AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I changed... Did you ? {Kizuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 5:11

Elle s'appelle Lucille Mare. C'est une élève de seconde année. Son caractère est désagréable, tout autant que ses manières. Elle me fait penser à Alice, ma cousine. Lucille boit, Lucille fume. Lucille insulte les humains alentours.
Son sort de dissimulation, qui empêche aux autres de voir sa corne licornesque, plantée dans son crâne, la rend profondément agressive. Elle n'aime pas cacher ce qu'elle est réellement.

J'ai tendance à chercher le bien dans chaque être, mais certains caractères me donnent de l'urticaire ! Lucille en est à son huitième mois de grossesse, ce qui est anormal pour ceux de son espèce, dont la période d'incubation fœtale ne dure en général que quatre mois et demi. Elle en est angoissée.
Lucille Mare est enceinte d'Amiel.

Amiel n'a jamais été un véritable ami. J'ai essayé quelque fois de prendre contact avec lui, sans succès. Il m'envoyait sur les roses et cette fille qui tournait autour de lui, Bezemuth, n'encourageait en rien les choses... Au contraire, elle les rendait plus difficiles. Néanmoins, j'ai une dette envers Amiel. Je n'ai jamais pu l'honorer.
C'est pour cela que lorsque s'est fait entendre cette rumeur comme quoï l'ange solitaire avait rendue enceinte une des élèves, j'ai décidée de payer ma dette de cette manière. Je suis allée voir Lucille, je nous ait forcées à devenir amies et je l'ai supportée durant ces huit horribles mois, la dissuadant à chaque instant de doute d'avorter. Comment pourrais-je payer ma dette si je ne pouvais m'occuper du rejeton ? La Tsuno et moi avions convenus qu'elle me donnerait l'enfant une fois celui-ci né. Elle pourra ainsi reprendre ses études qu'elle avait dû provisoirement arrêter. Moi, j'avais fini mon cursus, bossant telle une dingue une année entière pour rattraper les deux autres que j'avais manquée. Je n'aurais jamais pensé ressortir du lycée Yokai avec mon diplôme et pourtant ce fut le cas !

Mais la chose en était là : J'étais avec Lucille qui, ivre, insultait un peu tout le monde. Son ventre, gros à en être difforme, était parfois agité de manière évidente par l'enfant à venir, qui n'appréciait pas le traitement qui lui était réservé. Il était dans les cinq heures de l'après-midi et le jour déclinait de concert avec la chaleur de l'été. J'étais préoccupée par l'état du nourrisson, m'en voulait de ne pas avoir sû convaincre la jeune femme d'un peu plus de sérieux. L'enfant, elle s'en fichait, il fallait dire ! Ce ne devait être pour elle qu'une excuse supplémentaire pour se faire plaindre.
Perdue dans mes reproches, je n'avais pas vu la jeune femme se diriger vers un énième vacancier. Alors que je redressais la tête, histoire de voir qui avait eu la malchance de subir le courroux de la Tsuno, je palis. Non... Lui ? Impossible !

Les souvenirs troubles de mon entrée au lycée me revinrent en mémoire. Ce gars... On avait à peine parlé mais il m'avait foutu la trouille de ma vie ! Il se dégageait de lui quelque chose de mauvais, de dangereux.


- Lucille, attends ! Criais-je. Mais c'était trop tard, elle fonçait dessus, déterminée à le massacrer à coups de sac à main, uniquement car il se trouvait sur son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 7:36

Kizuki était désormais officiellement diplômé du lycée Yokaï ; il n'attendait plus que la fin des vacances pour enfin rentrer chez lui dans les cieux, en compagnie de ses parents et de tous ces êtres pieux et soumis qui lui servait de famille..
Si le jeune ange pervertis n'était toujours pas retourner auprès des siens malgré la fin de sa scolarité, et l'attente de ses parents, c'était certes en grandes partie car ce dernier n'avait aucune envie de retourner à une vie de servitude céleste, mais également car il ne se voyait pas retourner là-bas sans son fidèle Toyz... Ce dernier, esclave de Kizuki depuis... depuis toujours ! ou presque, c'était affranchis des supplices de son maître et avait, depuis plus d'un an maintenant, décidé de vivre sa propre vie sans plus subir les dictâtes du fils d’ange-supérieur.
Le dis fils qui, au départ, pensais que la mutinerie de son sous-frire ne durerais pas éternellement -ce dernier ayant, Kizuki en était certain trop besoin de l'ange pour survivre sans-, c'était vite rendu compte que, en plus  de durer une année entière sans accalmie, il avait bien plus besoin de Toyz que Toyz avait besoin de lui...
Lui qui, des années durant, avait traité le garçon aux cheveux roses comme un chien, se rendait aujourd'hui compte que, à sa manière, il avait toujours considéré Amiel -de son vrai nom- comme un ami... Sinon plus. Mais il était trop tard pour les remords -d'ailleurs, en étaient-ce réellement, des remords?-, désormais le jeune ange devrait se débrouiller seul, et rentrer au cieux sans personne pour l'y accompagner...
Se baladant seul -comme depuis plus d'un an, et comme le restant de sa vie- sur la plage, Kizuki profitait de ses dernières semaines sur terre pour observer les différents lieux lui étant accessible, réellement, pour la première fois depuis son arrivé ici.
Il faisait beau, chaud même, et le bruit des vagues percutant le sable était doux à ses oreilles, autant que l'odeur de sel à ses narines et la sensation de l'écume sur ses pieds nus.
Il était bien ici, au calme, loin des tracas du quotidien. Loin de ce lycée qu'il côtoyait par obligation et qui ne lui avait rien apporter d'autre que de la désolation.
Voici plus d'un an que Kizuki passait le plus clair de son temps seul, rejetant les autres, préférant sa propre compagnie à celle d'autrui... Lui qui avait toujours été -faussement- sociale n'avait même plus la force de sourire au passant... Il c'était réellement sentit seul pour la première fois de sa vie le jour où il avait compris que Toyz ne reviendrais pas, et que seul lui restait ses souvenirs du passé pour combler ce manque affectif qu'il c'était lui même créé en ne prenant que superficiellement contacte avec l'extérieur, et même ses parents... Seul Amiel avait partagé son intimité et le connaissait réellement. Et vu la façon dont ça c'était terminé, Kizuki n'avait ni la force ni l'envie d'ouvrir son cœur et son esprit immature -qui, néanmoins, on gagné en maturité cette dernière année- à quelqu'un d'autre.
Il était donc tranquillement là, face à la mer, à méditer sur sa propre existence, quant un bruit autre que celui de la marée se fit entendre.
Fronçant les sourcils, d'un air désapprobateur, Kizuki se retourna d'un seul geste vers l'origine du dérangement, les pieds toujours dans l'eau.
Une baleine, sans mauvais jeu de mot, voici le premier terme qui passa par la tête du blanc lorsqu'il aperçu l'être à l'origine su boucan.
Une femme au ventre bedonnant, semblant sur le point d'exploser, courait vers lui en brandissant un sac à main d'un air menaçant


- Lucille, attends ! Fut tous ce qu'entendit le garçon avant de se retrouver face à la gestatrice en colère. Avant même de comprendre ce qu'il lui arrivait, il sentit le cuir du sac entrer violemment en contacte avec son visage, y laissant sans aucun doute une belle marque rouge et enflée. Reprenant ses esprits suite à ce coup gratuit, la colère prenant doucement possession de lui face à cette injustice, Kizuki attrapant entre ses doigts fins le poignet de son agresseur, et l'abaissa. Plantant son regard améthyste dans celui si semblable de la femme, il lui souri d'un air faussement calme, limite malsain, comme il n'en avait plus fait depuis de nombreux mois maintenant.
- Puis-je savoir les raisons d'un tel actes s'il vous plaît ? … Les hormones n'excuses pas tous vous savez ?... Puis, regardant la femme qu'il avait entendu crié au moment ou l'autre lui fonçait dessus, il s'adressa à cette dernière. Je ne sais pas ce que votre amie a contre moi, mais je vous prierais de lui dire d'en parler plutôt que d'en venir aux mains la prochaines fois... Lui souriant sans reconnaître en elle la fille qu'il avait traumatisé plus d'un an au paravent, il rajouta en grimaçant quelque peu du fait de sa joue endoloris. Si vous pouviez maintenant récupérer votre amie... Je ne touche pas aux femmes enceintes...


Dernière édition par Kizuki Kobayashi le Dim 29 Juin - 4:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 7:58

Lucille se débattait comme une diablesse, maugréant des insultes contre la terre entière. Un jour, elle m'avait confiée que lorsqu'elle buvait trop, elle voyait apparaitre des lutins violets.

Mon regard se porta sur l'agressé. Avait-il vraiment la tête d'un lutin violet ? Non, c'était même difficile de l'imaginer comme tel. D'un soupir, je considérais ses propos.


" Si vous pouviez maintenant récupérer votre amie... Je ne touche pas aux femmes enceintes... "

- Je vais essayer. Mais à peine fis-je deux pas vers Lucille qu'elle m'envoya une gifle de sa main libre. Après avoir manquée de s'effondrer, emportée par son propre élan, elle recommença à se débattre, grognant à tout va.
Si la situation était périlleuse, du moins était-ce agréable de penser que j'avais dû faire fausse route. Ce gars... Ça ne devait pas être celui que j'avais rencontré à mon arrivée au lycée, non ? Il semblait plus calme, plus posé... Moins dangereux. Peut-être m'en rappelais-je mal ? Peut-être avais-je dû me faire de fausses idées ?

Quelques secondes passèrent durant lesquelles j'étais dans l'incapacité de trouver une solution à ce problème. Jusqu'ici, je n'avais fait que suivre l'épopée de l'adolescente, surveillant uniquement qu'elle ne se fasse pas renverser par une voiture ou tabasser par une personne rancunière. J'aurais pu essayer de la ramener de force chez elle, mais elle était bien trop agitée et j'avais peur ce faisant de blesser l'enfant qu'elle portait.
Mais la situation se régla toute seule. Lucille, après un lourd hoquet, s'effondra au sol de tout son poids, faisant s'envoler myriades de grains de sable. Bientôt des ronflements sonores s'élevèrent de sa petite personne.
Je m'agenouillais en face de l'effondrée et posais deux doigts sur sa gorge, vérifiant que son pouls était stable. Je sentais sous mes doigts le sang couler à flot et son cœur aller bien trop vite pour quelqu'un qui dormait. Je considérais un instant l'idée de la porter jusqu'à chez elle- ses parents avaient une résidence secondaire près des quais- mais y renonçais bien vite : Cela reviendrait à la parsemer d'épines.
Tu pourrais m'aider à la porter jusqu'à chez elle ? C'est à côté ! Tu serais un ange. Je pourrais sans soucis le guider et lui montrer le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 8:47

- Je vais essayer.  

