AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rébellion [PV: Flandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Siegfried Rochefort

Nombre de messages : 267
Age : 27
Localisation : Sherbrooke (Québec)
Date d'inscription : 28/09/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Demi-Dragon
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Rébellion [PV: Flandre]   Lun 14 Déc - 11:28

Le changement de directeur au lycée Yokaï s'était effectué avec une telle rapidité, une telle efficacité et tellement à l'improviste qu'il n'y eu aucune réelle opposition au changement de régime.

Déterminer ce qui se passait devint encore plus difficile alors que le kekkaï fut renforcé et changea de maître. Les alliés du nouveau directeur arrivèrent en masse. En moins d'une journée, le lycée avait été drastiquement changé.

Il y avait deux possibilités pour l'ancien personnel du lycée. S'adapter au nouveau régime pour conserver son poste, ou résister, être destitué et fait prisonnier. La plupart s'adaptèrent au nouveau régime. Que ce soit pour les élèves ou par manque d'intérêt par rapport aux objectifs du lycée.

Siegfried, toutefois, voyait la chose d'un autre œil. Le nouveau professeur était méconnu de la plupart et nombre de ses arrangements avaient été établi secrètement avec l'ancien directeur. Une chose était certaine, il ne laissera pas Red King transformer le lycée Yokaï en un centre de formation pour les monstres de son armée contre les Humains.

Il joua donc le jeu et chercha à obtenir le meilleur poste possible dans le nouveau régime. Le demi-dragon faisait de son mieux pour paraître dévouer à la cause du nouveau directeur. D'un certain sens, il était dévoué à cette cause, à quelques détails près. Siegfried employait seulement des méthodes compatibles avec la nouvelle direction pour parvenir à ses fins. En tant que tel, Siegfried avait deux options:
1. Il retrouvait l'ancien directeur pour redonner au lycée ses valeurs.
2. Il détruisait le lycée et l'armée qui s'y constituait.

Pour parvenir à ses fins, le professeur en affrontements cherchait à recruter ceux qu'il pourra. D'abord pour tenter de sauver le lycée et seulement ensuite, si le sauvetage échoue, pour empêcher définitivement Red King de profiter de la réputation du lycée pour attirer des jeunes monstres et garnir son armée.

Les objectifs de Siegfried étaient dangereux. La moindre erreur pouvait s'avérer lourde de conséquence. C'est pourquoi le demi-dragon rongea son frein et attendit le bon moment avant de mettre en marche son plan et recruter ceux qui souhaitaient résister au Red King et à son Antithèse. Il fallait attendre juste assez pour laisser à l'Antithèse le sentiment de victoire et leur donner le temps d'assouplir leur vigilance.

Siegfried laissa un certain temps passé après le début des cours à Yokaï, mais décida d'approcher une étudiante qui avait plusieurs fois affronter des dangers similaires au professeur. Cette étudiante s’appelait Flandre A. Scarlet. Cette dernière pouvait être instable, dangereuse et sanguinaire, mais elle avait un talon d'Achille, sa sœur jumelle, Flore. La dernière chose dont pouvait vouloir Flandre était bien que sa sœur soit forcé de participer à une guerre ouverte.

Le demi-dragon espérait profiter de leur relation de survivants du manoir des illusions, ainsi que du désir de protection de Flandre pour faire d'elle une alliée. Ainsi, peut-être que l'ennemie de l'ennemi de Siegfried sera son amie.

Au moment jugé opportun par les assouplissements de plus en plus flagrant de l'Anithèse, Siegfried convoqua Flandre à sa chambre par l'entremise d'une lettre à son intention.

Bonjour mademoiselle Flandre A. Scarlet,

Je souhaite discuter avec vous de votre demande d'exempter votre sœur, Flore A. Scarlet, des cours d'affrontements obligatoires. Je reconnais que les évènements survenus cette été purent être éprouvants et si jugé adéquat, je pourrais considérer une exemption temporaire, le temps du rétablissement de votre sœur.

Je vous prierais donc de vous présenter à ma chambre dans l'aile nord le plus tôt possible afin de discuter de la situation.

