AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Toyz Rus
avatar
Nombre de messages : 36
Age : 24
Localisation : Dans la neige.
Humeur : Froide.
Date d'inscription : 06/12/2012

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Ange Déchu
Karma:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV   Lun 30 Juin - 10:17



Cela faisait maintenant trois mois qu'Amiel était rentré de son séjour aux enfers. D'abord réticent, il avait regagné le lycée lorsqu'il avait réalisé qu'il n'avait pas le moindre endroit où aller. Bien entendu, ce lieu lui rappelait énormément de souvenirs et tous, ou presque, lui étaient douloureux.
La perte de son âme, du moins, l'aidait à surmonter ce passé, atténuant ses émotions dans un limpide brouillard. Il lui était bien plus facile de chasser de sa conscience tel ou tel échec, voir carrément d'oublier une personne qu'il aurait dû regretter.
Son sens des valeurs avait également changé. Le jeune Amiel voyait la vie différemment. Plutôt que de réfléchir en 'ce qui allait causer des catastrophes' et 'ce qui allait le blesser', il voyait désormais les événements en bicolore : Ce qu'il voulait et ce qu'il avait déjà obtenu. Il se sentait plus positif et plus apte à réussir dans ce qu'il entreprenait. ...Restait à savoir ce qu'il fallait entreprendre.

En effet, redresser la tête, se venger de ce destin cruel avaient étés ses deux objectifs durant cette année. Désormais apte à se défendre, il était un tantinet perdu. Devait-il créer son propre chemin ou choisir la solution de facilité ? Trouver une nouvelle raison de vivre dans une nouvelle quête de vengeance ?

Après tout, Lucille, Kizuki et tant d'autres étaient encore en vie.

Ce n'était plus pareil sans Be' pour lui rendre visite à l'aube. Be' pour lancer des piques acerbes qui n'avaient pour but que de le remuer, Be pour le forcer à manger... C'était ce qu'il avait eu de plus proche d'une mère et il se surprit à la regretter. Aucun doute que s'il essayait un peu, il pourrait négocier avec Alcyone la présence de son ancienne amie.
Assis sur le sol de sa chambre éternellement vide, blotti contre un coin de la pièce, recroquevillé sur lui-même, Amiel s'était emmitouflé dans ses immenses ailes. Il ne savait pas encore voler avec, n'ayant pas eu le temps de s'y exercer. Il les bougeait difficilement et trouvait cela désagréable. Elles étaient lourdes et ne les portait donc pas tout le temps. Elles pouvaient disparaitre selon sa volonté, autant en profiter.
Mais pour la nuit, cela faisait une sorte de couverture de plumes.

Elles l'aidaient à s'endormir, lui, l'insomniaque.
Souriant doucement, l'ange se redressa. Il était bien quatre heures du matin, et les dortoirs n'étaient pas silencieux. Des élèves, pas très loin, faisaient du raffut, chantant et criant dépendant du sujet enveloppant leur conversation. Désormais, il savait qu'il aurait pu aller les tuer, qu'il en aurait eu la capacité. Mais ils ne le dérangeaient pas. Il n'avait pas sommeil.
L'ange traina sa carcasse le long de la pièce, s'approchant de la fenêtre et regardant, au loin, la lune briller de toute sa splendeur. C'était une nuit étrange, sans étoiles, et la lumière de l'astre n'en était que plus intense, au point que l'on voyait parfaitement à l'extérieur. Il s'assit sur le rebord de sa fenêtre, les deux pieds dans le vide, et laissa son regard dériver le long du paysage... Jusqu'à ce que quelque chose, non, quelqu'un, en bas, attire son attention. C'était...


