AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Korwest Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rose Korwest
avatar
Nombre de messages : 50
Age : 20
Date d'inscription : 02/08/2013

†Fiche Personnage†
Level: S+
Race de Monstre: Plante-Garou
Karma:
80/200  (80/200)

MessageSujet: Korwest Rose   Ven 2 Aoû - 15:19


KORWEST Rose
« Qui s'y frotte s'y pique.»

NOM - Kerwood | PRENOM - Rose | AGE - 16 ans d'apparence | RACE - Rose-Garou | STATUT - Clandestine | ORIGINE - Roseraie du Lycée | OBJECTIF(S) - Survivre et détruire ceux qui ont détruit son rosier

▪DESCRIPTIONS▪



    « Une belle plante


Je comprends pas...
-Elle était juste assise là, sur ce banc, la petite dame. Avant que tout commence.
-Ouais, avant que ça péte.
-J'ai tout de suite pensé qu'elle n'était pas nette. Droguée. Shootée, comme disent les jeunes. Les yeux vides, vous voyez ? Avec une teinte pas naturelle, orange.
-Pas du tout ! Elle regardait les rosiers. Et je suis sûre qu'elle était... nostalgique ?
-Nostalgique ? Elle ?! Son visage n'a pas bougé une seule fois !
-Mais ça se sentait. Autour d'elle. Elle m'a fait penser à une rose, une rose toute seule, perdue. Une rose ambre dont les pétales se seraient dressées en deux petites couettes, une fleur camouflée dans un corps de chair...
-Quand j'vous disais qu'ils fumaient les jeunes. C'était juste une péronnelle. Avec des cheveux du genre japonais, là, avec leurs grands eux, et des vêtements bizarres. Des espèces de voiles verdâtres.
-Une danseuse du ventre, j'vous dis !
-Une tige dont les feuilles flottaient au vent...
-Et voilà qu'il repart en vrille...
-Dans tous les cas, d'un coup, elle s'est relevée et a foncé vers les jeunes qui arrachaient les roses. D'un coup, comme ça !
-Façon Terminator, si vous voyez ce que je veux dire.
N'importe quoi !
-Si. Elle avait le pas dur. Lourd. Comme un robot. Comme si elle voulait les tuer.
-Sauf qu'elle ne les a pas touchés...
-Non, elle leur a juste parlé. Quelques mots. J'ai pas entendu.
-Moi si. Elle a dit "Pas encore. Plus jamais." Sans aucune émotion.
-Quoi elle les connaissait ?!
-J'sais pas...
-Peut-être.
-Et puis ils se sont effondrés. En crachant leurs poumons.
-Pourtant, on ne sentait rien ?
-A part le pollen, rien...
-Et elle a avancé. Elle a disparu. Et eux ont arrêté de respirer...

Sous le rosier aux lourdes fleurs ambre, l'herbe ondulait sous la brise. Seule les deux empreintes de corps dessinées à la peinture montraient qu'il ne s'agissait pas d'une banale journée de printemps. Deux corps. Deux adolescents. Pas méchants, juste des petits idiots qui avaient eu envie de massacré un massif de fleurs "pour être trokool". Juste deux petits cadavres désormais, morts d'asphyie. Juste deux futurs tas de compost qui serviraient bientôt à faire pousser de nouvelles roses...

Poussière, tu redeviendras poussière...

****

DESCRIPTION DU ROSAR WESTERLAND

Westerland est un croisement artificiel de rosier issu du croisement des espèces de 'Friedrich Wörlein' et de 'Circus'.
Ce rosier buisson peut atteindre jusqu'à 2 mètres de hauteur, et il peut même être élevé comme un petit rosier grimpant dans certains cas. Il fleurit d'ordinaire de juin à l'automne en des bouquets de cinq à dix fleurs très parfumées, donc la couleur peut aller de l'ambre à l'orangé. Les feuilles et tiges sont d'un vert sombre, pouvant légérement tirer sur le bleu.



    « Extrait de Contes et légendes yokai, chapitre la Plante-Garou

Tantôt bénéfiques, tantôt maléfiques, les plantes-garou (cousines éloignées des sylphides) hantent les consciences collectives depuis longtemps.