Siegfried Rochefort, professeur d'affrontements.
Revenir en haut Aller en bas
Flandre A. Scarlet

Nombre de messages : 204
Age : 19
Date d'inscription : 15/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Vampire inférieur
Karma:
80/200  (80/200)

MessageSujet: Re: Rébellion [PV: Flandre]   Sam 19 Déc - 11:18

Dès lors que semblait passée l’effervescence de la pré-rentrée, l’établissement semblait plus quiet. Mais elle savait d’aventure que nombre gens s’attelaient à leurs manigances. Boucle d’Or avait bien cogitait. Son esprit torturé, étriqué, avait médité chaque aspect de la panade. Nul doute que sa moitié l’y aura aidée. Flore demeurait la plus brillante de ce duo insolite. A son sens, il fallait ruser, jouer le jeu des scélérats tapis dans l’ombre. La beauté des blés y voyait-là grande ironie. Tandis qu’Antithèse s’exaltait en lumière, ses détracteurs s’évadaient à sa vue. Naguère encore, il n’en était ainsi. Flandre avait dont vogué aux confins des mondes, en quête de vérité, de rédemption et de puissance. Là voilà à demi comblée, avec son aimée retrouvée. Mais elle craignait d’en être à nouveau dépouillée. Cette frayeur justifiait ses écarts barbares. Elle n’aspirait alors qu’à un monde de paix, purgé de toute corruption. La douce rêveuse songeait à liguer un lycée contre Antithèse.

Nul doute que bien d’autres pensaient ainsi. D’aucune d’elle ne fit de vague, se faisant oublier. Les jumelles avaient tout loisir d’épier et sonder qui elles côtoyaient. La blonde avait du reste, confié une missive à sa servante, membre du corps enseignant. La modeste tutrice, pensée sotte et misérable, avait pour elle un charme redoutable, comme des talents bien plaisants. La petiote espérait pouvoir conquérir plus d’esprits, par le biais d’une donzelle plus charmante qu’elle. Et tôt ou tard elles auraient à répondre de ces agissements. Pour l’heure, Flandre arborait son masque impassible de créature éternelle et nanti. Lasse de pareilles bagatelles, dont elle ne voyait l’utilité, la vampire défendait encore sa jumelle aux études qu’elle manquait. Flore semblait si frêle, si faible. Elle inspirait la pitié à ses camarades et professeurs véreux. Les misérables ignoraient ses maux. L’atmosphère lugubre lui enserrait le cœur, l’amenant à s’évanouir bien souvent. Elle n’était à sa place.

Ne pouvant la délaisser quelques instants, Flandre n’eut de véritable occasion d’approcher les partisans à sa cause. Et voilà qu’un beau jour, on glissait une enveloppe sous sa porte. Bien curieuse, la fratrie prit grand soin de l’étudier dans l’obscurité. Peut-être l’épiait-on. La belle lettre, assez formelle mais plaisante à dévorer, la mandait en secret. Amusée, Flandre fabulait à ce patronyme révélé. Son professeur désirait s’entretenir à propos de sa demande de dispense, disait-il. Elle songeait bien plus à s’assurer qu’il ne tentait de l’abuser. Car elle y voyait-là une occasion de rallier un possible réseau clandestin. La chose lui semblait trop belle, trop aisée. Sa jumelle voulait croire que leur enseignant demeurait le même. Après tout, elles l’avaient côtoyé de près. Les survivants du Manoir des Illusions tendaient dont à se rassembler. Quoiqu’il fallait en oublier. Elle devait s’en assurer. Une journée s’était écoulée, chacune s’était abreuvée. L’astre diurne déclinait.

Flandre laissa passer une belle heure après la fin des cours, histoire d’aller trouver en toute sérénité leur ami du jour. Ce duo insolite s’eut s’avancer avec grande prudence. Et parvenu au lieudit, Boucle d’Or toquait fébrilement à la porte. La ballade avait duré, histoire d’esquiver les malades, comme d’éluder ceux pouvant la filer et épier. Sa paranoïa lui restait. Flandre arborait du reste une étrangeté, sa lance enroulée à sa taille. Si ses ailes lui donnaient un air fantaisiste, cette ceinture aggravait son cas. Mais elle n’en avait que faire. La petiote ne pouvait s’en séparer. Et puisque l’artéfact avait le don de s’étirer et tordre, elle pouvait s’en parer comme accessoire de beauté; aux yeux des ignares. L’albinos se rassurerait bien vie à la vue d’un holy lock au poignet. Et a simple vision de sa moitié faisait cet effet, tant sa trogne se voulait d’angélique. Leur relation semblait même idyllique. La beauté des blés soufflait mots, vains, afin d’endormir la méfiance de ces murs.

