AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Point de chute : le gymnase. [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bruna Brumelune
avatar
Nombre de messages : 50
Age : 29
Date d'inscription : 20/03/2013

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Origine
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Point de chute : le gymnase. [libre]   Mer 3 Avr - 11:32

La terreur et l'affolement régnaient autour d'elle, la faisant saliver comme un loup devant une bête blessée. Une petite étincelle et tout exploserait. Quel délice ce serait !

Bruna était sortie ce soir là, chasser dans la forêt. Elle n'avait pas pu s'accorder de massacre depuis son arrivée, tous les élèves qu'elle croisait étant inconnus du monde humain. Alors malgré le froid et le mauvais temps, elle avait fait le mur comme une adolescente midinette, armée uniquement de son sac à dos et de ses grands yeux rouges, et s'était réfugiée dans les bois, toute seule, espérant de tout son coeur trouver quelqu'un pour lui tenir compagnie.
Le reste de la nuitée n'aurait vraiment pas été au goût d'une adolescente. Vraiment pas.
Au petit matin, elle avait laissé ses jouets finir leur partie tout seuls pendant qu'elle enfilait des vêtements propres et se rinçait le visage et les mains. Elle laisserait les sales dans un coin sombre, l'odeur du sang la rendant trop aisément repérable pour qu'elle prennent le risque de les ramener de suite. Un dernier regard lancé derrière elle, vérifiant que ses proies n'avaient plus de pile, et puis départ pour l'école.

Dès son retour, elle comprit que quelque chose se passait : des hordes de mort-vivants occupaient la cour, devant son bâtiment. Elle fit le tour, essayant de comprendre ce qu'il se passait. Etait-ce un bizutage des plus anciens, ou une réelle attaque ? Devait-elle garder son masque ?

Quelqu'un avait sauté sur elle, essayant de la plaquer au sol. Elle lança un coup de coude en arrière et profita de sa douleur pour s'éloigner de lui. C'était un adolescent à la carrure impressionnante et au visage rude, un katana à la ceinture.
Un katana. Les armes étaient interdites dans l'école, sauf pour les membres du comité. S'il n'en était pas, il n'était pas un innocent. Un frisson la parcourut à cette idée alléchante.

- Qui es-tu ?

Un sourire fou aux lévres, il lui répondit avec emphase : Ta mort, gamine. Tu vas crever ! Nous sommes trop nombreux !

Bonne réponse pour elle. Et plusieurs coupables en vue. Elle allait se régaler.

Elle s'était rapprochée de lui, lentement, prête à lui soutirer toutes les informations possibles. Et il avait parlé, oh oui. Un vrai moulin à paroles après quelques minutes entre ses mains expertes. Il avait même chanté d'adorables cris de souffrance jusqu'à ce qu'elle l'étrangle avec son propre kimono. Une proie selon son coeur - ou selon le coeur de quelqu'un, en tout cas

Mais ça n'avait été qu'un hors d'oeuvre. Le vrai repas se profilait à l'horizon, d'après ce qu'il lui avait révélé.

Mais les informations avaient été gardé en partie secrétes, et elle ignorait ou les autres attaquants se trouvaient. Par contre, elle savait où ils frapperaient ensuite : là où les élèves seraient rassemblés.

Point de chute, le gymnase.

On l'avait fait entrer directement après qu'elle ait tambouriné à la porte, des larmes factices dans les yeux. Pas de vérification de son identité, pas de fouille, rien. On lui avait juste ouvert le battant, adressé deux phrases l'encourageant à ne pas craquer puis jeté dans la foule affolée. Aucune surveillance, aucun suivi, rien.
N'importe quel membre de l'Antithèse avait pu s'infiltrer ici. Et s'ils avaient deux onces de jugeotte, ils attaqueraient sous peu, profitant de la désorganisation Et elle ne pourrait rien faire pour se défendre sans griller sa couverture.

Il fallait changer la donne. Fournir à l'antithèse l'occasion d'attaquer et les contrecarrer dans la panique qui en résulterait. Pour ça, rien de mieux qu'une émeute controlée.