Beaucoup de rumeurs se sont propagées au sujet de ces "yokai" : une beauté surpassant celle des succubes, des dons hypnotiques dûs à l'usage de phéromones chimiques, une grâce et une élégance sinueuse les dotant d'un sex-appeal à toute épreuve, une peau verte et luisante... une créature de rêve.

L'ironie du sort est qu'une plante-garou n'est rien de toute ça d'après NOS contes. Tout ce qui est cité ci dessus provient d'une histoire humaine, d'un "Comics" nommé Batman dans laquelle un personnage féru de botanique, Poison Ivy, entretient un lien quasi fusionnel avec ses plantes. Ladite Poison Ivy n'étant qu'une humaine, tous les a priori sur cette espèces sont infondés.

Ce chapitre a donc pour but de rétablir la vérité au sujet des plantes-garou à l'aide de nos mythes et légendes.

Pour commencer, une plante-garou – à l'inverse des lycanthropes et autres animorphes – est à la base une plante qui obtient la possibilité de se transformer en humain à volonté, excepté pendant certaines phases lunaires  (cf La paquerette et la rose de C. Grimm). Chaque plante est donc d'une espèce particulière : ce peut être une simple fleur (paquerette, rose, tulipe, ...), un arbre (qui ne se souvient pas de l'homme-chêne auprès de qui Louis IX (France) venait chercher conseil?), voire des champignons (Cf la chanson Mangez-moi).

Très territorialistes, les plantes-garou n'hésiteront pas à protéger leur territoire ou leur bosquet/arbre d'origine, ce qui explique les multiples agressions mentionnées dans les contes pour enfants. Malheur à qui brandirait un tison à l'encontre du parterre d'un géranium-garou ! On raconte que la rancune d'un de ces garous est encore plus importante que celle d'un génie cloitré pendant cinq mille ans dans une lampe à huile (source : Aladdin, le sorcier maladroit)

Sous sa forme-plante, rien ne différencie la plante-garou d'une quelconque plante excepté qu'elle conserve une certaine conscience. Elle peut donc percevoir les changements de son environnement grâce aux vibrations  - et donc percevoir d'une certaine façon les sons et mouvements , les variations de facteurs externes (lumière, ombre, température, humidité, ...) et les mouvements magiques par le biais de ses récepteurs végétaux. Elle peut également penser sous cette forme et redevenir humaine à volonté en l'espace de quelques instants. C'est pour cette raison que dans nos histoires, ces végémorphes sont toujours au courant d'énormément d'informations ; leur forme végétale leur permet de recueillir de nombreuses informations inaperçus.

Il faut quelques instants à une plante-garou pour passer d'une forme à une autre ; certains contes parlent de deux secondes, d'autres de dis minutes. Quoi qu'il en soit, c'est à cette instant là que le yokai est le plus facilement identifiable et faible ; c'est donc à ce moment là que la majorité de ces créatures perdent la vie dans les histoires.

Certains signes de son espèce se conservent sous forme humaine, ce qui la rend plus facilement repérables que sous forme végétale. Ainsi, elle en garde les couleurs et les formes (bleu pour une glycine et blanche pour une paquerette; ou un corps rebondi pour un bolet) ainsi que certaines caractéristiques. Dans son controversé Promenade dans les champs de fleurs, le sorcier Lockhart parle ainsi de ces yokai : "Je tendis la main pour lui toucher le poignet et la retirai rapidement, une sensation  atroce de brulure me remontant jusqu'au poignet. Elle sourit et m'expliqua : "Je suis une femme-ortie, évite de me toucher ou il t'en cuira...". Elle se rapprocha de moi et me chuchoter :"Je serais toi, j'éviterai de me promener du coté de l'homme-colza ; le dernier à s'être approché de lui a déclenché une crise allergique..." ". D'autres détails sont mentionnés plus loin à ce sujet, notamment au sujet des Garou Patchouli et Jasmins et de leurs effets aphrodisiaques, mais nous n'en parlerons pas dans cet ouvrage destiné au grand public.