« Bonsoir, professeur. Pouvons-nous entrer ? Voyez-vous je ne saisis pas bien la théorie dans vos cours. »
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried Rochefort

Nombre de messages : 267
Age : 27
Localisation : Sherbrooke (Québec)
Date d'inscription : 28/09/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Demi-Dragon
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: Rébellion [PV: Flandre]   Lun 21 Déc - 13:01

Le poisson avait mordu à l'hameçon. Soit il se débattrait pour rester sous l'eau et vivre, soit il se laisserait sortir de l'eau. D'une façon ou d'une autre, le poisson n'en sortirait pas indemne.

Flandre et Flore étaient toutes deux présentes devant la porte de Siegfried. Un imprévu mineur, mais le plan restait le même.
« Bonsoir. Vous pouvez vous installer dans la salle de séjour. La théorie de mon cours est simple, mais il faut le bon état d'esprit pour la comprendre. »

Le logement du professeur était simple et peu meublé. Une petite cuisine et air de repas, une salle de séjour et deux pièces fermées au bout d'un couloir. La décoration était fade. On pouvait s'imaginer que Siegfried n'avait que peu d'intérêt pour le luxueux. Toutefois, il y avait dans le logement une présence magique qui laissait à penser qu'il y avait plus dans le logement que pouvait voir l’œil.

Lorsque les élèves furent entrer, le professeur ferma calmement la porte. Il laissa le canapé aux invités et alla se chercher une chaise dans la cuisine.
« Bon, nous pouvons laisser tomber cette façade et les excuses. Je ne vous ai pas fait venir pour une exemption de cours et vous ne venez pas pour des explications de théories. Des terroristes ont pris le contrôle du lycée et je vous ai invité parce que je crois que vous avez ce qu'il faut pour leur faire face. »

Siegfried laissa quelques secondes de silence avant de poursuivre. D'un côté, il était attentif aux bruits venant de l'extérieur et de l'autre, il observait les vampires devant lui. Le professeur paraissait sous forme humaine grâce à l'illusion de son amulette, mais Flandre comme Flore avait vu le demi-dragon sans son illusion.

« J'imagine que vous comprenez déjà la situation. Nous sommes prisonniers du kekkaï et les seules qui en sortiront, le feront pour déclarer la guerre aux humains. En d'autres mots, la majorité de ceux qui sortiront du lycée vont mourir. Ça, c'est la réalité qui nous entoure.

Il y a trois réactions possibles dans cette réalité. Nous nous joignons à l'Antithèse pour augmenter nos chances de survie. Nous laissons les évènements se passer en espérant que d'autres meurent à notre place. Finalement, il est possible de résister.
»

Le visage de Siegfried restait calme. Pour lui, c'était un conflit qui s'ajoutait dans une liste, déjà longue, de conflits passés. Il avait été dans pires situations, comme il avait été dans de meilleurs. Ses paroles se voulaient informatives. Il ne cherchait pas à motiver ou à intimider, simplement à présenter les faits.

« Je crois que vous m'avez suffisamment vu en action pour savoir que je ne laisse personne mourir à ma place et que ce n'est pas dans cette vie que je rejoindrai l'Antithèse. Ma question est donc, quand est-il de vous? »

Le demi-dragon avait laisser tomber ses énigmes. Il avait tirer un certain amusement à parler à double sens depuis la prise de pouvoir de l'Antithèse, mais ce n'était pas de cette façon qu'il voulait aborder Flandre. Siegfried n'avait jamais été particulièrement proche de cette dernière, mise à part par leur malchance commune pour se retrouver dans des situations périlleuses. Toutefois, il comptait lui demander d'appuyer ses démarches contre l'Antithèse, ce qui par extension, impliquait de se mettre à dos de la classe au pouvoir au lycée et risquait donc des représailles.

D'un autre côté, Siegfried ne pouvait se permettre d'émettre des paroles qui pouvaient se retourner contre lui plus tard. C'est pourquoi ses mots, bien que simples et directs, laissaient une place pour l'interprétation. Le demi-dragon admettait ne pas faire partie de l'Antithèse, mais il ne se déclarait pas directement être contre. Il était facile de deviner la position du professeur grâce aux qualificatifs, mais il se gardait une porte de sortie entre-ouverte.