Dernière édition par Toyz Rus le Mar 1 Juil - 5:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://esgalduin.fantastique.tv/t212-passages-inter-forum#1254
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 22
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV   Mar 1 Juil - 2:56

… Kizuki n'avait pas sommeil cette nuit.
Lui qui retardait chaque jour son retour au paradis dans l'espoir vain de trouver une solution miracle pour oser parler à Toy-Amiel sans que celui-ci ne le rembarre, ou pire, n'était de loin pas au bout de son labeur... S'il avait réussi à garder sa place au dortoir jusqu'à la fin des vacances (après tout, il était encore élève durant ce temps, et ceux jusqu'au début de la nouvelle année scolaire) il commençait sérieusement à se demander si ce fut une bonne idée que de rester sur terre sans rien tenter, à seulement espérer, alors que ses parents aveuglé par l'amour qu'ils lui portaient attendaient son retour avec impatiente.
Il n'en savait trop rien, mais maintenant qu'il était ici, autant y rester jusqu'au bout. Jusqu'à ce qu'il soit dans l'obligation de quitter les lieux.
Pour l'instant il se contentait d'airer seul, sans but, à l'extérieur des bâtiments, près de l'aile Sud, sans trop savoir pourquoi ses pas l'y portaient mais s'en moquant éperdument. Là ou ailleurs, quelle différence ?
Habillé d'un jeans simple et d'une chemise ouverte -profité du vent frais de cette matinée encore grise sur sa peau laiteuse-, ainsi que d'une paire de baskets toutes simples elles aussi, il attendait le levé du soleil d'un air morose.
Il ne déprimait pas, non, pas vraiment en tout cas. Kizuki avait toujours été de ceux au tempérament sanguin, pouvant passer du rire aux larmes sans réelles raisons apparentes -ou plutôt, dans son cas, des câlins aux violences physique-, ce qui expliquait, sans pour autant le justifier, les nombreux maux qu'il avait fait à son ancien serviteur.
L'ange étaient plus souvent prit par des crise de nerfs que par de réelles moment de déprime... Ou plutôt, pour faire simple, il extériorisait chacun de ses mécontentements, qu'ils soient physiques, moral ou affectif, par de la violence physique. Son réceptacle ayant longtemps été Amiel...
Kizuki ne pleurait pas, jamais, ou presque. Quand il allait mal, plutôt que de parler, il faisait en sorte de rendre son ex-amant encore plus mal que lui, afin de se sentir mieux.
C'était immonde, mais c'est ainsi que l'ange avait toujours fonctionner, et qu'il fonctionnerait sûrement toujours si Amiel ne l'avait pas quitter.
Sans réceptacle il n'avait plus que deux solutions : Se blesser lui même afin d'oublier la douleur mentale qu'il ressentait, ou trouver quelqu'un à qui il pouvait en parler en toute confiance.
Il avait choisit la première solution, bien moins fatiguante et risqué.
Lui qui n'avait jamais eut d'ami, autre qu'Amiel -si on peu appeler ça un ami- n'avait aucune envie de connaître la douleur d'une trahison.
Kizuki était faible, mais il le cachait par la violence. Sans violence, il était simplement faible.
Il marchait toujours droit devant lui, sans but, quand, à travers la faible lumière de cette pré-aube, il distingua une silhouette qui se dessinait au rebord d'une fenêtre de l'un des dortoirs.
Une silhouette maigre, filiforme, qu'il aurait reconnu entre toute pour l'avoir si longtemps contemplé durant des années.
Amiel !
Celui qui était alors tout juste ado lorsqu'ils c'étaient quitté semblait avoir quelque peu grandit, mais a en juger par la forme de son corps éclairé par l'astre lunaire il n'avait pas grossit proportionnellement à sa taille... Lui qui avait toujours été maigre semblait aujourd'hui squelettique !
Kizuki se sentit trembler, incapable de bouger. Il passa au moins une bonne minute à contempler l'ange déchu, immobile si ce n'était ses tremblement incontrôlés, sans oser prononcer la moindre parole -il n'était même pas sur que, à cette distance, Amiel ne les entendent...-
Finalement au bout d'un temps paraissant interminable à l'ancien maître, celui-ci se décida à parler, la voix faussement détacher de ceux ayant passer le plus clair de leur temps à mentir.
S'il pouvait paraître calme, intérieurement il était au bord de l'apoplexie.


