AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est si bon de souffrir ~ [PV_Bruna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marya Issakov
avatar
Nombre de messages : 15
Age : 22
Localisation : Lycée Yokai
Humeur : ...
Date d'inscription : 11/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Zombie, ancienne Vampire
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: C'est si bon de souffrir ~ [PV_Bruna]   Lun 1 Juil - 11:02



Marya Issakov ? Un gentille brin de femme.

Une collègue discrète.. Assez mignonne.

Non, désolée, je connais pas.

C'est la femme de ménage non ? Oui, je vois. Je jalouse ses cheveux blancs. Ils sont si soyeux.

Moi, ce sont ses yeux qui m’hypnotisent, impossible de la lâcher du regard.

Oui ! On dirait deux lapis-lazuli.

Elle est étrange tout de même.. Une mystérieuse beauté.

Aussi douce qu'un agneau.

Pour sur, elle ne ferait pas de mal à une mouche.

...

Tu peux t'enfuir au loin sach-... Va y, va y fuit puis-.. Nul n'entendra tes cris..~

C'est un bien beau portrait que vous dressez la de notre petite Maid. Tout être, aussi doux soit-il, est confronté à un moment ou un autre, à son Némésis. Et non, je ne parle pas de notre Xénochou préféré qui dort dans les conduits de notre très cher lycée Yokai. Je parle ici, de notre ennemi numéro Uno.. Et parfois. Il s'agit de nous même, où du moins.. Un double assez casse couille et bourrin de nous même. Et comme toute bonne vampire badass, notre petite russe -bien que réduit au rang de zombie, à conserver son ancien double vampirique.

Et c'est LA, que tout bascule.

Minuit sonne ~

L'Astre est écarlate ~

Et les éclats de rires fusent~

Une douce folie glisse et tapisse le corps de notre pauvre zombie. Esclave de ses envies, de sa faim. Elle tombe à genoux, hurlant comme un Adam-garou les soirs de pleines lunes. Elle tente mais échoue. La faim est trop forte. Du sang, de la chair. Ses mains font pression sur sa boite crânienne comme si elle pouvait encore garder la boite de Pandore fermée.. Elle le sait, c'est inutile. Elle l'entend, faire surface.. C'est trop tard. La maid n'est plus elle même. Ce n'est même plus une morte vivante, plus un alliage instable entre un vampire et un zombi. Un rire s'échappait d'entre ses lèvres translucides alors qu'elle se redressait. La tête incliner sur le côté, le rire perçait à travers sa crinière ébène qui couvrait sa bouille, tandis que les deux rubis brillant scrutaient ses proies. Dans son aliénation, Marya avait poursuivi un jeune couple d'animorphe, visiblement apeuré par notre vilaine Maid so dark, où plutôt son électron anarchiste dans son esprit serein et dompté, son double vampirique, Alma.

Good bye, gentille petite zombie soumise..

Good morning, vilaine furie assoiffé..

Ou plutôt.. Bloodmor- Night.

Courrez.. Courrez tant que vous le pouvez.

Leur course était vaine.. Zombie infatigable, vampire assoiffé.. Rien ne pouvait l'arrêter. Qu'est ce qu'elle avait à perdre de toute manière ? Seulement y avait-elle pensé ? Biensur que non. Cette chose n'a pas de conscience propre. Ce n'est plus qu'une bête qui réagit à ses instincts primaires. En parlant d'instinct, les deux animorphes effrayés avaient tenté de semer leur poursuivante dans l'entrepôt.. Bande d'idiots. Ils étaient perdus. Deux proies cloitrer dans un enclot avec le pire des loups.

C'est pas l'heure de jouer à cache-cache..

C'est l'heure du gouter..

Trouvé !