Néanmoins, le corps "humain" n'est pas parfait.
Il ne dispose pas de système digestif notamment, ce qui handicaperait grandement la plante-garou si elle ne pouvait se nourrir par absorption de lumière, d'eau et de sels minéraux. Enfermez la à l'ombre trop longtemps, serait-ce dans un restaurant, et elle s'étiolera avant de mourir de manque de lumière.
De même, il semble dépourvu de capteurs sensibles à la douleur ce qui rend cette créature extrêmement difficile à abattre. Compte tenu de sa regénération très rapide, le seul moyen d'abattre ce végémorphe est de détruire entièrement son corps – moyen qu'utilisa notamment Hercule pour venir à bout du Lierre de Lerne.
Enfin, ce yokai peut utiliser de ses sens de plante et user des informations captées par les plantes à proximité, et gagne la faculté de voir, entendre et toucher. Néanmoins, tout ce qui se rattache au goût et à l'odorat lui est totalement inconnu, son corps ne disposant pas des organes adéquats, ce qui explique que les plantes-garou soient sensibles au chant des sirènes mais que les phéromones dégagées par les succubes et incubes les laissent de glace.

Hélas, cette espèce n'est connue que par oui-dire d'explorateurs à la morale plus ou moins douteuse et récits de contes transmis de manière verbale. Il est donc plus que probable que cette espèce ne soit qu'une chimère, une simple illusion dont les parents yokai ou humains peuplent leurs histoires ("comics", dans le cas de Poison Ivy) ou encore une espèce disparue, décimée par les humains lors d'une de leurs chasses aux sorcières.

Points faibles :
-Besoin d'eau, lumière et sels mineraux
-Sociopathie
-Insensibilité à la douleur, donc méconnaissance des dommages subis
-Pas de goût et odorat.
-Transformation imposée en humain pendant période de pleine lune. Durée de transformation de 30 secondes.

Points forts :
-Regénération
-Insensibilité à la douleur
-Pollen dégagé à volonté (étouffant et aveuglant : à forte dose/exposition prolongée peut asphyxier un adversaire)
-Présence d'épines sur la peau blessant en cas de contact.
-Changement de forme à volonté de fleur à humain, en gardant sa conscience (sauf pendant pleine lune : forme humaine obligatoire)
-Pas besoin de nourriture
-Esprit trop différent pour être correctement influencé par ce qui est magie mentale
-Perception par vue, ouie, vibrations, sensations internes, perception changement de magie ;  les trois dernières peuvent être possiblement étendues aux plantes alentour + lecture de leur mémoire

Caractère

"Glaciale. Juste glaciale. Pendant ces trois années durant lesquelles nous avons partagé cette chambre, je ne l'ai jamais vu sourire, pas plus que se mettre en colère. Pas plus que pleurer, ou rire. Parfois la nuit, quand elle dormait, je la regardais. Même dans son sommeil, son visage restait de pierre. Si elle n'avait pas parlé de temps à autres, j'aurai pu croire qu'elle était une simple statue de cire. Une véritable reine des glaces. J'ai été contente qu'elle s'en aille."

" De très bonnes aptitudes, élève très appliquée, concentrée. Extrêmement logique."

" La loi du plus fort, c'est elle. Tu es fort, elle te combat pour te vaincre. Si tu gagnes, elle te respecte. Si tu perds, tu es faible et tu ne lui es d'aucun intérêt."

"Au début, on a pensé que c'était un zombie vu sa façon d'agir. Elle bougeait comme un pantin mal controlé et ne comprenait rien à ce qui n'était pas évident. Stupide, stupide comme un zombie. Et puis elle ne disait rien. Nous observait de ses yeux morts. Puis elle a travaillé. Nous a dépassés. Sans jamais rien dire. Juste en nous regardant. Tout au fond de ses yeux, on  voyait passer des choses des fois, des choses pas humaines. Pas zombies. Et elle nous observait sans jamais rien dire, nous écrasant méthodiquement. Plus forte en classe. Plus informée. Plus douée en combat. Plus intelligente. Plus plus que nous."