- Amiel ! Cria t-il, la voix légèrement plus roque qu'à l'accoutumé alors qu'il sentait pour la première fois depuis qu'il était sortie à quel point le vent était frais contre sa peau maintenant bouillante.
Il ne rajouta rien, il n'y avait rien à rajouter, il attendait simplement de voir si l'ancien grigôl répondrait à son appel ou l'ignorerait...
Attendre... Même quelques secondes était un supplice pour l'angelot au comportement trop longtemps amoral...
Revenir en haut Aller en bas
Toyz Rus
avatar
Nombre de messages : 36
Age : 24
Localisation : Dans la neige.
Humeur : Froide.
Date d'inscription : 06/12/2012

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Ange Déchu
Karma:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV   Mar 1 Juil - 3:48

Kizuki.
Le sang dans les veines de l'angelot ne fit qu'un tour. Choqué, surpris, il ne réussi pas à articuler le moindre mot. Tout son organisme se crispa cependant et ses doigts se ressérèrent dangereusement sur l'abord de la fenêtre.
Les battements de son cœur s'accélèrent tandis que son souffle restait calme, immobilisé par l'effarement éprouvé.

S'il avait encore eu son âme, il aurait pu ressentir toute une pléiade de sentiments qui l'aurait conduit à fondre en larmes, là, bêtement, perché sur sa fenêtre.
Mais ses émotions éteintes, il ne voyait ici que l'objectif qui l'avait motivé durant autant de nuits que de jours. Il revoyait la rancune et l'amertume prendre part intégrante de sa vie... Tout ce temps perdu à se morfondre... A cause de lui !
Un peu comme un animal sauvage à l'affut, il ne fallait qu'un signal de la proie pour déclencher la chasse.

Ce signal, ce fut son nom. L'entendre, lui, dire son prénom faillit le rendre fou. Sans hésiter, le déchu se jeta du haut de sa fenêtre, étendant ses grandes ailes pour ralentir une descente en piqué. Il s'écroula au sol, entrainant Kizuki dans sa chute tel un plaquage pour se retrouver par terre, à quatre pattes sur lui. Instinctivement, il le regarda dans les yeux, quelques secondes puis... Lui décocha un coup de poing empli de rancœur !

Avait-il imaginé le revoir ? Avait-il prévu de ce qu'il allait lui faire subir ? Qu'allait-il lui faire subir ? Plus aucune importance. La seule chose qui comptait à ce moment précis était la sensation orgasmique de ses phalanges s'écrasant sur le visage à la fois aimé et haït. Un sourire satisfait, soulagé s'étala sur ses lèvres alors que ses yeux brillaient d'une lueur cruelle.

Toyz se releva d'un coup d'aile mais maintint sa proie au sol en appuyant fortement son pied droit sur la cage thoracique de Kizuki. De sa hauteur, il le toisa fièrement.

" Je peux savoir comment tu oses te ramener ici ? "
Revenir en haut Aller en bas
http://esgalduin.fantastique.tv/t212-passages-inter-forum#1254
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 22
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV   Mer 2 Juil - 3:38

A peine l'ange eut-il prononcé le nom de son ancien homologue qu'il sentit la tension jusqu'alors palpable exploser. Avant même qu'il n'ait le temps d'esquiver le moindre geste, il vit Toyz se jeter dans le vide et, d'immense ailes noires apparaissant derrière son dos (ou, si elles étaient déjà présentes, apparaissaient enfin à la vue de Kizuki), tomber lourdement sur son corps gracieux.
Heureusement pour l'ange que son cadet soit extrêmement maigre, sinon nul doute que le choc aurait été bien plus violent et que quelques os auraient tôt faits de se cassé lors de cet impacte.
Kizuki eut d'ailleurs tout juste le temps de sentir son dos s'écraser contre le gravier, et sa tête heurter ce dernier d'une manière si brutale qu'il en perdit momentanément l'ouïe et la vision, qu'il sentit le poing d'Amiel s'écraser contre son visage déjà meurtris pas le coup de sac de Lucille reçu quelques jours au paravent.
Comme quoi, les deux parents de Johanna se ressemblaient plus que ce qu'il le pensait... Si la situation n'était pas si mauvaise, sûrement que Kizuki en aurait rit.
Mais en l’occurrence, il n'avait aucune envie de rire... Sa tête le lançait férocement et, alors qu'il peinait à retrouver l'usage de certains de ses sens, son visage lui aussi le tiraillait.
Il avait mal, extrêmement mal, son crâne le lançait d'ailleurs tellement qu'il sentait sa tête lui tourner et que, s'il tentait de se relever, il était quasiment sûr de dégueuler le contenue de son estomac.
Sa lèvre explosée saignait abondamment sans qu'il ne le remarque, obnubilé qu'il était par la vision d'un Toyz le maintenant au sol d'un seul pied. De toute manière, quand bien même cette dernière lui faisait mal, le coup reçu à l'arrière de son crâne avait été bien plus violent qu'une simple blessure au visage...
Il prit encore quelques minutes avant de reprendre l'entièreté de ses facultés mentale, aussi quand Amiel se décida enfin à lui parler -ou plutôt lui cracher sa haine au visage- la voix de ce dernier sembla revenir de loin, de très loin, apparaissant pour Kizuki comme un lointain écho.


