AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anod Itochi
avatar
Nombre de messages : 26
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Ombre
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Dim 24 Mar - 17:17

Anod avait la face contre son bureau, ronflant bruyamment sur le dossier d'une élève lorsque sa secrétaire entra. Comme d'habitude, elle le réveilla en le secouant doucement, se disant que ce brave monsieur Itochi se surmenait trop quand même, allant travailler jusqu'à l'épuisement pour essayer d'améliorer la condition d'un de ses élèves.
Pour être exact, Anod avait eu une de ses crises de sommeil coutumières, et il s'était endormi a même le bureau, bavant sur le dossier de mademoiselle Mizore Shirayuki, une des élèves qui était revenue de la catastrophe de l'île démoniaque, catastrophe à laquelle son alter ego avait été mêlé. Visiblement, c'était une phobique de la société... Moui, c'était une faiblesse exploitable. Peut-être qu'il la convoquerait dans son bureau, dans les prochains jours.

- « Huuuuuuum. », fit Anod en s'étirant, s'attirant un regard bienveillant de sa secrétaire, auquel il répondit par son sourire empathique. Ce fut la qu'il se figea. Dans toutes les auras que Anod percevait... Il sentait tout a coup d'énormes perturbations. Une guerre se préparait, ou quoi ?

Se levant brusquement, et sans accorder un mot d'explications à la secrétaire, il se rua dehors, n'ayant que pris le temps d'enfiler une légère veste de soie noire, et ayant matérialisé une ombrelle d'ombre pour se protéger du soleil, gardant en toute circonstance sa mimique digne. Anod se figea sur place. Ils étaient attaqués. Enfin, pour être précis, le lycée Yokai était attaqué.
Par l'essence du monde. Une voix résonna par les hauts-parleurs de l'école.

"Bonjour à tous!!! Je sais qu'on est pas très nombreux en cette période de vacances, mais comme j'ai l'impression que tout le monde s'ennuie, je vous apporte de l'animation. L'Antithèse va vous faire votre fête : on va tout casser, et y compris les ptit gars du Comité de sécurité. Donc je déclare officiellement l'ouverture des jeux de Yokai... ...aussi appelé massacres de Yokai. Ceci est un signal pour vous Antithèse, c'est le moment ♥."

L'antithèse ? Oh m... Il ne fallut qu'une seconde au psychologue du lycée Yokai pour réaliser ce qu'il se passait. Attaquer en période de vacances, lorsqu'ils étaient le plus faible. Quelque part, c'était très malin.
Néanmoins, il était tout, sauf dupe. Et il savait que l'antithèse n'était certes pas que peuplée de créatures intelligentes, mais pas au point d'annoncer un carnage sans la moindre raison derrière, juste pour le fun. Autrement, annoncer ça avait pour but de semer la panique... Car il y avait à coup sûr un objectif dont il n'était pas au courant.
Il ne devait pas laisser cela se produire. Le lycée Yokai était son terrain d'observation favori, il y avait nombre de cas extrêmement intéressant à étudier, que ce soit dans le cas de cognition à la douleur ou sur la manière de torturer mentalement. Et son terrain de jeu, il allait le protéger. Pour cela, il n'y avait qu'une seule chose à faire. Réunir la défense, le plus vite possible.

Anod se remit à courir, droit vers le bâtiment ou il y avait la salle de transmission. Jusqu'à ce qu'il entende un énorme crissement. Ouch. Si c'était ce qu'il pensait...Ça n'allait pas arranger ses affaires. Il continua à courir, arrivant dans la cour. Sauf qu'il n'était pas seul. Un élève se battait contre une autre personne... Tch, ce n'était pas ses affaires, de toute manière. C'était un beau bordel, et il ignorait lequel des deux était le membre de l'antithèse, donc essayer de combattre n'avait pas de sens.
Il ne pouvait pas se laisser stopper ici. Il se concentra un bref instant.

- « J'offre mes prières à la lune... Accordes-moi la force de répandre mes ténèbres. »

Une paire d'ailes obscures apparurent sur son dos. Frissonnant d'avance, Anod poussa sur ses jambes pour prendre son envol. Néanmoins, il se sentit mal à l'aise dès qu'il ne sentit plus le sol sous ses pieds. Il devait accélérer, vite ! Traversant la fenêtre de la salle de transmission, il fit un souple roulé-boulé, essayant de remettre son estomac en place, et se redressa.
Avant de soupirer. Ce qu'il craignait était arrivé... Le matériel de transmission avait été défoncé, visiblement par trop fort choc électromagnétique et maintenant, son plan tombait à l'eau.

Anod s'approcha du matériel de transmission. Merde. Aucune chance de le réparer, en plus, il n'y connaissait rien. Il s'assit par terre, et croisa les jambes. Il lui fallait du matériel de transmission... Ou tout du moins de quoi lui donner du son. Une idée. Vite.
Il se redressa soudain. Bon dieu, en voilà une, de solution ! Il courut vers la porte. Fermée. Merde. Anod rematérialisa les ailes, et franchit deux fenêtres pour se retrouver dans le couloir. Vite, il fallait aller... Vite. Anod fonçait. Sur le chemin, il croisa un zombi. Okay, toi mon pote... Une énorme faux d'ombre se matérialisa dans sa main, et bientôt, le zombi ressembla plus à de la terrine qu'à un être doué de mouvement.
Il descendit d'un étage, et se rua dans la salle de musique, en fauchant de sa faux la porte, la coupant en deux. Parfait... Elle était déserte, comme prévu. Anod laissa sa faux disparaître, alors qu'il rentrait dans la salle. Guitare, batterie... Non. Ah, voilà.
Anod s'approcha d'un micro à pied, branché sur un amplificateur de volume. Il vérifia qu'il fonctionnait bien, et cette démarche effectuée, il saisit une table, et la colla contre la fenêtre. Vite. Plus vite. Il saisit l'ampli, et a grand peine (au vu de sa taille assez respectable), le mit sur la table, disposé de manière à ce que le son aille vers l'extérieur.
Ce n'était pas aussi efficace que le matériel de transmission du lycée, mais au moins, ça pourrait le remplacer. Anod brancha le micro.
Et concentra son aura, de manière à l'insuffler dans ses mots. C'était sa technique de manipulation. Tout esprit qui écoutait ses mots, volontairement ou non, les aurait de fixé dans sa tête, et aurait envie de s'y plier. D'habitude, il utilisait la subtilité, mais en parlant par l'intermédiaire d'un ampli, ses ondes seraient moins fortes.
Il allait devoir employer les grands moyens. Il concentra au maximum son aura dans ses mots.

- « A tout ceux qui se trouvent au lycée Yokai... Ecoutez-moi ! Je suis Anod Itochi, psychologue. Nous sommes en ce moment en train de subir une attaque de l'Antithèse, tous les lieux sont devenus extrêmement dangereux. Je recommande à tous ceux désirant se mettre en sécurité d'aller se réfugier dans le gymnase ! Professeur comme élève, protégez-vous mutuellement ! »

Retransmise, sa voix perdait un peu de son effet. Mais pour contrebalancer, il y allait à fond avec son aura, n'ayant pas franchement d'autre choix. Maintenant, il allait entrer dans la phase délicate.

- « Néanmoins... Rassurez-vous, nous ne sommes PAS vaincus. En ce moment-même, le comité de sécurité déploie les moyens nécessaire pour repousser l'attaque, et ils sont extrêmement efficace ! Nous sommes tous membre de la famille du lycée, aidez-vous tous, et nous bouterons hors d'ici la force ennemie ! L'antithèse n'est qu'une bande de fanatiques, et vous tous avez la force de lui résister. Alors si vous vous en sentez capable, levez-vous, et combattez. Nous avons tous besoin de vous, et vous êtes capable du meilleur. Et à tous ceux du comité du sécurité, nous vous encourageons dans cette tâche, nous allons gagner, tous ensemble. Nous croyons en vous ! »

Par ce discours, combiné à son aura, il allait motiver tous ceux qui combattaient actuellement pour le lycée. Maintenant, il allait passer au plus difficile.

- « Quand à vous... Antithèse, vous vous êtes attaqué à la mauvaise cible. En ce moment-même, nous sommes tous en train de réagir, et votre défaite n'est qu'une question de temps. Vous aviez perdu toute chance de remporter cette bataille avant même qu'elle démarre. Alors, fuyez, tant que vous le pouvez encore, car nous ne resterons pas sans réaction. Bientôt, vous mordrez la poussière, souvenez-vous en ! »

Anod s'interrompit, reprenant son souffle. Maintenant, la force de Yokai allait, pour la majorité, être persuadée qu'elle allait gagner, tandis que celle de l'Antithèse au contraire, perdait l'avantage moral. Ceci se jouerait sur l'ordre du psychologique, une bataille ou on perd l'avantage moral devient beaucoup plus difficile à gagner. Ses mots, chargé en énergie manipulatrice, toucheraient à coup sûr un grand nombre de personne.
Il allait rester dans cette salle, maintenant. Il allait continuer à haranguer les forces du lycée, et à briser le moral de ceux de l'Antithèse.
Problème... Si quelqu'un s'en rendait compte, il aurait très probablement de la visite. Et sûrement pas une bande d'admirateurs. Prions pour que quelqu'un ai la bonne idée de venir le couvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Itsuki Kakushi
avatar
Nombre de messages : 42
Age : 18
Localisation : Juste là.
Humeur : Enflammée.
Date d'inscription : 08/02/2013

†Fiche Personnage†
Level: B+
Race de Monstre:
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Mer 27 Mar - 7:24

Ah... Vacances, synonyme de tranquillité, de joie, de sérénité... Enfin, les vacances normales l'étaient. Pas celles-là, surtout pour ceux qui allaient se faire attaquer. Et, heureusement pour lui, Itsuki n'en faisait pas partie. Non, lui, il était de l'autre côté : les attaquants. Et il avait prévu beaucoup de choses.

Premièrement, changement de sexe. Etre en fille lui donnait plus de souplesse, au cas où il devait se battre au corps à corps avec quelqu'un. Même si ce qu'il voulait était de "tout faire sauter". C'est ainsi qu'en se levant, il changea aussitôt, pour devenir Atsuka Kakushi. Ses longs cheveux bleus descendaient jusqu'à ses genoux, et elle devait les coiffer en couettes pour éviter qu'ils ne la gênent. Pratique, les élastiques, non ?

Deuxièmement, empêcher les professeurs ou autres membres du personnel de redonner confiance à leurs élèves. Tout le monde devait être terrifié, craindre ce qui arrivait. La démone sorti tranquillement des dortoirs, et entendit une voix familière résonner dans les haut-parleurs.

"Bonjour à tous!!! Je sais qu'on est pas très nombreux en cette période de vacances, mais comme j'ai l'impression que tout le monde s'ennuie, je vous apporte de l'animation. L'Antithèse va vous faire votre fête : on va tout casser, et y compris les ptit gars du Comité de sécurité. Donc je déclare officiellement l'ouverture des jeux de Yokai... ...aussi appelé massacres de Yokai. Ceci est un signal pour vous Antithèse, c'est le moment ♥."