Dixit la femme aux cheveux rouge coiffé en pique, tentant maladroitement de dégager son amie enceinte de la poigne ferme de l'ange. Mais la dite amie ne sembla pas de cet avis et, d'un air rageur, frappa la femme qui faisait penser Kizuki à un hérisson. Celui-ci, tirant la gestatrice contre lui afin de planquer son deuxième poignet pour l'empêcher de porter une fois de plus la main sur quelqu'un, se rendit enfin compte de l'étrange odeur émanant de le femme et grimaça. De l'alcool...
Pourquoi cette femme, indubitablement enceinte, avait-elle bu au point d'empester la boisson et de taper n'importe qui ? Était-elle idiote ? Même Kizuki, qui était pourtant un homme, connaissait les danger de l'alcool sur le développement du fœtus ! Regardant l'amie de l'alcoolique d'un regard noire, comme pour lui signifier qu'elle était idiote d'avoir laisser son amie enceinte de bourrer la gueule, l'ange sentit les mouvement de débâcle cesser subitement alors que la Tsunos (dont-il ignorait à ce moment là l'espèce) s’effondrait entre ses mains, telle un sac de foin...
Soufflant un grand coup, à la fois de soulagement et d'exaspération, l'ange amorale regarda l'hérissonne s'agenouiller auprès de son amie et desserra sa prise sur cette dernière ronflant maintenant à même le sable.
Une loque, voilà ce que c'était. Une vulgaire loque puant l'alcool ! Malgré tout le respect qu'avait le garçon pour celles portant la vie -sûrement les seules personnes pour qui il en avait, du respect, d'ailleurs-, Kizuki ne put s'empêcher d’émettre une moue de dégoût à la vu du corps à ses pieds.
Ce genre de femmes ne devrait pas avoir le droit de donner la vie !
Ignorant totalement que le père de cet enfant à naître n'était autre que Toyz, son Toyz, Kizuki préféra ignorer cette femme répugnante et concentra donc son esprit sur celle à ses coté.
Il était persuadé de l'avoir déjà vu quelque part -de tels cheveux ne s'oubliaient pas si facilement- mais il était incapable de restituer ni le lieu ni le moment où il aurait pu faire une telle rencontre...
Tant pis, c'est que ça ne devait pas être important. Il la regardait d'ailleurs toujours, sans même pensé bouger, quand celle-ci reprit la parole


- Tu pourrais m'aider à la porter jusqu'à chez elle ? C'est à côté ! Tu serais un ange. 

Souriant à ce dernier mot -un ange, il en était un, quand bien même la femme n'était pas censé le savoir et lui même n'en avait jamais réellement eu le caractère- , Kizuki hocha la tête d'un air résigné.
C'était pas comme s'il avait autre chose à faire de toute manière... S'agenouillant pour prendre la femme dans ses bras, prenant garde de ne pas blesser l'enfant dans son ventre qui avait déjà du suffisamment souffrir du comportement destructeur de sa mère, il l'y installa comme il le pu.
Heureusement pour lui, malgré la ventre extraordinairement plein de la femme, celle-ci était nettement plus petite que lui et encore étrangement légère.
Passant les bras de l'endormi derrière sa nuque, son corps maintenu comme il le pouvant contre son torse et soulevé par ses bras, Kizuki fit signe à l'hérissonne de lui montrer le chemin puis, semblant hésiter quelque secondes, déclara soudain.


- Moi c'est Kizuki, et toi ? Après tout, s'ils avaient à se partager la viabilité d'un gamin à la mère immature, autant se présenter tout de suite...
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 11:22

Je n'aimais pas cette situation.
J'étais déstabilisée, gênée. J'aurais espéré avoir à attendre moins longtemps, j'aurais espéré que Lucille donne naissance le mois escompté.

Mais enfin, voilà ce qui arrive quand on mélange les espèces. A supposé que l'enfant ne soit pas de l'espèce de la mère, il serait très facile d'expliquer ce gargantuesque retard. Depuis que j'avais passé mes examens, j'avais poursuivi mon apprentissage, tentant de lire chaque traité jamais écrit là-dessus. C'est très difficile de se procurer un livre parlant de monstres ! Je veux dire un vrai livre, écrit par des vrais monstres et à titre informatif. Résultat, mes connaissances reposaient principalement sur des déductions basiques. Je me doutais que certaines races devaient ne pas se mélanger, qu'il pouvait arriver quelque chose à l'enfant et tout cela. Chez les humains, il faut, pour donner une progéniture acceptable que l'enfant dispose de parents ayant le matériel génétique le plus éloigné possible. Pour les Yokai, c'est l'inverse. Il vaut mieux deux membres d'une même espèce, avec le moins de sang-mêlé possible.

A vrai dire, je ne me sentais pas vraiment capable de m'occuper de l'enfant. J'étais encore jeune... Ce n'est pas de la lâcheté ! C'est juste...


- Moi c'est Kizuki, et toi ?

Mais il faut bien que quelqu'un s'en occupe. J'avais laissé Kizuki-san ramasser Lucille et j'avais commencé à avancer deux pas devant lui pour le guider, me retournant de temps à autre, inquiète d'avoir à tourner le dos et à délaisser la Tsuno.

- Je m'appelle... Furu. Ça s'écrit avec les kanjis de la pluie. Je lui fis un sourire timide car forcé et avançais encore deux pas avant de ralentir. Je levais les yeux au ciel et soupirais. Aah je n'en peux plus ! Si tu savais combien de fois elle a fait ce coup, ces dernières semaines ! J'ajoutais, comme pour me justifier. Le bébé lui pèse et les médecins ont dit qu'elle accoucherait prématurément si elle faisait n'importe quoï. Vu qu'il a du retard... Elle essaye.

Je me tus, sachant d'avance que, bavarde comme j'étais, je n'aurais de cesse d'en dire trop. Ce n'était pas le premier à la ramener chez elle dans cet état, mais ça ne sera certainement pas le premier qui la poserait en plein milieu du chemin s'il décidait que la situation l'ennuyais.
Je me contentais alors de nous guider. Les parents de Lucille possédaient un bateau de pêche et partaient de bon matin avec tout un équipage. Ils détenaient par conséquent une maison près de leur lieu de travail, pour leur permettre de rentrer au plus vite chez eux. Elle n'avait pas vraiment à se plaindre, mais j'avais compris de notre temps passé ensemble qu'elle se sentait seule. Cela l'avait rendu égoïste et acerbe. Alors que je tournais une énième fois la tête pour surveiller qu'elle respirait encore, je me pris à la regarder avec des yeux pleins de pitié. Certaines personnes ne savent tout simplement pas agripper le bonheur.

Je lui en voulais.

Nouveau sourire, pour éviter d'afficher ce visage agacé et je repars, un peu plus vite. Kizuki-san est grand, il peut tenir le rythme. Nous étions d'ailleurs arrivés. Je poussais l'immense portail de la maison blanche qui traînait, solitaire, aux abords d'une plage privée et traversais le jardin comme s'il s'était agit du mien.


- Il suffira de la laisser sur le sofa. Dis-je calmement. Mais Lucille, encore dans les brumes du sommeil, m’interrompit par un brusque gémissement de douleur. Le long de ses cuisses avait commencé à se déverser un liquide incolore. Lorsque mon regard se porta vers ce qu'elle venait de perdre, je ne réagis pas tout de suite. Observant le phénomène, stupide, il me fallut dix secondes pour comprendre. ...Elle... Vient pas de perdre les eaux, là, hein ? Rassure moi ? Demandais-je, suppliante, à Kizuki.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 12:51

- Je m'appelle... Furu. Ça s'écrit avec les kanjis de la pluie.
- Enchanté. Répondit-il machinalement, tentant du mieux qu'il le pouvait de maintenir la gestatrice dans une position confortable pour son enfant à naître. Non, décidément, il ne parvenait pas à restituer cette personne... Tant pis, il recouvrera la mémoire quand il cessera d'y penser.
- Aah je n'en peux plus ! Si tu savais combien de fois elle a fait ce coup, ces dernières semaines ! Kizuki haussa un sourcil, dubitatif. Qu'est ce qu'elle avait fait nombre de fois ces dernières semaines ? L'ange avait peur de comprendre. Mais ne semblant pas s'en soucier, la dénommée Furu reprit, comme pour justifier ses derniers propos Le bébé lui pèse et les médecins ont dit qu'elle accoucherait prématurément si elle faisait n'importe quoï. Vu qu'il a du retard... Elle essaye.

Nouvelle grimace de la part du jeune homme. Si celui-ci n'avait rien d'autre à faire, sûrement qu'il aurait laisser Furu se démerdé avec cette... inqualifiable immondice lui servant d'amie. Comment pouvait-on être bête à ce point ? Même lui qui, non content de ne pouvoir donner la vie, avait déjà fait souffrir certaines personnes plus que de raisonnable -ou tout du moins une personne- n'aurait pu se résoudre à traiter ainsi un être qui n'était même pas encore né. Non, décidément, même pour un être aussi amorale que lui, ce n'était pas possible !

- Et c'était si difficile d'aller voir un médecin pour provoquer l'accouchement plutôt que de risquer des complications ?

Cracha t-il, plus durement qu'il ne l'aurait souhaiter. Kizuki ne savait même pas pourquoi cette situation l'énervait tant -après tout, il s'en fichait pas mal de cette inconnue et de son enfant, il ne les connaissait ni d'Adam ni d’Ève et ne risquait sûrement pas de les revoir-, mais elle avait le dont de l'exaspérer au plus haut point !
Était-ce le fait qu'il n'aurait, sûrement, jamais d'enfant qui le mettait dans un tel état ? Était-ce une forme de jalousie vis à vis d'une personne apte à donner la vie et préférant à la place la pourrir ? Peut-être, peut-être pas. L'ange n'avait à dire vrai aucune envie de connaître les raisons profondes d'un tel dégoût. Il était là, point.
Marchant, silencieusement cette fois, à la suite de Furu, Kizuki se dit qu'il avait bien changer en un an. Il y a encore quelques mois il se serait contenter de regarder la femme saoul se vautrer de tout son long, faussement inquiet, tout en riant intérieurement. Il aurait ensuite simulé une chose importante à faire et serait partie, comme une fleur, pour éviter d'avoir à rendre un service tel que d'escorter la chose inanimé jusqu'à un lieu plus adapter à son état.
Oui, décidément, l'ange avait bien changé...
Il se faisait chier et se sentait seul. La solitude change les gens, en bien ou en mal, et il ne fit pas exception à cette règle.
Arrivé face à un baraquement de taille plutôt convenable, Kizuki regarda sa camarade en ouvrir la porte et la suivie à l'intérieur. Suivant les conseil de Furu, il la posa sur le sofa et, l'un satisfait d'un homme ayant finit un dur labeur, souffla de soulagement.


- Le temps qu'elle décuve et elle devrait se réveiller.