Tel était son lot. Siegfried pouvait aisément s'afficher contre l'Antithèse et probablement vaincre un certain nombre de ces figures d'autorités, mais il avait conscience qu'il finirait ultimement par perdre sans le soutient de la plupart des élèves. Malheureusement, ce soutien ne lui était pas acquis. C'est pourquoi il jouait le jeu, gardait un poste d'enseignant et accomplissait les volontés du nouveau directeur. Grâce aux privilèges de sa position, il comptait former un mouvement de résistance et travailler dans l'ombre jusqu'à ce que le moment soit venu.
Revenir en haut Aller en bas
Flandre A. Scarlet

Nombre de messages : 204
Age : 19
Date d'inscription : 15/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Vampire inférieur
Karma:
80/200  (80/200)

MessageSujet: Re: Rébellion [PV: Flandre]   Sam 26 Déc - 14:21

Une fois échangées des salutations sincères, à l’instar de discours bien creux et à valeur de subterfuge, les jumelles pénétraient l’antre du dragon. Engouffrées en silence, le soulier aussi léger qu’une plume. Seules ces ailes arc-en-ciel, œuvre d’art hideuses et glauques, faillirent la trahir. Fort heureusement pour ces enfants, nulle brise ne vint faire chanter ces cristaux. Ces horreurs n’avaient pas plus grincé. Mais la morsure de leur fardeau l’assaillait d’aventure, un calvaire éternel et fort peu agréable. Il lui faisait l’effet d’une scoliose, alors déchainée. Boucle d’Or n’en laissait rien paraitre, sa figure demeurait des plus glaciales, morne et inébranlable. Elle savourait sa souffrance, digne d’une décharge lui foudroyant l’être à chaque instant et faux mouvements. Et nul n’en savait rien, de cette jouissance hérétique, comme de ce martyre diabolique. A moitié prenait sa suite. D’aucune d’elle ne manquait d’attention, les prunelles sanguinaires se baladaient en toute impunité; en toute discrétion ceci dit. La belle bleue avait cette sainte manie, curieuse, d’étudier chaque chose.

L’enseignant leur semblait dont bien modeste, au vu de l’habitacle pauvre en mobilier. D’ordinaire, l’on charge son antre d’une flopée de souvenirs, ou d’un apparat des plus riches. Etait-il si professionnel, ou juste sans attaches ? Songeait l’azure créature. Flandre ne semblait guère surprise, elle s’y attendait. Mais elle n’en avait que faire, à vrai dire. Car tel l’adage du manuscrit qu’on ne peut juger à sa robe, elle ne désirait se fourvoyer sur l’énergumène. Surtout qu’il était l’hôte de cette entrevue, aussi lui devait-elle plus grand respect que d’ordinaire. Et s’il lui échappait un phénomène chatoyant, Flore la belle saisissait l’atmosphère saturée de magie. Elle l’avait du reste ressentit à l’ouverture de la porte. Mais elle s’interrogeait là-dessus encore. Peut-être n’était-ce que l’homme qui dégageait cette puissance, se dit-elle. Et loin d’elle l’envie de percer à jours les secrets de son hôte, histoire de ne lui déplaire. Elle demeurait dont bien muette, la présence comme effacée.

La beauté des blés enjouaient alors sa promise prendre leurs aises, bien dignement, au détour d’un modeste sofa. Elles s’y assirent en douceur, sans toute fois s’adosser à la douceur du cuir. Voilà dont l’ennui premier de leurs appendices dorsaux. Certes la bleutée avait tout loisir de faire rétrécir ses ailes, mais sa cadette ne le pouvait faire. Flandre n’avait grande envie de s’arracher un rictus de souffrance, en leur présence, au détour de ses horreurs en ferrailles tordues. Alors elles se figeaient, l’une arborait trogne d’angélique, tandis que l’autre semblait diabolique. Leurs griffes reposaient aux genoux, bien campées, sereinement ancrées. Elles étaient fin prêtes à écouter. Le discours du bellâtre souleva un raisonnement pertinent, il leur accordait du crédit. Mais leur faisait-il confiance ? Loin d’elles l’idée d’être abusées, elles voulaient croire qu’il était sincère. Mais trop d’inconnues demeuraient, ceci laissait déjà la blonde. Pouvait-elle se déclamer si aisément, ou devait-elle s’assurer de sa bonne foi ? Prudence est mère de sureté, disait-on. Elle s’y tiendrait.