- Je peux savoir comment tu oses te ramener ici ? 

Kizuki ne répondit pas tout de suite, toisant son ancien amant qui, lui, le regardait d'un air emplis à la fois de haine et de plaisir malsain. Le plaisir de pouvoir enfin regarder de haut la personne qui en avait fait de même avec lui durant de longues années... Et malgré la douleur et l'humiliation ressentit, l'ange ne pouvait que comprendre le sentiment de Toyz.
Malgré la douleur omniprésente au dos de son crâne, l’aîné des deux anges tenta de répondre de la voix la plus calme et maîtrisée qu'il le pouvait


- J'arrivais pas à dormir et... je me baladais... Je ne pensais pas... te trouver ici. Ce qui était totalement vrais. Kizuki ne pensait pas, en se promenant ainsi, retomber sur cet homme qu'il voulait presque autant revoir que fuir pour le reste de sa vie... Mais le destin avait décidé pour lui, à parement... To-Amiel.. Ravalant sa fierté mal placé, celle qui faisait partie intégrante de lui depuis 19 ans, Kizuki planta son regard Améthyste dans celui d'Amiel et, toujours maintenu allongé sur le bitume, lâcha d'une voix faible. Je suis vraiment... Désolé. Désolé pour tout. Je suis impardonnable...

Ça faisait mal, très mal, d'avoir ainsi à s'excuser alors qu'on ne l'avait encore jamais fait dans sa vie. Et même si l'ange savait que de simples paroles ne servaient en rien à compensé les gestes innommable qu'il avait déjà eut à l'encontre de son ancien serviteur, celles-ci étaient un minimum à prononcer... Aussi, quand bien même Kizuki aurait préférer se tailler les veines plutôt que d'avoir à les redire une fois encore, il savait qu'il n'avait d'autre choix que de les dires à cet instant précis.
Il sentait le goût métallique du sang emplir sa bouche et tourna la tête sur le coté pour en cracher une bonne partie, mais ne tenta pas de se lever pour autan... Combien de fois ce fut lui qui, après avoir porter à mainte reprise la main sur Toyz, regardait ce dernier manquer de se noyer dans son propre sang sans aucune pitié ? Bien trop souvent pour être encore compter... Il le savait et savait qu'Amiel le savait aussi...
Kizuki ne supportait pas être en situation d’infériorité, mais il ne pouvait décemment pas tenté de reprendre la face alors que son égo mal placé était la cause de cette haine qu'il lisait sans peine dans les yeux de celui qu'il n'avait jamais su aimé. A qui il avait si mal montrer une affection pourtant bien bien présente... Non... Mieux valait qu'il ravale sa fierté et garde profil bas encore un moment...
Revenir en haut Aller en bas
Toyz Rus
avatar
Nombre de messages : 36
Age : 24
Localisation : Dans la neige.
Humeur : Froide.
Date d'inscription : 06/12/2012

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Ange Déchu
Karma:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV   Ven 4 Juil - 4:16

[ HRP :: OMG c'est trop mimi ! Pov' Kizu *O* ]

Were those memories... Really half bad as I remember them?