C'était avec une joie infinie qu'Atsuka passa la porte principale, armée de son long sabre. Elle ne craignait pas une quelconque sanction à cause de son arme, étant donné que la situation impliquait forcément d'avoir les moyens de "défoncer tout c'qui bouge". Passant un coup de langue sur ses lèvres, elle siffla longuement, appelant ainsi son Cat Sith à elle. Kuro arriva depuis l'intérieur du bâtiment en miaulant doucement, et resta à côté d'elle. Le vent faisait voler ses deux couettes bleues, mais elle s'en moquait. La première phase de son plan était passée, maintenant, la deuxième. Où étaient donc tous ces adultes censés redonner courage aux élèves ? Bientôt, une voix se fit entendre.

- « A tout ceux qui se trouvent au lycée Yokai... Ecoutez-moi ! Je suis Anod Itochi, psychologue. Nous sommes en ce moment en train de subir une attaque de l'Antithèse, tous les lieux sont devenus extrêmement dangereux. Je recommande à tous ceux désirant se mettre en sécurité d'aller se réfugier dans le gymnase ! Professeur comme élève, protégez-vous mutuellement ! »

- « Néanmoins... Rassurez-vous, nous ne sommes PAS vaincus. En ce moment-même, le comité de sécurité déploie les moyens nécessaire pour repousser l'attaque, et ils sont extrêmement efficace ! Nous sommes tous membre de la famille du lycée, aidez-vous tous, et nous bouterons hors d'ici la force ennemie ! L'antithèse n'est qu'une bande de fanatiques, et vous tous avez la force de lui résister. Alors si vous vous en sentez capable, levez-vous, et combattez. Nous avons tous besoin de vous, et vous êtes capable du meilleur. Et à tous ceux du comité du sécurité, nous vous encourageons dans cette tâche, nous allons gagner, tous ensemble. Nous croyons en vous ! »

- « Quand à vous... Antithèse, vous vous êtes attaqué à la mauvaise cible. En ce moment-même, nous sommes tous en train de réagir, et votre défaite n'est qu'une question de temps. Vous aviez perdu toute chance de remporter cette bataille avant même qu'elle démarre. Alors, fuyez, tant que vous le pouvez encore, car nous ne resterons pas sans réaction. Bientôt, vous mordrez la poussière, souvenez-vous en ! »


Hihi... Trouvé ♥ Mais sa voix était... Comment dire ? Attirante, comme un aimant. Atsuka avait l'impression qu'elle devait écouter ce qu'il disait, et partir en vitesse. Mais l'animal à ses pieds l'en empêcha, au grand bonheur de la jeune fille. Secouant vivement la tête, elle regarda autour d'elle, cherchant la source de ces encouragements. A l'intérieur. Kuro la regarda avec des yeux insistants, et elle grogna, l'attrapant sans ménagement par la peau du cou.

-Quelque chose à dire ?! Dépêche, j'ai pas de temps à perdre !

Se détachant agilement grâce à un coup de pattes, le chat se lécha le dos, avant de prendre tout son temps pour répondre. Arg, quel animal emmerdant !

-Je sais d'où vient cette voix... Salle de musique.

Comment le savait-il, telle était la question. Une question peu importante, certes. Pour l'instant, le principal était de s'occuper de monsieur Itochi. Mais elle ne pouvait pas voler sans être au dernier stade de transformation, ce qu'elle ne voulait pas atteindre. Tant pis, à la bonne vieille méthode : les escaliers ! Fonçant vers le bâtiment, elle grimpa quatre à quatre les marches, jusqu'à ce que Kuro lui dise de s'arrêter. Elle inspira, et se dévoila en lâchant un petit rire, comme une gamine contente de trouver sa peluche perdue.

Bonjouuuur, je cherche un certain Anod Itochi, savez-vous où est-ce que je peux le trouver ?

Elle roucoulait presque. Atsuka rentra dans la pièce, après avoir ordonné à Kuro de partir. Il ne lui serait d'aucune aide, et risquait de se faire blesser. Son sabre accroché à sa jupe, elle ferma un oeil, et sourit. Un magnifique sourire de psychopathe, comme si la folie la possédait. Ce qui n'était absolument pas le cas. Elle voulait simplement faire flamber ce parasite, avant de s'occuper de tous ces élèves qui ne faisaient que la gêner.

Elle espérait juste qu'elle ne se ferait pas tuer par cet homme, c'était tout.
Revenir en haut Aller en bas
Gene De Laudreuil
avatar
Nombre de messages : 23
Age : 21
Date d'inscription : 15/02/2013

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: élémentaire de feu
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Mer 27 Mar - 16:22

Les vacances, c'est vrai, on y était. Et dire que je n'avais pas pensé à demander si je rentrais par un moyen ou un autre... A priori non vu que je n'ai eu aucune nouvelles de ma famille... Tant pis ! Je vais pouvoir continuer de me prélasser dans mon lit comme actuellement !
Et c'est à ce moment que retentit cette voix au haut-parleur dans tout le lycée :

"Bonjour à tous!!! Je sais qu'on est pas très nombreux en cette période de vacances, mais comme j'ai l'impression que tout le monde s'ennuie, je vous apporte de l'animation. L'Antithèse va vous faire votre fête : on va tout casser, et y compris les ptit gars du Comité de sécurité. Donc je déclare officiellement l'ouverture des jeux de Yokai... ...aussi appelé massacres de Yokai. Ceci est un signal pour vous Antithèse, c'est le moment ♥."

Je bouge ? Je bouge pas ? Pff... de toute façon je fais rien je peux bien aller jeter un œil, voir si c'est des conneries ou pas...
Je part donc de la chambre pour sortir du bâtiment, et après avoir pris mon temps pour descendre les escaliers et sortir, je me retrouve face à.... à ce qu'on peut appeler une armée de mort-vivants !... Bon ben j'ai plus qu'à remonter dans la chambre pour m'armer et m'en sortir vivant.
Une fois arrivé dans la chambre je me figea pendant ce qui semblait être une minute le temps de me réveiller ; et émergea enfin, pour finir par me parler tout seul à voix haute :

«  des zombies qui bouffent tout le monde !!! mais c'est le bordel !!! et si je sors mes flingues pour me défendre je me faire virer !!! et si je les utilisent pas je vais servir de gueuleton !!! quitte à faire le mauvais choix je préfère encore être viré ! »

Je sors avec violence ma valise d'en dessous du lit, pour m'équiper et charger mes armes .
Je redescend, mais cette fois-ci en veillant à passer par l'intérieur du bâtiment. En passant dans un couloir je vois une ombre passer et rentrer dans une salle.... Il serait peu prudent que d'aller à la rencontre de cette personne sans savoir qui elle est. Du coup je me plaque contre le mur non loin de l'entrée, derrière un petit pilier pour en apprendre plus sur les intentions de cette mystérieuse personne. Et finalement, sa voix retentit par un autre haut-parleur :

« A tout ceux qui se trouvent au lycée Yokai... Ecoutez-moi ! Je suis Anod Itochi, psychologue. Nous sommes en ce moment en train de subir une attaque de l'Antithèse, tous les lieux sont devenus extrêmement dangereux. Je recommande à tous ceux désirant se mettre en sécurité d'aller se réfugier dans le gymnase ! Professeur comme élève, protégez-vous mutuellement ! »

C'est un discours plutôt convaincant, il n'y a pas à dire.


« Néanmoins... Rassurez-vous, nous ne sommes PAS vaincus. En ce moment-même, le comité de sécurité déploie les moyens nécessaire pour repousser l'attaque, et ils sont extrêmement efficace ! Nous sommes tous membre de la famille du lycée, aidez-vous tous, et nous bouterons hors d'ici la force ennemie ! L'antithèse n'est qu'une bande de fanatiques, et vous tous avez la force de lui résister. Alors si vous vous en sentez capable, levez-vous, et combattez. Nous avons tous besoin de vous, et vous êtes capable du meilleur. Et à tous ceux du comité du sécurité, nous vous encourageons dans cette tâche, nous allons gagner, tous ensemble. Nous croyons en vous ! »


Il est toujours plaisant d'entendre que quelqu'un à foi en nous.

« Quand à vous... Antithèse, vous vous êtes attaqué à la mauvaise cible. En ce moment-même, nous sommes tous en train de réagir, et votre défaite n'est qu'une question de temps. Vous aviez perdu toute chance de remporter cette bataille avant même qu'elle démarre. Alors, fuyez, tant que vous le pouvez encore, car nous ne resterons pas sans réaction. Bientôt, vous mordrez la poussière, souvenez-vous en ! »


L'antithèse ? Connais pas...
Il était donc un allié précieux je pense, j'allais me lancer pour le rejoindre dans la salle lorsqu'une fille aux cheveux bleus, avec un chat, et un sabre s'approchèrent de la salle et y entrèrent, néanmoins le chat partit. Étrange... qui sont-ils ? Je vais m'approcher un peu de manière à voir ce qu'il va se passer dans cette salle tout en restant à couvert pour profiter au maximum de mon statut d'observateur pour l'instant. J'espère qu'ils se connaissent et son du même camp, nous serions trois à nous battre contre ces choses dénouées de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Chryss Milhander
avatar
Nombre de messages : 25
Age : 27
Localisation : Ma tête
Humeur : Instable
Date d'inscription : 17/12/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Alchimiste
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Jeu 28 Mar - 1:01

    Où donc se trouvait Doc' quand Chryss avait besoin de lui ? Elle ne parvenait pas à trouver son professeur, son tuteur, son mentor et son guide, et pourtant seul la présence de cette personne aurait suffit, pour elle, à illuminer sa journée. Mais elle avait perdu son carnet. Alors elle ne savait pas du tout quoi faire pour le retrouver. Alors elle courait partout en ce matin de vacances pour les élèves.

    "Bonjour à tous!!! Je sais qu'on est pas très nombreux en cette période de vacances, mais comme j'ai l'impression que tout le monde s'ennuie, je vous apporte de l'animation. L'Antithèse va vous faire votre fête : on va tout casser, et y compris les ptit gars du Comité de sécurité. Donc je déclare officiellement l'ouverture des jeux de Yokai... ...aussi appelé massacres de Yokai. Ceci est un signal pour vous Antithèse, c'est le moment ♥."

    Et quelle ne fut pas la surprise de Chryss, quand, alors qu'elle venait de faire un énième demi tour dans un couloir qu'elle avait déjà visité douze fois, d'entendre une voix étrangère, moqueuse, belliqueuse, revendiquer l'animation des vacances... Mais quelle bonne idée ! De quoi s'occuper en ces temps mornes, enfin !... Car oui, Chryss n'avait pas du tout compris qu'il s'agissait de menaces. Elle ne se rappelait même pas de ce qu'était Antithèse. En fait, elle ne le compris qu'au moment où, sortant dans la cour pour localiser cette voix si forte et amicale, elle aperçut... Une armée de zombies. Partout. Des amas de chairs de morts. Qui bougeaient.