« Allons monsieur, vous connaissez déjà la réponse. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Rien n’est perdu d’avance. »

Avait soufflé la beauté des blés, l’air presque enjoué. Sa froideur naturelle contrastait avec la vigueur des palabres, elle intimait alors aux réjouissances. Flore ne décelait de fourberie, pas un ne devait se jouer de l’autre. Sa cadette était seulement plus prudente. Ses dires ne diraient rien à une oreille mal avisée. Mais elle avait grand foi qu’il dénote son sérieux enrobé d’une factice malice. L’étriquée avait d’étrange sa maturité n’allant de pair avec son paraitre décalé. Flandre lui signifiait qu’elle n’abandonnerait jamais, quand bien même elle n’avançait rien d’autre. Voilà qu’un doux murmure s’élevait, à l’égard d’esgourdes aiguisées, et évadé d’une belle bouche. L’azure créature lui mandait s’il en savait plus sur la disparition du seigneur des ténèbres Tenmei Mikogami. Elle se navrait de ne pouvoir que fabuler, puisqu’enquêter lui était des plus ardus. Mais elle s’y adonnait en secret, bien aidée de sa suivante, et d’une servante. Du reste, il aura bien remarqué l’artéfact enroulé au ventre de la blonde, sa terrible lance ensorcelée. Elle semblait ceinture, l’astuce camouflait la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried Rochefort

Nombre de messages : 267
Age : 27
Localisation : Sherbrooke (Québec)
Date d'inscription : 28/09/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Demi-Dragon
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: Rébellion [PV: Flandre]   Mer 30 Déc - 18:52

Le demi-dragon n'avait pas l'habitude de travailler en équipe. C'était donc assez nouveau pour lui de se retrouver dans une position de recrutement. Toutefois, les enjeux de la situation ne permettaient pas de prendre les nouveaux dirigeants du lycée à la légère. Si le problème ne pouvait être attaquer de front, alors il fallait des solutions plus créatives.

« Bien. Je vais donc vous prendre au mot. Effectivement, rien n'est perdu d'avance. Le jeu en question est le contrôle du lycée. Pour gagner, il suffit de faire perdre le contrôle de l'établissement à l'adversaire. »

Siegfried ne cherchait pas à enjoliver la situation, mais il semblait plus facile de s'exprimer par métaphore. Une habitude prise depuis quelques semaines qui s'avérait difficile à perdre.

« Le principal adversaire est Red King et sa suite. Ensuite, est l'Antithèse, le groupe composé des élèves qui suivront Red King envers et contre tout. Finalement, les élèves et les membres du personnel en accord avec la nouvelle direction du lycée. Ceux-ci suivront l'Antithèse, mais je doute qu'ils soient particulièrement dévoués.

Les joueurs neutres sont les élèves et les membres du personnel qui se contentent de suivre le courant. Ces derniers représentent la clé du contrôle du lycée. Nombreux et influençables, ils feront acte de présence et se rangeront du côté qui sera le plus offrant.

Ça nous laisse les joueurs alliés. Il s'agit de tout ceux qui seront dévouer à sauver le lycée ou encore à protéger les humains. Malheureusement, ces joueurs sont dispersés et beaucoup sont isolés.
»

Le demi-dragon ne trouva pas mieux que l'illusion du jeu pour dévoiler ses plans. Il pouvait parler de la guerre, du sens du devoir, du sens du sacrifice et d'une quelconque propagande, mais au final, ce qui ressemblait le plus à la réalité, était le jeu. Pas de moralité particulière, simplement des adversaires, un camp gagnant et un camp perdant.

« Red King a terminé la première manche. Il a le contrôle du lycée et des joueurs neutres en plus d'avoir dispersé ses adversaires. Ce fut une manche des plus respectables. C'est maintenant notre tour. Si on veut une chance de remporter la partie, nous devons accomplir plusieurs objectifs.

D'abord, il faut rassembler nos alliés. Ensuite, il faut comprendre comment Red King a pris le contrôle du lycée. Finalement, nous devons gagner la faveur populaire. Si vous êtes partantes pour jouer cette partie avec moi, nous pourrions mettre nos efforts en commun. Quand dites vous?
»

Le professeur ne cherchait pas à prendre le contrôle d'une résistance, mais inciter à la participation active. Il ne voulait pas des soldats, mais des élèves capables de réfléchir et d'opérer par eux-mêmes si nécessaire. Il serait facile pour Red King de priver un groupe lui opposant de son chef. Il lui suffisait de neutraliser une personne. D'un autre côté, si ses opposants œuvraient ensembles en tant qu'une multitude de parties indépendants, alors il serait beaucoup plus difficile de les atteindre.