Sa résolution aurait bien pu flancher. Pauvre imbécile...! Lui qui avait passé tant de temps à ourdir sa vengeance, à se noyer dans sa propre aversion de cet être haït... Le voilà prêt à revenir vers lui en rampant comme le pauvre chien qu'il n'avait jamais cessé d'être.
Ce sentiment, toujours enfoui au fond de lui, lui faisait horreur. Il s’écœurait d'être ainsi, comprenant que chaque particules de son corps souhaitait abondamment l'étreinte -oh si agréable- de Kizuki. Il eut la nausée.
Il se dégoutait.

Ce n'était pas une de ces haines vives et passagères contre soi. Non, c'était un dégoût profond, infâme, qui lui fit regretter, l'espace d'un instant, d'avoir eu une chance aussi insolente. N'avait-il pas réussi jusqu'ici ? Ne s'était-il pas vaillamment défendu contre le mauvais sort ? Et pourquoi tant de lutte si ce n'était pour accomplir ce but donné ? A l'instant même, il luttait contre lui-même, détruisait chacun de ses efforts, reculait sur chacun de ses pas et, pire que tout, rendait inutile le sacrifice de son amie.
Non, il n'avait pas le droit de flancher.

Gardant sa rancune profonde et son air glacial, il surveillait son adversaire d'un air de chat à l'affut. Le corps contracté, les yeux étincelants de cruauté et le visage défiant, il faisait attention à chaque geste de Kizuki, prêt à tuer dans l’œuf la première ébauche d'une contrattaque. Cette nuit était nuit de vengeance, il ne fallait pas qu'il l'oublie !

- J'arrivais pas à dormir et... je me baladais... Je ne pensais pas... te trouver ici. Ce furent des paroles qui n'eurent pas pour lui réel sens. Comment un être malmené ainsi dès la naissance, dont chaque malheur avait été le fruit savamment calculé d'une instance bien plus haut-placée que ce qu'il pouvait entrevoir, pouvait réellement croire au hasard ? Chaque événement était le produit d'un plan qui avait pour but de le détruire et autant en était l'arrivée de Kizuki. Une attaque directe envers sa personne ! Sa bouche resta cependant close, il savait que se perdre en explications cinglantes, en paroles acerbes de déni, ne feraient rien sinon rouvrir l'ancienne blessure. Ses émotions, toujours atténuées dans ce vague brouillard provoqué par la perte de son âme, lui permettaient de garder la tête froide. Je suis vraiment... Désolé. Désolé pour tout. Je suis impardonnable...

Les lèvres de l'ange déchu, si fortement coites depuis peu de temps, s'entrouvrirent dans une grimace de stupeur. Il s'attendait à tout sauf cela.
A d'autres ! Lui souffla sa raison. Il s'agissait certainement d'un piège, d'un mensonge ! Pourquoi croire en la vérité de propos sifflés par un ennemi ? Quelle naïveté ! Naïveté de sa part, d’espérer encore ce retour à la normal, naïveté de la part de Kizuki, d’espérer qu'il allait gober de telles infamies.
Abandonner ? Non ! C'était hors de question. Chaque coup reçu lui revint en mémoire. Il ne pouvait faire autrement que de se rappeler cette haine, qui l'avait englouti, dévoré, au moment-même où il avait comprit qu'il n'avait jamais été qu'un jouet pour cet être hautain et sans vergogne. Par réflexe, Amiel se mordit la lèvre inférieure jusqu'au sang. Un sourire, plus insane que cruel déchira les abords de ses lèvres.

- T'es pitoyable. Cracha-t-il. N'est-ce pas que tu es pitoyable ? T'es seul, perdu et paumé maintenant que t'as plus de défouloir ! Bien-bien. Il venait de comprendre qu'il n'y aurait jamais plus douce vengeance que de regarder sombrer lentement dans une agonie désespérée celui qui était si fier. Le voir, pathétique, à ses pieds, lui faisait comprendre, dans un compromis dangereux entre ses sentiments et son honneur nouvellement acquis, qu'il gagnerait plus à le regarder souffrir de la solitude, dans cette mare qui n'était définitivement pas une eau à sa convenance, que de l'achever maintenant comme il l'avait prévu. Crève, lâcha l'ange d'un ton sec. Je contemplerais ton agonie.
Revenir en haut Aller en bas
http://esgalduin.fantastique.tv/t212-passages-inter-forum#1254
Kizuki Kobayashi
avatar
Nombre de messages : 30
Age : 22
Localisation : Quelque par dans les cieux
Humeur : Morose
Date d'inscription : 27/11/2012