"Non... elle les as tués. Juste... tués. Tu comprends ? Sans aucun scrupule, aucune émotion. On lui a dit de le faire, elle l'a fait. Aussi facilement qu'elle aurait soufflé sur une bougie. Moi j'ai pas pu... Ils avaient un gosse, un bébé. Elle l'a laissé là, tout seul. Il riait devant les corps de ses parents, comme s'ils allaient se relever et crier "Bouh", le serrer dans leurs bras et rejouer avec lui encore. Il riait, dans son parc. Et elle l'a regardé. Est repartie. Les rires ont fini par devenir des larmes, mais elle ne s'est pas retournée. Elle l'a juste laissée là. Comme s'il n'existait pas... "

"C'est sa voix qui est frappante. Tellement... vide. Vous connaissez les Vocaloids ? Ces personnages totalement irréels, avec une voix synthétique. Voilà. C'était comme ça. Comme si elle lisait des mots dans sa tête sans en comprendre le son. Une voix off. Elle existe, mais ne vit pas, tu vois ce que je veux dire ?"

"La seule fois où je l'ai vue avoir une réaction violente de son propre chef, c'était dans la serre. Un élémentaire de feu qui a fait du zèle et commencé à semer la panique en lançant des boules de feu partout. Les gens fuyaient et la fumée grasse commençaient à envahir les lieux alors que les plantes s'enflammaient. Et elle s'est levée de son banc, a couru à contre-courant et a plaqué l'homme au sol d'un seul coup. Il s'est défendu bien sûr, tentant de la brûler, mais elle a continué à l'écraser alors même que ses bras étaient couverts de flammes. A appuyer alors qu'il se débattait. A bruler sans même s'en rendre compte. Et puis il a arrêté de bouger... "


"La jeune fille ? Laquelle ? La... Ah. Elle. Oui, elle passe tous les jours. Vous voyez, là, à l'ombre, ce petit banc ? C'est sa place attitrée dans ce jardin. Elle s'assoit là et... regarde. Je n'ai jamais vu quelqu'un regarder avec une telle intensité. Tout passe dans son regard ; je ne l'ai jamais vu aussi vivante que quand elle reste assise, ici, figée dans son cocon. Absorbant la verdure par les yeux, le soleil par la peau. On dirait qu'elle voit tout, qu'elle sent tout. C'est... perturbant."

"Mais comment sait-elle ça ?! Comment ?! Personne ne lui parle jamais, alors comment sait-elle toujours tout à notre sujet ?! Elle me rend fou !"


Histoire



Soir d'avril. Juste un lundi comme les autres, une journée de cours comme les autres.
Mais ce soir-là n'est pas comme les autres.
Ce soir-là est celle de la pleine lune. La pleine lune, la première du printemps. Le jardinier attend avec impatience cette nuit chaque année, celle où la roseraie révélera un instant son véritable visage. La nuit de l'éclosion.

La pleine lune joue à cache-cache derrière les nuages, ne dévoilant sa pâle lueur que par bref instants avant de retourner se dissimuler derrière une nuée épaisse. Tu me vois, tu ne me vois plus, cherche moi encore. Les quelques rayons égarés donnent l'impression de taquiner la mince couche de verre qui cerne la serre, l'effleurant puis en ressortant avant de revenir danser dessus, photons dansant langoureusement. Clignement des ombres et lumières mouvantes, le jardin s'anime petit à petit sans bouger une seule feuille.

Lui attend, tapi sous un saule flétri. Il ose à peine respirer de peur de rompre la sérénité des lieux, à peine cligner des yeux de peur de manquer le moment magique où tout commencera. Il ne manquerait ça pour rien au monde, alors il attend dans l'ombre, à peine plus vivant que qu'une statue de pierre et bien moins que les rosiers qui l'entourent. Être un caillou, un gravier, un grain de sable, faire partie du monde qui l'entoure pour en observer la transformation. Il attend.