    Prise d'une irrépressible peur, son premier réflexe fut de... Foncer dans le tas. Mais elle se rendit rapidement compte que sa technique de combat habituelle ne servait à rien : ces choses ne ressentaient pas la douleur et leurs organes ne fonctionnaient plus, il ne servait à rien de les changer en pyrite. Elle faillit commencer à rebrousser chemin lorsque... Une autre voix s'éleva.


    « A tout ceux qui se trouvent au lycée Yokai... Ecoutez-moi ! Je suis Anod Itochi, psychologue. Nous sommes en ce moment en train de subir une attaque de l'Antithèse, tous les lieux sont devenus extrêmement dangereux. Je recommande à tous ceux désirant se mettre en sécurité d'aller se réfugier dans le gymnase ! Professeur comme élève, protégez-vous mutuellement ! »

    Elle sentit alors en elle, sans vraiment comprendre pourquoi, un élan de volonté et de motivation farouche. Elle devait défaire ces zombies. Ses yeux s'illuminèrent d'une couleur dorée plutôt flash, et elle défonça à tour de bras les choses qui devraient être inertes. La chair putride volait en tout sens, sous ses coups de poing, de pied, sous ses coups de métal, sous sa force d'Alchimiste. Elle n'avait même pas besoin de forcer. Ils étaient si fragiles ces petits trucs.

    « Néanmoins... Rassurez-vous, nous ne sommes PAS vaincus. En ce moment-même, le comité de sécurité déploie les moyens nécessaire pour repousser l'attaque, et ils sont extrêmement efficace ! Nous sommes tous membre de la famille du lycée, aidez-vous tous, et nous bouterons hors d'ici la force ennemie ! L'antithèse n'est qu'une bande de fanatiques, et vous tous avez la force de lui résister. Alors si vous vous en sentez capable, levez-vous, et combattez. Nous avons tous besoin de vous, et vous êtes capable du meilleur. Et à tous ceux du comité du sécurité, nous vous encourageons dans cette tâche, nous allons gagner, tous ensemble. Nous croyons en vous ! »


    Une fois tout les zombies vaincus, elle n'attendit pas que d'autres apparaissent, elle suivit la direction de la voix sans attendre, s'élançant à une vitesse phénoménale vers l'origine du vacarme. Elle ne savait pas qui parlait, qui parvenait ainsi à lui rendre son courage, mais elle devait absolument le trouver, le protéger.

    « Quand à vous... Antithèse, vous vous êtes attaqué à la mauvaise cible. En ce moment-même, nous sommes tous en train de réagir, et votre défaite n'est qu'une question de temps. Vous aviez perdu toute chance de remporter cette bataille avant même qu'elle démarre. Alors, fuyez, tant que vous le pouvez encore, car nous ne resterons pas sans réaction. Bientôt, vous mordrez la poussière, souvenez-vous en ! »

    Soudain, dans l'esprit dérangé de Chryss, le mot "Antithèse" eut enfin un écho. L'armée qu'elle avait vu dans la bibliothèque enflammée. La bibliothèque enflammée. L'armée d'Antithèse les attaquait ? Et cette personne s'exposait, se mettait en grand danger ! Elle devait le secourir, l'Antithèse ne tarderait pas à le retrouver. Emportée par une énergie nouvelle, Chryss s'élança à travers le lycée sans faire attention à qui ou quoi que ce soit. Elle se contenta de foncer... Dans une fenêtre.

    Les éclats de verre volèrent partout dans la pièce, s'éparpillant partout sur le sol tandis que, telle un ange tombé du ciel, elle atterrissait au milieu de la pièce, entre ses trois occupants, une main sur le sol pour s'équilibrer. Et elle leva les yeux. Zut. Qui était qui ? Qui devait elle attaquer, et qui devait elle défendre ? La lumière de ses yeux dorés s'estompa, elle retrouva sa force naturelle, et se redressa, profitant de l'effet de surprise. Puis elle demandant d'une voix candide, contrastant avec son entrée magistrale.

    - Excusez moi... Qui est de l'Antithèse ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Raina Shibata
avatar
Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 31/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Démon de la Musique
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Ven 29 Mar - 17:34

La brise du matin se glissant par l’entrebâillement de la fenêtre, caressa délicatement la peau nue de la démone à demi-endormie. Sa position allongée dont la frimousse angélique exprimait la quiétude et le calme, son corps a l'aspect de brindille voilait un monstre sanguinaire, s'amusant de la mort et des horreurs accomplis. La jeune femme ne sommeillait pas bien que sa respiration soit similaire à celle quand les êtres vivants voyagent dans les bras du terrible marchand de Sable. Non, elle se trouvait en situation de transe ou plus précisément de concentration mentale, elle visualisait les notes, leur rythme dont leur réunion formait un chant divin à l'oreille imaginaire. Cette composition venait d'elle et singulièrement, elle s'était invitée dans son esprit au beau milieu de la nuit, Raina dormait très rarement et le mot était trop imparfait pour elle, elle avait une préférence pour "récupérer".

Sa vision finit, ses yeux s'ouvrirent avec une certaine pointe de dégout, le monde de ses rêves venait de prendre son envol dans le but de la saluer bien plus tard. Le soleil prenait un malin plaisir à l'embêter dès le matin, cette lumière éblouissante était un élément sur sa liste de chose insupportable... Enfin après la mort de son cher et tendre, elle n'appréciait plus grand chose à part la musique, les désirs qu'elle avait pu savourer avec délice, s'étaient évaporés comme si tout ce qui l'environnait de près ou de loin, devenait fade et poussière. La musicienne démoniaque s'étira de tout son long avant de se mettre debout, aujourd'hui, rien ne pressait étant donné que le lycée était en période de vacances, par conséquent, pas de cours pendant les prochaines semaines. Cet événement qui devait dans la plupart des cas, réjouir la majorité des personnes, ne fut pas de cette nature envers la démone. Pour elle, cela signifiait un ennui des plus mortels, bien qu'elle puisse passer le temps dans le monde des humains et se divertir en écharpant des humains. Passe-temps fort plaisant à l'instinct de la bête sauvage, sa nature de créature de l’enfer lui permettait de garder sa lucidité lors de ses parties d’exaltation, offrant au spectacle un attrait encore plus mystérieux.

Les dérives ensanglantées étaient devenues trop fréquentes à son gout, de plus, sa soif s’était considérablement accrue, une soif qu’elle devait rassasiée après toutes ces années d’abstention de quoi réveiller un mort. Raina aurait pu continuer indéfiniment dans cette jouissance morbide, cependant, elle ne comptait par devenir comme un de ses monstres incontrôlables, qu’on est obligé de traquer et exterminer. Au final, son rêve l’avait entrainé à ce lycée rempli de Yôkai tous aussi dingues les uns que les autres, elle s’était inscrite en tant que professeur de musique, le poste était libre autant en profiter de cette occasion en or. Ces journées se déroulèrent par l’enseignement de jeunes ignares, insouciants et immatures, gardant son sang-froid face à des classes plus ou moins turbulentes que la démone matait sans détours.

Actuellement, la quasi-totalité des étudiants étaient partis se dorer la pilule au soleil, de souffler un peu avant la rentrée. Que faire pour égayer cette journée déjà bien ensoleillée ? La réponse resta muette à sa propre interrogation psychique, elle avait pourtant le choix : visiter l’établissement dans ses moindres recoins, aller s’entrainer un peu aux arts martiaux dans la salle réservée à cet effet ou trainer dans la salle de musique. Son alternative s’arrêta sur celui qui lui paraissait le plus attrayant à cet instant, ses pas légers la menèrent négligemment en direction de la trésorerie des sons quand une voix sortit de nulle part :

"Bonjour à tous!!! Je sais qu'on est pas très nombreux en cette période de vacances, mais comme j'ai l'impression que tout le monde s'ennuie, je vous apporte de l'animation. L'Antithèse va vous faire votre fête : on va tout casser, et y compris les ptit gars du Comité de sécurité. Donc je déclare officiellement l'ouverture des jeux de Yokai... ...aussi appelé massacres de Yokai. Ceci est un signal pour vous Antithèse, c'est le moment ♥."

L’Antithèse ? Cette organisation de petits voyous à deux sous, se prêtant à actes de violences et d’assassinats dans le dessein de manifester son mépris envers l’humanité. La rencontre d’un de ses membres ne s’était jamais produite mais il semblerait que cela se fasse plus tôt que prévu. Les terroristes avaient bien préparés leur coup enfin cela pouvait être prévisible d’une organisation associée à Fairy Tail, de plus, cette méthode lâche d’une attaque surprise sur un nombre mineur de personne était assez troublant. L’Antithèse avait sans aucun doute un minimum de fierté et de mener une offensive dans de tels circonstances était vraiment stupide donc soit il ne faisait que démontrer leur idiotie, soit il dissimulait des intentions bien plus ambitieux. Raina cogitait sur les différents moyens d’actions et d’opter d’adhérer à quel camps même si en tant que professeur, elle avait un devoir de protéger les lycéens et le blabla habituel. D’un autre côté, l’intérêt de jouer les gentils ne la passionnait pas du tout, elle trouvait cela surfait. Au contraire, se dresser contre eux était une meilleure idée, l’inconvénient est qu’on la confondrait sans nul doute à un membre de cette organisation révolutionnaire…bah ce n’était point grave, elle œuvrait par félicité afin de pimenter sa son existence devenue ennuyeuse depuis quelques mois et non soutenir ces rebelles. A peine eut elle terminer de réfléchir sur les modalités, qu’une voix à la tonalité masculine résonna dans l’enceinte de l’école :

« A tout ceux qui se trouvent au lycée Yokai... Ecoutez-moi ! Je suis Anod Itochi, psychologue. Nous sommes en ce moment en train de subir une attaque de l'Antithèse, tous les lieux sont devenus extrêmement dangereux. Je recommande à tous ceux désirant se mettre en sécurité d'aller se réfugier dans le gymnase ! Professeur comme élève, protégez-vous mutuellement ! »

« Néanmoins... Rassurez-vous, nous ne sommes PAS vaincus. En ce moment-même, le comité de sécurité déploie les moyens nécessaire pour repousser l'attaque, et ils sont extrêmement efficace ! Nous sommes tous membre de la famille du lycée, aidez-vous tous, et nous bouterons hors d'ici la force ennemie ! L'antithèse n'est qu'une bande de fanatiques, et vous tous avez la force de lui résister. Alors si vous vous en sentez capable, levez-vous, et combattez. Nous avons tous besoin de vous, et vous êtes capable du meilleur. Et à tous ceux du comité du sécurité, nous vous encourageons dans cette tâche, nous allons gagner, tous ensemble. Nous croyons en vous ! »