Peut-être. C'était en tout cas ce que l'ange avait lu dans bon nombre de livre, lui même n'ayant jamais été saoul au point d'en tomber raide endormi. Il n'avait jamais été saoul tout court d'ailleurs... Laissant son regard traîner sur le corps de la future mère, il se prit à la détailler un peu plus : Elle était plutôt mignonne, malgré son gros ventre et la bave à la commissure de ses lèvres, mais son caractère saoulard n'était pas du tout au goût de l'ange qui préférait de loin discuter avec une personne possédant encore tout ses facultés intellectuelles et physiques. Alors que son regard glissait le long de cuisses de la femme, pas tant pervers que curieux, il remarqua se liquide visqueux et légèrement transparent qui s'y écoulait, semblant venir de son sa jupe. Le temps que cette information monte à son cerveau, l'âge eut tout juste le temps d'étouffer un jurons avant d'entendre Furu s’exclamer derrière lui, la voix suppliante

- ...Elle... Vient pas de perdre les eaux, là, hein ? Rassure moi ?
- Ah moins que se vessie vienne de lâcher et que son urine soit incolore et inodore, je crois bien que si... Répondit-il l'ange, un légère panique faisait vibrer sa voix. Putain ! Jura t-il, ne parvenait à se retenir cette fois. C'est bien ma veine à moi ! J'ai aucune idée de comment se passa un accouchement moi ! Je... Je suis qu'un mec ! Et rien que l'idée d'avoir à dévêtir cette femme pour libérer son sexe des différentes barrières en tissus le mettait mal à l'aise. Certes, il avait déjà vu des femmes nu, et même déjà fait plus que les regarder, mais entre prendre du bon temps avec l'une d'elle et la faire mettre bas, il y avait tout un précipice ! T... Toi ! T'as déjà vu un accouchement ? Tu sais comment faire ? Se risqua t-il tout de même a demander, bien que la panique se lisant dans les yeux de Furu servant à elle seule de preuve que non, elle n'en avait aucune idée. T'as un téléphone ? Tu peux appeler les urgences ? Le père du gosses ? Quelqu'un de compétant, n'importe qui ! Déblatéra le jeune homme d'une voix pressé, tentant tant bien que mal de maîtriser sa panique, alors qu'il se décidait enfin à entreprendre de dévêtir la loque avachi sur le canapé.
Comme si tous ça n'était pas suffisamment stressant, il fallait que la femme qui accouchait soit tellement péter que Kizuki n'était même pas sûr qu'elle se rendait compte de ce qui était en train de lui arriver.
Oubliant les bonnes manière et la pudeur, tentant tout du moins de le faire, l'ange retira la culotte de la femme et, la positionnant sur le dos, tenta d'écarter ses cuisses et de la maintenir en position.
Il n'avait aucune idée de si cette position était la plus adapter, mais c'était du moins comme ça qu'étaient les femmes qui accouchaient dans les films, alors il fera avec.

- Il faut la tenir ! Je... Je peux la tenir pendant que tu regarde si le bébé sort ? Ce serait moins gênant pour elle, sans doute... Ou est le père ?[/b][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 13:38

- Et c'était si difficile d'aller voir un médecin pour provoquer l'accouchement plutôt que de risquer des complications ?

J'haussais les épaules. Je crois tout simplement qu'elle n'y avait pas pensé. Ou peut-être n'en avait-elle pas trouvé qu'elle pouvait mettre dans la confidence, au cas où le nouveau né se trouverait avec une corne en plein milieu du front. Je me mis à triturer machinalement l'une de mes épines.
Il faisait chaud depuis ce matin mais la température commençais à chuter et je me rendis compte que je n'allais pas tarder à attraper froid. C'était une raison de plus pour arriver au logis.

Une fois dans le logis, je poussais un soupir de soulagement -mon second, je suppose-. Certes, ça n'était pas chez moi, mais je commençais à y prendre mes habitudes. En général, je veillais auprès de Lucille jusqu'à ce qu'elle s'éveille puis je rentrais chez Kururo ou j'allais embêter Shin au lycée.
Enfin, embêter est un bien grand mot. J'allais plus stalker mon petit frère que l'embêter, sachant qu'il m'envoyait sur les roses si je 'l'humiliais devant ses amis'. ...Je dois avoir encore des progrès à faire à ce niveau-là.


- Le temps qu'elle décuve et elle devrait se réveiller.

En guise de réponse, j'hochais la tête. Elle sera d'humeur massacrante et ne me verra même pas filer en douce. Du coin de l’œil, je cherchais le frigo où je comptais me servir sans vergogne en attendant son réveil. J'aurais même pu proposer de la nourriture à Kizuki-san, s'il comptait rester la veiller également. Cependant il y eu ce fichu détail qui attira mon attention...

- Ah moins que se vessie vienne de lâcher et que son urine soit incolore et inodore, je crois bien que si... Je commençais à pâlir et à m'affoler. La jeune Tsuno, elle, était toujours en phase d'émergement. Elle murmura un 'j'ai mal au ventre..' vague et dans la mauvaise langue. Lucille est d'origine étrangère, elle venait de parler en italien. Putain ! Je m'arrêtais tout net de paniquer quand je vis que je n'étais pas la seule à le faire. Coupée en plein élan, je le dévisageais, stupéfaite. C'est bien ma veine à moi ! J'ai aucune idée de comment se passa un accouchement moi ! Je... Je suis qu'un mec !

* Tu crois que je le sais plus que toï ?! *
Pensais-je, agacée. Mes mains tremblaient et je me mis à fouiller à toute vitesse sur le désordre de la table basse à la recherche du papier contenant le numéro de téléphone de ses parents.

- T... Toi ! T'as déjà vu un accouchement ? Tu sais comment faire ?

Je me mordis le pouce.
- Non. Je me rappelais la panique occasionnée par la naissance de Shin et mon père qui me jetais violemment hors de la pièce. 'Ce n'est pas un spectacle pour les petites filles' avait-il hurlé. Imbécile ! Mais va falloir improviser ! Victorieuse, je sortis la feuille avec les numéros d'urgence inscris dessus. J'attrapais le portable -planqué sous la liasse de feuille- avant de le lâcher, totalement écœurée. Ses parents sont en mer, ils ne recevront pas l'appel. ...Ils doivent avoir une radio à bord, mais comment contacter une radio ? C'est pas comme si je m'y connaissais là-dedans !

- T'as un téléphone ? Tu peux appeler les urgences ? Le père du gosses ? Quelqu'un de compétant, n'importe qui !
- Pas les urgences ! Ils feront quelle tête s'ils voyaient un nourrisson avec une corne ? Ou avec des ailes ? Lucille, agacée par tout ce raffut, s'était retournée sur le canapé, le visage du côté du dossier. A ce moment précis, elle émit un nouveau gémissement. ...Google ! Je me retournais vers Kizuki. Il y a un pc à l'étage ! On a besoin de google. Je le regardais avec le visage le plus sérieux que j'ai jamais eu. Je sais pas ce qu'il faut googler exactement, mais ça nous aidera.

Un peu trop tard. Kizuki s'occupait déjà de tenir Lucille dans la position-type. Je regardais ma copine, je regardais celui qui 'a été un ange de la ramener ici' et, pas très sûre de moi, je m'approchais du bout du canapé, jetant un œil un peu dégouté sur l'entre-jambe de mon amie.

- Il faut la tenir ! Je... Je peux la tenir pendant que tu regarde si le bébé sort ? Ce serait moins gênant pour elle, sans doute... Ou est le père ?

- Okay, j'ai compris. On laisse tomber google. Si on l'avait fait, pourtant, on aurait alors sû qu'après la perte des eaux, l'accouchement pouvait se différer jusqu'à une demi-journée, dépendant de la fréquence des contractions. Je ne serais pas restée alors à fixer les parties génitales de Lucille, espérant que le miracle arrive proprement. Deux minutes passèrent dans l'angoisse. La demoiselle, ne comprenant pas vraiment ce qui se passait, avait essayé par trois fois de se débattre avant d'éclater de rire, murmurant qu'elle savait pas ce qu'on faisait, mais qu'il 'ne fallait pas se gêner'. J'en étais à me demander si c'était ironique ou à prendre au sens propre. Elle laissa tomber sa tête en arrière et fixa Kizuki, qui la soutenait du mieux qu'il pouvait.

- Ce salopard... Murmura-t-elle doucement. Tu lui ressembles... Un peu. Elle ne tarda pas à comater. Voyant que rien ne venait, je me levais et m'approchais de la bibliothèque. Surement que ses parents avaient achetés deux ou trois ouvrages là-dessus en prévision du grand jour -l'accouchement devait se dérouler à la maison-. C'est à ce moment-là qu'une grosse douleur sembla la réveiller car elle se remit à hurler. Je courus vers elle, les bras tendus, prête à réceptionner le bébé, mais ce fut le calme plat. Rien sinon le souffle rapide de Lucille. Je retournais alors vers la bibliothèque du salon et fouillait parmi les ouvrages. Rituels, fêtes et cérémonies, spécificité de la race... Moi qui trouvait que se procurer des ouvrages sur les Yokai était difficile... Je crois que je ne cherchais tout simplement pas au bon endroit. Ses parents m'en voudraient si je subtilisais un de leur livre ?

- Kuso... Il n'y a rien sur les accouchements. Stressée et épuisée à la fois, je tirais une chaise en face du bout du canapé et m'y installais, regardant en biais la zone à surveiller. Au bout d'un moment, j'attrapais le portable et lançais une recherche Wikipédia sous le mot 'Tsuno', espérant tomber sur quelques détails folkloriques qui nous aideraient à comprendre ce qui allait se passer. Sans résultat également. Tu sais quelque chose sur les Tsuno, toï ? Demandais-je sans trop y croire.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 14:14

Kizuki entendit à peine Furu, à ses cotés, s'activer à trouver une solution pour en apprendre plus sur les accouchements, occupés qu'il était à tenter de trouver par lui même comment faire pour libérer la saoularde de l'enfant qu'elle portait encore en son sein. Pour combien de temps ? Là était la réelle question, et le jeune homme n'en avait pas la moindre idée. Pas plus que sa camarade aux cheveux coiffé en porc-épique, à parement.
Pourquoi est-ce que l'école n'apprenait pas à mettre au monde un enfant au lieu de parler de faits historiques s’étant dérouler il y a plusieurs millénaires, et dont la plupart des élèves aurons oublié l’existence sitôt le contrôle passé ?  Certes, apprendre le passé était la clef pour maîtriser le futur, mais  Kizuki ne pouvait s'empêcher de pense qu'apprendre comment aider une femme à donner la vie était nettement plus important pour ce dit futur que de radoter certains faits sans réelles importance.
Il fallait trouver des priorités, point !
Surtout que, vu comme c'était partit, ils n'avaient aucune idée de combien de tant pouvait durer un accouchement. C'était déjà, d'une part, totalement aléatoire, et en plus les deux jeunes gens ne disposaient pas des connaissances nécessaire pour estimer un tel acte.
Furu, pas plus que lui, ne semblait si connaître là dedans. Sûrement qu'elle aussi avait appris le plus gros de la gestation et de l'accouchement dans des films... Ils étaient dans la merde. Et la femme allongée sur le canapé gesticulait de manière totalement aléatoire, ne semblant pas même se rendre compte de ses propres mouvements.
Vu l'état dans lequel elle était, elle ne devait pas se rendre compte de grand chose d'ailleurs...
Elle se contentait de bouger, manquant parfois de frapper Kizuki, et de baragouiner des mots incompréhensible que l'ange ne prit même pas la peine de chercher à comprendre.
Concentrer qu'il était dans sa tâche de maintenir la femme en place, il ne remarqua pas tout de suite que Furu avait déserter son poste d'observation dans l'espoir de trouver un peu d'aide dans les bouquins présents dans la pièce. Il ne s'en rendit compte que lorsque la comateuse se prit à l'insulter, lui disant, la voix pâteuse d'une personne dangereusement alcoolisé, qu'il ressemblait à un salop de sa connaissance. Kizuki n'avait aucune idée de qui elle pouvait bien parler, mais n'était pas sûr de vouloir le savoir.