Couper une tête d'une hydre, c'est encourager deux nouvelles têtes à prendre sa place. Il faut donc viser le cœur. Quel peut donc être le cœur d'un groupe dévouer à la restauration d'un lycée qui prône la paix entre monstres et humains? Ladite paix entre les monstres et les humains. À ce sujet, même Red King sera forcé d'admettre qu'il ne peut se déclarer en guerre sans un plan. Son plan, c'est le lycée Yokaï. En quelque sorte, il protégeait ainsi le cœur même du groupe qui allait lui opposer.

Le jeu avait ses conséquences. C'est pourquoi Siegfried avait fait appel à Flandre. Pas plus tard que l'été, ils avaient dû se battre pour sauver leur vie respective et celle de leur congénères. Toutefois, pour une fois, les conséquences en question n'incluaient pas la mort. Tous ceux qui fréquentaient le lycée étaient une ressource pour la guerre. Éliminer une ressource, c'était faire du gaspillage. Il y avait de nombreuses alternative à la mort pour éviter le gaspillage de ressources.
Revenir en haut Aller en bas
Flandre A. Scarlet

Nombre de messages : 204
Age : 19
Date d'inscription : 15/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Vampire inférieur
Karma:
80/200  (80/200)

MessageSujet: Re: Rébellion [PV: Flandre]   Lun 4 Jan - 11:36

Suite à ses dires, Flandre écoutait son professeur. Il avait le discours longuet mais elle ne s’en plaignait. Tous ne pouvaient être taciturnes, à son image. Elle s’armait dont de patience. Car c’est avec une grande minutie et une volonté d’acier qu’ils pourraient revenir au temps passé. Mais elle savait ces heures décisives et se hâtait bien de renouer avec ses possibles alliés. Le tout afin d’enrôler des partisans esseulés, oppressés ou même apeurés. Et sa jumelle et sa servante lui demeuraient des atouts redoutables, inestimables même. Elle se navrait pourtant de leur mander tant, car elle les conduisait au devant du danger. Boucle d’Or aspirait également à organiser ces divers réseaux clandestins.  Elle espérait d’ailleurs que les leçons prodiguées en cours en inspirent plus d’un, histoire que d’autre n’aient à leur enseigner l’art de se fondre dans la masse, dans l’ombre ou l’environnement. Un art qu’usaient naguère les malfrats d’Antithèse aujourd’hui exposés au grand jour. Un avantage indéniable à ses yeux, si toutefois ses camarades s’en rendaient maîtres.

A trop penser à ce mouvement de résistance, sa compagne se ravivait l’histoire de sa nation. Au siècle dernier l’humanité avait œuvré ainsi, mais Flore se gardait bien des pensées funestes comme le sabotage et les embuscades. Elle répugnait à ce genre de traquenard, que trop violents. La beauté des blés songeait plus aux dires du professeur, ils semblaient sur la même longueur d’ondes. Outre l’énigmatique sieur masqué, et sa compagne tout aussi inquiétante, leur ennemi était connu. Certes la petiote n’en connaissait plus grand monde, mais elle voulait croire que ces quelques gens y œuvraient d’aventure. Quoiqu’elle s’interrogeait sur le cas d’une certaine créature, évincée par le fantôme de l’opéra. Peut-être s’en était-elle allée, rappelée à ses maîtres, mutée ou encore rétrogradée suite à l’échec de ses grands desseins. La beauté des blés fabulait trop, ses inquiétudes la hantaient. Fort heureusement la bonne mimine de sa dulcinée l’apaisait aussitôt. Et Flandre se réservait ses pensées, afin de ne pas accabler un homme déjà fort occupé. Il avait tout dit.

Mais avant de souffler mot, ces drôles de dames devaient se concerter, en messes basses. Nul doute que leurs murmures lui étaient audibles. Ces manigances visaient à agacer qui pouvait écouter au dehors, et au final le voir déguerpir ou mieux, la trinité pouvait l’abuser au lieu d’occire. Les célestes conversaient sans omettre la présence de l’albinos, lui signifiant donc qu’il semblait plus que concerné. Et l’azure créature soulevait ces points évoqués en pensés, même si elle doutait de la pertinence de son idée d’user des roses. Ces vestiges de la bâtisse les ayant accablés cet été, leur permettait d’arborer ces majestueuses fleurs ne pouvant se faner. La leur allait à ravir à l’ainée, du reste. Elle la portait avec nonchalance, en toute insouciance. Sans doute pour rappeler qu’elle y était. Et Boucle d’Or ne manquait point de souffler qu’il faudrait aider ces gens à s’organiser, sans pourtant les diriger ou trop en divulguer, histoire de sécuriser au mieux ces divers réseaux à créer.