La coordination du camp adverse débutait enfin, cet homme semblait désirer une rapide défense face à l’assaillant. L’expérience musical permit à la flûtiste démoniaque de percevoir d’où provenait l’origine de cet appel d’ « espoir » : La salle de musique. Elle reconnaissait le son et le grésillement intempestifs de fond qu’émettaient souvent le micro et son matériel de fonctionnement. Accompagné ce message un sentiment d’attirance, une sensation d’adrénaline effleurant le cran au-dessus mais pour avoir analysé le mentale et ses approximations, le phénomène n’était pas naturel. Ravie par cette charmante invitation, elle céda volontiers à cette attraction la guidant en direction de la salle de musique pendant qu’il déblatérait la fin de sa tirade s’adresser à l’ennemi en herbe :

- « Quand à vous... Antithèse, vous vous êtes attaqué à la mauvaise cible. En ce moment-même, nous sommes tous en train de réagir, et votre défaite n'est qu'une question de temps. Vous aviez perdu toute chance de remporter cette bataille avant même qu'elle démarre. Alors, fuyez, tant que vous le pouvez encore, car nous ne resterons pas sans réaction. Bientôt, vous mordrez la poussière, souvenez-vous en ! »

Le chemin fut semé de zombies...sympathique, d’horribles cadavres non-momifiés refaisaient surface, déclenchant le chaos général, à l’aide de coups de fouet, elle se débarrassa des éventuels obstacles entravant son objectif. A l’approche de cette pièce renfermant toutes les richesses du monde aux yeux de Raina, la distinction de plusieurs voix fut de suite décelable à ses tympans de soie. Environ une personne avait rejoint l’allumeur d’esprit, en plus, deux ombres se profilaient par l’ouverture de la porte. Tranquillement, elle fit acte de présence en sifflotant un petit air inoffensif, n’y mêlant pas son pouvoir d’illusions, enchantée, elle toqua même à la porte et s’engouffra dans la salle avec un sourire de complaisance :

-Eh bien en voilà un comité dans une aussi petite pièce, qui est ma salle fétiche. ♫
Revenir en haut Aller en bas
Anod Itochi
avatar
Nombre de messages : 26
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Ombre
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Sam 30 Mar - 11:16

Bonjouuuur, je cherche un certain Anod Itochi, savez-vous où est-ce que je peux le trouver ?

Ben voyons... Anod roula des yeux, en considérant la jeune femme qui avait fini par le retrouver. Il était évident que les premières personnes qui allaient le rejoindre n'allaient pas être ses alliés. De plus, il suffisait de regarder le sourire pas franchement engageant de cette personne pour se rendre compte qu'il était condamné à trépasser s'il ne prenait pas les mesures nécessaires pour se défendre. Cette fille semblait être folle. Dommage qu'elle ne soit pas en ce moment dans son cabinet, les femmes folles sont faciles à perturber émotionnellement, et par conséquent très aisément manipulable.

Ce n'était toutefois pas le moment de s'en préoccuper. Ils n'étaient pas que deux, Anod, du fait de sa perception d'aura, ressentait clairement la présence d'une troisième personne, voir même d'une quatrième... cinquième ? Qui se rapprochaient. Dat dawa. Anod serra les dents, si toutes ces personnes étaient contre lui, il allait falloir jouer serrer car sinon, il allait se retrouver dans une merde noire.
Une personne étant camouflée, ce fut par conséquent une deuxième jeune femme qui déboula. Assez jolie aussi, selon ses critères... Deux filles avec lui dans une pièce, dommage que ce ne soit pas son bureau, manipuler aurait pu être intéressant.

- Excusez moi... Qui est de l'Antithèse ici ?

Anod lui adressa son plus beau sourire de psychologue. Franc, gentil. Le genre qui implique une douceur sans limite, et une écoute a peu près pareille. Le but était de la convaincre de la vérité, soit qu'il n'était pas membre de l'antithèse. En effet, elle ne devait pas l'être non plus, car il était peu probable qu'ils ne connaissent pas leurs différents membres. Et avec un peu de bol, elle reconnaîtrait sa voix.

- « Je suis Anod Itochi, chère demoiselle... Néanmoins, je ne pense pas que cette autre dame soit du même camp que nous, malheureusement. Je crains donc qu'il nous faille la mettre hors d'état de nuire. »

Ce fut à cette seconde qu'ENCORE une autre nana passa la porte. Si les gens continuaient à venir comme ça, bientôt on allait l'accuser d'avoir un harem. Anod serra les dents, il n'était pas facile de deviner de quels côtés allait se placer cette femme. Elle semblait juste tellement dans les vapes que c'était une mission tout bonnement impossible.

-Eh bien en voilà un comité dans une aussi petite pièce, qui est ma salle fétiche. ♫


… Qu'est ce qu'il disait. Bon, il allait falloir la jouer fine. La petite blonde était résolumment de son côté, celle aux cheveux bleus non... Plus une neutre, ils avaient un potentiels avantage numérique. Mais pas forcément si la personne planquée daignait se montrer, et rejoignait un des camps. Bref, le combat allait vite tourner au bordel si tout le monde se battait en même temps. Autant essayer d'en rallier le maximum de son côté.
Anod desserra très légèrement le sceau qu'il exerçait en permanence sur son aura. Aussi, celle qui était vraiment la sienne, profondément noire et maléfique se libéra quelques peu. A ce niveau la, les gens devaient essentiellement dire qu'il paraissait beaucoup plus concentré, et impressionnant, mais bon, c'était encore une technique de manipulation.
Anod reprit la parole.

- « Tous ceux de l'antithèse... Je ne sais exactement combien vous êtes, mais tous ceux qui se rallieront à moi et moi, nous allons vous montrer à quel point nous attaquer a été une erreur. »

Anod tendit la main, et aussitôt, un amas obscur sembla se former à l'intérieur. Un léger sourire, pas du tout malveillant, juste... confiant, apparut sur les lèvres du psychologue du lycée Yokai.

J'offre mes prières à la lune... Accordes-moi la force de répandre mes ténèbres !

Une énorme faux noire, semblable à celle de la faucheuse, se matérialisa dans la paume d'Anod. Toujours extrêmement calme, il poursuivit, chargeant cette fois sa voix d'énergie de manipulation, alors que son aura maléfique se répandait.

- « Alors, vous de l'antithèse... Je vous prie de vous imaginer ce qui va se passer. Vous, vautrés à même le sol devant nous... REALISANT COMBIEN VOUS ETES FAIBLES ! »

Il avait insisté sur ces mots, tâchant de forcer ses adversaires à se représenter la scène. On appelle ça un assaut moral, là d’où il venait. Réussir à miner le mental de l'adversaire constituait un avantage non négligeable. Il sourit ensuite à son alliée blonde, dont il ne connaissait toujours pas le nom.

- « Nous allons gagner. »
Revenir en haut Aller en bas
Itsuki Kakushi
avatar
Nombre de messages : 42
Age : 18
Localisation : Juste là.
Humeur : Enflammée.
Date d'inscription : 08/02/2013

†Fiche Personnage†
Level: B+
Race de Monstre:
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Sam 30 Mar - 16:20

Avant même qu'Atsuka puisse bouger, une inconnue débarqua d'une façon pour le moins... Etrange. Probablement qu'elle fût trop idiote pour savoir que les portes ne servaient pas qu'à casser des doigts de pieds...La démone ne lui prêta pas attention, jusqu'à ce qu'elle l'ouvre.

- Excusez moi... Qui est de l'Antithèse ici ?

*Moooooi ma jolie. Tu comptes me refaire le portrait ?* Même pas cinq secondes qu'elle était présente, et miss Angel agaçait déjà Atsuka. Une petite inspiration pour se calmer. Voilà. Comme neuf. Il fallait rester zen, et écouter monsieur le "gentil psychologue" avant d'essayer de lui poutrer la face.

- « Je suis Anod Itochi, chère demoiselle... Néanmoins, je ne pense pas que cette autre dame soit du même camp que nous, malheureusement. Je crains donc qu'il nous faille la mettre hors d'état de nuire. »

Aha. AHAHAHA. La bonne blague. Se retenant de rire, Atsuka déglutit et se mordit la lèvre. Valait mieux éviter de se surestimer, et de les sous-estimer. Peut-être étaient-ils bien plus forts qu'elle, peut-être pouvaient-ils la mettre "hors d'état de nuire", comme il le disait si bien. Ce qui n'était absolument pas le but de la jeune fille. Son objectif à elle était d'empêcher monsieur Itochi de... Bah faire son boulot, en fait. Il fallait qu'il soit neutralisé, pour que les élèves sombrent doucement dans le désespoir et meurent misérablement ente les mains et crocs des membres de l'Antithèse. Tel était leur destin pitoyable.

Mais, avant qu'elle puisse en placer une, une autre femme arriva... En sifflotant. Euh... What ? Non mais elle voulait quoi elle, à s'incruster comme ça ? Bordel mais pourquoi ils étaient tous là d'ailleurs ?! Elle n'en voulait qu'un, pas plus. Putaiiiiiiiiiin. Atsuka lâcha un très long soupir de lassitude. Dire qu'elle aurait pu se le faire, avec de la chance... Saloperies de meufs. Elle prendrait un plaisir infini à tenter de leur arracher la jugulaire.

-Eh bien en voilà un comité dans une aussi petite pièce, qui est ma salle fétiche. ♫

C'était trop. Là, Atsuka était obligée de répondre, avant que les autres ouvrent leur gueule et la fasse suer encore plus. Se scotchant un sourire plus ou moins aimable sur la face, elle se tourna vers la siffleuse et s'exprima sans desserrer les dents :

-Votre salle fétiche, hein ? Eh bin alors ramenez vos fesses et aidez-moi à les poutrer. Ces deux-là ont pas l'air de vouloir me laisse en vie, alors j'aimerais beaucoup que vous cessiez de siffler comme ça et que vous soyez un tant soit peu utile.

Puis elle craqua les doigts et regarda de nouveau ses deux apparents adversaires. Le seul homme visible l'ouvrit une fois de plus, et Atsuka ne put s'empêcher de lâcher un grognement. Parler, c'était inutile, sur le moment. Il avait pourtant l'air d'avoir saisi qu'elle serait pas sa meilleure amie, sur le moment...

- « Tous ceux de l'antithèse... Je ne sais exactement combien vous êtes, mais tous ceux qui se rallieront à moi et moi, nous allons vous montrer à quel point nous attaquer a été une erreur. »

Hmpf. Certes, sur le moment, Atsuka était pas dans la meilleure des positions. Deux gus contre elle, voire quatre si miss oiseau décidait de passer de l'autre côté. Mais elle ne devait pas avoir peur. Ils avaient beau avoir l'avantage numérique, rien ne disait qu'ils pourraient la battre, même à deux contre une. De plus, combattre ainsi était une technique de lâches, ce qui confirmerait la façon de pensée d'Atsuka. Tous ces terreux devaient mourir, quitte à ce qu'elle y passe aussi. Elle avait toujours les moyens de les faire claquer en même temps qu'elle. Oh, apparemment, il n'en avait pas terminé.

J'offre mes prières à la lune... Accordes-moi la force de répandre mes ténèbres !