- Tu sais quelque chose sur les Tsuno, toï ? Lui demanda finalement Furu, la nez non plus plongé dans la bibliothèque familial des résidents de cette demeure mais dans son portable. Dans une autre situation l'ange aurait pu trouver intéressant d'entendre de quelle espèce était la saoularde, le divulguer étant interdit par l'école, mais présentement il ne pensa même pas à le soulever.
-Je n'en sais fichtrement rien ! Je... Il n'y a pas de Tsuno là d’où je viens, et j'ai jamais appris ça à l'école...  Regardant la femme qu'il tenait toujours allongé, il rajouta. C'est qui ce salop dont elle parle ? Le père du gosse ?

Si c'était bien de lui qu'elle parlait, cela pouvait expliquer les déboires de la femme, et pourquoi elle avait se comportement auto-destructeur de plus prohibé. Ça ne pardonnais rien, non, mais ça l'expliquait...
Qui n'avait jamais souffert d'un amour à sens unique ?


- Je suppose que ça doit être comme toute les autres espèces non ?  Hasarda t-il peu sûr de lui. Et puis d'abord, les deux parents étaient-ils Tsuno ? … Peut-être l'enfant est-il d'une autre espèce non ?

A dire vrai Kizuki n'en savait rien, mais alors absolument rien, seulement mieux valait exposer toute les éventualité non ? … Pour ce qu'il savait des Tsunos, c'étaient des êtres liés à une licorne, mais est ce que celle-ci interférait à leurs moyen de naissance ? L'ange n'en avait pas la moindre idée !
Lui qui stressait déjà de faire sortir l'enfant, sans compter le fait qu'il faudra couper le cordon, le laver, et sûrement l'allaiter -ce qui, soit dit en passant, avec une mère en état d'ébriété avancé était loin d'être gagné-, il avait maintenant le poids supplémentaire de savoir l'espèce présumé du môme...
Pourquoi, sur toute les espèces existante, fallait-il que cette femme soit de celle qui est la plus compliqué à concevoir ? …


- Je pense... qu'il faudrait qu'elle pousse... non ? Risqua t-il une nouvelle fois, presque timidement, sans lâcher les poignets de la Tsuno. Kizuki avait une fois entendu, il ne savait plus trop où, que si la femme n'était pas actrice de son accouchement, les chances que le bébé soit mort né, étouffé par son propre cordon ombilical, était extrêmement élevé. Et ça, l'ange préférait l'éviter... Déjà qu'il n'était pas sûr que participer à un accouchement était autorisé par les cieux... Mais bon, c'était pas le moment de se poser ce genre de questions. Surtout pas lui qui avait déjà mainte fois péché.
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 14:54

- C'est qui ce salop dont elle parle ? Le père du gosse ? Nouvel hochement de tête, ce coup-ci pas trop convaincu.
- Elle l'a accusé de viol, au lycée. Ça avait fait un sacré scandale dans la classe... Mais finalement il a été acquitté et elle a quitté l'établissement, furieuse.

Personne n'avait crut que la victime de service, l'adolescent dépressif et suicidaire aurait pu réellement violer une fille aussi tapageuse que Lucille. Cependant il avait tout de même eu de sacrés problèmes à cause de ça.
Pour ma part, je n'y avais pas cru un seul instant non plus. D'accord, Amiel était devenu sacrément froid, mais pas au point de faire autant de mal à quelqu'un...! Qui plus est, ce n'est pas du tout le genre de garçon qui ira voir quelqu'un pour le draguer. Non, j'avais une totale confiance en ce garçon !


- Je suppose que ça doit être comme toute les autres espèces non ? Je le regardais, apeurée et murmurais...
- Les hybrides peuvent avoir jusqu'à neuf petits par portée. Par pitié, dit pas des trucs comme ça.
- Et puis d'abord, les deux parents étaient-ils Tsuno ? … Peut-être l'enfant est-il d'une autre espèce non ?

Je posais le portable sur la table et hésitais un instant. On avait pas le droit de parler de notre race au lycée, oui, mais moi et Kizuki en étions tout deux sortis.

- Le père... Un ange. Je levais les yeux au plafond. Je croyais que tu l'avais compris. Enfin, une sorte de luciole ou je sais pas-je sais plus. J'étais assez embarrassée car des souvenirs remontaient dans ma tête- des histoires d'une fille enfermée dans une cave, qui voyait une luciole lui venir en aide et un garçon au visage calme et rassurant. Non ! C'était vraiment pas le moment. Reprenant le portable, j'allais sur un site spécialisé et cherchais des informations sur l'accouchement.

- Je pense... qu'il faudrait qu'elle pousse... non ? Je tentais de me débrouiller sur le portable, malgré la difficulté que j'avais à écrire sur un clavier tactile. Les bons caractères n'apparaissaient pas et ça me rendait folle. Le stress n'augmentait en rien mes chances de succès. Au bout d'un moment, je finis par avoir assez de renseignements pour répondre.
- Ils disent qu'elle saura quand pousser. Je regardais Kizuki-san dans les yeux, incertaine. ...Et que... J'hésitais de peur qu'il s'en aille. Ça peut durer de nombreuses heures. Si c'était une humaine on en aurait pour au minimum trois heures.

Et là ? Aucune idée. Lucille commençait à avoir le visage bien rouge. Le bébé dans son ventre semblait se tenir désormais tranquille, ce qui changeait radicalement des derniers jours où il me semblait que sa peau allait être déchirée par les gestes brusques de l'enfant. Quelques secondes passèrent. Bon, je vais aller chercher une aspirine. A défaut d'une péridurale... ...Pour Lucille. Tu veux quelque chose ? Un café ? Oui, c'est pas forcément cool de pouiller l'armoire à pharmacie de ces pauvres gens. Mais au point où on en était... Pour ma part, j'allais me faire un énorme cappuccino et vider le tube de chantilly qu'ils avaient certainement dans le frigo !
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 15:22

Une accusation de viol ? Cette histoire, bien qu'ayant fait beaucoup de bruit, n'était pas parvenu jusqu'aux oreilles de l'ange. Ou alors, s'il l'avait un jour entendu, il avait préféré ne pas s'en méler...
Il n'avait jamais réellement été de ceux qui aimait se nourrir de potin, se moquant pas mal de la vie d’autrui tant qu'elle n’interférait pas dans la sienne, mais il aurait peut-être du faire une exception pour cette fois ci... S'il l'avait fait, alors peut-être aurait-il comprit que le père de cet enfant n'était autre qu'Amiel, ou  Toyz, sont ancien serviteur et amant.
Ce n'est que quand, suite à se pseudo questionnement quant à l'espèce dudit père, Furu lui dit que celui-ci était un ange que Kizuki commença à sentir le doute s'insinuer dans son esprit... Doute devenant certitude lorsque la femme rajouta

- Je croyais que tu l'avais compris. Enfin, une sorte de luciole ou je sais pas-je sais plus. Au ton de sa voix, nul doute pour Kizuki que Furu connaissait le père, et savait que Kizuki le connaissait également « Je croyais que tu l'avais compris »... Cette phrase à elle seule, sans compter le descriptif de la forme Grigôl de Toyz, suffisait à conforté l'ange dans la certitude que le père de cet enfant n'était autre que celui que ses parents avaient acheter pour l'occuper, et avec lequel il était en froid depuis maintenant une bonne année... Amiel...
- To... Amiel ? Sous le choque, en manquant presque de lâcher la femme qu'il tenait toujours fermement allongé sur le sofa, Kizuki prit quelques instants à comprendre toute la porté d'une telle révélation... Toyz, son Toyz, avait engrosser une femme ? Il avait été accusé de viol -ce dont Kizuki ne croyait pas un seul instant, lui même ayant déjà « violer » son jouet durant leurs jeunesse...- et était le père de cette enfant ?
L'ange était tellement sonné qu'il ne pensa même pas à en éprouver une quelconque jalousie mal-placée, la seule pensé qui le traversait était encore plus débile que ça « Toyz, comment t'as pas coucher avec un malade pareille ? »
Reprenant doucement ses esprit, mais encore trop secouer pour pouvoir parler convenablement, Kizuki entreprit de concentrer son attention sur la femme sous lui, demandant de sa voix hachée par l'émotion si il ne serait pas plus pratique que celle-ci ne se mette à pousser.


- Ils disent qu'elle saura quand pousser. L'ange hocha la tête, plus par mécanique que par réelle acquiescement, il était encore trop sonné par la découverte qu'il venait de faire pour pouvoir comprendre l'entièreté des donnés que lui donnait la femme face à lui, le regardant droit dans les yeux -regard que l'ange soutenait tant bien que mal, l'esprit ailleurs- Il allait accouché l'enfant de son ex-serviteur-ami-amant... ...Et que... Furu sembla hésiter, mais une fois encore, Kizuki ne s'en soucia guère. Ça peut durer de nombreuses heures. Si c'était une humaine on en aurait pour au minimum trois heures.
En d'autre circonstance l'ange aurait souffler d'exaspération, mais le seul son parvenant à franchir la barrière de ses lèvres à cet instant précis fut un « hum » dénué de tout sentiment. Il se sentait vide, exténué, mais il ne pouvait se résoudre à partir, même maintenant. Surtout pas maintenant.  Bon, je vais aller chercher une aspirine...Pour Lucille. Tu veux quelque chose ? Un café ? Un somnifère, aurait souhaité répondre l'ange, afin d'oublier la précédente discutions, mais il se contenta de d’acquiescer pour le café
- Avec beaucoup de sucre, s'il te plaît.

Il avait au moins besoin de ça s'il ne voulait pas faire un malaise des suite d'un tel choc moral... Il n'était même pas sûr de si c'était la nouvelle en elle même qui l'avait à se point marqué où la façon dont il l'avait apprise. Alors qu'il avait la femme à moitié nu devant lui et empestant l'alcool à plein nez... Relâchant doucement sa prise sur la femme, la surveillant toutefois de  manière à l'empêcher de tomber du canapé, il souffla finalement d'un air las.

- Tu connais Toy-Amiel ? Décidément, il faudrait qu'il apprenne à ne plus appeler Amiel Toyz, surtout en présence de tiers personnes... Comment vas t-il ? Kizuki avait un voix faible, presque plaintive, malgré le contrôle qu'il tentait de garder sur celle-ci... Lui qui en avait fait voir de toute les couleur à son grigôl se voyait désormais, après une année passé à se faire ignorer par celui-ci, inquiet pour celui-ci. Un comble...
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Jeu 26 Juin - 16:07

- To... Amiel ?
- Uh ? Oui. Toamiel n'est pas tout à fait un prénom. To-à-miel non plus mais j'avais compris l'essentiel. Tu le connais ? Dis-je calmement avant de poursuivre mes activités.

Je n'étais pas très curieuse de l'histoire, à vrai dire, et je n'avais plus vraiment envie de me mêler de ces affaires. Je m'étais cassée les dents une fois contre un mur fait de glace... Je n'allais pas insister ! Il ne manquerait plus que ça !
Je n'avais pas remarqué que l'humeur de Kizuki avait changé. Non... Je ne remarque pas ce genre de trucs en général et il faut que la personne aille très, très mal pour que je m'en aperçoive. Pas que je m'en fiche, non, c'est juste que je ne fais pas attention. Je continuais donc d'agir comme si de rien n'était, ou plutôt comme si un accouchement se profilait à l'horizon. C'était, après tout, la chose la plus importante de la journée !