Luna sentit Bruna lutter pour essayer de prendre le contrôle et retint un soupir. Quelle paranoiaque ! Elle pouvait bien sûr agir malgré son désaccord, mais pourquoi devrait-elle supporter les cris de la Déchue alors qu'elle ne faisait rien de mal selon ses critères ? Lui expliquer la situation, vite.

Tous les faibles sont rassemblés ici, Bruna. Ceux qui mouillent leur culotte de peur, ceux qui n'ont pas de pouvoirs, ceux qui n'osent pas se défendre. Tous les faibles. Il serait tellement facile de commettre un massacre... Penses-tu que l'Antithèse ne le sait pas ?

Mais les membres du comité...

Ne sont pas là. Si quelqu'un de responsable était ici, tout ce petit monde ne courrait pas comme des poulets sans tête. Il serait si facile de les prendre au piège ici, regarde. Si facile... Dans ce lieu clos, sans surveillance, la moindre goutte de sang suffirait à les faire hurler à la mort, à s'enfuir, se piétinant les uns les autres, se marchant dessus comme des rats quittant le navire. Juste une goutte...

Luna !

Bruna sentit l'équivalent d'une gifle mentale la frapper.
Elle devait se reprendre. Ne pas céder à la tentation.
Oui, mais ce gamin était passé si vite... Elle en voulait plus !

Pas les faibles, pas les innocents !

Toujours ce fichu crédo. Qu'elle les garde ses faibles, l'ange-gardienne. Elle, elle voulait du sang, de la souffrance, de la lutte. Que son adversaire se rende compte de son impuissance petit à petit. Qu'il souffre dans son corps comme dans sa tête de sa défaite. Qu'il se refuse à appeler la mort pour se soulager de ses souffrances. Elle se sentirait tellement bien quand il en appellerait enfin à sa pitié, après des heures de torture.

Les faibles ne m'intéressent pas. Si je te promets de ne pas toucher à un seul de leurs cheveux, tu me laisseras le champ libre ?

Tu les laisseras en paix ?

Je vais probablement même leur sauver la vie. Ce doit être mon coté angélique qui ressort.

Elle sentit Bruna reculer, se mettre en arrière. Elle resterait aux aguets mais n'interviendrait pas tant que Luna ne faisait rien d'aussi stupide que de massacrer un "innocent" de l'école.
Qu'elle surveille.

Un groupe d'élèves agités arrivaient dans sa direction ; la veste de l'un d'entre eux portaient des éclaboussures de sang.

La gentille Bruna détourna la tête, prise d'un haut le coeur, et recula pour se mettre le plus loin possible. Tant de violence, tant de sang... comment pourrait-elle survivre à tout ça ? Elle alla se réfugier quelques mètres plus loin, à distance de ces gens si dangereux. Ne pas se faire repérer, elle était si faible !

Luna chercha mentalement les fils et envoya son pouvoir les suivre, remontant le long de la gaine électrique. Un peu plus haut, encore un peu, jusqu'à rejoindre les néons luminescents qui répandaient leur éclat jaunâtre sur tout ce petit monde, contribuant à calmer la panique.
Panique... Qu'elle aimait ce mot.
Les néons grillèrent dans un bel ensemble, des étincelles fusant en tout sens. Des cris d'alarme fusérent, résonnant de plus en plus fort dans la salle désormais obscure.

Bruna écarquilla les yeux, tâtonna en direction de la sortie de secours. Quelques élèves plus raisonnables essayaient de calmer la foule apeurée, leur prodiguant des paroles qu'ils espéraient réconfortantes. Sans résultat ; les gens commençèrent à se presser, se pousser, se donner des coups, comme des rats essayant de fuir un navire en train de couler. Bruna, maigre et frêle, se retrouva à la lisière de la foule puis propulsée en dehors.

Ils étaient mûrs.

Elle s'appuya sur le mur pour se redresser et manipula le système d'alarme tout proche pour que la sirène d'incendie retentisse.