Alma, ici présente, craqua ses articulations une à une -autant dire que ça fait beaucoup de craquements !- en voyant les deux animorphes se transformer, leur instinct de survit c'était enfin déclenché ? La russe ria en voyant un loup et un renard pointer le bout de leur museau et grogner après elle, et encore plus lorsque l'animal au pelage roux se jeta sur son mollet pour le mordre violemment. Pauvre fou. Elle ne ressent rien. Prenant son temps pour enlever le gant de sa main droite, elle regarda l'animal au pelage taché de sang.. Il avait peut être enfin comprit, qu'il ne servait à rien de résister ou de se battre face à se monstre. Rien ne l'arrêterait.. Une jambe en moins, un bras, blessée, éventrée.. Elle se relèverait encore et toujours pour avoir leur peau. Une fois sa main mis à nue, Alma attrapa le renard par la peau du coup, il allait regretter son acte emplit de courage. Elle arrache à main nu, la fourrure du petit rouquin, et sans autre forme de politesse, elle le jeta sur son comparse qui avait reprit sa forme humain, aller savoir pourquoi, par peur peut être ? L'animorphe loup attrapa son camarade et tomba à la renverse. Alma se tenait debout face à eux, ses doigts couvèrent de sang glissa jusque dans sa bouche, les suçant goulument pour enlever l'hémoglobine ruisselant sur ces derniers. Le jeune homme se dressa sur ses pattes, filant comme l'éclair, ou plutôt comme si il avait la mort au cul. Et c'était le cas.

Tu peux t'enfuir au loin sachant que c'est la fin ~

Va y va fuit, les ombres de la nuit ~

Puisque c'est pour ta vie, nul n'entendra tes cris ♥

Après une bonne dizaine de minutes à se faire courser par le monstre qui marchait tranquillement en chantonnant.. Il décida de faire face à elle, posant son ami écorché à vif dans un coin sombre. Il allait lui montrer qu'il avait des balls, et pas des petites. La paume de sa main glissa sur le manche de son katana qu'il sortit et le pointa en direction d'Alma, qui s'arrêta de marcher. Sa tête pencha légèrement sur le côté, on aurait dit une de ces vieilles poupées de porcelaine posée sur une étagère poussiéreuse.. Le rendu était assez flippant. Mais il ne se découragea pas pour autant.. Alma, elle.. Fondait sur sa proie, et s'embrocha elle même sur l'arme dans un rire grinçant et absolument atroce. Elle planta ses crocs vampiriques dans la chair de l'homme, la joue pour être plus précis, une partie tendre qu'elle affectionnait tout particulièrement. Elle mâchouilla la viande jusqu'à lui arracher un gros bout de steak et un cri sanguinolent. Elle avala le tout avant de reculer et de retirer le katana planter dans son ventre.

Chienne, tu vas payer pour ce que tu vas pay-

Dans l'entrepôt, personne ne vous entend crier..♥

Salope !

Ohoh.. Insulter une vampire zombifiée qui veut vous manger n'est peut être pas la meilleure idée du monde.. Après, c'est sur que si vous sentez la fin venir, autant placer une petite dernière non ? Mais, Alma avait une horreur folle des grossièretés.. Non mais un peu de respect dans ce monde de fou ! Le monstre joua avec l'arme le faisant passer d'une main à l'autre, réfléchissant à comment punir ce petit ingrat malpoli. Dans un sourire, elle s'approcha du garçon qui était à quatre pattes, crachant du sang et couinant comme une gonzesse, elle tapota sa tête avant de passer derrière lui.

Tu connais la Master Sword ?

Oui... Et alors saloperie !?

Eh bien maintenant.. Tu vas connaitre la Sword of Sodomie !

Sur ses mots, elle empala l'insolent par euh.. l'arrière jusqu'à la garde, pas de quoi faire tout rentrer malheureusement. Alma regarda la brochette de viande tomber sur le côté dans un sourire satisfait. Elle vint se mettre accroupit près de lui dans un petit rire monstrueux. La russe se pencha vers le cadavre encore chaud, elle pouvait dès à présent se nourrir tranquillement sans avoir à courir après sa viande.

Sanglante Reine,

Âme sans peine,

Vide le sang dans leurs veines.

Hinhin.. On est moins bavard maintenant ♥ ?
Revenir en haut Aller en bas
Bruna Brumelune
avatar
Nombre de messages : 50
Age : 29
Date d'inscription : 20/03/2013

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Origine
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: C'est si bon de souffrir ~ [PV_Bruna]   Mer 28 Aoû - 16:32

Morphée était depuis longtemps passé dans la chambre obscure. Du lit au fond de la pièce s'élevait un ronflement distingué, régulier comme une scie circulaire. La dormeuse - car oui, en dépit des borborygmes émis entre deux brlrrrreuuuuuuh, c'était bien une demoiselle qui dormait sous cette mince couette - était plongée dans un profond sommeil d'où même un orchestre symphonique n'aurait pu la tirer.

L'heure de la chasse avait sonné.