- Avec beaucoup de sucre, s'il te plaît.

Il n'avait pas vraiment répondu à cette histoire de café. Mais préciser qu'on voulait des sucres, ça voulait bien dire qu'on était d'accord pour le café, non ? Dans l'état où étaient les choses, je n'en savais plus trop rien et alla à la cafetière -comment marche ce truc ? ah c'est bon, j'ai trouvé ! ...Non c'est pas ça. Bon, bah... Deuxième essai ? ah voilà ! - ; fis donc un café décent et sélectionnais l'option 'cappuccino' pour moi. Je mis les sucres sur la petite assiette contenant la tasse de café -à côté de la tasse, quoï- et alla vider le tube de chantilly dans mon cappuccino. Ce n'était pas un excès de gourmandise... A vrai dire, j'étais tellement troublée que j'avais oublié de m'arrêter, perdue dans mes pensées que j'étais. Une fois que je m'en rendis compte, c'était trop tard. Ma manche toute entière s'était imbibée de chantilly, ma main en était recouverte et celle-ci avait débordée sur le plan de travail, rampant misérablement en direction du café de Kizuki !
J'éloignais le café, retirais mon sweat, nouais mon énorme écharpe en bandeau autour de ma poitrine -il commençais vraiment à faire froid, mais une manche pleine de chantilly c'est pas très sain pour un nouveau-né- et m'apprêtais à revenir avec café et cappuccino -zut ! j'ai oublié l'aspirine !-


- J'ai mal au ventre... Gémit une seconde fois Lucille, en japonais ce coup-ci.
- Ça vient, ça vient. Maugréais-je avant de poser sur la table basse, sur le papier des numéros d'urgence, le café de Kizuki.

- Tu connais Toy-Amiel ?

- Hein ? Je relevais la tête et le regardais.
- Comment vas t-il ?

Un instant d'hésitation, je réfléchissais.
- Ano... Comment expliquer ça proprement ? Ça fait une dizaine de mois que je ne lui ait plus parlé et je ne l'ai plus vu depuis cette histoire avec Lucille. Quelques secondes de pause, le temps de me demander ce que je pouvais dire ou non. Il a un sale caractère, hein ? Risquais-je avant de me redresser et de lancer à la volée : Je vais chercher l'aspirineuh ! Comme excuse pour m'esquiver.

Trouver la salle de bain fut facile car j'y étais déjà allée. Trouver l'aspirine... Moins. Ils ont... Des médicaments en Italien ? C'est quoï ce foutoir ? Comment je peux repérer de l'aspirine moi les noms sont pas pareils du tout du tout ! Je rapportais le sac tout entier et le déposait sur le sol, à côté du canapé. Je m'agenouillais devant et entrepris d'en sortir un grand nombre.


- Ne, Lucille, dis-moi... C'est quel médicament l'aspirine ? Je m'en sors pas avec ces écritures... Je regardais les textes d'un air un peu moqueur. Les noms latin dessus ressemblaient à du charabia et j'étais incapable de comprendre la signification des textes écrits en petit, identifiés comme les symptômes qui permettaient la prise du médicament. Sauf que Lucille n'était pas en état de me répondre. Visiblement son bas-ventre la travaillait et elle gémissait comme un jour de règles. Elle m'envoya un regard noir sans pour autant me répondre. Je soupirais et retourna m'assoir à mon poste, devant la porte de sortie du bébé. J'avais oublié mon cappuccino dans la salle de bain. Posé sur le rebord de la baignoire pour me permettre de chercher les médicaments, je sus que je l'avais complétement perdu au moment où j'entendis un 'clingtchling' typique d'une tasse à café dévalant la paroi d'une baignoire vide.

Les minutes s'écoulèrent à nouveau et la Tsuno eut finalement le sacré mauvais réflexe d'essayer de se lever pour partir vagabonder dans la maison. D'une main ferme, j'appuyais sur son tibia d'un air sévère. Le message était clair : bouge pas ma vieille sinon je te dévore. Je doutais en être capable mais bon, l'instinct Lycanthrope... On sait jamais à quoï s'attendre avec lui.
Puis ça recommença, l'ennui. Quand je m'ennuie, je raconte des bêtises.
Enfin, il a un sale caractère, mais il m'a sauvé la vie, quand j'étais petite. Dis-je à mi-voix avant d'attraper le portable et de cacher mes paroles derrière une quinte de toux factice qui ne savait dissimuler un léger sourire. Bien bien, que nous disait ce vieux google sur les grossesses ? Lucille... T'es en train d'accoucher, t'es pas muette, tu sais. Me plaignis-je. Elle avait désormais l'air pleinement consciente et quoïque bien imbibée d'alcool elle aurait certainement pu nous tenir compagnie un peu mieux que ça.

La demoiselle s'agita sur son canapé.
- Je suis en train de quoi ? Enfin ! Lança-t-elle presque heureuse d'une telle nouvelle. Elle tenta de se laisser retomber lourdement sur le canapé. Aie... Aieuh ! Elle se pencha sur le côté et attrapa d'elle-même l'une des boites de médicaments dans le sac. Elle l'ouvrit et avala l'un des cachets tout rond avant de se mettre à tousser... A s'étouffer. La Tsuno venait de gober un effervescent !
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Ven 27 Juin - 14:37

Kizuki n'avait pas répondu au questionnement de Furu, pour la simple et bonne raison qu'il ne l'avait même pas entendu, concentrer qu'il était sur ses propres pensées plutôt que sur les paroles de la femme à ses coté.
Quand enfin il reprit ses esprit, ou tout du moins tenta de le faire du mieux qu'il le pouvait, ce fut lui qui posa la question de savoir si Furu connaissait son Toyz, et si ce dernier allait bien...
Bien que l'ange se doutait bien qu'en une année passé livré à lui même Amiel avait du vivre nombre d'événements et changer radicalement, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver un malaise certain à l'idée que ce dernier n'ait fait un enfant derrière son dos...
Bon, pour dire vrai, Kizuki avait lui aussi mit une fille enceinte peut avant son entré officielle au lycée, mais ça il ne le savait alors pas encore, cette dernière étant vampire et actuellement en couple avec une toute autre personne que lui (leur enfant ayant été conçut un soir d’ennui, alors que tout deux ne se connaissaient absolument pas et ne comptait pas non plus se revoir une fois l'acte accompli)
Bref, quoi qu'il en soit, apprendre que son seul ami-amant-défouloir avait réussi là ou lui pensait avoir à jamais échoué -négatif qu'était l'angelot-, lui foutait un sacré coup au moral. Sans compter, bien sûr, la jalousie possessif qu'il ressentait vis à vis de son ancien jouet...
Kizuki avait un sale caractère. Comme quasiment tous ceux qui, comme lui, était né avec une cuillère en argent dans la bouche... Il avait longtemps pensé que tout lui était du, acquis, et que s'il le faisait suffisamment discrètement il lui était possible de faire absolument tous ce qui était faisable durant sa vie.
Sale gosse pourri gâté ! Si seul...


- Ça fait une dizaine de mois que je ne lui ait plus parlé et je ne l'ai plus vu depuis cette histoire avec Lucille. Il a un sale caractère, hein ?

Une dizaine de mois, déjà ? Ça faisait à peine deux ou trois mois de mois que lui, pas de quoi apprendre grand chose d'intéressant en somme... Enfin, si on excepté la dernière question posé.
Toyz ? Un sale caractère ? …
Ô, bien sûr, dire que Kizuki n'avait jamais vu, derrière ses aires dociles et résignés, qu'Amiel avait un tempérament bien plus fort et directif qu'il ne le laissait paraître serait mentir. Mais de là à dire qu'il avait un sale caractère, le jeune homme ne savait pas trop qu'en penser.
Il n'était même pas sûr qu'y penser était le mieux à faire dans la situation présente d'ailleurs...
Prenant sa tasse d'une main, l'air ailleurs, il pris trois copeaux de sucres et les jeta dans son café, mélangeant quelque instant, avant de boire une gorgée encore brûlante de ce le liquide amère.
Pendant le blanc qu'avait suivit la question de Furu, cette dernière était monté chercher de l'aspirine -ou quoi que ce soit pouvant soulager les prochaines douleurs de la génitrice, cette dernière semblant encore bien trop calme pour quelqu'un s'apprêtant à accoucher, ce qui conforta la garçon dans l'idée qu'il aurait bien le temps de finir son café avant qu'enfin l'enfant ne se décide à arriver-, aussi Kizuki se contenta t-il de garder un œil distrait sur la femme allongé à ses coté, prêt à la recoucher au moindre geste suspect. Mais heureusement pour lui, malgré quelques mouvements malaisé, cette dernière ne semblait plus avoir la force ou l'envie de se relever pour partir...
Finalement Furu revint, avec une boite remplis de médoc, et l'ange put reporter l'entièreté de sa concentration sur l'enfant à naître. L'enfant de Toyz certes, mais un enfant avant tous !


- Ne, Lucille, dis-moi... C'est quel médicament l'aspirine ? Je m'en sors pas avec ces écritures...

Se levant pour venir jeter un coup d’œil sur les dites écritures, Kizuki ne put que confirmer que lui non plus ne parvenait à lire cette langue. Il parlait Japonais, et son système d'écriture n'était absolument pas le même que celui utiliser dans la plupart des pays, dont celui d’où cette langue était originaire.
Un bruit semblable à un tintement lui parvint de l'étage au dessus, mais l'ange n'y prêta pas grande attention, concentré qu'il était sur les différente pilules face à lui, tentant maladroitement de reconnaître la forme ou la couleur d'un médicament familier... Mais visiblement, les emballages eux aussi changeaient en fonction des pays.
Il en était d'ailleurs toujours là dans ses recherche quand il entendit la génitrice bouger et se précipita pour la recoucher sur le canapé. Mais Furu fut plus rapide que lui et s'en chargea elle même sous le regard appréciateur de l'ange.
Il n'avait pas la moindre idée d'où il connaissait cette fille -car il était toujours sûr de la connaître-, mais il commençait à bien l'apprécier.
En même temps, en pareil situation il était dur de déprécier quelqu'un qui nous aidait. Quand bien même celle-ci était en partie responsable de la dire situation...


- Enfin, il a un sale caractère, mais il m'a sauvé la vie, quand j'étais petite . Kizuki, s’étant finalement réinstaller à sa place initiale sur la canapé et à coté de la femme faute de mieux, prit quelques instants à comprendre le sens de la phrase que Furu venait de lancer sans aucun préambules.
Lui qui tentait de chasser Amiel de son esprit, voici maintenant que Furu en reparlait. Et pour donner une information des plus perturbante de sur-croix !

- Quand tu étais... petite ? Comment ça ?