†Fiche Personnage†
Level: C
Race de Monstre: Ange
Karma:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV   Sam 5 Juil - 3:31

Kizuki était toujours à terre, maintenu allongé par le pied de celui à qui il venait, pour la première fois de sa vie, de présenter ses excuses. Sa tête douloureuse le faisait souffrir, mais ce n'était rien comparer au visage qui se dressait au dessus de lui.
Toyz, Amiel, cet être qu'il avait malmené des années durant, celui qui fut pour lui un exutoire, le regardait maintenant de toute la hauteur de sa haine !
Et Dieu que cette haine était grande, palpable... Trop de rancune accumulé pour que l'ange aux cheveux d'un blanc grisonnant puisse la chasser d'un seul coup.
Il savait que la violence de son ancien amant été justifié, il savait qu'il aurait à ravaler sa fierté s'il voulait entamer un semblant de dialogue, mais il ne pouvait empêcher ce cœur si inutilement là de battre la chamade à la vue de cet homme qu'il n'avait plus vu depuis plus d'un an.
Kizuki n'avait jamais su aimer, c'était le moins que l'on puisse dire, mais cela ne l'empêchait pas d'aimer... A sa façon...
Quand enfin Amiel se décida et desserrer ses lèvres jusqu'alors hermétiquement closes, ses mots furent comme des poignard pour cet homme allongé, dont l'égo surdimensionné l'avait conduit jusqu'à cette inéluctable situation.


- T'es pitoyable. Kizuki déglutit, sentant sa salive passer le long de son œsophage et le bas de son crâne le tirer une nouvelle fois à cette action. Ce n'était pas tant les mots choisit qui faisaient mal, quoi que..., mais plus le ton avec lequel ils avaient été proférés... Oui, Kizuki était pitoyable... T'es seul, perdu et paumé maintenant que t'as plus de défouloir ! Il était pitoyable et, pire que ça, percé à jour... Oh, bien sûr, les chances qu'Amiel lui dise ça sans réelle conviction et dans le seul espoir de lui faire mal n'étaient pas à exclure, mais l'ange sentait bien au ton sûr et haineux employé par son ancien serviteur que ce n'était non pas une déduction mais bien une certitude... Kizuki était seul, totalement seul depuis le départ de cet homme au dessus de lui. Non... Il l'avait toujours été. Il s'en rendait simplement compte après avoir perdu sa seule attache... Crève. Je contemplerais ton agonie.

Ce fut les mots de trop pour l'ange à terre, les mots qui, bien que tranchant, n’atteignirent plus le cœur de leurs cible. Au contraire. A l'entente de ces mots, les lèvres de Kizuki s'étirèrent dans un sourire... amusé.
Fermant les yeux afin de chasser la douleur omniprésente au dos de son crâne -qui devait sûrement saigner mais que, gardant son restant de dignité, Kizuki n'irait pas vérifier de suite- et à son visage tuméfié, le plus âgé de deux se défie de la prise de son cadet et, avant que ce dernier n'ait l'occasion de le remettre au sol, se leva d'un seul bon.
Il vacilla quelques instant sur ses jambes, son crâne douloureux lui faisant perdre le sens de l'équilibre, avant d'enfin encrer ses prunelle améthyste dans celle d'Amiel.