Que le jeu commence !
Revenir en haut Aller en bas
Kira Okami
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 18
Localisation : bleh
Humeur : putain j'étais vraiment une gosse en 2012. quelle kikoo.
Date d'inscription : 03/07/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Inugami.
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Point de chute : le gymnase. [libre]   Lun 8 Avr - 1:54

Réveil. Quoi ? Vacances ? Ah oui, c'était ça. C'était certainement pour ça que la louve était encore au pieu quand une vois désagréable retentit. Grognant de mécontentement, elle faillit ne pas faire attention aux menaces, mais ses oreilles se dressèrent.

Ah oui. Attendez... Où est-ce qu'elle était ? Il faisait noir, ça puait le sang et la trouille. Elle se releva, mais un éclair de douleur traversa sa patte avant gauche. Aïe. Qu'est-ce qu'il s'était passé déjà ? Elle se rappelait d'un combat, d'une odeur de brûlé, et... Elle était tombée. Comment avait-elle fait, telle était la question. Apparemment, elle n'avait pas fait de trou en s'écrasant sur le sol. Bon, diagnostic des blessures.

Son dos était en partie brûlé, et lui faisait un mal de chien. Mais le pire restait sa patte avant. Elle était apparemment cassée, et c'était externe, la louve s'entait que l'os pointait juste sous la peau. Beurk, et merde. Marchant sur trois pattes, elle chercha à trouver un espèce de piédestal, pour se poser dessus et demander ce qu'il se passait ou, au besoin, calmer les élèves. Mais cette fichue alarme l'empêchait de réfléchir correctement. Bon, déjà, forme humaine, pour s'exprimer. Mais elle devait garder un minimum de pudeur, et, Changer en étant blessée comme ça, ça faisait terriblement mal, surtout si elle voulait garder une sorte de robe de poil.

L'animal inspira, expira. Deux fois. Trois fois. Puis elle ferma les yeux, et imagina qu'elle avait de la fourrure sur ce qu'il fallait cacher, et se transforma. Aussitôt, une douleur horrible lui traversa la patte, alors que ses os bougeaient pour prendre forme humaine. Elle en lâcha un gémissement et quelques larmes de souffrance. Bordel. *Allez, encore un peu. C'est presque fini Kira.*

Personne ne la voyait, tout le monde était occupé à se vriller mutuellement les tympans en hurlant comme des dingues. Ils pouvaient pas la fermer ? Non, hein ?! C'était pas dans leurs cordes de fermer leurs gueules cinq minutes ! Sifflant de colère, l'animorphe parvint néanmoins à devenir humaine, après un douloureux changement. Collant son bras invalide sous sa poitrine, elle partit à la recherche de quelque chose lui permettant de se hisser plus haut que tous ces élève terrifiés.

Finalement, elle trouva une grosse caisse en bois, et se hissa dessus, dépassant désormais de deux têtes tous les élèves. Il était temps de calmer tous ces crétins. Se raclant la gorge, elle rejeta la tête en arrière à laissa un hurlement lupin franchir ses lèvres, pour attirer l'attention de tout le monde. Le silence se fit dans la salle. Satisfaite, la louve s'exprima d'une voix claire et forte, pour que personne ne perde une miette de son discours, malgré le bruit de l'alarme incendie.

-Bonjour à tous ! Comme vous l'avez certainement vu, le lycée se fait attaquer ! Mais n'ayez pas peur, les ennemis sont dehors, pour le moment ! Je m'appelle Kira Okami, élève. Je sais que ma parole n'est pas importante, mais je parle pour tous ceux qui sont en train de se battre pour protéger l'établissement ! Ces vacances s'annoncent mouvementées, et terrifiantes pour la plupart ! Mais il faut garder son sang-froid et se préparer à vaincre l'Antithèse ! Vous vous pensez trop faible ? Eh bien mettez-vous à plusieurs ! Mais n'oubliez pas que nous défendons, et pas que nous attaquons ! Ne faites rien pour engager le combat, mais, si des ennemis arrivent, préparez-vous à les réduire au silence pour le bien de Yokaï ! Ils se sont attaqués à plus forts qu'eux, et nous allons leur montrer !