Classe, il fallait l'avouer. Sa main semblait contenir une noirceur profonde, du genre toutes les émotions négatives matérialisées en un seul bloc. Soudainement, un énorme.. Truc, apparut dans la main de monsieur Itochi, et une impression de malaise glissa sur Atsuka, comme une énorme limace visqueuse. Berk, c'était dégueulasse. Frissonnant très légèrement, elle se retint à grand'peine de se frotter les bras pour enlever cette sensation.

- « Alors, vous de l'antithèse... Je vous prie de vous imaginer ce qui va se passer. Vous, vautrés à même le sol devant nous... REALISANT COMBIEN VOUS ETES FAIBLES ! »

A ces mots, un frisson glacial s'empara d'Atsuka. Et s'il disait vrai ? Elle était peut-être réellement faible, elle allait peut-être perdre et mourir d'une façon incroyablement idiote... Soudainement, elle eut une boule dans la gorge, comme si quelque chose la tenaillait, l'empêchait de se révolter. Elle avait... Peur.

- « Nous allons gagner. »

Le tout avec un sourire. Une fois de plus, l'estomac d'Atsuka se serra. S'ils gagnaient, ça impliquait qu'elle mourait, évidemment. Mais elle ne voulait pas mourir... Son moral disparaissait un peu plus à chacune de ses paroles, elle sentait qu'il disait vrai, que l'antithèse allait se faire détruire par le lycée.

Respirant difficilement, elle tenta de masquer son effroi en éclatant d'un rire digne d'un fou à lier, et réussit à sourire, comme si elle était confiante. Ce qui n'était absolument pas le cas. Elle était probablement aussi effrayée qu'un chiot face à un crocodile, et sentait qu'elle pouvait perdre la vie à tout moment. C'était fortement désagréable, mais elle ne pouvait rivaliser avec. Avalant une nouvelle fois sa salive, elle ne put articuler un mot, et resta dans une posture agressive, réussissant au prix d'un énorme effort de ne pas trembler, son sabre bien en main.

Si elle perdait mais qu'ils la laissait en vie, elle savait qu'elle penserait aussitôt à se donner la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Gene De Laudreuil
avatar
Nombre de messages : 23
Age : 21
Date d'inscription : 15/02/2013

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: élémentaire de feu
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Dim 31 Mar - 1:19

A présent, ils sont deux dans cette salle, le premier je connais ses intentions, la deuxième je n'en sais absolument rien. Puis, intervint le bruit de ce qui semblait être une vitre brisée, enfin à en juger par le boucan ce serai plutôt une vitre pulvérisée....

- Excusez moi... Qui est de l'Antithèse ici ?

Il y avait maintenant une troisième personne, malheureusement c'est vague comme question... Elle pourrait être de l'Antithèse sans forcement connaître tous ces alliés, ou alors être contre eux sans non plus les connaître. Je préfère encore attendre pour en savoir plus.

- « Je suis Anod Itochi, chère demoiselle... Néanmoins, je ne pense pas que cette autre dame soit du même camp que nous, malheureusement. Je crains donc qu'il nous faille la mettre hors d'état de nuire. »

S'il dit ça, ça veut dire qu'il connait "la briseuse de vitre" et sait pertinemment qu'elle est de son côté, en revanche pour la demoiselle aux cheveux bleus, il n'a pas l'air de croire qu'elle est dans notre camp.
Puis une nouvelle personne fais son apparition et entre dans la salle.

-Eh bien en voilà un comité dans une aussi petite pièce, qui est ma salle fétiche. ♫

Une nouvelle personne et une nouvelle interrogation sur l'inclinaison de celle-ci... ça va aller loin comme ça ?

-Votre salle fétiche, hein ? Eh bin alors ramenez vos fesses et aidez-moi à les poutrer. Ces deux-là ont pas l'air de vouloir me laisse en vie, alors j'aimerais beaucoup que vous cessiez de siffler comme ça et que vous soyez un tant soit peu utile.

Elle est peut-être du camp adverse donc....

- « Tous ceux de l'antithèse... Je ne sais exactement combien vous êtes, mais tous ceux qui se rallieront à moi et moi, nous allons vous montrer à quel point nous attaquer a été une erreur. »

Il a un esprit combattant réellement impressionnant mais il fait bien de ne pas attaquer tant qu'il ne sait pas encore tout à fait qui est qui...

J'offre mes prières à la lune... Accordes-moi la force de répandre mes ténèbres !

C'est quoi ça ? Une incantation ? Je passais la tête pour jeter un oeil discrètement, et je me trouvais face à un spectacle tout du moins surprenant. Une énorme masse noire venait de se former dans sa main, à vrai dire je n'ai aucune idée de comment il a fait ça ou même de quoi est composée cette chose mais ce que je sais c'est que je me suis trompé et qu'il passe à l'attaque.

- « Alors, vous de l'antithèse... Je vous prie de vous imaginer ce qui va se passer. Vous, vautrés à même le sol devant nous... RÉALISANT COMBIEN VOUS ETES FAIBLES ! »
- « Nous allons gagner. »


Pour le coup il martèle son adversaire de mots. Je pense que j'en sais assez sur les rôles de chacun et je vais pouvoir entrer à mon tour pour peut-être faire la différence et me ranger du côté de "l'homme au pouvoir ténébreux" et "la briseuse de vitre". Je veille à bien fermer mon manteau sur mes holsters de façon à cacher mes armes. Je passe enfin la porte et commence par me présenter :

-Bonjour ! Je vois que vous avez un petit différent à régler... L'Antithèse d'un côté, les élèves de l'autres. Ça fait un moment que je vous observe et vous écoute, pour discerner les camps de chacun. Et j'ai tendance à croire, d'après ce que j'en ai entendu, ce monsieur, qui semble être le psychologue s'y je ne me trompe, et la demoiselle qui l'accompagne. Je viens d'intégrer le lycée il y a peu et je n'en suis pas déçu ! Je viens donc me ranger de votre côté. Je m'appelle Gene, comme ça vous saurez avec qui vous vous battez.

C'est bon, j'ai fini mon petit speech, il fallait que je les mettes en confiance et surtout qu'ils me croient, du coup je pense que la façon de parler que j'ai adopter et les mots que j'ai utilisés ont suffi pour que la vérité soit admise.
Revenir en haut Aller en bas
Chryss Milhander
avatar
Nombre de messages : 25
Age : 27
Localisation : Ma tête
Humeur : Instable
Date d'inscription : 17/12/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Alchimiste
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Dim 31 Mar - 11:34

    « Je suis Anod Itochi, chère demoiselle... Néanmoins, je ne pense pas que cette autre dame soit du même camp que nous, malheureusement. Je crains donc qu'il nous faille la mettre hors d'état de nuire. »

    Hein ?

    -Eh bien en voilà un comité dans une aussi petite pièce, qui est ma salle fétiche. ♫

    De quoi ?

    -Votre salle fétiche, hein ? Eh bien alors ramenez vos fesses et aidez-moi à les poutrer. Ces deux-là ont pas l'air de vouloir me laisse en vie, alors j'aimerais beaucoup que vous cessiez de siffler comme ça et que vous soyez un tant soit peu utile.

    ... Comment ?

    « Tous ceux de l'antithèse... Je ne sais exactement combien vous êtes, mais tous ceux qui se rallieront à moi et moi, nous allons vous montrer à quel point nous attaquer a été une erreur. »


    ... Mais !

    J'offre mes prières à la lune... Accordes-moi la force de répandre mes ténèbres !

    Hein ?!

    « Alors, vous de l'antithèse... Je vous prie de vous imaginer ce qui va se passer. Vous, vautrés à même le sol devant nous... RÉALISANT COMBIEN VOUS ÊTES FAIBLES ! Nous allons gagner. »

    ...

    - Bonjour ! Je vois que vous avez un petit différent à régler... L'Antithèse d'un côté, les élèves de l'autre. Ça fait un moment que je vous observe et vous écoute, pour discerner les camps de chacun. Et j'ai tendance à croire, d'après ce que j'en ai entendu, ce monsieur, qui semble être le psychologue s'y je ne me trompe, et la demoiselle qui l'accompagne. Je viens d'intégrer le lycée il y a peu et je n'en suis pas déçu ! Je viens donc me ranger de votre côté. Je m'appelle Gene, comme ça vous saurez avec qui vous vous battez.

    L'assistante de chimie était plantée là, immobile, au milieu du petit cercle de gens qui s'était formé autour d'elle, l'air hagard, les yeux dans le vague, la bouche légèrement entrouverte, fixant un point du mur très précis mais qui pourtant n'avait rien de particulier. Puis soudain, se secoua les puces et jeta un regard à tout ceux qui étaient autour d'elle, avec un sourire gêné.

    Tout allait beaucoup, beaucoup trop vite pour Chryss. Une nouvelle personne qui entrait, une autre encore, un homme qui semblait amical et lui inspirait confiance, une femme bien plus antipathique, un élève sans aucun doute plutôt décidé à se battre, la faux sortant du sol pour aller dans la main du psychologue... Et l'Alchimiste avait complètement oublié ce pourquoi elle se trouvait dans cette pièce. La jeune fille était tellement imperméable à tout ce que dégageait les gens autour d'elle qu'elle était incapable de dire si ils plaisantaient ou pas. Et puis d'un coup, elle remarqua l'incroyable bazar de la pièce. Elle se désintéressa en un instant de tout ce qui se passait autour d'elle et en chantonnant un air guilleret et insouciant, en français bien sûr, commença à ramasser les morceaux de verres pour les entasser dans un coin, sans plus se soucier de ce que faisaient chacun de ses compatriotes.


    - Un éléphant qui se balançait, sur une toile toile toileuh, toile d'araignée, il trouvait ça tellement, tellement amusant que tout à coup... CRAC !... Un éléphant, qui se balançait, sur une toile toile toileuh...

    Comptine d'enfant innocente, entendue de son frère sûrement au coin d'un feu ou lors d'une sortie dans le grand jardin entourant leur manoir lorsqu'ils étaient petits. Un sourire candide étirait ses lèvres. La joie, pure et simple, rien de plus, tandis qu'elle nettoyait méthodiquement le dawa qu'elle avait mit.
Revenir en haut Aller en bas
Raina Shibata
avatar
Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 31/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Démon de la Musique
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Lun 1 Avr - 13:44

L'entrée ne se fit pas fracassante comme le pensait la jeune démone mais au moins la surprise se lisait sur l'assistance dans la salle en plus d'une personne isolée à un endroit dissimulé. La pièce était assez large, cependant, quatre personne étaient suffisantes pour occuper un espace des plus moindres particulièrement lorsqu'il y a un tel carnage, ce qui marqua et énerva intérieurement Raina. Sacrilège, d'avoir oser saccager ces merveilles et sources d'art sonique ! Et ce crime ne serait pas impuni et sans aucun doute le coupable était ce médiateur d'Itochi Anod, raison de plus pour lui botter le postérieur d'une manière bien sentie. Justement, la fille aux cheveux bleues assortie d'un air fou et belliqueux se retourna vers la poupée de porcelaine démoniaque, s'adressant à elle, agacée:

-Votre salle fétiche, hein ? Eh bien alors ramenez vos fesses et aidez-moi à les poutrer. Ces deux-là ont pas l'air de vouloir me laisse en vie, alors j'aimerais beaucoup que vous cessiez de siffler comme ça et que vous soyez un tant soit peu utile.