Luna rejeta la couette de son propre lit et s'approcha de l'autre lit occupé. Le pouls était bon, le souffle régulier. Le somnifère agissait bien, elle était assurée d'être tranquille pour au moins six bonnes heures. Sa camarade de chambre au sommeil d'ordinaire si léger pourrait attester de sa présence si besoin était - mais on n'en arriverait pas là. Pour prouver sa présence sur les lieux de ses crimes, il aurait fallu que ses victimes survivent, et ça n'avait encore jamais été le cas jusqu'à maintenant.

La fenêtre s'ouvrit alors qu'elle saisissait son sac chargé de ses outils - le don de Manipulation était un avantage certain pour ce genre de situation. Sans prendre garde au vide, elle entreprit de sortir de la pièce et se tint sur l'air solidifié le temps de refermer la fenêtre, prenant même la peine de remettre le crochet de sécurité - on ne savait jamais, avec tous ces malfrats. Une fois ceci fait, elle entreprit de descendre vers le sol, vérifiant attentivement que personne ne la suivait. Non, personne. Théoriquement, la prochaine ronde ne passait pas avant vingt bonnes minutes mais excès de sécurité ne pouvait pas faire de mal.

C'est qu'elle ne prévoyait pas de "juste" faire le mur, non. Oh non.

Direction l'entrepot désaffecté, où ses deux futures victimes se rendaient tous les vendredi soir pour régler leurs petites affaires. Deux animorphes loup et renard qui usaient de leurs dons de métamorphose pour espionner puis faire chanter les élèves de ce lycée. Un soir par semaine, ils se donnaient rendez-vous dans ce local abandonné pour faire le point sur les versements effectués et chercher de nouvelles victimes à faire chanter. Deux ignobles lascars qui n'hésitaient pas à se faire payer en nature si besoin, ou à forcer leurs victimes à commettre des actes répréhensibles pour éponger leurs dettes.

Elle espérait que Loux et Rouky avaient bien profité de leur soirée. Parce qu'ils n'en verraient pas d'autre.

Sauf que quelqu'un d'autre avait visiblement eu la même idée qu'elle.

Avant même d'entrer dans le bâtiment, elle sentit que quelque chose clochait. Silence lourd, mortel, là où d'ordinaire les discussions entre les deux ignobles découpaient en lambeaux le calme soyeux de la nuit. Dans l'air tiède, un relent métallique qui ne trompaient pas. Du sang. Frais, pur. Récent.

Quelqu'un aurait il eu le culot de s'en prendre à ses proies ? Si tel était le cas, sa vengeance allait être sanglante. Elle avait soif, soif de souffrance, soif de douleur, soif de sang. Et elle ne supportait pas qu'on touche à ses affaires. Ces deux monstres était sa possession à elle, uniquement. Personne n'avait le droit d'y toucher sans sa permission.

Luna préféra éviter l'entrée principale. Au cas où. D'abord se rendre compte de la situation. Peut-être se faisait elle des idées après tout. Un des deux avaient peut-être décidé d'amener une de ses victimes ici et de faire couler son sang, de la torturer pour la motiver. Si tel était le cas, elle se sentirait soulagée. Bruna ne pourrait rien lui opposer comme argument face à un crime en direct, et elle pourrait vraiment s'amuser sans craindre de "représailles" de son double angélique.

Passage par un fenêtre en hauteur. Le bâtiment était sombre, très sombre ; la seule source de lumière venait de la lune palichonne à l'extérieur. L'origine se camoufla dans l'ombre, près du plafond, le temps que ses yeux s'accommodent mais elle se doutait déjà que les nouvelles n'étaient pas bonnes. Trop de sang. L'odeur âcre de la sueur, de la peur. Et flagrance ammoniaquée de l'urine, typique d'une proie terrorisée.

Quelqu'un était venu prendre sa chasse, venu dépecer son gibier. Elle le lui ferait payer.

Près de la porte, un petit tas sombre. Un corps inerte, recroquevillé en position foetale. Le sang s'étalait autour sur le béton fissuré, auréole rubis parant le tout d'une macabre beauté. Un bras tendu vers le battant, doigts écorchés et crochus, ongles dans le béton, comme si l'être là avait tenté avec son dernier souffle de rejoindre l'extérieur, la lumière, la lune. Avait tenté d'aller crever en plein air au lieu de rendre son dernier souffle dans cet entrepot empestant la rouille et le moisi.