Demanda t-il finalement, décidant qu'il ne pouvait empêcher sa curiosité de l'emporter sur sa raison, alors que l'Hérissonne venait tout juste de s'adresser à son amie pour lui sommer d'être un peu plus actrice de son propre accouchement.
Cette dernière, semblant enfin réaliser la raison pour laquelle elle était à moitié nue depuis près d'une heure -ce qui, par ailleurs, manqua de faire s'étoffer l'ange qui ne comprenait pas comment elle avait pu se laisser ainsi dévêtir et positionner si elle n'avait pas compris ce qui était en train de lui arriver- se décida, enfin, d'elle même à prendre l'un des cachets présents dans la boite et de... s'étouffer avec...
Si l'ange n'aurait pas été si inquiète pour le gosse, sûrement qu'il aurait éclater d'un rire franc face à la débilité avéré de cette femme.
Si elle savait lire les effets du médicament en question, il semblerait qu'elle n'avait pas la faculté de reconnaître un effervescent et un comprimer...
Se plaçant derrière cette dernière, bien trop désespère par son comportement pour réellement paniquer, il tapa 5 fois dans son dos, pile entre ses deux omoplates, avant de poser ses main juste sous son diaphragme et appuyer de manière à lui faire recracher le comprimer bien trop gros pour passer dans son estomac sans brûler sa gorge au passage...
Une fois celui-ci cracher, de l'écume s'écoulant autour des lèvres de la femme, l'ange fit signe à Furu de la rallonger -après l'avoir essayer- et partit à la recherche d'un verre d'eau pour y plonger un autre de ses comprimé, maintenant repérer, et le tendre à la Tnunos
Et dire ce celle femme abruti était porteuse de l'enfant d'Amiel...
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Ven 27 Juin - 15:42

Il avait l'air intéressé par cette histoire mais j'évitais de répondre. A vrai dire, je n'avais jamais eu la moindre preuve qu'il s'agissait bien d'Amiel. J'en étais même venue à me demander si ce n'était pas le visage de Kururo dont je me rappelais...? Dans tous les cas, lui expliquer cela serait revenu à promettre que les faits étaient réels, ce qui aurait été catastrophique si je me plantais. J'esquivais donc la question, faisant comme si je ne l'avais pas entendu. Ça n'était pas grave si ça restait un secret entre l'ange et moi.

J'étais cependant un peu chamboulée. Kizuki-sama avait-il raison ? Fallait-il appeler le père pour le prévenir ? Fallait-il risquer de se confronter à la créature si froide qu'il devenait de plus en plus de jour en jour ? J'avais menti. Des nouvelles, j'en avais régulièrement, mais aucune n'était agréable à entendre. Parfois, j'entendais mon petit ami me parler d'affaires de meurtres où Amiel semblait impliqué, ou de bagarres ayant débutées au sein de l'établissement. Certains élèves qui le provoquaient disparaissaient également.
J'avais du mal à croire qu'il s'agissait du feu follet de mes souvenirs.

'L'incident' de Lucille me fit vraiment très, très peur. Je crus bien qu'elle allait mourir ! Combien de fois m'avait-on mise en garde contre ces sales cachets effervescents ? Il paraitrait même qu'ils pouvaient tuer, si on les avalait comme ça. Un peu comme un mélange de menthos et de cola... Heureusement, la situation fut de courte durée et je me retrouvais sans avoir bougée, mais bien plus pâle qu'auparavant. Mon cœur battait la chamade et mes mains tremblaient. Je m'aperçus avec regret que je n'avais été d'aucune utilité.

Lucille, quant à elle, but d'une traite le verre d'eau. J'eus peur d'un nouvel incident, mais l'aspirine fut plus rapide qu'elle et le cachet eut le temps de se dissoudre entièrement avant qu'elle ne porte la boisson à ses lèvres. Lucille ne tarda pas à se rendormir, se réveillant de temps à autre, en sueur et désorientée, à cause des contractions.
Celles-ci étaient espacées de plusieurs minutes et ne semblaient pas se rapprocher. Je n'y comprenais rien mais décida de m'installer à même le sol, le dos contre le sofa, du côté où le bébé sortirait.
Une heure passa ainsi et je finis par somnoler. Je m'étais recroquevillée sur moi-même et la position fœtale avait toujours eu un aspect apaisant sur ma personne. Ainsi installée, j'aurais pu m'endormir même une nuit de pleine lune.
Après cette heure-ci rentrèrent les parents de Lucille. C'étaient des adultes responsables et travailleurs. Pas forcément du type intello, mais qui savaient se débrouiller en cas de soucis. Je fus soulagée de les voir entrer et accourait leur expliquer la situation, chose plutôt difficile pour moi. Je bredouillais et balbutiais, mais il ne fallut que quelques syllabes pour que ces derniers se précipitent vers le canapé, sans vraiment porter attention à Kizuki, car trop effrayés pour leur fille.
Lorsqu'ils eurent vérifiés sa température, ils remarquèrent enfin la présence du garçon. Il ne fallut qu'un quart de seconde pour que le père identifie Kizuki à la bien trop vague description qu'avait fait Lucille du père de l'enfant. Il l'attrapa par les épaules et le plaqua contre un mur, enragé.


- TOI !! Comment oses-tu venir ici après tout le mal que tu lui as fait ?! Hurla-t-il, excédé alors qu'à côté, la mère de la Tsuno avait attrapé le téléphone portable pour lancer l'application 'chronomètre' afin de déterminer de la fréquence des contractions. Elle posait trois tonnes de questions à sa fille, auxquelles celle-ci répondait de manière vague et fatiguée.

Un peu perdue dans tout ce chamboulement, je tentais de m'approcher de l'altercation, espérant expliquer à Mare-sama que Kizuki n'était pas le père. Cependant, c'était mission impossible. Il semblait que le Tsuno ait depuis trop longtemps refoulé sa rancœur, car il avait décidé de ne pas m'écouter. Je parlais dans le vide. Pour couronner le tout, Lucille poussa un hurlement d'enfer, couvrant les paroles de sa mère, s'écriant que le bébé arrivait.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Sam 28 Juin - 2:52

La femme bu le verre d'eau qui Kizuki lui tendait d'une traite, ne pensant même pas à vérifier que l'aspirine s'était entièrement dissoute avant de se faire -ce qui, heureusement pour elle, était le cas-, et se laissa retomber mollement sur le sofa et somnoler. Depuis qu'elle avait -enfin- compris les raisons de sa semi nudité et la présence constante des deux personnes à ses coté -car sinon, nul doute que l'ange ne serait pas rester simplement pour veiller une saoularde le temps qu'elle désaoul-, elle semblait s'être enfin calmé. Ce qui retirait un sacré poids des épaules des deux sage-femmes improvisés.
Regardant Furu s'installer contre le sofa, face à l'entré -ou plutôt, dans le cas présent, la sortie- de la somnolente, Kizuki su qu'il ne tirerait rien de plus d'elle concernant Toyz avant un bon moment, aussi reprit-il lui aussi sa place derrière la tête de la futur mère de manière à pouvoir la maintenir en place si celle-ci menaçait de tomber ou de se lever.
Les secondes passèrent, se transformant en minutes, puis en heure. Kizuki c'était mit lui aussi à somnoler, maintenu réveiller par les gémissements quasi incessant de la femme qu'il tenait toujours en partie contre lui -sa tête maintenant posé sur les genoux du garçon afin d'intensifier sa prise sur elle le moment venu-, et à en juger par la respiration saccadé de Furu, elle non plus ne semblait pas au mieux de sa force physique.
L'ange menaçait réellement de s'endormir quand un bruit sourd le fit brusquement sursauter, faisant de se fait grogner la femme sur ses genoux.
Les parents de cette dernière étaient enfin rentré, et à peine eurent-ils posé leurs pieds dans le salon que l'Hérissonne leur sauta à moitié dessus pour leurs expliquer la situation.
Kizuki, lui, quelque peu mal à l'aise de se retrouver face aux parents de la future mère à l'enfant de Toyz -surtout dans une telle situation et dans une telle position-, préféra se faire oublier le temps que Furu ,n'explique la situation aux adultes. Ce qui sembla plutôt bien marcher de prime à bord vu qu'aucun des deux parents ne sembla remarquer sa présence auprès de leur fille... Enfin, tout du moins les premières minutes...
Avant même de comprendre ce qui se passait, l'angelot se sentit soulever du sofa et plaquer contre un mur, le visage rougeâtre du père de la génitrice à quelque centimètres du sien.


- TOI !! Comment oses-tu venir ici après tout le mal que tu lui as fait ?!

Sous le choc, son crâne ayant heurté le bitume le lançant férocement, Kizuki prit plusieurs secondes avant de comprendre la raison d'un tel acte. Il n'avait jamais rien fait à leur fille, il ne l'avait même jamais rencontré avant ce jour, la seul possibilité qui s’offrait alors à lui était que les parents de cette dernière l'avaient prit pour le père de son enfant, autrement dit pour Toyz...
S'il n'avait pas si mal à son occipital, sûrement qu'il se serrait foutu ouvertement de la gueule de cet homme assez idiot -bestiau même- pour attaquer le premier mec venu en l'accusant d'être le père sans même lui laisser le temps de se présenter. Mais là, en l’occurrence, l'ange n'avait aucune envie de rire... Cette homme était si bête, si primaire, qu'il n'écoutait même pas les explications d'une Furu tentant de lui dire qu'il se trompait de coupable.
Si Kizuki s'écoutait, il aurait frappé cet homme pour avoir ainsi osé le toucher. Même ses propres parents n'avaient jamais levé la main sur lui, et ce n'était pas cet inconnu au QI d’huître qui aurait le droit de le faire avant eux !
A dire vrai, la seule personne que Kizuki autoriserait à le frapper, et encore, c'était Amiel... Œil pour œil, dent pour dent...
Mais bon, ce n'était pas le moment de se faire un nouvel ennemi... Pour l'instant, tenté de plaider sa cause par la non violence était le plus intelligent à faire, la vengeance viendrais plus tard. Elle se mangeait bien froide après tout...
Se dégageant de l'emprise de l'homme, sans prêté attention aux cris de la femme de ce dernier, l'ange s'éloigna de quelque pas avant d'enfin tenter d'amorcer le dialogue


- Il vous arrive d'attendre de savoir à qui vous avez à faire avant d'attaquer les gens ? Petite pique, comme ça, en passant.Je ne suis en rien le père de l'enfant, et croyez moi bien que je n'ai aucune envie de l'être. Deuxième piques, mais même cette insulte à peine voilé quant à son ressentit pour leurs fille, il n'était pas sûr que l'homme l'est comprit. Stupide comme il semblait être... Je suis simplement un ami à Furu venu l'aider à ramener votre fille ivre jusqu'à chez elle, et rester pour aider Furu à s'en occuper une fois que celle-ci avait indubitablement perdu les eaux, alors merci de vos remerciements mais... Sa phrase fut coupé par un nouveau cris de la par de la Tsunos et, ni une ni deux, l'ange délaissa le père de cette dernière pour retourner à son chevet et lui prendre les mains de manière à l'empêcher de trop gesticuler et de tomber du sofa. Regardant Furu d'un air ou se mélangeait panique et soulagement -ignorant volontairement le seul autre homme de la pièce- il lui sourit d'un air fatigué. Je crois que là, c'est la bonne !

Kizuki eut juste le temps de sentir les ongles de la future mère s'enfoncer dans la chaire de ses mains que cette dernière poussa un nouveau cris, et qu'il pu voir au travers de ses cuisses écartés, la tête du nouveau né apparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Sam 28 Juin - 5:42

Un mélange d’excréments et de déchets innommables s'échappèrent des cuisses de mon amie. Sa mère, Mme Mare, m'avait poussé sur le côté, me certifiant que je ne serais utile en rien. Un peu sonnée, j'étais restée et avais regardé cela sans réellement y prêter attention, jusqu'à ce moment précis.