Cette remarque fit sourire son interlocutrice, ho son fredonnement ne lui plaisait pas ? Quel dommage ! Bon prétexte alors pour en remettre une couche bien épaisse alors. Non mais attendez pour qui elle se prétendait et de quel droit, elle lui sommait de l'aider d'une voix acide et sans saveur particulière. Elle était jusqu'à présent encore libre de décider son camps même si cette dernière penchait en sa faveur, le ton, que cette jeunette prenait, était simplement irritant. Pourtant, le professeur de musique ne sourcilla pas et lui dédia un large sourire ravisant, ce qui n'était pas de bonne augure à dire vrai.

« Tous ceux de l'antithèse... Je ne sais exactement combien vous êtes, mais tous ceux qui se rallieront à moi et moi, nous allons vous montrer à quel point nous attaquer a été une erreur. »

Dixit le défenseur de l'espoir, l’éloquence devait être sans nul doute un de ses points fort enfin pour un psychologue pas étonnant. Il dégagea, alors qu'il provoquait ses adversaires, un tas de noirceur dans la paume de la main qu'il tendait, bien on avance là quoique il peut être dans l'optique de les impressionner avec ses ténèbres...

J'offre mes prières à la lune... Accordes-moi la force de répandre mes ténèbres !

Cette incantation magique eut pour effet de former la masse informe dans sa paume en une faux sombre qu'il tenait avec une certaine férocité voilée. Cet outil meurtrier ne faisait pas peur à la descendante d'Abigor, ce genre d'arme était courante en Enfer mais Raina dénotait qu'un sentiment de peur se répandait dans la pièce. Cela était déclenché à cause de la voix de l'orateur devant eux, malheureusement pour lui, même si la peur la titillait terriblement, cela avait tendance à l'exciter plus qu'à l'effrayer.

- « Alors, vous de l'antithèse... Je vous prie de vous imaginer ce qui va se passer. Vous, vautrés à même le sol devant nous... RÉALISANT COMBIEN VOUS ÊTES FAIBLES ! »

Oui, oui ! Il est barbant à la fin, on peut pas s'entendre réfléchir avec la pression qu'il exerçait par le fait d'ouvrir sa grande bouche mais est-ce que son babillage était proportionnel à sa puissance physique ? Chose encore non prouvée...

- Bonjour ! Je vois que vous avez un petit différent à régler... L'Antithèse d'un côté, les élèves de l'autre. Ça fait un moment que je vous observe et vous écoute, pour discerner les camps de chacun. Et j'ai tendance à croire, d'après ce que j'en ai entendu, ce monsieur, qui semble être le psychologue s'y je ne me trompe, et la demoiselle qui l'accompagne. Je viens d'intégrer le lycée il y a peu et je n'en suis pas déçu ! Je viens donc me ranger de votre côté. Je m'appelle Gene, comme ça vous saurez avec qui vous vous battez.

La cavalerie sort de son trou, hourra, sérieusement, qu'est ce qu'il vient faire là ? C'est quoi ce complot, le "bien" se mettait à trois vs un dans un combat en sachant qu'ils ne savaient pas de quel coté balançait l'esprit de la musicienne. La femme qui se faisait menacer de mort, était chanceuse de pouvoir compter cette fois-ci sur la bonne humeur de l'enseignant. Raina se remit doucement à fredonner une chanson lugubre et funèbre, pressage de bataille à venir en défiant le regard de chaque personne dans la pièce jusqu'à ce que la blondinette se mit à nettoyer la salle comme si ce qui venait de dire lui passer par la tête et qu'elle avait mieux à faire de s'occuper d'eux. Hm....Soit il lui manque une case à cette petite, soit elle est maniaque et Raina la laisse tranquille vu qu'elle fait un brin de rangement, qui sait elle pourrait l'employer ultérieurement. Un léger sourire se dessina en coin sur le minois de la poupée devant le manège se déroulant sous ses yeux, elle l'applaudit pendant quelques secondes, amusée puis se tourna vers les seuls mâles, en remarquant simplement d'une voix fluette et mélodieuse:

♪-Vous êtes bien parti pour gagner mais pas dans le même sens que vous pensez ♫ Répliqua-t-elle en désignant la nouvelle femme de ménage, restant tout de même sur la défensive.
Revenir en haut Aller en bas
Anod Itochi
avatar
Nombre de messages : 26
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Ombre
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Sam 6 Avr - 5:59

Anod leva un sourcil. Les évènements ne se produisaient pas vraiment de la manière prévue. Celle qu'il croyait être dans son camp venait de se mettre à... ranger. Le psychologue du lycée Yokai éprouva l'envie féroce de faire un énorme facepalm. Bon, mais quelque part, il n'avait pas perdu l'avantage. La raison était simple, même si l'autre éprouvait clairement le désir de troller le monde avec son manie du ménage, une autre personne venait néanmoins d'apparaître de son côté.
Grosso modo, ça transformait le combat en un deux contre deux.
En plus, même si celle-ci tentait de cacher son trouble... Anod sentait bien qu'elle avait été touché par son discours. Restait le problème de la musicienne.
Anod fit tournoyer sa faux dans sa main, essayant de se donner un air calme et imperturbable. Avant de matérialiser trois autres faux noires qui flottèrent en suspension autour de lui.

- « Eh bien eh bien... »
, murmura Anod, juste assez fort pour être audible. « Apparemment, mademoiselle la musicienne n'a pas bien réalisé que nous nous efforçons de protéger le lycée contre une attaque qui cherche à le détruire. Et détruire le lycée, cela englobe également détruire la salle de musique, au cas ou vous ne vous en seriez pas rendu compte. Mais si vous vous moquez de ce qu'il va arriver à votre « salle préférée », après tout c'est votre problème. »

Une fois de plus, il avait chargé sa voix d'énergie de manipulation. Il n'était pas certain de la convaincre, mais si au moins elle pouvait ne pas s'opposer à eux, ce serait déjà un énorme progrès. Anod adressa un bref clin d'oeil à Gene, façon de le remercier pour se ranger de se côté.
Devoir remercier une proie potentielle... Ce monde débloquait.
Un sourire triste déforma le visage du psychologue du lycée Yokai.

- « Honnêtement, j'aurai préféré ne pas avoir à vous blesser. Je préfère aider les gens que les attaquer, néanmoins...C'est pour aider la multitude que vous devez être mis hors d'état de nuire. Alors malheureusement... Je vais vous demander de serrer les dents. »


Les trois faux en lévitation fusèrent d'un seul coup vers Atsuka, tournoyant comme pour signifier une promesse mortelle. Mais Anod ne se stoppa pas la, il franchit d'un bond la distance qui le séparait de son adversaire, et essaya de la frapper d'un coup de faux, afin de profiter de son avantage.
Pris par son élan, il matérialisa une demi-douzaines de couteaux ténébreux, en flottaison autour de lui. Et il entreprit de les projeter, toujours vers la même personne. La personne effrayée allait devoir comprendre que la fuite était la seule option.
Revenir en haut Aller en bas
Itsuki Kakushi
avatar
Nombre de messages : 42
Age : 18
Localisation : Juste là.
Humeur : Enflammée.
Date d'inscription : 08/02/2013

†Fiche Personnage†
Level: B+
Race de Monstre:
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Dim 7 Avr - 1:31

Maîtrisant à peine ses tremblements de trouille, Atsuka regarda entrer un autre homme, et grogna de frustration. Ils avaient fini de rappliquer, là ? Putain mais il fallait faire quoi pour que d'autres emmerdeurs ne viennent pas les gêner ?!

- Bonjour ! Je vois que vous avez un petit différent à régler... L'Antithèse d'un côté, les élèves de l'autre. Ça fait un moment que je vous observe et vous écoute, pour discerner les camps de chacun. Et j'ai tendance à croire, d'après ce que j'en ai entendu, ce monsieur, qui semble être le psychologue s'y je ne me trompe, et la demoiselle qui l'accompagne. Je viens d'intégrer le lycée il y a peu et je n'en suis pas déçu ! Je viens donc me ranger de votre côté. Je m'appelle Gene, comme ça vous saurez avec qui vous vous battez.

Euh.. Il rigolait ? Non mais sérieusement, qu'est-ce qu'ils avaient à sortir que des conneries ? Le fait d'entendre ces paroles stupides rendit l'option de destruction massive de cette salle alléchante aux yeux de la démone. S'empêchant difficilement d'arracher d'un coup de griffe la jugulaire du nouvel arrivant, elle inspira pour se calmer. Jusqu'à ce que Angel la ramène, certainement la plus conne du lot.

- Un éléphant qui se balançait, sur une toile toile toileuh, toile d'araignée, il trouvait ça tellement, tellement amusant que tout à coup... CRAC !... Un éléphant, qui se balançait, sur une toile toile toileuh...

...Stop. Voyons le bon côté des choses. Le fait que cette débile ne s'occupe plus d'eux était bénéfique, ça enlevait un potentiel ennemi, le temps d'essayer de réduire au silence les deux autres. Mais il ne fallait pas abuser non plus, Angel se foutait bien de leur gueule. Et la Siffleuse décida aussi d'ouvrir sa jolie bouche.

♪-Vous êtes bien parti pour gagner mais pas dans le même sens que vous pensez ♫

Oui, génial, super. L'énervement avait fait disparaître une bonne partie de la peur d'Atsuka et, malgré tout, elle remerciait ses demeurés pour ça. Monsieur Itochi intervint à son tour, en créant trois putains de faux au-dessus de sa tête, que la démone rêvait de trancher une bonne fois pour toutes.

- « Eh bien eh bien... Apparemment, mademoiselle la musicienne n'a pas bien réalisé que nous nous efforçons de protéger le lycée contre une attaque qui cherche à le détruire. Et détruire le lycée, cela englobe également détruire la salle de musique, au cas ou vous ne vous en seriez pas rendu compte. Mais si vous vous moquez de ce qu'il va arriver à votre « salle préférée », après tout c'est votre problème. »

Merde. S'il arrivait à convaincre la Siffleuse, Atsuka serait bien dans le caca. Se mordant la lèvre, elle ne quittait pas les armes des yeux, au cas où une partait sur elle dans l'intention de la couper en deux. Une petit sourire déprimé de la part d'Itochi.

- « Honnêtement, j'aurai préféré ne pas avoir à vous blesser. Je préfère aider les gens que les attaquer, néanmoins...C'est pour aider la multitude que vous devez être mis hors d'état de nuire. Alors malheureusement... Je vais vous demander de serrer les dents. »

Sur ces paroles sympathiques, pas un, pas deux, mais les trois armes foncèrent sur la démone, qui n'eut pas le temps d'esquiver qu'il se jetait sur elle, matérialisant d'autres armes. Et phoque. Terrifiée, elle put à peine rouler sur le côté, mais un couteau se ficha dans sa cuisse, lui arrachant un glapissement de douleur. Double phoque. Se relevant prestement, elle arracha la lame de sa jambe et la laissa tomber sur le sol. La douleur avait fait partir la peur, c'était parfait.