D'un coup, la lune émerge. Surnage, même. Les nuages fuient sa lumière devenue vivace, percés de toutes parts par les étoiles complices. Me voilà ! Sous la serre, ses RaIs s'immiscent à travers le verre dépoli jusqu'à parer de lumière les bourgeons des roses, bourgeons qui frémissent imperceptiblement. De la terre s'élèvent comme un bruit sourd sans l'être, une rumeur folle mais muette évoquant l'eau, l'air, la lumière. Sous la mélopée, les bourgeons s'étiiiiiiiiiiiiiiirent doucement, éveil d'une longue période de gel. Le printemps est là, la chaleur est là, la vie bientôt sera là.... . Vibration. Les plantes vibrent de conserve, d'un pouls vivant et profond.

Le moment est là. Lui aussi sent la terre s'éveiller sous ses pieds et cette PuLsAtIoN sourde le transporte. Grandis, lui dit-elle. Sors. Lève toi et pousse. Il tourne les yeux vers le rosier le plus proche, résistant à l'envie de les fermer pour profiter pleinement de cette vague qui le parcourt.

La tige est accrochée à son tuteur, long serpent végétal. Lentement, un de ses bourgeons s'entrouvre,  laissant filtrer d'abord un pétale, puis deux, avant de dévoiler toute la corolle qu'il dissimulait du froid de l'hiver. Un pourpre apparait, tranchant sur le vert sombre des feuilles alentours, mais pas seulement. L'intérieur tend vers le rose foncé alors que les extrémités des pétales effrangés se teignent de reflets rouge sang. Et en son coeur, en son centre, surgissent comme des étoiles d'or, un pistil d'un blond de miel entourés d'étamines d'une teinte plus claire. Les reflets s'installent, semblant jaillir de la lumière de l'astre lunaire, transformant cette minuscule influorescence en arc-en-ciel incarné. Mais  ce n'est pas assez d'un miracle ; le bourgeon voisin lui aussi s'ouvre. Et le suivant. Et le suivant. Et petit à petit, les tiges grimpantes s'épanouissent en rosaces colorées et luxuriantes, espace vert illuminé de super-novas nouvellement nées.
 
Spectacle méconnu que ce son et silence grandiose. La première floraison de l'année du Lycée Yokai est toujours un petit miracle, seulement connu du jardinier. Et il ne soufflerait mot à personne de ce prodige nocturne, de cette rosée de lumière qui vient révéler la beauté des plantes et en magnifier les couleurs.

Le calme revient peu à peu dans la serre alors que les fleurs se figent et se fixent. Il faudra revenir l'année suivante pour revoir un tel spectacle. L'homme se relève et s'étire, faisant craquer ses articulations douloureuses. Fini, c'est fini. Il n'a plus qu'à rentrer chez lui et se coucher, une rude journée l'attend le lendemain. Aussi s'en va-t-il, tenant fermement sur son épaule son barda.

S'il savait que le miracle ne fait que commencer.

Dans le rosier voisin, une ombre humanoide s'agite...


    POUR FINIR ϟ
    PSEUDO - Rose | COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? - Par internet | AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? - Okay par Greg | DES IDÉES POUR AMÉLIORER LE FORUM ? - Dommage que les icones au début des rubriques soient illisibles | PRÉSENCE - au moins trois fois par semaine | D'AUTRES COMPTES ? - Pour quoi faire ? | ANCIENNEMENT ? - A pas |
Revenir en haut Aller en bas
Mizore Shirayuki
avatar
Nombre de messages : 359
Age : 24
Localisation : Auvergne
Humeur : Perverse.
Date d'inscription : 08/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Yuki Onna
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: Korwest Rose   Ven 13 Sep - 3:22


Bien le bonjour et bienvenue sur le forum.

Des nouvelles de ta fiche?
Revenir en haut Aller en bas
Jimena Jewel
avatar
Nombre de messages : 218
Age : 22
Date d'inscription : 19/04/2011

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Sorcière
Karma:
130/200  (130/200)

MessageSujet: Re: Korwest Rose   Dim 13 Oct - 15:13

Voilà plus de deux mois que cette fiche est là, j'archive !

Si son propriétaire souhaite toutefois un jour la récupérer, il faudra demander à l'un des admins ou à moi-même.


EDIT, validée toi être, bienvenue à toi. :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Korwest Rose   

Revenir en haut Aller en bas
 

Korwest Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Le labyrinthe de la Panthère Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Il y a un début :: Fiches Suspendues-