Sans descendre de sa caisse, elle se pencha pour crachoter, l'odeur de trouille s'étant néanmoins réduite au fil de ses dires. Il ne restait plus qu'à défendre le gymnase. Elle n'avait pas peur, mais haïssait déjà ces connards. C'était son premier jour de vacance, et avoir gâché sa matinée l'énervait au plus au point. Parce que oui, ça avait été une matinée bien merdique, il fallait l'avouer.

En se penchant, elle sentit du sang, son sang, et passa un coup de langue sur ses lèvres, ses pupilles s'enflammant. Arg, ce doux parfum, qu'il était enivrant... Stop. Déglutissant, elle se força à rester calme. L'alarme était gênante, il lui fallait l'éteindre. Se redressant, elle goûta l'air. Ca ne sentait absolument pas le feu, ou la fumée. Mais oui ! La raison pour laquelle personne ne trouvait les flammes, c'était qu'il n'y en avait pas ! Ce qui signifiait aussi que quelqu'un s'amusait à trafiquer le système.

Nouvelle mission : Trouver le responsable du déclenchement de l'alarme, et le tuer. Enfin... Essayer. Déjà, le trouver serait pas mal. Son odorat allait lui servir.

Reniflant comme un chien, elle chercha une odeur de joie mauvaise. Car oui, si ç'avait été actionné par un élève, il serait certainement heureux d'avoir fait paniqué tout le monde. Peut-être un peu de colère, aussi, comme Kira avait réussit à les calmer.

*Même si je ne trouve pas tout de suite, je ne dois pas abandonner. En avant, mode clebs enclenché ! Espérons que mon bras ne sera pas un gros handicap.*
Revenir en haut Aller en bas
Bruna Brumelune
avatar
Nombre de messages : 50
Age : 29
Date d'inscription : 20/03/2013

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Origine
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Point de chute : le gymnase. [libre]   Mer 17 Avr - 12:14

La chute de cette animorphe avait d'abord amplifié la panique, puis avait contribué à la calmer. Les mots n'avaient pas eu tant de sens que cela aux oreilles des êtres épars qui composaient cette foule, mais ce ton dur, ces ordres, cette voix qui exigeait.... autant de choses qui rassuraient les esprits apeurés. Donnez leur un chef, et ces moutons se prendront pour des loups.
Pitoyables loups, qui ne disposaient même de l'instinct de survie adéquat... Votre chef n'est qu'une gamine blessée qui tient à peine debout, rien qu'un pantin cassé. Vous êtes et resterez des moutons.
Le loup est dans la bergerie, petits moutons. Et il veut que vous sortiez, que vous soyez les appatS. Foncez, bêlez, qu'il puisse abreuver sa soif de sang de prédateurs.
Fuyez.

Luna pensait, mais Bruna n'en montrait rien. Toujours en appui sur mur, elle était comme les autres proies : buvant les paroles de leur sauveuse en poils, inspirant doucement pour retrouver son calme, sa pensée. Elle sourit en même temps que les autres, petite brebis prête à défendre son troupeau bêlant. Ils vaincraient à coup sûr.

Quand la louve eut fini son petit laius, elle échangea un regard avec ses voisins. Elle fit quelques pas, se pencha pour aider l'un d'entre eux. C'était une jeune femme, jeune, avec un regard enfantin. Sa jambe saignait doucement, créant une auréole carmin sur son pantalon blanche.
Sang. Si l'animorphe venait, l'odeur la noierait.
"Debout, nous allons survivre..."
Elle hissa la jeune fille sur ses pieds, savourant rapidement le pic de douleur qu'elle ressentit lorsqu'elle lui tint le bras pour assurer son équilibre. Même sans AT, elle pourrait déguster encore un peu de souffrance avec cette mini-émeute.
"Viens, appuie toi sur le mur pour avancer..."
Elle l'aida à avancer, jusqu'à se mettre sous le haut-parleur.
Bras tendu contre le mur pour porter son poids.
Manipulation remontant le long du réseau des amplis.
Surcharge.