- Tu as raison, totalement raison... Je suis pitoyable ! Il sourie de plus belle, un léger rictus de douleur déformant néanmoins son sourire quasi parfait. Je suis pitoyable de n'avoir jamais su comment t'aimer. D'avoir même comprit mes sentiments qu'à l'instant de ton départ ! Je suis pitoyable de m'excuser ainsi pour une cause perdu, pitoyable d'avoir même, quoi que violemment, ouvert mon cœur à une seule personne : toi ! Je suis pitoyable pour une liste non exhaustive de chose, mais je le serait toujours moins que toi ! Il se rapprocha de quelques pas, son sourire amusé muant un sourire calme, presque triste. !Moins que toi qui, en un an loin de moi, à changer au point d'en faire peur. … Regarde toi. Tu es maigre à en faire peur ! Même le reste de candeur qui t'habitais à l'époque où tu étais près de moi, celle qui aurait pu s'éteindre à chacune des fois où j'ai porter la main sur toi, mais qui est rester, même cette lueur t'as totalement déserter... Je ne sais pas ce qui c'est passé en un an, mais tu es pour moi un fantôme  Kizuki posa doucement une main sur sa joue, près à parer le moindre mouvement d'humeur du dit fantôme. Tu te crois fort, courageux, mais tu n'es plus que l'ombre de toi même ! Je ne sais pas qui a prit ma place, mais cet être qui tire tes ficelles est bien pire que moi. S'il n'use de la violence physique, celle morale qu'il exerce aujourd'hui sûr toi te tueras peut à peut, si ce n'est déjà fait... Alors, qui de nous deux ait le plus pitoyable ?
Revenir en haut Aller en bas
Toyz Rus
avatar
Nombre de messages : 36
Age : 24
Localisation : Dans la neige.
Humeur : Froide.
Date d'inscription : 06/12/2012

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Ange Déchu
Karma:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV   Sam 5 Juil - 4:10

Probablement qu'Amiel frémit inconsciemment, alors que Kizuki semblait désormais fermé à ses propos. Peut-être était-il également un peu dégouté que ses attaques n'atteignent plus leur cible. Il recula vivement lorsque l'ange se releva et le fixa d'un regard plein de haine, prêt à attaquer.

Cela aurait pu se terminer plus tôt. Le déchu aurait pu partir, la tête haute, laissant à terre cet ennemi, après avoir vilement choisi de l'épargner. Mais Kizuki venait de se défendre et cela, c'était intolérable pour le fils de Jibril !
Un peu troublé, cependant, ses gestes se faisaient désormais mal assurés. Il se tenait prêt au combat, certes, mais il se pouvait bien que ses réflexes soient amoindris.

- Tu as raison, totalement raison... Je suis pitoyable ! Il ne comprenait plus grand chose. Ce sourire, son sourire, l'agaçait. Comptait-il se battre ou s'enfuir, à la fin ? Il ne fallait pas y passer la nuit. Surtout pas. La situation était un véritable supplice. Les ailes du déchu l'entouraient à moitié, comme prêtes à servir de bouclier au moindre geste suspect de son adversaire. Je suis pitoyable de n'avoir jamais su comment t'aimer. D'avoir même comprit mes sentiments qu'à l'instant de ton départ ! Je suis pitoyable de m'excuser ainsi pour une cause perdu, pitoyable d'avoir même, quoi que violemment, ouvert mon cœur à une seule personne : toi ! Je suis pitoyable pour une liste non exhaustive de chose, mais je le serait toujours moins que toi !

A cet instant précis, le visage d'Amiel se déchira en une grimace de colère. Son regard assassin aurait, s'il l'avait pu, transpercé Kizuki. De la haine se lisait sur ses traits.
Lorsque Kizuki se rapprocha, Toyz l'évinça violemment d'un large coup d'aile, protégeant son espace vitale avec une avidité haineuse.

- Moins que toi qui, en un an loin de moi, à changer au point d'en faire peur. … Regarde toi. Tu es maigre à en faire peur ! Même le reste de candeur qui t'habitais à l'époque où tu étais près de moi, celle qui aurait pu s'éteindre à chacune des fois où j'ai porter la main sur toi, mais qui est rester, même cette lueur t'as totalement déserter... Je ne sais pas ce qui c'est passé en un an, mais tu es pour moi un fantôme

Mais Kizuki revint à la charge et son contact créa dans le corps du déchu un frisson de colère. Il tenta de riposter violemment, de le malmener, mais Kizuki para l'attaque. Alors Amiel recula de plusieurs mètres. Son visage, glacial, semblait imperméable à ces paroles qu'il rejetait en bloc comme autant d'injures. Haha, à qui était la faute s'il a changé ainsi ? Qui a décidé de laisser seul un pauvre mioche innocent qui n'aurait pas tenu sans aide une seule journée ? A cause de qui avait-il dû se battre ainsi, pour survivre ? A cause de qui avait-il dû tuer ?
Il sentait sur sa peau glisser les paroles d'un serpent. Le regret, la douleur étaient bien suscitées en lui, mais il ne les écoutait pas, trop perdu qu'il était par son égo malmené.