Mon estomac se souleva et j'eus à peine le temps d'aller à l'autre bout du salon que je rendis mes tripes sur le sol... Et mon déjeuner avec.
La tête me lançait violemment et la déshydratation provoquée par le vomissement me força à m'assoir, sur le canapé en face de celui qu'occupait Lucille. Contractée, les poings fermement serrés et posés sur mes genoux, le visage fixant définitivement le sol, je m’immobilisais. Un cri, cependant, pleurs du bébé, me sorti de ma léthargie. Je relevais la tête et essuyais de mon bras les restes de vomi sur mes lèvres. Mes yeux étaient gorgés de larmes à cause de l'acidité trônant dans ma gorge et j'y voyais donc encore plus flou, moi qui n'avais déjà pas une bonne vision.

Mais je voyais à bout de bras la femme tenir un truc sanguinolent qui gesticulais calmement. Mme Mare se leva et emmena la petite chose dans la salle de bain, pour la laver, nonobstant Lucille qui tendait les bras dans la direction du bébé, pour pouvoir le serrer contre elle. Premier réflexe un peu bancal d'une nouvelle mère.

Lorsque Madame Mare revint, le bébé semblait beau. Rouge, boursouflé et avec deux mèches de cheveux sur la tête, il avait également la peau fripée. Mais de jolis yeux violets étincelaient, cela très certainement à cause de la lumière, trop forte, de la pièce. L'ampoule électrique se reflétait dans ses yeux qui semblaient projeter des éclairs indigo.


- C'est une Tsuno. Dit fièrement la grand-mère, tournant le bébé vers son mari.
Elle avait une énorme corne pointue sur la tête. Tous deux semblaient soulagés.

Lucille, qui avait d'abord voulu la serrer contre elle, ne tarda pas à se rappeler de notre marché. Elle me lança soudain un regard noir et je frémis. N'était-ce pas ce que nous avions conclus ? Ne devais-je pas prendre soin de l'enfant qu'elle ne souhaitait pas ?


- Je veux qu'elle sorte. Murmura la jeune mère en ne me quittant pas des yeux.
- P...Pardon ? Elle leva la tête vers Kizuki, se déboitant à moitié la nuque pour l'avoir dans son champ de vision et articula.
- Et lui aussi. C'est une propriété privée. Je ne veux pas qu'ils s'approchent de Johanna. Ils auront mauvaise influence sur elle.

Je ne compris ce qui se passait qu'au moment où Madame Mare s'avança vers moi, l'enfant blotti contre elle, et m'expliqua calmement que Lucille avait besoin de repos et de passer un peu de temps avec sa fille... Seule. " Nous vous enverrons une corbeille de fruits pour vous remercier de votre aide, à tous les deux. " précisa-t-elle. Elle ne le fera pas, ne connaissant l'adresse d'aucun de nous et ne prenant pas la peine de le demander. Elle voulait juste aider sa fille bouleversée par cette dure épreuve.

" Et ne t'en fais pas pour le vomi répandu sur le tapis. Je nettoierais. " ajouta-t-elle à mon égard de son ton éternellement calme et posé.
Beaucoup de choses se bousculèrent dans ma tête. A moitié assommée, percluse de stress, j'avais énormément de mal à saisir la situation. Je me relevais et me sentais tout à coup blessée, humiliée, j'attrapais Kizuki par le poignet et le tirais violemment vers la sortie, l'entrainant avec moi. Une fois franchis le portail du jardin je le lâchais et poussais un cri de rage, bestial, ressemblant étrangement à un rugissement de lycanthrope.
Je donnais un coup de pied dans la grille.

L'amertume, chaque mots retenus, chaque réflexion refoulée pour garder cette relation parfaite entre moi et Lucille, chaque seconde où j'avais dû prendre sur moi, où je m'étais inquiétée, me blessait maintenant comme des centaines de milliers de couteaux.

Qu'elle change d'avis, j'y avais pensé ! Je m'étais dit que ce n'était pas grave tant que je pouvais trouver un moyen de payer ma dette, que je ferais avec, la baby-sitter même. Après tout, n'était-ce pas son droit premier ? Mais que cette fille m'envoie sur les roses, après tout ces mois à la supporter, je n'en revenais pas ! Comment osait-elle ?! J'avais été celle qui l'avait empêché de tuer le bébé bien avant sa naissance !

J'avais des envies de meurtres. Je me mis à pleurer.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Sam 28 Juin - 6:52

Le reste de l'accouchement sembla se dérouler étonnamment vite aux yeux de Kizuki.
Ce dernier, tenant toujours les mains de la jeune maman sans trop savoir pourquoi -sûrement, comme presque tous ce qu'il avait fait depuis qu'elle avait perdu les eaux, parce qu'il avait vu le mare le faire dans tous les films... Et vu qu'il n'y avait pas de mari pour interpréter ce rôle, il s'en chargeait lui même-, remarqua à peine Furu allant régurgiter le contenu de son estomac un peu plus loin dans la pièce, concentré qu'il était sur les geste que la future grand-mère prodiguait pour aider sa fille à mettre son enfant au monde.
C'était à la fois beau et terrorisant. Émouvant et épouvantant.
Il ne sentait même plus la douleur des ongles de la Tsuno s’enfonçant dans sa main, ni même le sang s'écoulant de celle-ci pour terminer sa course au niveau de son coude, gouttant doucement sur la canapé déjà visqueux d'un mélange de liquide amniotique et d’excréments.
Ce ne fut que lorsque la nouvellement mamie brandit l'enfant, sain et sauf, aux yeux de tous, que Kizuki se rendit compte qu'il n'avait quasiment pas respirer depuis le commencement du travail.
Respirant un grand coup, il regarda l'enfant d'Amiel avec un mélange de tendresse et de dégoût qu'il ne parvenait à réfreiner. Cette enfant... Il était plutôt beau...


- C'est une Tsuno. Déclara finalement la grand-mère en revenant de la salle de bain, après avoir nettoyer le nouveau né, d'une voix pleine d'émotion. Alors comme ça l'enfant avait pris l'espèce de sa mère ? Ce n'était pas plus mal en vrai, vu que Toyz n'avait depuis déjà longtemps plus d'espèce propre... Au moins la petite, car l'enfant se trouvait être une fille, pourrait vivre dans un monde qui ne la rejetterais pas...
La mère, toujours aussi épuisé, sembla néanmoins avoir retrouvé ses esprits, et alors que tous avaient les yeux fixé sur la petite chose pleurant dans les bras de sa mémé, elle se mit à déclarer d'une voix, quoi qu'éreintée, ferme.


- Je veux qu'elle sorte. Elle s'adressait à une Furu qui n'aurait pas eut l'air plus choqué si on lui avait dit que le soleil était fait de gruyère au paprika. Et lui aussi. C'est une propriété privée. Je ne veux pas qu'ils s'approchent de Johanna. Ils auront mauvaise influence sur elle.
- Pa... Pardon ?

Bredouilla Kizuki, dont la colère enflait doucement en lui et faisait ressortir une jolie veine sur sa tempe au teint pâle. Elle se foutait de leur gueule là hein ? C'était une blague ? … Ok, l'ange avait des choses horrible, innommable même, dans sa vie, mais depuis qu'il était ici il avait eut un comportement exemplaire et quasi... angélique. Oui, c'était le mot même ! Il avait été un ange. C'était cette ivrogne immature qui avait le plus de risque d'avoir une mauvaise influence sur son propre enfant, pas lui ni encore moins Furu -du moins, pour ce qu'il avait pu voir le la jeune femme-
Kizuki allait se mettre à protester oralement quand il comprit, en voyant la nouvelle grand-mère se rapprocher de Furu et de lui pour les sommer de partir, que c'était inutile...
La pomme ne tombe jamais loin de l'arbre. Et pour que ces vieux ne voient pas que le plus grand danger qu'il puisse arrivé à leur petite-fille soit de rester avec sa mère, c'est qu'ils devaient être aussi con que leur fille.
Kizuki comprenait qu'on puisse valoriser les gens qu'on aime, donc nos enfants, mais de là à accepter que cette immonde femme capable de sa saouler pour perdre son gosses soit mère... C'était de la débilité !
Sentant la main de Furu se refermer sur son poignet il se laissa entraîner vers la sortie sans mot dire, n’oubliant pas au passage de lancer un regard de pitié vers la pauvre enfant et sa famille de crétin.
Pauvre gosse...
Une fois sortie du terrain de la résidence, Furu se décida enfin à le lâcher et, alors que l'ange serrait les poings face au traitements qu'il avait reçut pour sa conduite exemplaire, se mit à crier sa rage dans le silence de la nuit.
Kizuki aussi avait les nerfs, mais frapper une grille n'aurait fait que croître sa colère en lui rajoutant une douleur supplémentaire au pied sans pour autant calmer sa haine, aussi se contenta t-il de planter ses propres ongles dans sa main déjà bien meurtris par ce de la folle ayant donné naissance à l'enfant d'Amiel.
Personne ne lui avait encore fait un tel affront ! Personne, sur toute sa vie, ne l'avait autant rabaisser qu'en cette seule journée !
Il avait été frapper, accuser injustement et virer sans ménagement d'une maison, tous ça pour avoir accepter de rendre service !
Et après les gens se demandait encore pourquoi il y avait tant d’antithèse ? Foutage de gueule !
Le sang continuait à couler le long de l'avant bras de l'ange sans que celui-ci ne pense à cessé ses pseudo-mutilation, sa rage étant encore bien trop présente pour ça et l'adrénaline provoquée par celle-ci lui inhibant encore toute sensation de douleur.
Une, deux, trois goutte couleurs rubis tombèrent sans le sable immaculé. La lune brillait haut dans le ciel, et seul le vent et les sanglot de Furu rompaient le silence environnant...
Kizuki qui, d'ordinaire, ne supportait pas les démonstration de faiblesse incluant des larmes, n'avait même plus la force de s'en plaindre.
S'il n'avait pas été lui, sûrement qu'il aurait lui aussi pleurer d'avoir à vivre une journée aussi pourrie tous ça pour... rien.
On l'avait prit pour un moins que rien. Ses ongles s'enfoncèrent encore un peu plus dans sa chair.
Toyz était père, il arrivait très bien à vivre sans lui. Ses ongles remontèrent le long de sa mains pour venir se planter dans son poignet.
Ce n'était non plus de gouttes mais un écoulement constant de sang qui allait de son poignet jusqu'au bas de son avant bras, pour finalement s’étaler sur le sable.
Sans Toyz pour lui servir de défouloir, Kizuki n'avait plus que lui même à blesser pour passer ses nerfs...
Lui, ou Furu... Mais il n'avait pas le cœur à attaquer cette femme qui était dans le même état que lui, même si pas pour les mêmes raisons...


- Ignoble créatures... Si abjecte... Assez bête et aveugler pour penser que leurs fille est capable de s'occuper d'un môme alors qu'elle ne sait même pas s'occuper d'elle... Pauvre Toyz... Sa fille... Mère débile... Pauvre Amiel...