« Soit, merci de votre confiance. Nous irons au devant des élèves. Et à présent que les anciens membre du Comité savent ce que c’est d’être traqué et esseulés, peut-être seront-ils plus enclin à me faire confiance. Même si je doute qu’il reste grand monde à rallier, la peur les aura peut-être poussés à changer de camp comme il y a si peu de rescapés. Je m’attèle déjà à les retrouver et contacter. Et l’enquête est votre, vous aurez plus de facilités à glaner ces informations-là. »
Revenir en haut Aller en bas
Siegfried Rochefort

Nombre de messages : 267
Age : 27
Localisation : Sherbrooke (Québec)
Date d'inscription : 28/09/2011

†Fiche Personnage†
Level: A+
Race de Monstre: Demi-Dragon
Karma:
120/200  (120/200)

MessageSujet: Re: Rébellion [PV: Flandre]   Mar 5 Jan - 10:25

Siegfried était un brin déçu de la tournure des évènements. C'était un peu trop facile. Évidemment, c'était sans compté l'espionnage plus que probable du nouveau directeur ou de son adjointe. Difficile de croire que les conquérants du lycée n'avait pas prévu un minimum de résistance poste-conquête.

L'espionnage n'était pas un problème. Le nouveau directeur semblait être du genre à vouloir faire des châtiments exemplaires. Dans cette logique, il était plus simple de laisser les quelconques mouvements de rébellion prendre de l'ampleur avant d'écraser publiquement le groupe le plus influent afin de décourager les autres. L'alternative était de superviser chaque élève et de se débarrasser des individus les plus dangereux. À moins d'être omniscient, superviser chaque élève était une tâche à la fois ennuyante et nécessitant énormément de temps.

Retournant son attention sur les deux élèves, le demi-dragon jugea bon de mettre fin à la rencontre. S'il était fort possible que l'Antithèse laisse les résistants jouer dans leur coin pendant un temps, il ne fallait pas non plus leur donner une raison d'attaquer prématurément.

« Très bien. Je suggère de rester attentif pour toute information pertinente, mais de ne prendre aucun risque pour l'instant. L'important pour le moment, c'est de rassembler des alliés. Sur ce, mieux vaut mettre fin à cette discussion. »

Le professeur se leva de sa chaise et invita les sœurs à sortir. C'est en ouvrant la porte de ses appartements que Siegfried ajouta:
« N'oubliez pas, dans l'arène, ce n'est pas d'être plus fort ou plus rapide que son adversaire qui compte, mais la réaction du publique. L'influence du publique est cruciale. Ceux qui ont la faveur du publique seront les héros et les autres seront les vilains. Pour satisfaire le publique, les vilains doivent être vaincus par les héros. »

À nouveau, les doubles sens. Ça devenait spontané pour Siegfried. L'avantage, c'était que la situation était des plus appropriés pour ce genre d'habitude. Le désavantage, c'est qu'il allait avoir du mal à arrêter une fois la situation conclue. Par ces mots, le professeur recommandait de gagner la faveur publique. C'était à la fois un guide et une mise en garde.

Avec la faveur de la majorité des élèves, s'attaquer aux résistants faisait d'eux des martyrs et donc une motivation pour se rebeller contre l'Antithèse. D'un autre côté, si les résistants n'étaient vu que comme de vulgaires rebelles ou des fauteurs de trouble, alors il sera aisé pour l'Antithèse de neutraliser les résistants et du même coup, de renforcer leur contrôle sur le lycée.
Revenir en haut Aller en bas
Flandre A. Scarlet

Nombre de messages : 204
Age : 19
Date d'inscription : 15/04/2012

†Fiche Personnage†
Level: B
Race de Monstre: Vampire inférieur
Karma:
80/200  (80/200)

MessageSujet: Re: Rébellion [PV: Flandre]   Mer 27 Jan - 15:23

L’entrevue touchait à sa fin. Elle s’avérait brève en définitive. Et comme on pouvait attendre au détour des couloirs, elles devaient se hâter de filer. Afin que la couverture ne s’évanouisse. A vrai dire, ce subterfuge ne pouvait abuser que les sots et les nouveaux. Car on savait Flandre fort encline à soulever les braises de la guerre. Elle demeurait une agitatrice, un esprit chaotique des plus retors et que trop rusé pour déjouer l’imaginaire premier de ses détracteurs. Elle abusait dont le monde, en paraissant si sotte et aliénée. Peut-être l’aura-t-on jamais remarqué, et couché au papier. De cela elle n’en avait que faire. Car toute la beauté, et l’ingéniosité, de sa pensée résidait en son aspect bicéphal. Sa jumelle assurait l’équilibre des forces, du jugement comme de l’analyse. Mais elle se gardait parfois ce qui lui trottait, des divagations et chimères à son sens. L’azure créature n’avait besoin de plus de maux, comme ses migraines, affreuses et capricieuses. Quelle bêtise l’animait dont ?