Un coup de faux lui avait entaillé le bras, mais, comme ce n'était pas celui qui tenait son sabre, elle s'en fichait. Déchirant rapidement un bout de chemise, elle l'enroula autour de sa cuisse pour stopper l'hémorragie, puis exécuta un bond prodigieux vers son adversaire, frappant de toutes ses forces avec son arme. Plusieurs fois. Elle voulait le forcer à reculer sous l'assaut répété de ses coups de sabre, et surtout, le fatiguer à contrer. Un rire de dingue franchit ses lèvres à l'idée de le voir pendre au bout de son arme, et elle redoubla de vitesse, ses couettes se soulevant à chaque mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Gene De Laudreuil
avatar
Nombre de messages : 23
Age : 21
Date d'inscription : 15/02/2013

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: élémentaire de feu
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Dim 7 Avr - 4:13

Je regardais à présent notre alliée qui semblait avoir plus d'importance à nettoyer la salle que de vérifier qu'elle ne se fasse pas attaquer par qui que ce soit... Et elle se mit à chanter avec ça !... Ça va se finir en deux contre deux tout ça.
Puis, celle à qui cette salle était si chère se mit à parler :

<♪-Vous êtes bien parti pour gagner mais pas dans le même sens que vous pensez ♫>

Elle est bien prétentieuse pour parier sur l'issu du combat sans nous connaître. Et je ne vais pas laisser passer ça, je ne vois pas pourquoi je devrai être montrer du doigt et méprisé parce qu'une de notre camp à pétée un câble !!
Suite à cela le psychologue me fit un clin d'oeil, surement pour acquiescer qu'il me considère bel et bien de son parti. Il fit apparaître instantanément trois autres faux comme celle qu'il tenait dans les mains, sur le coup j'en était vraiment impressionné, je n'avais pas ce genre de pouvoirs et n'avais jamais vu un pareil tour de force auparavant.

- « Eh bien eh bien... Apparemment, mademoiselle la musicienne n'a pas bien réalisé que nous nous efforçons de protéger le lycée contre une attaque qui cherche à le détruire. Et détruire le lycée, cela englobe également détruire la salle de musique, au cas ou vous ne vous en seriez pas rendu compte. Mais si vous vous moquez de ce qu'il va arriver à votre « salle préférée », après tout c'est votre problème. »

Il marqua une pause puis repris sur un ton plus menaçant encore

- « Honnêtement, j'aurai préféré ne pas avoir à vous blesser. Je préfère aider les gens que les attaquer, néanmoins...C'est pour aider la multitude que vous devez être mis hors d'état de nuire. Alors malheureusement... Je vais vous demander de serrer les dents. »


Et la je restait bloqué sur place devant l'attaque qu'il menait vers la demoiselle aux cheveux bleus. Incroyable... Heureusement que me yeux habitués pour suivre des cibles en mouvement pouvais contempler la scène car ce qui se passait devant moi était exceptionnel. Trois faux qui fondent d'elles-mêmes sur l'adversaire plus lui qui lui saute dessus pour lui asséner un coup supplémentaire de la faux qu'il tient dans ses mains, à cela s'ajoute l'apparition de 6 couteaux ténébreux attaquant aussi d'eux-mêmes... Il y a réellement des individus qui peuvent faire ça ?!!
Il faut que je me reprenne et que je reste concentré, pendant le temps que je regardais ceux la s'affronter, j'avais quitté la musicienne des yeux et ne savais pas si elle avait bougé. Par réflexe, je sorti mon arme du holster droit vu que c'est mon bras le plus précis et pris la précaution de garder la mire à proximité de la musicienne au cas où elle est profitait de mon inattention pour me jouer un mauvais coup. Je tentais de rester le plus zen possible pour ne pas faire de connerie et ne pas risquer à blesser la musicienne tant qu'elle reste immobile. Je ne veux pas tirer sur quelqu'un qui n'a rien fait...
Revenir en haut Aller en bas
Chryss Milhander
avatar
Nombre de messages : 25
Age : 27
Localisation : Ma tête
Humeur : Instable
Date d'inscription : 17/12/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Alchimiste
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Lun 8 Avr - 7:35

    L'insouciance immaculée d'une enfant tout juste sortie de l'école maternelle. Voilà ce qu'était en et instant la jeune Alchimiste qui ramassait les bouts de verres, pour les poser en tas dans un coin, sans plus se soucier de ce qui se passait autour d'elle. Elle chantonnait toujours, imperturbable, et tout ce qu'auraient pu lui dire chacune des personnes présentes n'aurait su lui faire changer d'avis sur ce qui était prioritaire ici : la ménage. Ne le prenez pas mal, c'est juste que le pauvre cerveau de l'assistante n'était pas assez puissant pour intégrer autant d'informations en même temps... Alors il se rabattait sur la plus prosaïque et simple d'entre elles.

    Mais bien sûr, tout ne peut pas rester immobile et figé dans un esprit pareil. Qu'est ce qui réveilla la jeune femme ? Un bruit. Un bruit caractéristique qui la fit immédiatement se tourner vers l'une des personnes présente. Ses pupilles se rétractèrent, et ses neurones dérangés se rallumèrent soudainement, à vitesse maximale, mais dans une direction qui n'allait sans doute pas plaire à tout le monde. Surtout que... Chryss avec des bouts de verres dans les mains... Mais observons la scène de plus près, voulez vous.

    De bout, droite et figée, elle avait seulement le tête tournée vers la source du bruit qu'elle ne connaissait que trop bien. Vous savez, une Alchimiste instable avec un morceau de métal enchâssé dans le cerveau, c'est pas le genre de personne qu'il faut menacer. C'est même le genre de personne en présence de qui il ne faut menacer personne. Pourquoi ? Parce que le manque total de logique de Chryss et une de ses peurs des plus logique (et c'est dire) se réveillèrent en même temps, causant une frayeur incontrôlable... Causée par ? Le bruit du cran de sécurité de l'arme à feu sortie par Gene. Oui, Chryss était plus que terrifiée par les armes à feu. Presque autant que par le feu ou l'eau (sa peur pour l'eau étant parfaitement justifiée et logique).

    Chryss avait le souffle court, les yeux braqués sur l'arme d'où provenait son horreur et une expression qui reflétait très clairement son état d'esprit actuel. Alors, une fois motivée par une peur pareille, que pouvait elle donc faire, avec tout ces morceaux de verres tranchants et pointus qu'elle avait à portée ? Les lancer ! Et pour une fois, vous avez raison. Elle saisit un morceau très long, presque autant qu'un poignard, et tout aussi fin. Et, motivée par cette peur incroyable, ne put réfréner son pouvoir. Vous avez déjà eu un morceau de pyrite aussi fin et tranchant qu'un morceau de verre qui vous fonçait sur la main ? Croyez moi, vous manquez quelque chose.

    Le sang lourd battait aux oreilles de Chryss. La peur parcourait ses veines comme un poison, qui s'y répandait plus vite qu'un rumeur dans le vestiaire des lycéennes. Juste après avoir effectué le geste fatal, juste après avoir joué contre son propre camps sans s'en rendre compte, juste après avoir sans doute modifié dramatiquement la situation... Elle prit appui sur ses jambes, fit un grand pas, deux grands pas, pour prendre de l'élan sans doute, avant de sauter une nouvelle fois par la fenêtre, s'enfuyant à toutes jambes, loin du danger.


Dernière édition par Chryss Milhander le Sam 20 Avr - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raina Shibata
avatar
Nombre de messages : 10
Age : 23
Date d'inscription : 31/01/2013

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Démon de la Musique
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Jeu 11 Avr - 5:02

La situation amusait énormément Raina, elle qui s'ennuyait de la monotonie des journées sans saveurs démoniaques, ce genre d’événement pittoresque lui offrait un bien fou. Entre la jeune femme à l'air belliqueux balisait sous le discours ardent et du propagande du psychologue contre le conflit que déclarait l'attaque surprise de l'AT dont la tonalité effrayait plus d'un même si l'effet divergeait selon la personne. Anod ne s'arrêta pas de discutailler, s'en prenant ensuite à la musicienne de façon provocante, la personne ciblée aurait pu ignorer cet orateur mais il était tentant de prêter oreille à ses piques non-dolosives puis à encourager son compagnon de fortune et courageux du moment. La démone lisait en ses opposants un grain d’agacement à ses commentaires, l'envie de continuer son petit manège la démangea grandement rien que pour voir leur réaction.

Cependant, elle n'eut point le temps, sans crier gare, le membre du personnel matérialisa des armes à la nature ténébreuses, qu'il lança comme boomerang tournoyant sur elles-mêmes, moyen de diversion pour s'approcher de son adversaire. Raina observa la scène sans broncher, l'objectif étant d'analyser si Atsuka serait en mesure de parer les coups tranchants. D'une manière maladroite, la cible réussit à ne pas être sérieusement abimée. La noble démoniaque de la guerre n'eut pas le loisir de regarder l'affrontement, un déclic l'ayant chatouillait au niveau du tympan, sa tête de poupée pivota vers la source, origine qui provenait d'une arme pointée sur sa propre personne, ce garçonnet n'avait pas froid aux yeux de menacer une femme notamment si elle était dans un état où le mot "combat" ou "sang" lui donnait un plaisir à y gouter férocement. Un bout de verre vola sur l'homme armé se logeant dans son corps, l'expéditeur incongru de ce projectif fut la blondinette s'étant auparavant attelé au ménage.

♫Vos parents ne vous ont pas appris les bonnes manières ? On ne salue pas une demoiselle en pointant une arme devant elle, on lui fait une révérence ou un baise main. Les vrais dangers, pour cette pièce des merveilles, ne sont pas les membres de l'Antithèse mais ceux qui clame la protection de cet établissement, je vais remédier à cela avec une grande jouissance ♫

Ne daignant remercier sa "sauveuse", ses bras s’élevèrent dans un premier perpendiculairement à son corps puis s'ouvrirent sur les cotés de façon élégante à pouvoir attirer l’œil des gêneurs. Des fréquences de son doux et mélodieux s'échappèrent une nouvelle fois délicatement des lèvres de la musicienne, Raina ne fredonnait plus, non, elle chantait sereinement. Les vibrations de sa voix ricochaient sur les différents obstacles, donnant une nouvelle ambiance assez étrange et apaisante. Toutefois, la démone lia ses paroles à son pouvoir d'illusion des sens, le chant allait envouter et s'installer dans l'esprit des deux mâle par l'emprise de la créatrice. Cette illusion consistait concrètement à brouiller la vue d'une part et d'augmenter la sensibilité des tympans assez pour que le moindre bruit soit une horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Anod Itochi
avatar
Nombre de messages : 26
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Ombre
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Jeu 25 Avr - 13:56

La situation devenait plus compliquée. La personne qu'il était en train de combattre avait réussi à se sortir de sa torpeur pour contre-attaquer, forçant Anod à matérialsier un léger bouclier d'ombre pour contrer ses assauts répétés. Elle était visiblement forte, elle aussi.
Mais les problèmes ne se résumaient pas qu'à ça, étant donné que son allié venait de sortir une arme à feu, sans oser s'en servir. Bon dieu, lorsque tu es en situation de vie et de mort, tu OSES combattre, tu ne te contentes pas de menacer. Et visiblement, cela lui causa plus de problèmes qu'autre chose, étant donné qu'une quatrième personne, qui jusqu'à présent était neutre venait d'attaquer le dénommé Gene.
Avant de s'enfuir. PHOQUE !