Une de ces deux cibles éliminée. A sa place. Avant qu'elle n'arrive, qu'elle puisse jouer avec, boire ses larmes de sel et tacher sa douce fourrure de son sang. Avant qu'elle ne puisse le chasser.

Elle le vengerait. Sa chasse.

Un d'éliminé. Ou était l'autre ?

Elle s'enfonça plus profondément dans le bâtiment, se dissimulant dans l'enchevêtrement de poutres de ferraille au plafond. Avancer, chercher, observer. Là. Un autre carnage. Son autre cible effondrée dans une posture curieusement raide, désormais inerte. Il puait la merde en plus de la mort. Mais elle ne prêta qu'une attention distraite au cadavre.

Quelqu'un était penché sur lui.

Des cheveux noirs assortis à la noirceur ambiante. Un corps mince, frêle, pâle sous un costume noir et un tablier blanc. Et surtout, du sang partout sur elle. Ses vêtements, ses cheveux, sa peau. Camaieu de rouge et blanc, comme un fantome mort-né qui serait venu hanter les lieux de sa venue - et de son départ - au monde.
La personne se pencha sur le corps.  Impression étrange que pendant un instant, elle allait lui décerner un baiser de conte de fée avant d'entendre un curieux bruit de déchirement, spongieux. Tête en arrière, sang frais, machouillement. L'autre mangeait.

Elle lui volait sa chasse. Tuait son gibier. Salissait son terrain de jeu. Et maintenant, mangeait les restes.

Trop, c'était trop. Elle allait lui payer tout ça.

L'origine se laissa descendre à toute vitesse du plafond jusqu'à atterrir dans le dos du mangeur de chair. Aucun bruit, juste le sifflement de l'air et le leger bruit que firent ses semelles en touchant le sol. Pas besoin de bruit pour faire peur, pour faire mal. Juste sa volonté, ses pouvoirs, son corps. Eventuellement, ses jouets. Mais pour le moment...

Attention centrée sur les vêtements de l'autre. Immobiles, serrés. Sarcophage de tissu indestructible. Essaie de te libérer de ça pour voir. De sortir. De lui échapper. De devenir sa proie. Essaie de survivre un peu.
Voix douce, légére, qui tranche dans la nuit.
On ne touche pas à mes affaires.

En route, pantin. Les vêtements bougent selon la volonté de Luna, obligeant leur propriétaire à se retourner malgré lui pour ne pas finir désarticulé. Ca viendra. Ce n'est qu'une question de temps.

Elle - car c'est une elle - est devant elle. Pâle, corps figée mais tête bringuebalante alors qu'elle se débat. Une poupée de porcelaine de taille humaine maintenue de force par des fils invisibles, dans une position impossible. Ses yeux luisent à peine dans l'obscurité, miroirs ternes. Ses traits sont agités, mouvants, son visage s'anime de multiples expressions. Dommage, car elle pourrait être belle, mais elle n'est désormais qu'un animal aculé, luttant pour sa survie.

Elle lui a volé sa chasse. Elle lui a pris son plaisir, son bonheur. Elle va le lui rendre au centuple.

La manche droite de la chemise de la femme se serre soudain, compressant l'avant bras. La chair bouge, se serre, essaie de trouver un peu d'espace. En vain. Etau de tissu incassable, elle ne peut rien faire à part appuyer sur l'os, tenter de rentrer en elle-même et dans cette tentative veine serrer les nerfs, les veines, les artères. Arrêter le sang. Et d'un coup sec, la manche se plie au milieu de l'avant bras, créant une nouvelle articulation entre le coude et le poignet. Craquement sec, craquement de pierre qui céde, et le noir du costume se teinte de rouge alors que l'hémorragie l'imbibe.

Essaie de ne pas crever tout de suite. Le jeu serait beaucoup moins drôle.
Revenir en haut Aller en bas
 

C'est si bon de souffrir ~ [PV_Bruna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La dissuader, la faire souffrir [Pv Pomona]
» Il faut souffrir pour être beau ? 31/01 - 17H23
» Je n'aime pas te voir souffrir .... Haiti
» DEBBIE + j'espère que tu vas souffrir, et que tu vas mal dormir.
» Il faut souffrir pour progresser. [Entrainement continue]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Hors RPG :: RPs finis/abandonnés-