Alors elle taisait ses réflexions étriquées. Du reste, elle saluait comme il se devait le brave homme. Puis elle se laissait choir de son perchoir, le sofa épargné par ses ailes et ses griffes. Sa mimine délicate n’avait jamais quitté celle de sa bien aimée, alors confortée en cette douce soirée. Des petits souliers raisonnaient à peine en la demeure, nul n’en serait dérangé. Là elles gagnaient l’entrée, puis s’engouffraient au-dehors, et délaissaient leur compagnon d’infortune. Non sans l’avoir remercié et saluer d’aventure, comme l’exigeait leur mascarade d’élèves rangés. Et si la belle bleue avait aux lèvres les dires de Shakespeare, d’un théâtre-monde, sa compagne lui préférait le silence, propice à la réflexion d’une flopée d’ambitions. Qui dont pouvait lui être si utile qu’un professeur ? Sa cruelle répartie préférait visiter ces gens amenés à perdurer. Car elle se refuser d’embrigader des lueurs trop fébriles, trop imbéciles. Ceux-là périraient. Elle devait méditer l’affaire et isoler ces cas qui désespèrent.

Elle arborait son faciès impassible, morne, glacial et songeur. Tandis qu’elle enlevait sa promise vers leurs appartements, en douceur afin d’apprécier la balade, Flandre se focalisait sur le sujet qui la tracassait. L’Antithèse n’avait daigné frapper, quand bien même elle n’était si isolée, qui craindrait sa jumelle ? Elle qui faisait peine à voir, si frêle et pittoresque. A moins qu’une personne avisée ne se méfie de ses capacités non dévoilées. Cette possible sagesse jouait en la faveur de l’enfant, s’en retournant sans encombre en son domaine. Là elle songeait d’aventure à cette vieille blessure qui hantait son esprit. Rose, terrible empoisonneuse, ne daignait plus quitter ses pensées. Certes elle pouvait s’en être retournée en bon être servile, comme bien d’autres avant elle, que le trépas n’avait arraché. Mais elle pouvait demeurer en ces lieux. Là, tapie dans l’ombre, furetant telle la fougère carnassière qu’elle était, et se riant de milles malices à échafauder, elle pouvait ressurgir et frapper en toute impunité.

Tant de malice était digne d’elle, comme sa perfide toxine l’ayant déjà éprouvé. Ce souvenir seul manquait de raviver l’effroi qui la terrassa jadis, faisant d’elle un simple laquais. Flandre avait grand honte de ces instants de faiblesse immondes. Son impuissance l’écœurait tant, comme la démence l’habitant. Du reste elle osait penser que la sinistre déchue, pouvait n’avoir apprécié d’être écartée. D’autres avaient eu une seconde chance, à son sens, alors pourquoi la chasser ? Boucle d’Or fabulait sur l’idée d’une ruse, la donzelle pouvait laisser croire qu’elle n’était plus de ces gens, mais l’enfant s’aimait à croire qu’un talent pareil ne serait gâché. Certes elle ne devait être de leurs meilleurs éléments, mais elle avait pour elle ses facultés redoutables. Aussi la beauté des blés songeait-elle à voir resurgir. Et sa méfiance lui intimait grande prudence. Cette scélérate ne la bernerait en jouant les exclues afin d’infiltrer les rangs des gêneurs à ses plans. Un repos méritait l’accueillait, elle s’y adonnait. Et c’est près d’elle, dans ses bras froids, que reposait sa tendre sœur, endormie elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rébellion [PV: Flandre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rébellion [PV: Flandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Domaine Hyuuga] Jin'
» Scarlet
» Des livres où on parle de "rébellion"
» Invictus : Flandres morne plaine ...
» reportage de paal en flandre cross vbm !!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rosario † Vampire rpg  :: Lycée Yokaï :: Dortoirs :: Aile Nord :: Rez-de-chaussée :: Chambres Professeurs/Personnel-