chose qui le hantait sous forme de trace. Comme une ombre cachée dans un coin ou un croque mitaine sous un lit. Une absence qui en elle-même était une menace. Un vide qui un jour l'avalerait tout entier, il le sentait... Un vide qui engloutirait le monde et le détruirait s'il pouvait.

-Je pense, qu'il est préférable que tu reparte au plus vite avant qu'elle ne te voit. Si tu le souhaites, je peux te faire raccompagner par mon esprit gardien.. Gab ici présent. Qu'en dis-tu ? Dans tout les cas, tu ne peux rester ici, et je doute que tu le veuilles.

Partir. Rentrer. Oublier. Il lâcha un reniflement mouillé pouvant passer pour un acquiescement. Il ne voulait plus être là. Plus être du tout, d'ailleurs. Juste... Juste disparaitre. D'ici déjà, du monde ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[xx Trash]HOUUUUUHOUUUU. On n'est pas so dark la nuit ? [PV_Greg]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Trash To Cash II : A Golden Night
» Jpop Trash
» Trash to Cash III
» Special House Show # 17 : Toronto, Canada - Trash To Cash.
» Kings of Trash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Ailleurs :: Périphérie :: Banlieues-