- Tu te crois fort, courageux, mais tu n'es plus que l'ombre de toi même ! Je ne sais pas qui a prit ma place, mais cet être qui tire tes ficelles est bien pire que moi. S'il n'use de la violence physique, celle morale qu'il exerce aujourd'hui sûr toi te tueras peut à peut, si ce n'est déjà fait... Alors, qui de nous deux est le plus pitoyable ?

A cette insulte, il se sentait pousser l'envie de lui sauter à la gorge. Quelle idée avait-il eut de laisser cet enfoiré en vie ? Pur masochisme que tout cela ! Ce déchet ne méritait pas de vivre... Pas... Après ce qu'il avait fait, ce qu'il venait de dire ! Il retrouvait à présent ses idées de vengeance, son envie de le voir plongé dans son propre sang, la gorge arrachée.
Mais l'on efface pas si facilement autant d'années de servitude. Quelque chose semblait stopper, saccader les gestes du pauvre Amiel. Celui-ci, comprenant qu'il était défait, blessé et incapable d'achever promptement cette histoire, fonça sur sa cible dans l'espoir de la faire tomber puis, une fois renversée, s'envola rapidement le plus loin possible.
Il parcourut des kilomètres, franchissant, sans réfléchir, la barrière du kekkai et planant au-dessus des champs humains. Il fini par s'arrêter quelque part, perdu dans la végétation. Posé là, assis en tailleur, il se recroquevilla sur lui-même et tenta bien de se calmer. Cependant, l'apaisement ne venait pas. Seul subsistait la haine, mélangée à une once de douleur.
La différence, entre Kizuki et lui, tenait certainement du fait qu'il n'avait jamais cessé de savoir à quel point il était lui-même pitoyable. Kizuki s'était crut digne, puissant et acclamé. Toyz n'avait cessé de se savoir rampant dans la fange. De telles paroles, souvenirs malencontreux d'autant de mal qui lui avait été fait, avaient achevées de le troubler. Il se sentait mal au point de souhaiter mourir. Se serait-il tromper ? La puissance ne devait-elle pas lui apporter réconfort ?
Levant son visage défiguré par la haine au ciel, regardant les étoiles scintiller comme autant d'anges jetant un œil froid sur son cas, le déchu se mit à ricaner.
Non, il avait bien raison. C'était juste qu'il ne savait pas encore bien s'y prendre. L’Émotion, et ce malgré la perte de son âme, restait gravée en lui. Il fallait qu'il l'évince s'il voulait réellement réussir ce qu'il s'était promis. Il lui fallait obtenir vengeance, qu'il hésite ou non. Toyz serra les dents à se les briser, ressentant désormais toute la frustration accumulée au court de cet entretien...

Les paroles de Kizuki tournaient encore et encore dans sa tête. 'l'ombre de lui-même' ? La bonne blague ! Avait-il jamais prêté attention à ce qu'il était ? Kizuki l'avait-il jamais regardé autrement que comme un outil ? Comment osait-il désormais dire qu'il avait changé, s'il ne l'avait jamais regardé !
Kizuki n'avait jamais su qui il était. Il suffit de cette idée, simple et concise, pour faire comprendre au déchu qu'il n'était pas sur une si mauvaise piste que ça. Il secoua fortement la tête, chassant toute hésitation de ses veines. La prochaine fois, il ne faillira pas !
Revenir en haut Aller en bas
http://esgalduin.fantastique.tv/t212-passages-inter-forum#1254
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hikari no Yami to Yami no Hikari #PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Hors RPG :: RPs finis/abandonnés :: TOUS RPS AVANT FERMETURE-