Les hauts parleurs se mirent tous à émettre un signal sonore atroce, vibrant, perçant les tympans.

Personne ne pourrait rester ici. Les moutons ne supportent pas le bruit.
Et les petites animorphes non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Kira Okami
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 18
Localisation : bleh
Humeur : putain j'étais vraiment une gosse en 2012. quelle kikoo.
Date d'inscription : 03/07/2012

†Fiche Personnage†
Level: A
Race de Monstre: Inugami.
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Point de chute : le gymnase. [libre]   Ven 19 Avr - 14:51

Douleur.
Enervement.
Encore douleur.

Néant total. Il n'y avait Rien, rien, rien... Pas la moindre piste, pas la moindre odeur. Que dalle. Mais Kira s'était promit de trouver ce foutu emmerdeur qui avait fait sauter les plombs et activé cette alarme. Donc elle le ferait, quitte à ce qu'elle pète un boulon. L'animorphe, dans sa tenue étrange, renifla, encore, et encore. Elle furetait partout, comme un vulgaire chien. Manquait plus qu'elle frétille de la queue, et ça serait le bouquet.

Gardant un minimum de calme, le petit animal blanc comme neige s'arrêta et leva le nez. Peut-être était-ce plus haut... Elle allait tenter de se hisser quelque part lorsqu'un élève la bouscula, touchant dans le même mouvement son bras. Bordel. Un pic de douleur traversa le membre, faisant glapir la petite louve. Ses pensées ne furent bientôt que remplies de "Foule de mes deux, dès que j'sors j'en bouffe un" et de "Mais où est cet enfoiré que j'lui fasse gentiment saluer le mur ?!".

Douleur.
Enervement.
Encore cette putain de douleur.

Trébuchant, Kira allait atteindre le summum de l'agacement, la patience n'étant pas son fort, lorsqu'un bruit strident la fasse sursauter. Puis gémir. Par réflexe, ses deux bras se soulevèrent pour boucher ses oreilles. Mauvaise idée. AIE BORDEL DE... L'os finit par transpercer la peau, et le sang gicla. Merde. Merde. Merde. Un gémissement s'échappa des lèvres de l'animorphe. Aïe. Aïe nom de Dieu !

*Calme-toi. Inspire. Expire. Encore. Allez. T'as déjà été blessée non ?*

A ce point-là ? Non. Déglutissant, la louve fut tirée de ses souffrances... Pour d'autres douleurs, bien plus puissantes. Les haut-parleurs lui déchiraient littéralement les tympans, son ouïe ultra sensible était sur le coup un handicap. Tombant à genoux, elle sentit le signal sonore entrer dans ses oreilles, et une seule idée, un seul objectif lui permit de se relever.

Sortir.

Et sortir vite, avant qu'elle ne perde connaissance. Un mur bénit lui offrit ses services, le bras valide de l'animal s'y appuya volontiers, et elle commença une marche aussi lente que douloureuse. Un pas, deux pas... Allez, encore ! Seule une volonté d'acier la faisait encore marcher, si elle ne l'avait pas, elle se serait écroulée depuis bien longtemps.

Mais ses forces la quittaient peu à peu, et elle tituba jusqu'aux hauts-parleurs et vit quelques personnes. Sa vue se brouillait, ses oreilles saignaient, tout comme son bras. Elle ouvrit la bouche, et sa voix, faible dans le bruit, retentit néanmoins.

-Eteignez...

Rien avant, rien après. Juste une demande, même pas un ordre. Une supplication. Petite chose sanguinolente tomba sur le sol, toujours consciente, mais incapable de se porter seule. Tout ce qui indiquait qu'elle était en vie, c'était ses gémissements de souffrance, son ouïe fine la faisant souffrir à un point jamais atteint.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Point de chute : le gymnase. [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Point de chute : le gymnase. [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ada ? point de chute, point de fuite.
» La famille Aventheim, du point de vue d'Aria [Libre]
» MJ Exil - Point de chute
» Obama en chute libre ...
» La chute d'Arnor.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Hors RPG :: Partie 1 :: Diversion et chaos.-