Très bien, le combat était désormais du deux contre deux, sachant que son allié venait de se manger une attaque, et n'osait pas combattre... Ils étaient clairement en difficulté. Anod serra les dents. Il n'allait pas pouvoir rester la, car sinon... Il allait être en danger, car il était évident que les deux en face étaient assez puissants.
Et ce n'était pas avec l'aide que lui apportait Gene qu'il allait pouvoir s'en sortir. Une diversion, vite.

- « J'offre mes prières à...UGH ! »


Anod se crispa, et fit un impensable bond en arrière pour esquiver quelques assauts de la demoiselle à l'épée. Avant de tendre son arme devant lui, dans une position de garde. La musicienne avait commencée à … chanter. Mais dès les premiers instants, Anod avait sentit sa vue se brouiller... Il était presque aveugle désormais. Et en plus de cela, son sens de l'audition était hypersensible. Même le tintement des armes était devenu une horreur pour lui.
Passe un adversaire, mais deux... Il ne pouvait pas les gérer tout seul. Ni avec Gene, d'ailleurs. Ce fut à ce moment qu'il perçut la variation dans le champ d'énergie du lycée. Et plus précisément du kekkai qui l'entourait.

- « Très bien... Vous avez gagné. Je ne vais pas poursuivre le combat. », réussit à dire Anod, alors que le son même de sa voix lui vrillait les tympans. « …Mademoiselle la musicienne, maintenant que « la menace » est partie, vous devriez peut-être reconsidérer votre opinion de vouloir nous tuer, et condamner le lycée avec nous. Pour ma part... Je vais essayer d'aller le sauver, en m'occupant du kekkai. Désolé pour toi, Gene... Mais j'ai bien peur que tu doives t'enfuir. »

Vites. Utiliser sa mémoire pour être capable de se faire une représentation intérieure de la pièce. La fenêtre ou il avait disposé son ampli était... A sa droite. Vite. Une paire d'ailes sombre se matérialisèrent sur le dos de l'Ombre. Il se mit à courir, essayant de ne pas prêter attention au bruits sourds que faisaient ses pieds sur le sol. Puis il se jeta à travers la fenêtre, à l'aveuglette. Il se mit à battre des ailes pour ne pas chuter, et prit de l'altitude. Aussitôt, dès que la musique ne fut plus audible, il récupéra ses sens normaux.
Et en voyant le vide, il fut prit d'un haut le cœur. Et vomit son déjeuner dans le ciel.
Foutu vertige... Il avait besoin de redescendre par terre. PAR TERRE !
Anod fit un piqué, et se posa sur le sol du lycée, ou il reprit avidement son souffle. Il devait l'admettre... Il s'était fait démolir en combat par ces deux la. Tch, il n'était pas au point.
Revenir en haut Aller en bas
Itsuki Kakushi
avatar
Nombre de messages : 42
Age : 18
Localisation : Juste là.
Humeur : Enflammée.
Date d'inscription : 08/02/2013

†Fiche Personnage†
Level: B+
Race de Monstre:
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Sam 27 Avr - 10:40

Atsuka était prête à se battre très sérieusement, son habitude des blessures lui permettant d'ignorer le tiraillement de celles provoquées par les armes de son présent adversaire. Néanmoins, elle faiblissait, ses attaques répétées l'empêchant de reprendre son souffle, et la fatiguant au fur et à mesure. Elle fit un bond en arrière pour souffler, haletante. Mais c'était loin d'être fini.

Son attention fut détournée par un déclic, et elle jeta un oeil aux autres personnes présentes. Une arme à feu était pointée sur la Siffleuse, mais, bien vite, un morceau de verre se ficha dans un des membres du possesseur du flingue. Sans perdre une seconde, Aysuka vida so esrit des quelques distractions, se concentrant essentiellement sur monsieur Itochi. Elle se devait de le faire perdre, voire de le tuer, quitte à y laisser la vie elle aussi. Le départ de la lanceuse de verre soulagea intérieurement la démone car, se prendre un foutu débris dans le corps ne l'intéressait absolument pas.

- « J'offre mes prières à...UGH ! »

Oh ça non, pas question que tu offres tes prières à qui que ce soit mon coco ! Atsuka bondit, dans l'intention de le tailler en pièces, mais ilm esquiva habilement, l'empêchant d'atteindre son but. L'attention de la démone fut détournée une fois de plus par la Siffleuse qui, désormais, chanter. Dès l'instant où sa voix parvint à ses oreilles, elle sentit le danger et, par précautions, sortit de la poche de sa chemise des boules Quies -elle en gardait toujours, pour quitter ce bruyant monde si l'envie la prenait. Une fois les sons étouffés, elle fixa son adversaire.

Adversaire qui parlait. Et meeeeeeerde. Elle retira prestement ses protections, à contre-coeur. Elle avait déjà manquer un bout de son discours, mais tant pis. La main toujours sur son épée, elle restait sur ses gardes.

« …Mademoiselle la musicienne, maintenant que « la menace » est partie, vous devriez peut-être reconsidérer votre opinion de vouloir nous tuer, et condamner le lycée avec nous. Pour ma part... Je vais essayer d'aller le sauver, en m'occupant du kekkai. Désolé pour toi, Gene... Mais j'ai bien peur que tu doives t'enfuir. »

Euh... What ? Fronçant les sourcils, Atsuka vit l'homme s'enfuir en... Volant. D'accord... Déduisant ainsi qu'ils avaient gagné, elle regarda la Siffleuse, et sourit malgré elle. Son objectif était atteint. Bizarrement, elle n'était pas touché par le chant de la jeune femme ne l'atteignait pas -peut-être était-ce dû au fait qu'elles étaient "alliées"...

Poussant un soupir fatigué, elle tomba sur le sol, haletante. Elle n'avait pas pu tuer cet homme, mais au moins, elle avait gagné. Enfin, son attention se concentra sur une alarme, et sur ses paroles. Apparemment, un autre problème se posait. Et un gros. Remarque... Elle était bien trop fatiguée pour défendre quoi que ce soit, Antithèse ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Gene De Laudreuil
avatar
Nombre de messages : 23
Age : 21
Date d'inscription : 15/02/2013

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: élémentaire de feu
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   Sam 27 Avr - 11:35

Mais qu'est ce que c'est que ce bordel ?!! Je viens de me prendre un bout de verre dans l'épaule !! Ça fait mal non d'un chien !! Je peux plus bouger mon bras !! Mais c'est pas vrai ?! D'où il sortait celui-là ?! Et qu'est-ce qui m'arrive ? J'ai mal mais il y a autre chose... Mon rythme cardiaque s'est accéléré, et mon cerveau est abreuvé en adrénaline... Je vois je viens tout simplement d'entrer dans une rage aveugle. Et je peux seulement penser de façon lucide. Il est temps de se prendre en main, ou tout du moins essayer... Déjà j'arrive à bouger mon bras droit, c'est un bon début. Il faut que j'enlève ce morceau de verre. Je l'empoigne fermement et je tire un bon... Bordel ! ça fait mal !! C'est fait... maintenant il faut que je referme ça... J'ai une idée, je vais prendre la mire de mon arme et la chauffer à blanc. Je la pince entre deux de mes doigts de ma main droite et use de mon pouvoir ou plutôt de ce que je sais à peu près faire. Je finis par réussir au bout de 2 minutes environ et prenait mon courage à deux mains si je puis dire, et passait l'élément maintenant brûlant sur ma plaie.
Merde, ça fait bien trop mal, j'en peux plus je vais craquer, je vais pas réussir plus longtemps à vraiment me contrôler...
Il s'était passé surement tant de choses pendant que j'étais dans mes pensées, maintenant je laissé libre cours à mon corps pour, j'imagine, tirer sur tout ce qui bouge ou enflammer tout ce qu'il touche... tant pis... Je n'ai pas la moindre idée de comment cela va se passer. Je n'avais rien entendu de ce qui c'était passé dans mon environnement, ni même de ce qui avait était dit par les autres occupants de la pièce, mais instantanément je m'entendis parler

-CREVEZ !!!!!!!!!!

Et malgré l'élan donnait dans le bras droit, il se stoppa net, qu'est ce que c'est encore ? Mes paroles me résonnaient dans la tête, elles me martelaient le cerveau et déchiraient mes oreilles. Qu'est ce qui passe à la fin ? Je ne sais pas mais me connaissant je vais encore avoir plus mal à la tête si je réagis comme cette fois-là....

ARRÊTEZ ÇA !!!!!

Et ben voila... mon bras gauche empoigna le deuxième pistolet accrochait au holster, et je me mis à tirer à tout va comme un imbécile, vidant ça et là mes chargeurs. Je hurlait de douleur intérieurement, et extérieurement ça devait être un hurlement mélangeant de la souffrance et de cette frénésie presque digne d'un lycan... Je me faisais tellement mal à la tête et aux oreilles mais en plus de ça je venais de rouvrir ma plaie à l'épaule. Et comme si ça suffisais pas j'enfournais un nouveau chargeur dans chaque arme. L'amplification des détonations à cause de je ne sais quel phénomène accentuait la douleur. Et enfin je faiblissais, il était temps c'était de plus en plus insupportable; Mon corps tomba à genoux, les mains crispées sur les crosses polies.

Je vais... tous... vous... tuer...

La douleur, la colère, l'hémorragie, tout cela accumulé me firent tomber dans l'inconscience, ainsi, je m'effondra sans résistance sur le sol. C'est fini ça y est ? Mais comment vont réagir les autres ? Le psychologue pourra-t-il me défendre ? Enfin surtout, es-ce qu'il est toujours la ? Et s'il n'est plus la, les opposants vont-ils me tuer ? C'est fort probable, serai-ce donc la fin de tout, ici, peu de temps après mon arrivée dans ce lycée ? En tout cas, désolé petit frère j'ai pas tenu ma promesse, et P'pa on se reverra peut-être un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: "Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Nous ne sommes pas vaincus !" [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nous ne sommes qu'un [LIBRE]
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.
» Nous ne sommes pas là pour vous faire du mal - Feat Laurelin
» « Nous ne sommes les valets de personne » † Lusitania & Libre
» « Nous ne sommes que témoins de notre apocalypse » || TOUT le clan de l'ombre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Hors RPG :: Partie 1 :: Diversion et chaos.-