Kizuki avait murmurer ses paroles les dents serrés, la voix suintant de haine, alors que ses ongles se retiraient peu à peu de l'intérieur de sa chair... Il ne savait pas si Furu l'avait ou non entendu, mais il s'en moquait pas mal... Portant son poignet à ses lèvres il en lécha le sang qui s'en écoulait, la colère prenant peu à peu place à un vide immense !


Dernière édition par Kizuki Kobayashi le Sam 28 Juin - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Sam 28 Juin - 7:37

J'étais trop préoccupée par mon état pour m'enquérir de celui de Kizuki, qui devait bien ressentir à ce moment-là la même chose que moi. Dans mon désespoir, j'esquissais cependant un semi-sourire. Elle allait s'occuper de l'enfant. C'était une petite fille. Amiel avait eu une fille.
Peut-être son caractère de glace allait-il fondre devant le sourire de la petite créature ? Cela serait merveilleux que toute animosité cesse de sa part ! Un moyen de nous réconcilier en quelque sorte.

Les paroles de Kizuki me firent déchanter. Je relevais la tête, le fixant un instant, brûlant d'envie de défendre cette famille si malmenée par le destin, si déroutée par l'événement qui venait d'arriver. Mais je ne sus si c'était ma propre rancœur -ses mots blessant me faisaient du bien; je me sentais heureuse de les entendre maudit, moi qui n'en avais pas le courage- ou la peur que m'inspirais alors mon compagnon qui m'en empêcha. Il semblait... Tout autre. Rien à voir avec le garçon serviable ayant passé l'après-midi avec moi, je revoyais le garçon effrayant de la rentrée. Avait-il réellement changé ? M'étais-je leurrée durant ces dernières heures ? Préoccupée par l'accouchement, par l'urgence de la situation, peut-être n'avais-je pas fait attention à celui que j'avais à mes côtés.


- Elle est désorientée. C'est l'accouchement qui fait ça, c'est marqué sous google. Mentis-je pour tenter de lui redonner le moral bien qu'en réalité j'avais peur qu'il dirige sa rancœur contre moi plus qu'autre chose. D'ici la fin de la semaine, elle se sera excusée. Je me rendis compte que j'avais oublié mon sweat chez les Mare. Il faisait glacé et je n'avais pour cacher mon torse que la grosse écharpe que j'avais nouée autour de ma poitrine. Malheureusement, au stade où étaient les choses, je préférais me leurrer en me disant tristement que mon sweat me sera renvoyé en même temps que le panier de fruits que d'y retourner en espérant ne pas être trop mal accueillie. Me frottant le bras, signe évident de gêne, je n'osais ni faire ni proposer quoï que ce soit. Au bout d'un moment, je glissais, intimidée. Il faudra bien que quelqu'un prévienne le père.. Peut-être savoir qu'il a eu une fille lui remontera-t-il le moral. Le remettra-t-il dans le droit chemin.

Hésitante, je jetais plusieurs coups d’œil à Kizuki avant de commencer à me mettre en chemin pour rentrer, vérifiant constamment si lui allait rentrer également. Mes épines bougeaient doucement dans mon dos, au fil de ma respiration. Sans m'en rendre compte, elles avaient causées pas mal de dégâts. L'un d'eux était d'avoir transformé en passoire le canapé sur lequel je m'étais assise.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 23
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Sam 28 Juin - 8:29

Kizuki sentait peu à peu le froid marquer sa peau, au fur et à mesure que la colère baissait et que la douleur qu'il c'était causé seul se faisait sentir. Lui qui était sortie alors que le soleil était encore à son zénith n'avait pensé qu'à se vêtir d'un jean tous simple et d'un T-shirt d'un blanc immaculé, maintenant taché de transpiration. Le vent frais caressait sa peau sensible d'ange ayant fait trop de mal pour rester insensible aux changements de température, et lui faisait doucement hérisser les poils sur son épiderme.
Grimaçant face à la douleur cuisant qu'il ressentait à son poignet, et à sa joue encore tuméfiée par le coup de sac reçu plusieurs heures au paravent, il se sentait désormais vide, la rage ayant quittée son corps mince pour ne plus y laisser que la résignation et la douleur.
Il était fatigué, épuisé même, et il aurait souhaité que la journée passé ne soit qu'un rêve. Que jamais il n'eut apprit tous ce qu'il savait sur Toyz et que jamais il ne fut traité comme un moins que rien, lui, fils d'ange-supérieur, alors qu'il pensait que tout lui était du...
Il était si las qu'il n'avait même pas la force de s'énerver...


- Elle est désorientée. C'est l'accouchement qui fait ça, c'est marqué sous google. D'ici la fin de la semaine, elle se sera excusée.

Kizuki ne répondit rien -après tout, qui avait-il à répondre à ça ?-, mais sa moue fatigué suffisait à elle seule à montrer à la jeune femme ce qu'il pensait de ses certitudes... Jamais cette femme, aussi désorientée que puisse la rendre ses hormones, ne s'excuserait...
Les hormones expliquait nombre de chose oui, mais ce regard qu'elle leur avait lâché avant de les viré de chez elle, ce n'était pas le regard de quelqu'un de perdu ou  de fatigué, mais bien celui d'une femme qui savait ce qu'elle voulait et voulait faire mal.
Elle était bien plus consciente de ce qu'elle disait que ne semblait le croire Furu -ou alors était-ce Kizuki qui extrapolait tout?-
Peut-être était ce que l'on appelait la solidarité féminine qui faisait que sa camarade prenait la défense de cette femme, ou leur pseudo-amitié, mais l'ange ne voyait sûrement pas les choses de cette manière.
Cette famille était folle et irréfléchie, point !
Qu'importe leur excuse, leurs vies passés, une nouvelle était désormais entre leur mains et la moindre à faire était de lui donné la chance de vivre au mieux sa vie ! Si même Kizuki, celui ayant en partie détruit la vie de Toyz, était parvenu à comprendre ça, c'était qu'il fallait être plus que con ou méprisant pour ne pas le comprendre !
Mais bon, le garçon voyait bien que ce n'était pas le moment d'argumenter dans ce sens, et de toute manière il n'en avait plus la force...
Contemplant son poignet meurtri, douloureux, il hocha machinalement la tête sans osé regarder Furu dans les yeux de peur que celle-ci ne perçoive le mépris que lui inspirait son amie.


- Il faudra bien que quelqu'un prévienne le père.. Peut-être savoir qu'il a eu une fille lui remontera-t-il le moral.

Cette fois par contre, Kizuki manqua de s'étouffer avec sa propre salive. Prévenir Toyz -enfin, Amiel. Il faudra vraiment que l'ange parvienne à surmonté une décennie d’appellation de Toyz pour enfin parvenir à l'appeler par son vrai nom- ?
Comment est ce qu'elle comptait faire ça ? Elle le connaissait donc réellement ? Personnellement ? Était-ce grâce à Amiel que lui même avait déjà rencontré cette fille au paravent ? Il n'en savait rien...


- Toi ? … On c'est déjà vu... non ? C'est Amiel qui nous avait présenté ou bien... ? Tu sais où le trouver ? Trottinant derrière une Furu s’étant déjà mit en marche, Kizuki tentait tant bien que mal de calmer la panique le gagnant à l'idée de se retrouver face à Toyz. Lui qui n'avait eu aucune honte à le torturer, la malmener jusqu'à lui arracher un œil, était maintenant mort de peur à l'idée de devoir s'excuser.
Il ne l'avait encore jamais fait, et ne savait pas comment s'y prendre...
Plus que tous, il avait peur du rejet...
S'il ne se sentait pas si vide en l'absence d'Amiel, sûrement qu'il n'aurait même jamais eut à s'excuser de sa vie toute entière. Mais il savait que quitte à devoir le faire un jour, ce serait à Amiel qu'irait ses excuses...
Je pense que... se serait mieux pour nous que ce soit toi qui lui parle... D'accord ? Lâcha finalement l'ange, une fois tout deux arrivé devant les grilles du lycée. Il devait lui parler certes, mais une fois cet instant proche, la peur était trop grande pour lui permettre d'oser le faire...
Revenir en haut Aller en bas
Furu Sakine
avatar
Nombre de messages : 101
Age : 24
Localisation : Sur la plage
Humeur : VDM ...XD Quoïque... <3
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C+
Race de Monstre: Hybride Hérisson
Karma:
100/200  (100/200)

MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   Dim 29 Juin - 6:59

J'avais commencé à avancer, et lui aussi. Puis j'avais ralenti jusqu'à, au final, calquer mes pas sur les siens. Je comptais rentrer mais cela ne me dérangeait pas de le raccompagner jusqu'à chez lui. Nous étions en train de parler, je pouvais très bien rentrer plus tard.
Peut-être calquait-il également ses pas sur les miens car nous nous retrouvâmes devant le lycée Yokai. Y vivait-il toujours ? Difficile à croire une fois son diplôme obtenu. Je n'osais cependant pas préciser que nous étions tous deux à la mauvaise destination.

Sa question concernant notre rencontre resta en suspend. Si nous avions démarré du mauvais pied, peut-être valait-il mieux entretenir l'illusion pour favoriser un développement positif de notre relation. Je n'allais pas non plus lui dire qu'il m'avait laissé le souvenir le plus désagréable que ce lycée m'ait jamais laissé !
...Ce qui me rendait un peu naïve. Depuis que j'y étais entrée, j'avais vu mourir sous mes yeux deux personnes et j'avais faillit y laisser ma peau plusieurs fois. Je refoulais bien entendu tout ces événements et c'était peut-être à cause de ça que je pouvais me permettre de telles pensées.

A vrai dire, pour ne pas laisser trop de blanc dans la conversation, je m'étais contentée de lui suggérer que nous avions dû nous croiser par hasard. Dans tous les cas, je n'en avais aucun souvenir.


Je pense que... se serait mieux pour nous que ce soit toi qui lui parle... D'accord ?

Je me retournais et le regardais d'un air interrogateur presqu'agacé. Ils ne s'entendaient pas ? Bizarre, j'avais cru le contraire. Son caractère le freinait ? Quelle idée ! Et il envoyait une faible femme à sa place !

- ...Si tu veux... Fis-je, vaincue. Rien ne me disait que j'arriverais à l'approcher, mais j'avais encore mes entrées au lycée à cause de mon petit frère y étudiant toujours et mon grand-frère y travaillant. Bon, eh bien... Bonne nuit. Glissais-je avant de me détourner et de prendre le chemin de la maison. Avait-il un instant pensé qu'il s'agissait d'aller prévenir Amiel à cette heure-ci ? En ce cas, cela serait sans moi. Puis les choses ne pressaient pas trop, il fallait que se calme Lucille.
Revenir en haut Aller en bas
http://our-lands.monempire.net/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I changed... Did you ? {Kizuki   

Revenir en haut Aller en bas
 

I changed... Did you ? {Kizuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You've changed [Anastasia] -Abandon
» 02. Because I knew you I have been changed for good.
» Cynydd ? And then her heart changed, or at least she understood it. The winter passed, and the sun shone upon her. [WIP]
» You say that your life has changed but it is you who has changed ours. • Dylan O'Brien présentation •

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Hors RPG :: RPs finis/abandonnés :: TOUS RPS AVANT FERMETURE-